Navigation – Plan du site
Mexique : un autre visage du cinéma

Ana, le défi en trois dimensions de Carlos Carrera

Entretien réalisé par Ignacio del Valle
Ignacio del Valle
Traduction de Lisa Bayle
p. 20-24
Cet article est une traduction de :
El desafío tridimensional de Carlos Carrera

Résumé

Interview du réalisateur Carlos Carrera à propos d’Ana, son film d’animation en 3D. Avec un budget de dix millions de dollars, le film sera l’une des productions les plus coûteuses du cinéma mexicain. Avec ce projet, Carrera tente une incursion dans le monde du long-métrage d’animation digitale et d’ouvrir une nouvelle voie dans l’industrie du cinéma mexicain. Malgré quelques problèmes de financement, Ana devrait sortir en salles en 2012.

Haut de page

Texte intégral

1“Carrera”, un nom qui lui va comme un gant. Un nom qui renvoie au chemin, à la route, à la lutte. S’il fallait porter à l’écran l’évolution artistique de Carlos Carrera, le genre le plus approprié serait le road movie, et la route en question, tout sauf une autoroute rectiligne. Le mieux serait de choisir un chemin de montagne escarpé, difficile et, surtout, sinueux. Une piste presque invisible, formée de tournants, de virages imprévisibles et de brusques changements de cap. Un chemin bordé de contrées que le voyageur découvre au hasard de son périple.

2À 29 ans, tout juste diplômé du Centre de formation cinématographique (CCC), Carlos Carrera se fait connaître avec La mujer de Benjamín (La Femme de Benjamin, 1991), l’un des premiers signes de renouveau d’un cinéma mexicain en perte de vitesse. Trois ans plus tard, il gagne la Palme d’or du court métrage au Festival de Cannes avec El héroe (Le héros), une histoire à l’expressionnisme sombre qui n’a pas pris une ride. À partir de ce moment, il enchaîne les travaux d’animation, faisant même un détour par le documentaire, mais sans abandonner le format du court- métrage. Pour que ses projets puissent voir le jour, il travaille comme scénariste, monteur et producteur. Un nouveau changement de cap le ramène à la fiction en 1995 avec Sin remitente (Sans expéditeur). Ce long- métrage, sélectionné à Venise, a obtenu la troisième place au Festival de La Havane. Son film suivant, Un embrujo (Un envoûtement), a été primé à San Sebastián.

3À seulement 40 ans, il a participé à la plupart des festivals du monde. Mais sa consécration internationale auprès du grand public viendra avec El crimen del padre Amaro (Le Crime du père Amaro, 2002). Carrera met toutes les chances de son côté pour assurer le succès de son film, choisissant dans le rôle principal la star mexicaine du moment, Gael García Bernal, et offrant à l’actrice Ana Claudia Talancón le rôle d’une adolescente de province, mélange irrésistible d’innocence et de sensualité. Autour de ces deux personnages, il tisse une trame d’histoires de jupons (et de soutanes) qui flirte avec le scandale. Les gémissements étouffés et les vêtements déchirés des personnages lors d’une chorégraphie spectaculaire provoquent les hauts cris des autorités ecclésiastiques mexicaines, qui montent l’affaire en épingle. Il n’en faut pas plus pour créer la polémique. Et faire parler du film. Du pain bénit pour Carlos Carrera.

4Bien que son nom soit associé au succès de El crimen del padre Amaro, Carrera change une nouvelle fois de cap. Pendant les sept années suivantes, il privilégie les courts-métrages et l’animation, mais travaille aussi pour des séries télévisées. Mais aucun de ses nouveaux projets, pas même ses derniers longs-métrages, El traspatio (Blackyard, 2009) et De la infancia (2010), ne connaît l’impact médiatique ni la faveur des critiques de ses premiers films. Il semblerait que le moment soit venu de tourner une nouvelle page. Ce qu’il y a de plus simple dans le nouveau pari de Carlos Carrera – peut-être la seule chose vraiment simple –, c’est son titre : Ana. Car derrière ces trois lettres se cache un long- métrage d’animation en 3D, un travail de préproduction de plus de trois ans et un budget parmi les plus considérables de l’histoire du cinéma mexicain : dix millions de dollars. La séquence pilote d’Ana a été présentée au dernier Festival de Cannes. Bien que le film ne sorte qu’en 2012, il a déjà été encensé par deux des plus grands réalisateurs mexicains “émigrés” : Alfonso Cuarón et Guillermo del Toro.

