Navigation – Plan du site

CLACPI : Organisation latino-américaine de cinéma et communication des peuples indigènes

Communiqué des réalisateurs des terres indiennes
p. 182-183

12e Festival international de cinéma des peuples autochtones Temuco (Chili), Neuquen (Argentine), Wallmapu (Nation Mapuche) 2015

Image 100000000000120000000D800789E6DA.jpg

L’organisation du 12e Festival par CLACPI a déjà commencé. Pour la première fois il aura lieu en territoire indien, transcendant les frontières des pays, et devenant un important pari politique et de visibilisation de la lutte de tous les peuples indiens. Ce festival représente ainsi le point culminant des 30 ans d’histoire de CLACPI !

C’est un moment de rencontre et de réflexion pour les communicants indiens et ceux qui travaillent sur le thème du cinéma et vidéo indigène en Amérique latine. Ce festival génèrera des espaces d’échanges et d’enrichissement culturel entre les peuples indiens et la société chilienne et argentine.

En 1985, le Conseil, aujourd’hui appelé Organisation latino-américaine de cinéma et communication des peuples indiens (CLACPI) est créée suite au premier festival latino-américain de cinéma et vidéo des peuples indiens dans la ville de México, festival né de l’initiative même des communautés. Aujourd’hui, elle est composée de nombreuses organisations qui utilisent la communication comme outil d’affirmation culturelle et de transformation sociale dans les régions indiennes de l’Abya Yala (Amérique latine). Cette forme de communication est liée à un processus d’auto-affirmation de la part des communautés et organisations indiennes de tout le continent.

Le travail mené par CLACPI comprend la production et la diffusion de matériel audiovisuel sur les cultures indiennes et surtout des affaires d’intérêt pour ses organisations, mais elle accorde aussi une grande importance à la formation des organisations indiennes dans le domaine de la production et réalisation de films et dans la gestion des équipements nécessaires.

L’objectif que les communautés elles-mêmes puissent décider du quoi et du comment de leurs films et les réaliser dans leurs propres langues, valeurs socio-culturelles, et à partir de leur prope cosmovision.

Les thèmes des films sont généralement centrés sur la culture, les droits de l’homme, le territoire, de la mémoire, la militarisation, la famille, la violence…

Certaines de ces productions ont été diffusées à la télévision mais le Festival international de cinéma et vidéo indigène reste l’espace privilégié où les producteurs et réalisateurs partagent leurs visions, réfléchissent sur les directions à prendre et célèbrent la communication comme élément de cohésion et de développement populaire.

Du côté identitaire, il existe une négation importante de la composante indigène qui représente la majorité de la population métisse latino-américaine. Les valeurs qui caractérisent la culture moderne dominante basée sur le modèle socio-économique néolibéral s’opposent à la cosmovision des cultures indiennes, ce qui crée un terrain propice à la violation réitérée de nos droits humains. Du point de vue mercantile, les peuples indigènes qui s’opposent à la destruction de lieux parce qu’ils les considèrent source de vie sacrée ne sont que “des obstacles au progrès”. Mettant en évidence la complicité des gouvernements et de la justice, la criminalisation des communicant-e-s indigènes est devenue un scénario banal, ce qui les amène à se battre constamment contre la fermeture de leurs radios, les processus judiciaires et l’emprisonnement, sans oublier qu’un grand nombre d’entre eux comptent parmi les assassinés de notre continent.

Les festivals internationaux de cinéma et vidéo indigène nous ont permis de nous réunir, de réfléchir sur la construction d’une image propre et d’avancer vers une position politique plus représentative de notre propre travail en tant que communicants autochtones, basée sur l’oralité et l’équilibre spirituel, caractéristique de nos racines et de nos méthodes d’apprentissage.

Ces expériences nous ont incités à organiser d’autres festivals dans d’autres régions et cultures d’Amérique latine : Prix Anaconda aux vidéos indigènes ; Amazónico du Chaco et Forêts tropicales d’Amérique latine et des Caraïbes. Nous sommes certains que nos efforts participent à la construction d’une Amérique latine plus libre, plus juste, plus diverse et plus à l’écoute de ses racines.

www.clacpi.org
ApatapelÁ
membre et représentant de CLACPI en France

  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org