Navigation – Plan du site
Mexique : un autre visage du cinéma

Santo, l’homme au masque d’argent

Rafael Aviña
Traduction de Odile Bouchet
p. 32-38
Cet article est une traduction de :
Santo, el enmascarado de plata

Résumé

La vie de Rodolfo Guzmán Huerta, qui a débuté en 1942 sous son masque caractéristique, et qui était lutteur depuis le milieu des années 1930, sous des noms divers, est sans le moindre doute une vie de cinéma. Personnage très populaire et remarquable champion de lutte libre, Santo, l’homme au masque d’argent, dont on dit qu’il a participé à plus de 15 000 combats, a eu le premier rôle dans plus de 50 films, et il est passé en tête des ventes d’entrées dans les années 1960, période où l’âge d’or de notre cinéma était passé.

Haut de page

Notes de la rédaction

Note de la traductrice : J’ai pris le parti de traduire les surnoms des personnages, sauf El Santo (car il a gardé ce nom dans les rares versions françaises) parce qu’ils sont très signifiants. Par contre, je ne traduis pas les titres de films non sortis en pays francophone.

Texte intégral

Les antécédents

1La culture populaire s’est nourrie de héros. Figures mythiques et immaculées disposées à lutter pour la liberté morale, sociale et même politique d’un peuple (qu’on parle de Troie, des États-Unis, de Gotham City ou du Mexique). Il est clair que ces personnages héroïques ne peuvent qu’appartenir au monde de l’imagination et de la fiction ; il s’agit de mythes qui sont passés de la tradition orale à la bande dessinée, et de celle-ci au cinéma et à la télévision.

Santo el enmascarado de plata contra la invasión de los marcianos (1966) de Alfredo B. Crevenna

Santo el enmascarado de plata contra la invasión de los marcianos (1966) de Alfredo B. Crevenna

2Cependant, faute de bons héros de bande dessinée nationale à l’écran, la cinématographie mexicaine a fait le choix du cinéma de lutteurs pour représenter le sempiternel affrontement entre le Bien et le Mal. La lutte libre est en fait arrivée dans notre pays dans les années 1930, mais c’est une décennie plus tard que ce spectacle acrobatique – mélange de jeu théâtralisé et de combats corps à corps sur la toile des rings – a pris toute sa force. Cavernario Galindo, Médecin Assassin, Gardenia Davis, Tarzán López, Chauve-souris Velázquez, Gori Guerrero ou Enrique Llanes n’y ont pas vraiment acquis de pouvoirs spéciaux, mais plutôt un statut de culte particulier. Néanmoins, aucun n’égale El Santo, l’homme au masque d’argent, qui est devenu un véritable mythe de la culture populaire. Une icône nationale authentique, que l’on peut tout à fait comparer aux sucreries en forme de têtes de mort ou à la Vierge de Guadalupe.

Affiche de Santo el enmascarado de plata contra la invasión de los marcianos (1966) de Alfredo B. Crevenna

Affiche de Santo el enmascarado de plata contra la invasión de los marcianos (1966) de Alfredo B. Crevenna

3Rodolfo Guzmán Huerta, alias El Santo, qui fait ses débuts d’homme au masque caractéristique en 1942, était lutteur depuis le milieu des années 1930 sous des noms divers tels que Constantino, Homme Rouge ou La Chauve-souris Masquée II. Au cours de sa carrière, il est parvenu à déjouer toutes les critiques ou les manipulations commerciales, pour devenir un mythe cinématographique d’une taille sans doute comparable à celle de Pedro Infante, Cantinflas, Tin Tan ou María Félix.

4D’ailleurs, la lutte libre commence à se populariser avec l’avènement de la télévision au début des années 1950, ce qui correspond avec les débuts du Santo comme héros sur papier sépia dans le célèbre roman-photo signé par José G. Cruz dont le rythme de vente est parvenu à plus d’un million d’exemplaires par semaine.

