Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Aquí no pasa nada, Juan José Lozano

Éditions Albatros, Genève, 2013
Odile Bouchet
Traduction de Odile Bouchet
p. 179
Référence(s) :

Aquí no pasa nada, Juan José Lozano, Éditions Albatros, Genève, 2013

Cet article est une traduction de :
Aquí no pasa nada, Juan José Lozano

Texte intégral

1Les éditions Albatros, de Genève, Suisse, publient Aquí no pasa nada, le premier roman de Juan José Lozano, cinéaste documentariste colombien-suisse à qui nous devons Témoin indésirable (2008) et Impunity (2009), que nous avons projetés lors de Cinelatino.

2Si bien des fictions trouvent leur origine dans la littérature, voici un roman dont les racines plongent dans le cinéma, et pas n’importe lequel : le documentaire est bien le géniteur de cette fiction romanesque composée de successives mises en abymes, où un romancier de Bogotá filme pour un étranger, et où film et roman s’entrecroisent pour engendrer à leur tour un autre type de récit, le récit d’évasion, de l’impossible évasion de la situation de guerre, thème central des préoccupations de l’auteur.

3Le roman est dense et son écriture passe par des séries impressionnantes de marques d’armes diverses, de descriptions de chaos : chaos des vies et des rues, chaos d’une société où les égouts sont habités, où tout est achetable et où le prix d’achat est décidé par le vendeur, ville sans loi apparente où ceux qui veulent suivre une routine sont tôt ou tard condamnés à périr dans la violence enchevêtrée des narcos avec les paramilitaires, de la guérilla sous-jacente et des forces de l’“ordre”, si l’on peut encore les appeler ainsi, le tout clairement téléguidé du Nord.

4Du chaos sentimental des personnages, jamais très amoureux mais sans haine particulière non plus, émerge une trame à plusieurs étages où l’écrivain finit par intervenir pour tenter de remettre de l’ordre, comme si écrire sur ce thème ne permettait pas un rendu des désordres à étages et chausse-trapes divers. Il lui arrive de s’y perdre un peu du reste, à force d’avancer dans son roman en voulant recouvrir la totalité d’une réalité difficile à cerner.

5Très cinématographique, ce roman nous emporte au pays de la guerre totale, dans une ville écroulée qui finalement est liée à toutes les destructions du monde, et dont les ramifications absurdes révèlent l’absurdité des procédés de persécution, là et partout ailleurs.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/935/img-1.png
Fichier image/png, 20k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Odile Bouchet, « Aquí no pasa nada, Juan José Lozano », Cinémas d’Amérique latine, 22 | 2014, 179.

Référence électronique

Odile Bouchet, « Aquí no pasa nada, Juan José Lozano », Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 22 | 2014, mis en ligne le 01 octobre 2014, consulté le 17 août 2017. URL : http://cinelatino.revues.org/935

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org