Navigation – Plan du site

Combien de femmes sommes-nous dans la production audiovisuelle ?

Clara Kriger
Traduction de Laurine Mathie, Sophie Bourdieu, Delphine Chane Sone, Nathalie Feucht, Marie Lac, Pierre Laurent, Christian Lichiardopol, Julie Luraschi, Erell Le Lorec, Marianne Masi, Laurine Mathieu, Sigrith Mazurat, Carmen Royuela Sanchis, Manon Saporte, Cecilia Traincart et Lisa Villa
p. 68-79
Cet article est une traduction de :
¿Cuántas somos en la producción de imágenes y sonido?

Résumés

De nos jours, nous pouvons observer une certaine hétérogénéité dans les professions exercées par les femmes dans l’industrie cinématographique argentine. Cependant, nous verrons dans la suite de cet article que la réalité n’est pas si simple et que de nombreux paradoxes existent.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Elle a commencé dans les studios de cinéma Side, puis a travaillé pour les studios San Miguel jusqu (...)

1Il est bien connu que la main-d’œuvre féminine a toujours été peu présente dans le cinéma classique argentin, en dehors des métiers liés aux costumes et à l’interprétation. Il y a de cela plusieurs années, j’ai interviewé Margarita Bróndolo, une coupeuse de négatifs argentine compétente, afin de recueillir des informations sur son expérience de l’industrie cinématographique. Les aléas de sa longue carrière1 ont été très utiles pour comprendre le champ des possibilités qui s’offraient à cette époque. Margarita m’a raconté que dans les années 1940, elle voulait devenir monteuse. Pour cela, elle étudiait et s’entraînait dans les studios après le travail puisque, comme nous le savons, c’était là-bas que se faisait la formation aux métiers techniques du cinéma. Les femmes étaient les bienvenues lorsqu’il s’agissait de manipuler le matériel filmique car on disait que leurs petites mains délicates le protégeaient “naturellement”, mais le désir de Bróndolo de prendre des décisions concernant la construction et la signification d’un film s’était heurté à un mur. Les hommes appartenant aux sections techniques, soutenus par leur syndicat, se considéraient lésés par l’accès d’une femme à la zone de montage. Ils manifestèrent immédiatement leur désaccord auprès d’elle et des dirigeants de l’entreprise ce qui, dit-elle, la fit se sentir trop vulnérable et soumise à une trop grande pression pour continuer son aventure. Elle préféra abandonner son projet et préserver son emploi.

  • 2 Conde Mariana Inés, “Cine argentino y género femenino: un asunto que no es de polleras”, 3as Jornad (...)

2Comme le souligne Mariana Inés Conde, lorsque l’on compte le nombre de femmes parmi les métiers techniques de l’époque, au-delà du fait qu’elles étaient rares, ce qui saute aux yeux c’est que, sur le plateau, les costumiers étaient systématiquement des costumières. En outre, cette fonction était considérée comme “un métier technique mineur dans la production cinématographique, sans comparaison possible avec la photographie ou la réalisation2”. Les autres femmes présentes sur le plateau étaient les actrices dont la dynamique d’insertion professionnelle constituait en quelque sorte une exception dans la logique de l’industrie audiovisuelle.

3La modernisation du cinéma argentin a entraîné, en plus de l’émergence de formats et thèmes nouveaux, l’intégration progressive des femmes au sein des différents métiers de la production et de la distribution au sens large. Cinquante ans après, ce processus a donné naissance à un panorama différent de celui précédemment décrit. De nos jours, on observe une grande hétérogénéité dans les professions exercées par les femmes dans l’industrie audiovisuelle, et ce, même dans les postes à responsabilités, telle la présidence de l’Institut national du cinéma et des arts audiovisuels.

  • 3 Un grand merci à toutes les personnes des différents organismes qui m’ont aidée à recueillir ces do (...)

4Cependant, nous verrons dans la suite de cet article que la réalité n’est pas si simple et que de nombreux paradoxes existent. L’objectif ici est d’étudier la place que nous, femmes, occupons actuellement dans les différents métiers du cinéma en nous appuyant sur des données, des témoignages et des réflexions3.