Bande-dessinée publiée par Ediciones José G. Cruz, 22 mars 1977

Bande-dessinée publiée par Ediciones José G. Cruz, 22 mars 1977

Le cinéma de la lutte libre

5C’est précisément en 1952 que sont réalisés les quatre premiers films mexicains de lutteurs. Parmi eus, il convient de remarquer La bestia magnífica de Chano Urueta, joué par deux acteurs cultes du genre : Crox Alvarado et Wolf Ruvinskis, tous deux lutteurs libres expérimentés. À l’affiche figuraient aussi Enrique Llanes, Cavernario Galindo, Guillermo Hernández Loup Noir et Fernando Osés, entre autres. Ce dernier deviendrait par la suite un pilier du genre, et en particulier dans les films du Santo, soit en tant que scénariste soit dans les rôles du méchant.

6De son côté, le danseur Adalberto Martínez, Ressorts, mince et drôle, se dressait sur le ring dans El luchador fenómeno, de Fernando Cortés. Et David Silva incarnerait le fameux Ouragan Ramírez dans le film du même nom, Huracán Ramírez, réalisé par Joselito Rodríguez. Enfin, le film de lutteurs le plus important de 1952 est sans aucun doute El enmascarado de plata, de René Cardona, écrit par Ramón Obón et José G. Cruz, créateur de la bande dessinée homonyme. Fait curieux, ce n’est pas Rodolfo Guzmán qui inaugure le mythe du Santo, mais un autre lutteur : Le Médecin Assassin.

7Ces quatre exemples du cinéma de lutteurs dans notre pays reprennent, parmi d’autres sujets, le mélodrame familial, le sexe amoral, l’humour, l’amitié virile, la lutte libre et le suspense. Cependant, le genre allait finir par pencher du côté du dernier film cité, c’est-à-dire par exploiter l’image du justicier caché sous un masque, affrontant les savants fous, les monstres de manoirs, les sorcières coquines et aliénigènes, les canailles et autres, sur un registre très amusant, entre l’humour involontaire, l’horreur fantastique, le suspense policier et les combats corps à corps.

8D’une certaine façon, ce nouveau genre arrivait, en pleine effervescence moraliste, pour remplacer le cinéma de cabarets. Les robes de satin brillant étaient réduites à des masques voyants ; les sécrétions habituelles étaient supplantées par la sueur et le sang, et les matelas défoncés des hôtels de passe troqués contre la toile du ring. La force du genre tient précisément à cet hybride entre mélodrame, science-fiction, horreur et comédie, mélange de genres et anachronismes insolites qui entraîne Santo lui-même jusqu’au cœur de l’Atlantide, dans le monde du western, dans un vaisseau martien, et à la récupération du mythe de son masque argenté par un retour aux temps de la Colonie… Ouaouh !

Affiche de Santo contra los zombies (1961) de Benito Alazraki

Affiche de Santo contra los zombies (1961) de Benito Alazraki

Santo, la légende continue

9Ouragan Ramírez et l’Homme au masque d’argent découvriraient la veine des héros masqués dans le cinéma national, comme le démontre La sombra vengadora et trois films dérivés supplémentaires réalisés en 1954 par Rafael Baledón, où jouent Armando Silvestre, Pedro de Aguillón – son faire-valoir comique – Alicia Caro et Fernando Osés dans le rôle de l’énigmatique lutteur justicier L’Ombre. Il manquait néanmoins une vraie idole populaire sur les écrans, et plus encore après la mort d’étoiles du cinéma vénérées par le public, telles que Jorge Negrete et Pedro Infante. C’est à ce moment-là qu’est apparu Santo, l’homme au masque d’argent.

10Remarquable champion de lutte libre, Santo a eu le premier rôle de plus de 50 films, devenant le chef spirituel d’un sous-genre qui dépasse les 300 titres, de 1952 jusqu’à présent. Né à Tulancingo, État d’Hidalgo, en 1917, Rodolfo Guzmán Huerta a fait ses débuts sous son caractéristique masque argenté en juillet 1942 et a lutté pendant 44 ans de suite, dont 25 consacrés à l’une des carrières cinématographiques les plus singulières, de mémoire d’homme.

