Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Humberto Mauro, Cinema, História. Eduardo Morettin

Alameda Editorial, São Paulo, 2013
Fábio Uchôa
Traduction de Hélène Harry
p. 177-178
Référence(s) :

Humberto Mauro, Cinema, História. Eduardo Morettin, Alameda Editorial, São Paulo, 2013

Cet article est une traduction de :
Humberto Mauro, Cinema, História. Eduardo Morettin

Texte intégral

1Depuis les premiers travaux de recherche de Marc Ferro sur les relations entre Cinéma et Histoire, le champ de l’historiographie consacré au cinéma a conquis beaucoup de terrain dans les milieux universitaires. Dans le cas du Brésil, une génération de jeunes chercheurs de l’Université de São Paulo a donné un nouveau souffle au champ, en initiant une série d’enquêtes et une nouvelle manière d’aborder le cinéma selon une perspective historiographique. C’est dans ce contexte qu’Eduardo Morettin, historien et professeur de cinéma à l’École de communications et d’arts de l’Université de São Paulo, a l’an passé publié Humberto Mauro, Cinema, História. Cette œuvre d’envergure est l’aboutissement d’une longue trajectoire consacrée à la recherche. Il s’agit en outre d’une contribution considérable à la recherche interdisciplinaire sur le Cinéma et l’Histoire du Brésil.

2Le titre en trois parties rend hommage à Paulo Emilio Salles Gomes qui, en 1974, a publié Humberto, Cataguases, Cinearte, la première étude importante sur Humberto Mauro. Ce cinéaste a accompagné le passage du cinéma muet au cinéma sonore au Brésil. Il s’agit d’une figure fondamentale du Cycle de Cataguases dans les années 1920. À partir de 1937, il collabore avec l’INCE (Instituto Nacional do Cinema Educativo), organe créé par l’Estado Novo de Getúlio Vargas.

  • 1 Les bandeirantes sont les pionniers qui, à partir du XVIIe siècle, pénétrèrent à l’intérieur du Bré (...)

3Les films d’Humberto Mauro analysés par E. Morettin, O descobrimento do Brasil (1937) et Os bandeirantes (1940), s’inscrivent dans le circuit de production et de conservation d’une mémoire particulière, liée au projet idéologique conservateur de monumentalisation du passé du pays, mené par le régime de Vargas. Dans ce contexte, l’INCE et le Musée Paulista dirigé par Affonso de Taunay ont travaillé ensemble afin de créer une représentation officielle du pays incluant le mythe de la “découverte” du Brésil, ainsi que celui de la conquête de l’intérieur du pays par les bandeirantes1 de São Paulo.

4Du point de vue de son approche, E. Morettin rend opérationnelle l’analyse de films considérés comme des documents-monuments, c’est-à-dire des montages révélant les intentions de groupes et d’individus dans un contexte social déterminé. Ainsi, ce qui intéresse l’historien-analyste, ce sont les stratégies d’authentification du discours cinématographique, tout comme les consonances et dissonances avec les projets idéologiques de l’époque. Pour ce faire, E. Morettin procède en deux temps. Il commence d’abord par une analyse “de ce qui se dit”, en prenant en compte les désaccords historiographiques, au-delà de la circulation des idées et des images, concernant les thèmes, quels que soient les supports et les contextes – peintures, sculptures, livres didactiques, discours et événements publics. Dans un second temps, il réalise un examen minutieux des relations entre sons et images, en soulignant les décisions du cinéaste et des autres personnes impliquées dans le projet, et mettant ainsi l’accent sur “comment cela est dit”. Ces deux mouvements se complètent et permettent de montrer le positionnement ambigu des films d’Humberto Mauro face au contexte d’origine.

5Dans le cas de O descobrimento do Brasil, l’auteur compare attentivement la partition musicale d’Heitor Villa-Lobos, écrite en accord avec le projet nationaliste de l’Estado Novo, et la construction du film par Humberto Mauro. Dans Os bandeirantes, E. Morettin examine l’utilisation de la collection du Musée Paulista (toiles et statues) en tant que source d’inspiration pour créer la mise en scène. Dans les deux cas, on trouve certaines incohérences, notamment la présence de tonalités mélancoliques, montrant que les films ne correspondent pas aux attentes épiques et monumentalisantes de leurs commanditaires. Ces moments nous permettent d’observer des incohérences entre le cinéma et les autres formes artistiques de l’époque, considérées comme des discours d’authentification scientifique. Nous corroborons l’impossibilité de considérer Humberto Mauro comme un simple cinéaste au service de l’Estado Novo. Une œuvre à la hauteur de Mauro.

Haut de page

Notes

1 Les bandeirantes sont les pionniers qui, à partir du XVIIe siècle, pénétrèrent à l’intérieur du Brésil à la recherche de richesses minérales ou d’indigènes à réduire en esclavage (NDT).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/930/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 426k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fábio Uchôa, « Humberto Mauro, Cinema, História. Eduardo Morettin », Cinémas d’Amérique latine, 22 | 2014, 177-178.

Référence électronique

Fábio Uchôa, « Humberto Mauro, Cinema, História. Eduardo Morettin », Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 22 | 2014, mis en ligne le 01 octobre 2014, consulté le 29 avril 2017. URL : http://cinelatino.revues.org/930

Haut de page

Auteur

Fábio Uchôa

Pós-doutorando em Imagem e Som pela Universidade Federal de São Paulo

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org