Les statistiques et leurs paradoxes

5Pour comprendre les facteurs à l’origine de l’augmentation du nombre de femmes dans les diverses professions du milieu cinématographique, il est nécessaire de prendre en compte les transformations sociales qui les ont poussées à occuper tout type de poste, mais aussi les nouveautés du secteur. En ce sens, la nouveauté la plus significative a sans doute été la mise en place d’écoles et universités spécialisées dans l’enseignement de la création audiovisuelle, dont les postes vacants sont demandés dans la même proportion par les hommes et les femmes. Au cours des dernières années, ces institutions éducatives variées sont devenues une source de main-d’œuvre qualifiée qui investit le marché du travail, apportant des idées et des pratiques innovantes. Lorsque l’on compare les statistiques publiées par deux des plus emblématiques de ces institutions avec les chiffres rendant compte de la répartition des hommes et des femmes dans la profession, un paradoxe émerge : alors que ces dix dernières années, presque autant de femmes que d’hommes ont obtenu un diplôme après des études techniques ou universitaires dans le secteur audiovisuel, le pourcentage des femmes travaillant dans ce domaine est toujours bien inférieur à celui des hommes.

  • 4 Pour l’année 2002 : 43,33 % ; 2003 : 58,82 % ; 2004 : 50 % ; 2005 : 52,78 % ; 2006 : 46,34 % ; 2007 (...)
  • 5 Pour l’année 2000 : 39% ; 2001 : 50 % ; 2002 : 44 % ; 2003 : 40 % ; 2004 : 47 % ; 2005 : 40 % ; 200 (...)

6Procédons par étapes. Tout d’abord, observons les chiffres avancés par les statistiques de la Universidad del Cine, université privée argentine, et de l’ENERC (École nationale d’expérimentation et réalisation cinématographique), établissement public supérieur. Entre 2002 et 2012, 49,2 %4 des diplômés de cette université et 46 % de ceux de l’ENERC5 étaient des femmes, soit 318 diplômées.

7Ces chiffres sont la preuve indubitable qu’un fait singulier a modifié le panorama des activités cinématographiques et publicitaires : de nos jours, la profession compte un nombre important de femmes qui arrivent sur le marché du travail avec les connaissances nécessaires pour exercer tout type de travail technique et créatif.

  • 6 Statistiques extraites de l’Enquête permanente sur les ménages, section J, qui inclut les secteurs  (...)

8Une donnée intéressante se dégage des statistiques publiées par l’ENERC : les femmes s’orientent vers les différentes spécialités de façon assez égale. En effet, 21 % d’entre elles choisissent la photographie, 21 % l’écriture scénaristique, 20 % la production, 20 % la réalisation et 14 % le montage. L’ingénierie du son fait exception avec seulement 4 % des étudiantes. Quoi qu’il en soit, on pourrait penser que ces pourcentages garantiraient une présence féminine indiscutable dans presque tous les secteurs. Cependant, les chiffres bruts sur la présence des femmes dans le milieu professionnel reflètent une toute autre réalité. Les données de l’Institut national de statistiques et de recensement argentin (INDEC) révèlent qu’en 2011 et 2012 le pourcentage de femmes travaillant dans le secteur industriel qui inclut les tâches cinématographiques était de 28,99 %6.

  • 7 Selon le rapport du DEISICA : 2003 : 29,56 % ; 2004 : 30,08 % ; 2005 : 31,38 % ; 2006 : 31,54 % ; 2 (...)

9Afin de ventiler ces données, nous aurons recours aux chiffres recueillis par les syndicats et les associations corporatives qui réunissent directeurs et salariés de chaque secteur. Grâce au Syndicat de l’industrie cinématographique argentine, nous découvrons ainsi qu’entre 2003 et 2012 les femmes n’occupaient que 31,25 % des postes. Or, presque la moitié d’entre eux correspond aux branches traditionnellement conquises par les femmes, à savoir création artistique et costumes dans le secteur du cinéma, et production dans celui de la publicité, ce qui n’est guère prometteur7.