11Ce héros a affronté aussi bien les Martiens que les Inquisiteurs, les sorcières brûlées vives et les vampiresses. Pas plus Dracula, que la Momie ou Frankenstein n’ont échappé à ses prises ni à ses gamengiri, dans des films qui allaient et venaient entre une sorte de James Bond du tiers-monde et le plus pur cinéma fantastique d’évasion. Ses films d’action ne pouvaient s’arrêter à aucune logique ou cohérence narrative, mais pourtant, le hasard a voulu que Santo passe les frontières pour ébahir des pays tels que la France, l’Espagne ou le Liban, surtout ces deux derniers où il a été reconnu comme un fantastique super-héros justicier.

12Un étrangleur qui opérait au Teatro Variedades, des envahisseurs martiens qui arrivaient sur une assiette de cuisine au Centre Sportif de la Magdalena Mixhuca, des chasseurs de têtes, des cavaliers de la terreur, un Dracula, amateur de seins énormes dans sa version filmique à l’exportation, des vampiresses d’une canaillerie troublante, des morts ressuscités, des ravisseurs et des assassins venus d’autres mondes, la Pleureuse, et même une Tigresse humaine (la très expérimentée Irma Serrano, future députée), ont mesuré leurs forces avec El Santo.

Photo de plateau. Operación 67 (1967) de René Cardona

Photo de plateau. Operación 67 (1967) de René Cardona

Santo contre l’invasion de l’écran

131958 est une année clé pour l’histoire du genre. Santo contra el cerebro del mal et Santo contra los hombres infernales, tous deux de Joselito Rodríguez, marquent le début du plus grand mythe du genre et la création d’une légende établie, comme dit plus haut, sur le ring, la bande dessinée et la télévision. Filmée à Cuba, dans une intention touristique plus que pour les besoins de suspense, et produite avec un budget misérable, cette série de deux films, réalisés avec une maladresse affligeante, montre déjà à l’état embryonnaire la direction prise par ce genre et en particulier par les films du Santo.

Affiche de Santo contra el cerebro del mal (1958) de Joselito Rodríguez

Affiche de Santo contra el cerebro del mal (1958) de Joselito Rodríguez

14Écrits par Enrique Zambrano et Fernando Osés – ce dernier, par ailleurs, interprète La Sombra vengadora, et là, il interprète le lutteur L’Inconnu –, les deux premiers films de Santo, où il affronte respectivement un médecin criminel et hypnotiseur interprété par Joaquín Cordero, et des trafiquants, sont passés inaperçus à leur première dans les salles Colonial, Cosmos et Insurgentes en 1961. En fait, les films dont le héros était Neutron, l’homme au masque noir, ont eu plus de chance. Ils étaient réalisés par Federico Curiel, et les acteurs principaux étaient Wolf Ruvinskis et Julio Alemán.

15Cependant, Santo a eu la chance d’arriver au bon moment, alors que le cinéma national se débattait dans sa plus grave crise financière et d’inspiration, à la fin de ce qu’on a nommé “l’âge d’or”. C’est au début des années 1960 que le cinéma de lutteurs est parvenu à l’âge adulte malgré ses trames enfantines, et Santo allait être le héros de 24 des films réalisés dans cette décennie, dépassant de toute évidence les autres justiciers masqués et les imitateurs tels que Blue Demon, Mille Masques, ou le ridicule Superzan.

16En 1961, l’homme au masque d’argent accédait à la production régulière avec des techniciens de la STPC (syndicat de réalisateurs) pour Santo contra los zombies, de Benito Alazraki, où il affrontait des morts vivants, venus d’outre-tombe engoncés dans des collants ridicules, qui dévalisaient la bijouterie Plateros. “Et c’est ce type-là qui va nous secourir ?” se demande la séduisante Lorena Velázquez quand elle fait la connaissance du Santo dans l’arène… “C’est le meilleur allié du bien et de la justice“, répond avec emphase Jaime Fernández, détective de la police.