5C’est Pablo Baksht, le producteur de El héroe, qui a proposé ce projet à Carrera. Baksht avait dans l’idée de réaliser un long-métrage d’animation destiné à toute la famille en utilisant les toutes dernières techniques dans le domaine. Le scénario original a d’abord été confié au réalisateur de films d’animation René Castillo (Sin sostén, 1998, Hasta los huesos, 2001) ; mais Daniel Emil l’a réécrit avant que la direction ne soit confiée à Carlos Carrera.

6Le film raconte les aventures d’Ana, une petite fille de 8 ans vivant dans le Mexique des années 1950, qui suit sa mère jusqu’à un lieu isolé de la côte pour découvrir la mer. Elle y rencontre une série de personnages fantastiques qui l’aideront à affronter une menace pesant sur sa famille. “En plus d’être une histoire originale, ce qui m’intéressait le plus était son fort potentiel d’adaptation à ’écran”, explique Carrera. “J’avais le devoir de faire un film que mes enfants pourraient voir. Cela peut paraître un peu cliché, mais pour la première fois, je vais faire un film que toute la famille pourra regarder”, ajoute-t-il.

Si une personne qui ne connaît pas vos films regarde El héroe, El crimen del padre Amaro ou, dans deux ans, Ana, quelle est la signature, la marque de fabrique qu’elle pourra y trouver ?

Eh bien... (long silence). Non, Ana va à contre-courant. Dans les autres, on pouvait trouver un regard à la tonalité pessimiste, mais Ana contredit tout ça. Néanmoins, les personnages ont tous en commun la solitude et les mauvaises décisions. Je ne veux pas trop dévoiler l’histoire pour garder quelques surprises, mais je peux dire que c’est un film pour enfants dont de nombreux personnages sont des êtres imaginaires ou des malades mentaux. Il y a des choses qui pourraient au départ être interprétées comme le côté sombre des choses. Mais ce ne sera pas le cas, étant donné la manière dont elles sont abordées. Le film ne doit pas laisser une sensation de tristesse.

DR © Lo Coloco Films, SA de CV México, 2010

Vous changez beaucoup de registre dans ce film ?

Un peu. Il y a toujours de l’humour noir, mais je pense en effet qu’il y a un changement de registre. Il n’y a plus cette coloration pessimiste ni ce regard misanthrope sur tous les personnages, ce qui est un changement. Mais en même temps, on retrouve des éléments caractéristiques de mes films.

Quels sont ces éléments ?

Les personnages isolés, solitaires… bien que ce thème soit abordé sous un jour nouveau. Comme je vous le disais, c’est un film pour enfants, pour toute la famille. La vision des choses est donc plus tendre, mais on retrouve quand même ces éléments dans le film. C’est un peu fou... c’est un film qui se passe dans le Mexique des années 1950, c’est très intéressant de recréer cette époque. C’est le Mexique de l’époque où a été filmé Los olvidados.

C’est un clin d’œil au film de Buñuel ?

Non. Il n’y a aucune référence particulière, aucun thème ni aucune vision similaire de la réalité sociale. En même temps, c’est vrai que l’un des personnages principaux du film est un enfant aveugle qui vit dans la rue.

C’est vous qui avez fait les premiers dessins d’Ana ?

Oui, c’est moi qui ai fait les premiers dessins, et certains personnages sont restés tels quels. Mais la grande majorité d’entre eux a été perfectionnée par d’autres artistes qui travaillent ici. Ce sont les mêmes personnages, mais avec des formes beaucoup plus développées, plus harmonieuses et plus flexibles. Au départ, mes marionnettes sont raides, mais l’équipe est très créative et a beaucoup d’expérience dans le travail d’animation. Ils m’ont donc beaucoup aidé.