  • 8 Ces données peuvent être consultées sur les sites internet des organismes. Dans certains cas, elles (...)

10Toujours pour vérifier ces statistiques, observons les données des plus importantes associations réunissant directeurs, producteurs et autres métiers, comme dans la photographie ou le montage8 On observe que, dans certains cas, le pourcentage de la participation féminine est très bas et représente dans le meilleur des cas environ 30 %. En d’autres termes, les “femmes qui travaillent” dans le secteur du cinéma (pour paraphraser le film de Manuel Romero) sont statistiquement moins nombreuses que celles qui obtiennent un diplôme dans le domaine, et dans certains secteurs les inégalités hommes-femmes sont toujours très importantes.

INSTITUTION

NOMBRE TOTAL DE MEMBRES

NOMBRE DE FEMMES

%

DAC : Association générale de réalisateurs auteurs cinématographiques et audiovisuels

122

14

11,47 %

docuDAC

43

10

23,25 %

ADN : Association de réalisateurs et producteurs de cinéma documentaire indépendant d’Argentine

46

13

28,26 %

DOCA : Documentaristes argentins

135

49

36,29 %

APIMA : Association de producteurs indépendants de l’audiovisuel

54

16

18,50 %

PCI : Projet de cinéma indépendant

50

16

32 %

ADF : Association argentine d’auteurs de photographie cinématographique

94

14

14,89 %

EDA : Association d’éditeurs audiovisuels en Argentine

30

10

33,33 %

APROCINEMA Association argentine de producteurs de cinéma et d’audiovisuel

20

5

25 %

  • 9 Cette liste du personnel est complétée par les listes spéciales de quatre membres d’honneur (dont d (...)

11Dans la lignée de ce que nous avons vu jusqu’ici, nous analyserons d’autres données fournies par l’Académie des arts et des sciences cinématographiques d’Argentine qui, d’après son site Internet, est “composée d’artistes, de techniciens et de professionnels parmi les plus remarquables de notre cinéma”. Ce sont eux qui sont chargés de sélectionner les films argentins qui représenteront le pays lors des remises de prix annuelles d’académies étrangères, comme prévu par leurs règlements. D’après la liste des personnes répertoriées, l’Académie compte 312 membres, dont 27,88 % appartenant à la “gent féminine”. On observe, sans grande surprise, que les femmes continuent à occuper une place solide dans les secteurs création artistique et interprétation (62 et 48 % respectivement). Cependant, leur part diminue dans les autres branches du domaine (production : 26 % ; écriture scénaristique : 25 % ; animation et effets spéciaux : 17 % ; réalisation : 15 % ; montage et son : 14 % ; photographie : 13 % et musique : 0 %)9.

Lita Stantic récompensée par la ville autonome de Buenos Aires, 16 août 2012.

Lita Stantic récompensée par la ville autonome de Buenos Aires, 16 août 2012.

12Ces statistiques sont-elles de mauvais augure ? Quelles sont les causes de cette présence féminine si faible dans certains secteurs professionnels et de cette distribution du travail si traditionnelle au sein des métiers de l’audiovisuel ?

13Tout d’abord, rappelons que ces statistiques reflètent une réalité : les femmes sont en train de conquérir des postes qu’elles n’auraient jamais pu obtenir auparavant, même s’il reste encore du chemin à parcourir.

14Selon certaines figures féminines issues de différents domaines, depuis les années 1980, le nombre de femmes augmente progressivement dans le secteur, et ce pour plusieurs raisons. D’une part, leur augmentation est liée à la plus grande légèreté du matériel (caméras, projecteurs, etc.), ce qui facilite la tâche des assistantes comme des réalisatrices. D’autre part, comme nous l’avons déjà fait remarquer, cette évolution lente est directement proportionnelle à l’augmentation du nombre d’universités, d’écoles et de stages qui ne sont pas vecteurs d’une tradition où les pratiques discriminatoires prédominent. Cela est d’autant plus important qu’il s’agit d’une industrie où l’intégration massive des femmes suppose un changement culturel considérable. Il est ainsi possible que cette relation étroite et inévitable avec le monde de l’éducation ait impulsé une dynamique favorisant le changement. Certaines femmes qui occupent des postes auparavant exclusivement masculins expliquent que le secteur était historiquement marqué par le sexisme : il y avait des espaces réservés aux hommes dans les principales branches techniques et aux femmes dans les branches les plus manuelles. Elles reconnaissent que les hommes restent majoritaires aujourd’hui, mais de façon générale il y a beaucoup de femmes, au moins quelques-unes dans chaque filière, et même des chefs d’équipe.