Las momias de Guanajuato/ Santo contra las momias de Guanajuato (1970) de Federico Curiel

Las momias de Guanajuato/ Santo contra las momias de Guanajuato (1970) de Federico Curiel

17Dans ce film on a d’incroyables vues nocturnes du fantomatique viaduc Miguel Alemán et de l’avenue Insurgentes Sur, et il n’y manque ni le numéro musical de bongos ni la danseuse exotique à peine vêtue. Santo y affronte le méchant Carlos Agosti – oncle de la Velázquez dans le film – qui, caché sous sa capuche, ressuscite des délinquants pour mener ses sinistres plans à bien. On y remarque une esthétique de BD et la réunion de deux célèbres divas : Lorena Velázquez et Irma Serrano, rivalisant de grains de beauté très sexy.

18De Santo contra los zombies, le héros passe à l’univers de western dans Santo contra el cerebro diabólico, au laboratoire d’un savant maniaque dans Santo contra el rey del crimen, et en cette même année 1961, il éclaircit les crimes commis dans une zone archéologique de l’État de Morelos dans Santo en el hotel de la muerte. Dans le deuxième film de cette trilogie entreprise par Federico Curiel, apparaît la relève de génération : la trame commence avec un enfant de 10 ans – d’ailleurs fils du réalisateur Pichirilo Curiel – qui apprend que son destin est d’être El Santo, une fois majeur.

19Dans Santo contra el cerebro diabólico, la vie urbaine et rurale se mêlent de façon insolite, et au beau milieu, voilà un héros d’un autre monde incapable d’accéder même aux plaisirs de la chair. C’est bien dommage étant donné le physique et la beauté de la sensuelle Ana Bertha Lepe, qui reçoit vers la fin plusieurs fessées de son fiancé Fernando Casanova, après avoir subi les attaques du méchant Luis Aceves Castañeda. Ici, Santo chevauche à travers champs et, à bord de sa décapotable, sa cape ondoie sur fond de province mexicaine. La meilleure scène du film est celle dans laquelle El Santo parvient à arrêter par la seule force de son corps, tel un Superman national, un avion privé sur le point de décoller.

Santo en el tesoro de Drácula / El vampiro y el sexo (1968) de René Cardona

Santo en el tesoro de Drácula / El vampiro y el sexo (1968) de René Cardona

20C’est en 1962, avec un délirant film d’horreur kitsch, que l’internationalisation de Santo s’est produite. Il s’agit du fameux Superman contre les femmes vampires de Alfonso Corona Blake. Dans la tradition du meilleur cinéma gothique des années 1950 et 1960 – en particulier le cinéma italien de Mario Bava – il n’y manque ni châteaux en ruines, ni toiles d’araignées dans les tiroirs, ni tombes béantes, ni inquiétantes vampiresses aseptiquement lesbiennes montrant leurs courbes séduisantes enveloppées de tuniques blanches et vaporeuses, jouées par les belles actrices Ofelia Montesco et Lorena Velázquez dans le rôle de Zorina, la grande reine que l’on veut faire ressusciter. On retrouve ce lot de perversion et d’ingénuité dans d’autres récits à l’étrange sado-masochisme, par exemple, Santo en el museo de cera (1963).

21D’abord simple lutteur justicier, pourvu d’un attirail rudimentaire : un fatras d’éprouvettes, fil de fer, spots de couleur, eau en ébullition et autre bataclan à quatre sous, doté bien sûr d’un fidèle majordome dans le genre Alfred, Santo devenait héros policier à voiture de sport et équipement radio-communication sophistiqué – montre à signaux lumineux, écran de vidéo-téléphone, et autres – dans sa lutte contre les forces du Mal. Le personnage austère, infatigable idole de ring, devenait une sorte d’agent secret qui collaborait même avec la CIA et Interpol. Il perdait en qualité humaine, mais devenait de plus en plus spectaculaire.