Une production de dix millions de dollars

Le budget d’Ana est extrêmement élevé par rapport aux autres productions mexicaines, d’animation comme de fiction. Qu’est-ce qui explique que le film soit si cher ?

Pour faire ce film, nous utilisons les toutes dernières techniques d’animation. Le budget correspond à la réalisation d’un film dans ces conditions et au paiement d’un studio et d’une équipe d’artistes pendant trois ans. Et c’est le prix.

Pour faire ce film, vous avez dû créer un nouveau studio, Lo Coloco Films, avec 40 employés. Il n’existait nulle part au Mexique les outils dont vous aviez besoin pour votre projet ?

Ces outils existaient, mais dans des entreprises de publicité, et pour être honnête, l’idée que nous avions de notre projet et ce que ces entreprises recherchaient étaient incompatibles. C’est pourquoi nous avons créé notre propre studio. Il nous fallait monter le projet avec des gens disposés à aborder d’une autre manière ce conte d’animation. Il faut ajouter que c’est un budget très élevé pour le Mexique mais très bas pour le reste du monde. Nous avons considéré la possibilité de le produire avec la France ou le Canada, mais le film nous aurait coûté quatre fois son budget actuel. Il nous aurait coûté quarante millions de dollars au lieu de dix.

Pourquoi ça ?

Parce que tout y est plus cher… Les services sont beaucoup plus chers et les gens demandent plus !

Le film est-il rentable ? Avez-vous des problèmes de production ?

Nous avons reçu de nombreuses offres de producteurs pour terminer le film. Nous vivons un peu au jour le jour, nous survivons mois après mois. Mais nous avons déjà tenu six mois de plus que ce que nous avions envisagé dans les pires moments. Nous essayons de tenir bon, en attendant que l’un de ces producteurs potentiels nous annonce la bonne nouvelle et nous dise “C’est bon, on vous suit”. C’est une question problématique. Comme il est très difficile, sur le marché cinématographique mexicain, de récupérer d’aussi grosses sommes, il y a une grande méfiance. Mais, d’un autre côté, le film a l’avantage d’être destiné aux enfants, au grand public, ce qui fait qu’il pourra très bien marcher en salles. Il pourrait même devenir l’un des films les plus vus au Mexique. Mais nous savons qu’il faudra l’exporter dans d’autres pays si nous voulons rentrer dans nos frais.

Le film sortira en 2012 ou avez-vous pris du retard ?

Il sera terminé en 2012. Nous sommes encore dans les temps pour qu’il sorte à cette date.

Ana dans le contexte du film d’animation mexicain

Étant donné les sommes énormes qui sont en jeu, est-il possible qu’Ana suscite des vocations dans le cinéma mexicain ? Autrement dit, est-il possible qu’on continue à faire des films de cette ampleur au Mexique ou en Amérique latine ?

C’est justement ce que nous voulons. Nous en avons assez de voir d’autres pays produire ce type de films sans pouvoir en faire nous-mêmes. Notre but est de permettre le développement d’une industrie d’animation plus productive. Le studio va donc rester en activité et nous réfléchissons déjà à quelques projets pour l’après-Ana. Nous ne voulons pas nous en tenir à une seule production. L’idée est de nous développer et de faire en sorte que les autres acteurs de l’animation mexicaine réalisent de nouvelles productions. Nous voulons une industrie saine.

Vous ouvrez donc la voie au Mexique avec ce film d’animation ?

Oui. Depuis une dizaine d’années, on fait des films d’animation de moins en moins chers. Deux films ont été réalisés dans les années 1970, mais ces projets n’ont permis aucune continuité ; et les studios ont fait faillite juste après. Aujourd’hui, il y a plusieurs studios qui font de nouveau des longs, mais ils ont malheureusement de petits budgets, et si certaines histoires fonctionnent très bien, la qualité de l’animation – l’art d’animer des dessins ou de donner vie à des objets inanimés – n’est pas du niveau de ce qui se fait dans d’autres parties du monde.