15Nous pouvons observer à travers ces récits que nous sommes en train de vivre une transition dans laquelle les femmes sont surqualifiées par rapport aux postes qu’elles occupent ; cela est dû à la résistance de quelques employeurs et et dans d’autres cas à des difficultés qui dépassent le secteur audiovisuel et font partie de la grande problématique du genre que l’on retrouve dans d’autres secteurs industriels.

  • 10 Selon www.cinenacional.com : année 2000 : 2 % ; 2001 : 21 % ; 2003 : 20 % ; 2004 : 13 % ; 2005 : 19 (...)

16Les réalisatrices en sont l’exemple parfait. Si nous demandons à notre entourage des noms de jeunes réalisatrices argentines, nous en obtiendrons un bon nombre. De même, si nous feuilletons les livres publiés sur le cinéma contemporain, nous trouverons de nombreuses pages consacrées aux réalisatrices les plus connues, les plus citées étant probablement Lucrecia Martel et Albertina Carri. Pourtant, si nous faisons le compte, le nombre de femmes ayant réalisé des longs-métrages ces dix dernières années atteint un pourcentage étonnamment bas : 17,69 % entre 2000 et 201210.

Glenda Charles, ingénieure du son du film Lulú, film de Luis Ortega (2013)

Glenda Charles, ingénieure du son du film Lulú, film de Luis Ortega (2013)

17Cette proportion réduite de femmes parmi les réalisateurs confirme le “plafond de verre” décrit par Morrison et Von Glinow, auquel se heurtent les femmes et les minorités dans leur ascension vers les postes de direction.

18Beatriz di Benedetto, qui a derrière elle une longue carrière de costumière, fait remarquer que ceux qui choisissent le rôle de réalisateur dans les petites productions, notamment nationales, doivent en général se charger d’obtenir les financements nécessaires au projet. Il semblerait que convaincre les investisseurs soit plus difficile pour les femmes parce que l’argent circule dans des cercles de pouvoir qui sont masculins par définition. Ainsi, il n’est pas surprenant que le conseil d’administration de la Chambre argentine des exploitants de multiplexes (Cámara Argentina de Exhibidores Multipantalla), organisation réunissant les entreprises qui réalisent les transactions majeures dans le monde du spectacle (Cinemark, Hoyts General Cinemas de Argentina, Village Cinemas), ne soit composé que d’hommes.

19Les jeunes réalisatrices vont dans le même sens et expliquent que les préjugés contre les femmes sont palpables dans les réunions où se décident les projets et les investissements. Il est important de souligner que ces difficultés subsistent même si les films réalisés par beaucoup de ces femmes ont été récompensés par de nombreux prix, tant au niveau national qu’international.

Qu’en est-il de la critique journalistique et académique ?

20La presse spécialisée, bien qu’étant l’un des moteurs du domaine du cinéma, est la grande oubliée des études, articles et essais écrits à ce sujet. Cet espace, essentiel à la promotion des films et à la mise en place de consensus autour de lignes esthétiques, thématiques ou stratégiques, est traditionnellement dominé par les hommes. Les inégalités y sont aujourd’hui encore plus marquées qu’au cœur de l’industrie audiovisuelle car le processus d’intégration des femmes prend trop de temps. Il est plus facile de glisser une critique de film écrite par une femme dans des publications électroniques que dans la presse écrite. Les rubriques cinéma des principaux quotidiens argentins sont presque toujours confiées à des hommes. Voici un bon exemple d’inégalité de genre lors de la répartition des tâches : les critiques pour les premières des films sont écrites par un groupe d’hommes attitrés, tandis que quelques femmes signent des papiers traitant des vicissitudes diverses et variées du monde du spectacle.