22En même temps, Santo a commencé à obtenir plus de dividendes à chaque contrat de film, et chemin faisant, il a abandonné des producteurs avides qui ne désiraient qu’exploiter la formule au moindre coût. On promettait toujours à Santo la grande super-production, qui ne lui viendrait qu’en fin de carrière avec Santo contra el doctor Muerte (1973), tournée en Espagne. On peut même dire qu’il a accepté des salaires très bas si l’on tient compte des énormes sommes réunies grâce aux entrées de ses films, et il a dû supporter une campagne contre lui montée par des rivaux dont Jorge Rivero (l’homme au masque d’or) et plus encore Blue Demon qui faisait ses débuts au cinéma dans El Demonio azul, en 1964.

23Santo, l’homme au masque d’argent, a donné sa chance au Démon Bleu dans le second film de la série, Blue Demon contra el poder satánico, où il apparaissait en participation spéciale. Le nouveau héros n’a guère impressionné Santo et ses adeptes, comme le prouvent deux produits de l’homme au masque d’argent, insolites tant l’argument en est risqué : Atacan las brujas et Santo y el hacha diabólica (1965), deux œuvres de José Díaz Morales. Le héros combat des sorcières du XVIIe siècle dans le premier film, et dans le second, il est envoyé au temps de l’Inquisition pour combattre le mystérieux homme au masque noir. C’est ainsi qu’il découvre que son masque trouve son origine à cette époque-là et que le mot abracadabra, inscrit sur son masque d’argent, le rend indestructible. Original, non ?

Premier numéro de la nouvelle bd Santo el enmascarado de plata éditée par le Fils du Santo au début des années 1990

Premier numéro de la nouvelle bd Santo el enmascarado de plata éditée par le Fils du Santo au début des années 1990

24Avec la révolution des années 1960 qui a mis le sexe à la mode, les films du Santo ne pouvaient rater l’occasion d’exhiber à l’étranger les corps adipeux de dizaines de femmes nues, ainsi que de nouvelles candidates au vedettariat telles que Meche Carreño, qui apparaît nue comme un ver dans Profanadores de tumbas et dans sa version pour l’export dont le titre est Santo contra el Baron Brákola. Au Mexique, on montrait les films de l’homme au masque d’argent à tous les publics du fait que les enfants y constituaient une audience considérable, alors que dans d’autres pays on les vendait comme porno soft.

25Superman contre l’invasion des martiens, réalisé par Alfredo B. Crevenna, est sans aucun doute une anthologie du plus pur délire cinématographique national. Au rythme du Rock del Timbal interprété par le Quinteto Maravilla, le film informait non seulement des rythmes en vogue, mais en plus, des considérations scientifiques à propos des contacts extra-terrestres du premier type. Venus d’une contrée pacifiste, les martiens menés par un certain Argos (Wolf Ruvinskis) arrivaient sur Terre pour faire des expériences sur les hommes et les soumettre.

26Santo, aidé du professeur Ordorica, ne peut pas faire grand chose pour éviter la méchanceté des extra-terrestres qui étouffent et désintègrent leurs victimes. Les martiens troquent leurs vêtements de Grecs pour ceux des lutteurs, parlent espagnol, bien sûr, et nourrissent plusieurs enfants avec des denrées concentrées – ne pas confondre avec les Corn Flakes. Le masque de Santo est arraché, mais il en a un autre en-dessous, et le mieux c’est qu’il parvient à lutter sur le ring et à sauver la morale nationale par son refus de céder aux attaques amoureuses des délicieuses petites martiennes qu’incarnaient Maura Monti et Eva Norvind.

Photographie publicitaire fin des années 1960

Photographie publicitaire fin des années 1960

27Une fois sous la tutelle de René Cardona – père et fils – les films du Santo sont en couleurs et accentuent leur versant polar. Le héros y est même accompagné du jeune premier Jorge Rivero, agent secret qui conquiert les charmantes héroïnes de ses récits filmés tels que Operación 67 et Santo en el tesoro de Moctezuma. À partir de ce moment-là, l’homme au masque d’argent grimpe dans l’échelle sociale – souvenons-nous qu’il en est de même pour Cantinflas et Pedro Infante –, il a un appartement luxueux, sa panoplie s’est perfectionnée : il a troqué la cape et les collants contre des vestes de sport et des cols roulés, et adopté une voiture de sport dans le genre James Bond.