Comment vous situez-vous par rapport à ces productions récentes ? Qu’est-ce qui vous différencie des derniers longs-métrages d’animation comme Una película de huevos (Gabriel et Rodolfo Riva Palacio, 2006) ou La leyenda de la nahuala (Ricardo Arnaiz, 2007) ?

Notre film est beaucoup plus ambitieux, il a été tourné en 3D et sortira en stéréoscopique. Les spectateurs utiliseront des lunettes 3D. La qualité du mouvement, des expressions, de l’histoire elle-même est différente, plus sophistiquée. Ces films dont vous parlez sont très simples techniquement. Certains, comme le premier, fonctionnent bien. Tout est bien raconté, contrairement à d’autres tentatives qui ont été faites, mais l’histoire est très locale et fait beaucoup appel à des plaisanteries typiquement mexicaines, ce qui empêche ce type de films de s’exporter facilement. Au contraire, Ana peut être compris dans le monde entier.

Pourtant, on dit souvent que la meilleure manière d’aborder un thème universel est de raconter des histoires sur son univers quotidien. C’est-à-dire, parler de son village pour parler du monde. On dirait qu’avec Ana, vous recherchez exactement le contraire.

L’histoire qui est racontée est tout à fait ordinaire, elle pourrait se passer n’importe où. Mais les personnages ont évidemment des caractéristiques propres à l’idiosyncrasie mexicaine, et certains éléments visuels tiennent de la tradition graphique de notre pays. Mais ça n’a rien à voir avec une vision touristique du Mexique. Le Mexique, c’est beaucoup de choses. Mes histoires peuvent avoir la même force que des histoires venant d’autres pays. Ce film se passe au Mexique, mais il n’est pas excessivement axé sur ce que l’on connaît du Mexique. Il ne reprend pas le cinéma mexicain des années 1950, ceui de l’Indio Fernández, il renvoie à la manière dont nous faisons du cinéma à l’heure actuelle.

Si l’on trace une ligne entre la tradition de l’animation mexicaine et Hollywood, où vous situez-vous en tant que réalisateur ? Êtes-vous plus proche de Hasta los huesos (René Castillo, 2001) ou de Pixar ?

Hasta los huesos ?

Ce n’est qu’un exemple...

Le film se situe entre Hasta los huesos et Pixar. En tout cas, Ana n’est pas une production hollywoodienne. Au Mexique, tout du moins, on a tendance à penser qu’il y a un format prédéfini pour les films commerciaux. De nombreuses tentatives qui sont faites en animation font appel à des gags très hollywoodiens. La structure de ces films et le jeu des personnages sont très américains. Même les inflexions de voix des personnages sont américanisées. Le nôtre est différent. Notre film est mexicain.

Une carrière entre l’animation et la fiction

Comment en êtes-vous venu au cinéma ? Je sais que vous êtes un peu autodidacte.

J’ai commencé par faire de l’animation avec une caméra super-8, puis j’ai pu m’acheter une 16 millimètres. Avant d’intégrer l’école (le CCC), je m’étais déjà exercé de cette manière, et à l’université j’ai réalisé des courts de niveau professionnel. Parallèlement à ces études à l’École de cinéma, j’ai continué à travailler de manière autodidacte, en réalisant d’autres travaux d’animation. C’est comme ça que j’ai commencé à faire du cinéma, grâce à l’animation. Et pendant que je travaillais sur ces films d’animation, j’ai aussi été assistant réalisateur, ce qui m’a appris la direction d’acteurs et l’adaptation d’un texte à la scène. Tout cela m’a permis de débuter, une fois mes études terminées, avec La mujer de Benjamín, mais il faut dire que les courts avaient bien fonctionné et qu’ils m’avaient déjà valu une certaine reconnaissance lorsqu’on m’a confié la réalisation de ce long-métrage de fiction.