21Au regard des faits actuels, il va sans dire que ces disparités ne viennent pas du manque de qualification des femmes journalistes ou critiques de cinéma. En revanche, les femmes ont gagné beaucoup de terrain dans l’arène de la critique académique. L’Association argentine d’études sur le cinéma et l’audiovisuel compte plus de 200 chercheurs et professeurs, dont 62 % de femmes. Il faut également observer que, lors du colloque de 2012 organisé par cette association, environ 60 % des rapports présentés ont été rédigés par des femmes. Maintenant, passons rapidement en revue les chaires universitaires axées sur les médias audiovisuels. On trouvera parmi le personnel enseignant un très grand nombre de professeures respectées tant pour leurs connaissances et réflexions théoriques que pour leurs compétences nécessaires à la définition des pratiques quotidiennes du secteur audiovisuel.

Cruz Tamae Garateguy, réalisatrice de Pompeya (2010), Festival de cinéma de Mar de Plata, novembre 2010

Cruz Tamae Garateguy, réalisatrice de Pompeya (2010), Festival de cinéma de Mar de Plata, novembre 2010

22Si l’on compare la place des femmes dans le journalisme à celle qui leur est accordée dans l’enseignement et la recherche, la différence est grande. Elle peut s’expliquer par l’effet tremplin offert par une tribune publique et par l’échelle de rémunération. Au-delà de l’augmentation significative des salaires dans le milieu universitaire ces dix dernières années, on peut présumer qu’ils sont plus bas que dans les mass-media.

23Quoi qu’il en soit, nous les femmes, restons plutôt confinées au milieu traditionnel, c’est-à-dire l’enseignement, et continuons à lutter pour être intégrées à d’autres milieux qui nous sont hostiles.

La clé réside dans la multiplication

24La phrase “L’entrée des femmes dans le secteur de l’audiovisuel est fracassante” revient à plusieurs reprises lorsque l’on demande un avis sur le sujet. C’est en tout cas le point de vue de ceux qui portent le processus de changement, même si la réalité concrète qui ressort des statistiques est plus nuancée.

25Cette impression est sans aucun doute due à l’étonnement que suscitent, au quotidien, ces femmes, jeunes, qui dirigent des équipes, prennent des décisions, se rendent sur les plateaux de tournage avec leurs enfants en bas âge et ont recours à tout type de solution, au niveau familial, afin de pouvoir être compétitives dans les différents métiers du cinéma.

26Ce nouveau paysage laisse-t-il présager un quelconque changement dans le domaine de la créativité ? La proportion plus ou moins grande de femmes occupant un emploi dans le vaste univers audiovisuel a-t-elle quelque chose à voir avec l’existence ou la reproduction d’un regard genré ?

  • 11 Stites Mor Jessica, “Transgresiones y responsabilidades: desplazamientos de los discursos feminista (...)

27Dans son article, Mariana Conde fait remarquer que les premières femmes à avoir occupé une place importante dans ce milieu ne se sont pas illustrées par la mise en avant de propositions que l’on aurait pu, à ce moment-là, appeler “féministes”. L’auteure craint que la faible part de femmes impliquées ait empêché de “saisir un ton différent et, peut-être, des problématiques différentes”. De son côté, Jessica Stites Mor affirme qu’“avant María Luisa Bemberg, il est difficile de parler d’une représentation féminine dans le panorama cinématographique national11”. Le cinéma de cette réalisatrice soulignait ainsi l’occultation et la subordination de l’action féminine et tentait de rendre compte de nombreuses situations où ces phénomènes persistaient dans des milieux variés tels que la politique, l’art, l’éducation, l’économie, entre autres. Par la suite, Lita Stantic a été le lien entre les récits de Bemberg, riches en personnages transgresseurs, et la génération contemporaine, qui ne cherche pas de références dans les discours féministes.