28Dans cet esprit, il convient de citer Santo en el tesoro de Drácula, réalisé en pleine effervescence estudiantine en 1968 par René Cardona. Le héros affronte le comte Dracula (Aldo Monti) et ses vampiresses nymphomanes. Il s’y limitait à un hybride d’horreur et de lutte libre, brièvement agrémenté de suggestion sexuelle. Cependant, dans sa version export, on a effacé El Santo du titre et montré le film en tant que El vampiro y el sexo. Si au Mexique les femmes disciples de Dracula portaient tunique noire, ici, elles l’ouvraient pour montrer généreusement leurs seins rebondis, danger qui provoquait chez l’homme au masque d’argent de fortes poussées d’adrénaline.

29Après ces émotions, Santo est revenu au cinéma pour enfants dans Santo contra Capulina, film culte national par excellence, joué masque contre bedaine. Passée cette expérience, Santo ne pouvait continuer en solitaire, et a donc dû faire des duos avec ses rivaux tels que Mille Masques et Blue Demon. Avec ce dernier il partage les génériques de premier rôle pour la première fois dans Santo contra Blue Demon en la Atlántida (1969) de Julián Soler. Le résultat est d’une maladresse hilarante : Santo, agent secret et lutteur, arrive en Atlantide pour sauver Blue Demon qui est en transes, dominé par un fou plus que centenaire qui menace la Terre de destruction. L’orgue électrique du compositeur Gustavo César Carrión atteint là des sommets de délire.

Santo en el tesoro de Drácula / El vampiro y el sexo (1968) de René Cardona

Santo en el tesoro de Drácula / El vampiro y el sexo (1968) de René Cardona

30Santo y el águila real (1971), du récidiviste Alfredo B. Crevenna, est une autre perle rare qui ne peut passer inaperçue. L’homme au masque va à Cuautla, dans l’État de Morelos, pour aider son amie Irma La Montagnarde à éclaircir une mystérieuse série de meurtres survenus dans son hacienda. L’affaire ne retiendrait guère l’attention, si ce n’était que cette Irma n’est autre que la Tigresse Irma Serrano, belle et brave, laquelle parvient à faire de l’ombre au lutteur justicier. En fait, El Santo semble bien falot face aux insolences folkloriques de cette maîtresse femme parieuse, habile au fouet et qui provoque en chantant ce héros qui n’ose même pas l’embrasser.

31Pendant qu’il défiait d’autres hommes masqués et de super-héroïnes telles que Lorena Velázquez et Elisabeth Campbell, qui ont eu leur moment de gloire dans une série née en 1962 (Las luchadoras contra El médico asesino), Santo a été en alternance avec Mille Masques et Blue Demon, cités plus haut. Pour sa part, il a cessé d’être un lutteur d’origine modeste pour devenir une sorte d’agent secret masqué, entouré de filles en bikini, de vertigineux véhicules modernes et d’un matériel bien plus sophistiqué (plus de lumières allumées et de papier d’aluminium, voilà tout).

32En fait, ses interventions sont plutôt brèves, dans des scénarii fondés sur les extravagances du sujet choisi : vaudou, zombies et prêtresses dans Magie noire à Haïti, un médecin fou qui fait des expériences sur des corps féminins dans Las bestias del terror, où s’étalent les jolies jambes et le très beau visage d’Elsa Cárdenas, qui, par le bonheur du spectateur est vêtue de shorts et décolletés plongeants. Sans oublier les polars à suspense dans Santo en Oro negro y Santo contra los secuestradores, tous deux de Federico Curiel Pichirilo, avec la séduisante vedette Rossy Mendoza.