Lorsqu’on voit vos films ou qu’on lit votre CV, il est surprenant de constater que vous avez été aussi bien réalisateur de documentaires, de fictions, d’animation, que scénariste ou producteur. Comment vous définiriez-vous ? Quelle partie prime dans cette carrière aussi éclectique ?

Je me vois comme un réalisateur de fiction et d’animation. L’un et l’autre. J’adore le documentaire, mais j’en ai fait très peu. Je me sens plus à mon aise dans la fiction. Et si j’ai été scénariste, producteur et monteur, c’était plus par nécessité que par vocation.

À un moment de sa carrière, Bergman disait que le théâtre était sa femme et le cinéma, sa maîtresse. Concernant la fiction et l’animation, laquelle est votre femme, laquelle est votre maîtresse ?

Je suis bigame. Chacune a ses avantages et ses inconvénients. L’animation permet d’exprimer les choses immédiatement et de manière plus conforme à sa propre vision. Ce que l’on imagine est représenté tel quel à l’écran. Et ce qui est bien avec la fiction, c’est que les “accidents”, tout comme l’équipe de personnes avec lesquelles on travaille, font également avancer la production. Les deux procédés me plaisent beaucoup. En ce qui concerne l’animation, je n’aime pas le fait qu’il faille autant de temps pour faire un film ; quant à la fiction, je n’aime pas devoir sans cesse batailler avec les producteurs.

Quels réalisateurs pourriez-vous considérer comme vos maîtres, comme les grands-pères d’Ana ?

En animation, j’aime beaucoup les frères Quay [Timothy et Stephen Quay, La rue des crocodiles, 1986] et le travail de Jan Svankmajer [Alice, 1988]. Mais je suis surtout un grand admirateur de Tex Avery [créateur de Daffy Duck, Bugs Bunny, Porky, etc.]. J’aime les films d’animation des années 1950, dans lesquels l’humour et la manière dont les personnages s’expriment, lorsqu’ils font les fous, n’ont plus rien à voir avec le cinéma de fiction. C’est à cette époque qu’on a laissé libre cours à l’animation et à l’anarchie, et c’est pour cela que j’aime tant ces films. Je crois aussi que mon travail a été influencé par la peinture expressionniste. Quant au cinéma de fiction, il m’est très difficile de parler d’influences, mais j’ai été marqué par les cinéastes mexicains des années 1970, comme Arturo Ripstein et Felipe Cazals.

Avez-vous d’autres projets d’animation en tête ou votre prochain film sera-t-il une fiction ?

7Ce sera probablement une fiction. Je réfléchis à quelques idées, mais j’ai aussi des scénarios d’animation. Entre deux longs-métrages d’animation, le plus probable est que je réalise un projet de fiction.

Haut de page

Table des illustrations

Crédits DR © Lo Coloco Films, SA de CV México, 2010
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/968/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/968/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/968/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/968/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ignacio del Valle, « Ana, le défi en trois dimensions de Carlos Carrera », Cinémas d’Amérique latine, 19 | 2011, 20-24.

Référence électronique

Ignacio del Valle, « Ana, le défi en trois dimensions de Carlos Carrera », Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 19 | 2011, mis en ligne le 01 décembre 2011, consulté le 17 août 2017. URL : http://cinelatino.revues.org/968 ; DOI : 10.4000/cinelatino.968

Haut de page

Auteur

Ignacio del Valle

Hispano-chilien, il a suivi des études d’Information sociale à l’Université catholique du Chili et a obtenu un master en esthétique audiovisuelle à l’Université de Toulouse II. Il y prépare actuellement une thèse sur le Nouveau Cinéma latino-américain et enseigne le cinéma latino-américain au Centre universitaire Jean-François Champollion, à Albi. Il fait partie du comité de rédaction de la revue Cinémas d’Amérique latine et du conseil d’administration de l’Association Rencontres Cinémas d’Amérique latine de Toulouse (ARCALT).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org