Inés Cullen, responsable de la chimie et la sensitométrie chez Cinecolor, chargée des contrôles chimiques et sensitométriques des processus des laboratoires du groupe dans la région

Inés Cullen, responsable de la chimie et la sensitométrie chez Cinecolor, chargée des contrôles chimiques et sensitométriques des processus des laboratoires du groupe dans la région

28De nos jours, malgré l’importance acquise par l’organisation “la femme et le cinéma”, il n’existe pas de catégorie “femmes” lorsqu’il s’agit de classer ou de qualifier la production cinématographique argentine. Une grande partie de la critique reproduit le discours classificateur selon lequel le film d’action est le genre préféré des hommes, alors que la recherche intérieure est propre au regard féminin (une fois encore, l’extérieur et la sphère publique sont associés au monde masculin tandis que la sphère intérieure, privée et sentimentale est associée au monde féminin). En réalité, si nous observons les pratiques professionnelles qui se sont développées ces dernières années, nous constatons qu’elles sont totalement variées et hétérogènes. Des films qui abordent la question des différentes places de la femme dans la société (La ciénaga, Lucrecia Martel, 2001), ou qui remettent en question les structures familiales et sociales hégémoniques (Por tu culpa, Abahí Berneri, 2010) coexistent avec des films d’action (Pompeya, Cruz Tamae Garateguy, 2012), ainsi qu’avec d’autres films bien évidemment destinés au grand public (Los Marziano, Ana Katz, 2011) ou encore des films dans lesquels apparaît le thème de la reconnaissance de nouvelles subjectivités et de nouvelles identités sexuelles (El último verano de la boyita, [Le Dernier été de la boyita], Julia Solomonoff, 2009) ou, enfin, des films qui appellent à un engagement politique réel (Néstor Kirchner, la película, Paula de Luque, 2012).

Victoria Panero. Directrice de la photographie

Victoria Panero. Directrice de la photographie

Plaquette diffusée par l’Association des éditeurs audiovisuels

Plaquette diffusée par l’Association des éditeurs audiovisuels

29Ce processus de transition, qui implique un repositionnement des femmes dans le secteur, se manifeste aussi dans le domaine de la créativité. Outre la recherche d’un regard féminin, la clé de la production réside aujourd’hui dans la multiplication des options. Au même titre, le secteur de la critique doit relever le défi d’accueillir une multitude de points de vue de femmes, qui ont besoin d’espace pour se développer et qui n’acceptent pas d’être exclues de certains milieux, considérés comme plus prestigieux que d’autres. Il est probable que ces processus de transition que nous connaissons soient longs et très fertiles.

Haut de page

Bibliographie

Barrancos Dora, Mujeres en la sociedad argentina. Una historia de cinco siglos, Sudamericana, Buenos Aires, 2007.

Conde Mariana Inés, “Cine argentino y género femenino: un asunto que no es de polleras”, 3as Jornadas de jóvenes investigadores, Instituto de investigaciones Gino Germani, Universidad de Buenos Aires, 29 y 30 de septiembre de 2005.

Morrison Ann y Von Glinow Mary Ann, “Women and minorities in managment”, American Psychologist, vol. 45(2), febrero 1990, p. 200-208.

Stites Mor Jessica, “Transgresiones y responsabilidades: desplazamientos de los discursos feministas en cineastas argentinas desde María Luisa Bemberg hasta Lucrecia Martel”, en Viviana Rangil (ed.), El cine argentino de hoy: entre el arte y la política, Biblos, Buenos Aires, 2007, p. 137-153.

Haut de page

Notes

1 Elle a commencé dans les studios de cinéma Side, puis a travaillé pour les studios San Miguel jusqu’à leur fermeture définitive au milieu des années 1950. Elle a ensuite travaillé pour plusieurs entreprises en tant qu’indépendante.

2 Conde Mariana Inés, “Cine argentino y género femenino: un asunto que no es de polleras”, 3as Jornadas de jóvenes investigadores, Institut de recherches Gino Germani, Université de Buenos Aires, 29 et 30 septembre 2005. Cette intervention met l’accent sur certaines femmes qui exercèrent les métiers de la production, de la scénarisation et de la réalisation à l’époque du cinéma classique argentin.

