Navigation – Plan du site

Éditorial

Francis Saint-Dizier
p. 3
Traduction(s) :
Editorial

Texte intégral

1Choisir comme thème Cinéma et politique pour le 25e anniversaire de notre festival Rencontres Cinémas d’Amérique latine de Toulouse, Cinélatino, et pour le 21e numéro de notre revue, est pour nous un retour aux sources, celles du cinéma et celles de notre manifestation.

2Dès ses premiers pas, le cinéma est politique : l’entrée des ouvrières filmée par les frères Lumière est une métaphore des classes sociales, D.W. Griffith réinvente pour l’embellir l’histoire des États-Unis dans Naissance d’une nation, Eisenstein depuis La Grève jusqu’à Ivan le Terrible sature ses films de politique au point d’en faire de la propagande, Jean-Luc Godard parle des siens comme “poétiques/politiques”, et tous les grands auteurs latino-américains comme Glauber Rocha se revendiquent de l’étendard du politique.

3Nous-mêmes, lorsque nous avons commencé cette revue et le festival de Toulouse, nous pensions que le cinéma était le meilleur véhicule possible pour faire connaître les réalités politiques des États-nations de l’Amérique latine aux spectateurs français. Notre vision d’aujourd’hui est beaucoup plus large dans le soutien au septième art, car comme le soulignait à juste titre Victor Hugo en 1848, “lorsque les crises frappent la société, rien n’est plus important que de défendre la culture”, pour nous le cinéma.

4Le rapport entre cinéma et politique semble évident en Amérique latine. Il ne saurait en être autrement dans un continent qui a vu naître et grandir le cinéma dans la tourmente des invasions, des révolutions, des dictatures et violences d’État, des guerres et guérillas, des interventions internationales, des soulèvements, des écrasements suivis de nouveaux soulèvements, de chocs entre le monde indigène et la société issue de la colonie, de l’expérimentation des modèles économiques avec tout ce que ces phénomènes entraînent…

5Actuellement, le continent se trouve à un moment d’activité politique et sociale intense – si l’on entend ce terme d’activité dans son sens sismique. La façon d’aborder ces sujets trouve dans le cinéma latino-américain des esthétiques singulières et multiples, ainsi que des réflexions qui vont au-delà du simple militantisme (au-delà et non pas en marge).

6Le spectre thématique est large, l’histoire est longue, et vaste le continent, raisons pour lesquelles il fallait choisir, inéluctablement. C’est pourquoi, comme vous le constaterez en lisant le sommaire, nous avons donné la parole à des chercheurs qui analysent des formes particulières de l’articulation du cinéma et de la politique. Et comme toujours, nous allons avec vous parcourir le continent du sud au nord, du Chili au Mexique, et même, une fois n’est pas coutume, aux États-Unis en donnant la parole à un Argentin qui parle de la lutte des Afro-Américains.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francis Saint-Dizier, « Éditorial », Cinémas d’Amérique latine, 21 | 2013, 3.

Référence électronique

Francis Saint-Dizier, « Éditorial », Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 21 | 2013, mis en ligne le 09 avril 2014, consulté le 28 mai 2017. URL : http://cinelatino.revues.org/76

Haut de page

Auteur

Francis Saint-Dizier

Directeur de la publication

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org