33Après avoir reçu l’aide d’Irma Serrano, du boxeur José Ángel Mantequilla Nápoles et du comique Gaspar Henaine Capulina, parmi d’autres, El Santo en pleine décadence arrive en piteux état au bout de sa carrière vers 1981 dans Santo contra el asesino de la televisión et La furia de los karatekas, qui a peu à voir avec les arts martiaux, et beaucoup avec l’ésotérisme, l’astrologie et les prophéties. D’ailleurs, cette année-là, l’homme au masque d’argent abandonne le cinéma et se fait remplacer par son propre fils dans Chanoc y el hijo de El Santo contra los vampiros.

Santo en el tesoro de Drácula/El vampiro y el sexo (1968) de René Cardona

Santo en el tesoro de Drácula/El vampiro y el sexo (1968) de René Cardona

Les références

34Avec la mort de Santo, qui est advenue à Mexico le 5 février 1984, c’est non seulement une légende qui est morte, mais aussi l’un des sous-genres les plus insolites dans l’histoire d’un cinéma véritablement mexicain. Évidemment, quelques résurgences sont apparues et l’on a tenté de ressuSciter certains héros comme Les Champions Justiciers, parmi eux Ténèbres ou L’Éclair de Jalisco et plus récemment Le Mystique ; néanmoins, autour de ce cinéma bizarre, on trouve quelques variantes du genre qui, de la réflexion à la parodie, suivent un des mythes cultes du cinéma national.

35En 1978, pendant que Rogelio Guerra devenait El ángel del silencio et Santo affrontait la terreur de la frontière, il était parodié dans un film anodin, Sancho el enmascarado de lata contra el doctor Poca Cola d’un certain Alberto Tejeda. D’autre part, José Buil, durant son séjour au Centro de Capacitación Cinema-tográfica, en 1982, a réalisé le moyen métrage Adiós, adiós ídolo mío, antécédent direct de la facette curieuse du nouveau cinéma national représentée dans La leyenda de una máscara, du même José Buil.

36Joué par Agustín Silva, Fuensanta Zertuche et Evangelina Sosa, le film est une parodie critique, cruelle et ironique de la figure de Santo, l’homme au masque d’argent. Pepe Buil tente de démythifier la légende du héros justicier en racontant la décadence du personnage, et il commence par une excellente reconstruction des vieux journaux filmés des années 1960, racontée par Fernando Marcos dans son style très personnel. L’affaire a provoqué la colère de la famille Guzmán, et en particulier du fils, le célèbre Fils du Santo, qui ferait plus tard la louange du début de Buil dans le cinéma industriel.

Revue Cine Mundial, circa 1969

Revue Cine Mundial, circa 1969

37On envoie Olmo Robles (Damián Alcázar), obscur et alcoolique journaliste dans une revue sportive, faire une enquête sur la personnalité véritable d’Ange Masqué (Héctor Bonilla), célèbre lutteur, héros de navets et de BD, mort récemment. Robles se consacre à des recherches sur les personnages clés de la vie de l’idole et recueille les témoignages de l’épouse (María Rojo), la maîtresse (Gina Morett), le scénariste monteur (Héctor Ortega), le producteur et bien d’autres. Il découvre que le héros n’est pas mort et qu’une intrigue malhonnête tergiverse la vérité.

38Il s’agit de La leyenda de una máscara, une tentative heureuse de parodie du cinéma de lutteurs et de ses héros, essentiellement du Santo. Buil met à profit les ressources expressives de la BD et s’approprie la structure de Citizen Kane, dans cette farce qui remet en valeur la figure du Santo et le milieu qui était le sien. Le cinéaste, respectueux de la légende, ne s’en moque pas ; au contraire, sa satire est orientée contre le milieu qui exploite les héros sportifs.