3 Un grand merci à toutes les personnes des différents organismes qui m’ont aidée à recueillir ces données. Je remercie tout particulièrement Irina Moroni, qui m’a expliqué comment lire les statistiques de l’Institut de statistique argentin (INDEC), ainsi que Lelia González (production), Victoria Panero (photographie), Sol Lopatín (photographie), Laura Bua (montage), Mercedes Alfonsín (direction artistique) et Patricia Pernía (direction artistique), Cruz Tamae Garateguy (mise en scène) pour leurs commentaires enrichissants.

4 Pour l’année 2002 : 43,33 % ; 2003 : 58,82 % ; 2004 : 50 % ; 2005 : 52,78 % ; 2006 : 46,34 % ; 2007 : 47,50 % ; 2008 : 49,32 % ; 2009 : 49,33 % ; 2010 : 54,17 % ; 2011 : 46,32 % ; 2012 : 46,74 %.

5 Pour l’année 2000 : 39% ; 2001 : 50 % ; 2002 : 44 % ; 2003 : 40 % ; 2004 : 47 % ; 2005 : 40 % ; 2006 : 47 % ; 2007 : 51 % ; 2008 : 36 % ; 2009 : 48 % ; 2010 : 45 % ; 2011 : 40 % ; 2012 : 51 %.

6 Statistiques extraites de l’Enquête permanente sur les ménages, section J, qui inclut les secteurs suivants : édition de livres, périodiques et autres activités d’édition ; productions de films cinématographiques, de vidéo et de programmes de télévision ; enregistrement sonore et édition musicale ; programmation et diffusion ; télécommunications ; programmation, conseil et autres activités informatiques et services d’information.

7 Selon le rapport du DEISICA : 2003 : 29,56 % ; 2004 : 30,08 % ; 2005 : 31,38 % ; 2006 : 31,54 % ; 2007 : 32,05 % ; 2008 : 32,22 % ; 2009 : 30,67 % ; 2010 : 31,49 % ; 2011 : 31,33 % ; 2012 : 31,24 %.

8 Ces données peuvent être consultées sur les sites internet des organismes. Dans certains cas, elles ont été fournies par les secrétaires généraux de ces derniers.

9 Cette liste du personnel est complétée par les listes spéciales de quatre membres d’honneur (dont deux femmes) et de six membres associés (dont une femme).

10 Selon www.cinenacional.com : année 2000 : 2 % ; 2001 : 21 % ; 2003 : 20 % ; 2004 : 13 % ; 2005 : 19 % ; 2006 : 20 % ; 2007 : 18 % ; 2008 : 20 % ; 2009 : 30 % ; 2010 : 19 % ; 2011 : 21 % ; 2012 : 13 %.

11 Stites Mor Jessica, “Transgresiones y responsabilidades: desplazamientos de los discursos feministas en cineastas argentinas desde María Luisa Bemberg hasta Lucrecia Martel”, Viviana Rangil (ed.), El cine argentino de hoy: entre el arte y la política, Biblos, Buenos Aires, 2007, p. 141.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Lita Stantic récompensée par la ville autonome de Buenos Aires, 16 août 2012.
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/768/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Glenda Charles, ingénieure du son du film Lulú, film de Luis Ortega (2013)
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/768/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Cruz Tamae Garateguy, réalisatrice de Pompeya (2010), Festival de cinéma de Mar de Plata, novembre 2010
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/768/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Inés Cullen, responsable de la chimie et la sensitométrie chez Cinecolor, chargée des contrôles chimiques et sensitométriques des processus des laboratoires du groupe dans la région
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/768/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Victoria Panero. Directrice de la photographie
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/768/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Plaquette diffusée par l’Association des éditeurs audiovisuels
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/768/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/768/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 223k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Clara Kriger, « Combien de femmes sommes-nous dans la production audiovisuelle ? », Cinémas d’Amérique latine, 22 | 2014, 68-79.

Référence électronique

Clara Kriger, « Combien de femmes sommes-nous dans la production audiovisuelle ? », Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 22 | 2014, mis en ligne le 01 octobre 2014, consulté le 26 juin 2017. URL : http://cinelatino.revues.org/768 ; DOI : 10.4000/cinelatino.768

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org