Affiche de Santo y Blue Demon contra Drácula y el Hombre Lobo (1972) de Miguel M. Delgado

Affiche de Santo y Blue Demon contra Drácula y el Hombre Lobo (1972) de Miguel M. Delgado

39Plus de cinquante films, une série de BD insolites et des dizaines d’émissions spéciales de télévision. Record inégalable sur le ring pour un héros qui s’est entouré des plus belles femmes d’une coquinerie extraordinaire, et qui a reçu le soutien des lutteurs les plus célèbres d’un genre toujours enclin aux excès, comme le confirment Fernando Osés, Cavernario Galindo, Blue Demon, Nathanael León Frankenstein et d’autres. Mais en fin de compte, qui est El Santo ? Pour répondre à cette question, il est bon de citer la voix de Dagoberto Rodríguez, qui joue le chef Almada dans le dialogue final du film Santo contra los zombies : “Santo est une légende, une chimère. L’incarnation de ce qu’il y a de plus beau : le bien et la justice. C’est ça, El Santo, l’homme au masque d’argent…”

Photomontage publicitaire pour la bande dessinée originale Santo el enmascarado de plata. Ediciones José G. Cruz, 1960

Photomontage publicitaire pour la bande dessinée originale Santo el enmascarado de plata. Ediciones José G. Cruz, 1960
Haut de page

Table des illustrations

Titre Santo el enmascarado de plata contra la invasión de los marcianos (1966) de Alfredo B. Crevenna
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/983/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Affiche de Santo el enmascarado de plata contra la invasión de los marcianos (1966) de Alfredo B. Crevenna
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/983/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Bande-dessinée publiée par Ediciones José G. Cruz, 22 mars 1977
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/983/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Affiche de Santo contra los zombies (1961) de Benito Alazraki
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/983/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Photo de plateau. Operación 67 (1967) de René Cardona
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/983/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Affiche de Santo contra el cerebro del mal (1958) de Joselito Rodríguez
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/983/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Las momias de Guanajuato/ Santo contra las momias de Guanajuato (1970) de Federico Curiel
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/983/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Santo en el tesoro de Drácula / El vampiro y el sexo (1968) de René Cardona
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/983/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Premier numéro de la nouvelle bd Santo el enmascarado de plata éditée par le Fils du Santo au début des années 1990
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/983/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Photographie publicitaire fin des années 1960
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/983/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Titre Santo en el tesoro de Drácula / El vampiro y el sexo (1968) de René Cardona
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/983/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Santo en el tesoro de Drácula/El vampiro y el sexo (1968) de René Cardona
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/983/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Revue Cine Mundial, circa 1969
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/983/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Affiche de Santo y Blue Demon contra Drácula y el Hombre Lobo (1972) de Miguel M. Delgado
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/983/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Photomontage publicitaire pour la bande dessinée originale Santo el enmascarado de plata. Ediciones José G. Cruz, 1960
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/983/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 5,9k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rafael Aviña, « Santo, l’homme au masque d’argent », Cinémas d’Amérique latine, 19 | 2011, 32-38.

Référence électronique

Rafael Aviña, « Santo, l’homme au masque d’argent », Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 19 | 2011, mis en ligne le 01 décembre 2011, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://cinelatino.revues.org/983 ; DOI : 10.4000/cinelatino.983

Haut de page

Auteur

Rafael Aviña

Licencié en communication sociale à la UAM-Xochimilco et de la première génération de la Escuela de Escritores de la SOGEM. Il écrit depuis 1997 dans le journal La Reforma, dans les colonnes sur le cinéma et la criminalité, il a été chercheur à la Cineteca nacional, à la Filmoteca de l’UNAM et a dirigé le ciné-club de l’INBA. En 2005, il intègre le Sistema Nacional de Creadores de Arte, en lettres. Il a écrit une quinzaine de livres, dont : Asesinos seriales. De la nota roja a la pantalla grande ; El cine de la paranoia ; Una familia de tantas : el cine social en México ; David Silva, Un campeón de mil rostros – prix CANIEM à la meilleure biographie – et ¡Aquí está su pachucote… noooo !, une biographie de Germán Valdés. Il est scénariste du long-métrage : Borrar de la memoria, du cinéaste Alfredo Gurrola, 2009.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org