Navigation – Plan du site

Traces d’archives pour tirer de l’oubli une pionnière du cinéma sud-américain : Josefina Emilia Saleny (1894-1978)

Moira Fradinger
Traduction de Pascaline Rosnet
p. 12-23
Cet article est une traduction de :
Huellas de archivo al rescate de una pionera del cine sudamericano. Josefina Emilia Saleny (1894-1978)

Résumés

Cet article traite de la biographie et de la filmographie de celle que nous supposons être la première femme réalisatrice et professeure de cinéma d’Amérique du Sud, Emilia Saleny. Véritable pionnière du cinéma, Emilia serait née à Buenos Aires, de parents italiens. Ayant débuté sa carrière comme actrice de théâtre, elle devint rapidement cinéaste et fonda une académie de cinéma à Buenos Aires.

Haut de page

Texte intégral

Emilia Saleny con 21 años, revista Caras y Caretas (Buenos Aires, 1915)

Emilia Saleny con 21 años, revista Caras y Caretas (Buenos Aires, 1915)
  • 1 Les données biographiques sur Emilia Saleny que j’inclus dans cet article sont le résultat de reche (...)

1Longs et sinueux sont les chemins qui nous permettent de rassembler la maigre documentation existante sur les femmes pionnières du cinéma dans le monde. Ceci, on le sait, pourrait aussi s’appliquer d’une manière générale à la recherche historique concernant la vie des femmes. En matière de cinéma, cette tâche requiert une patience de détective, consistant à récupérer des miettes laissées éparses au fil du temps dans une forêt d’archives, dans les souvenirs des vivants, dans quelque annonce publicitaire, dans les efforts des chercheurs qui nous ont précédés. Un travail de longue haleine, n’aboutissant parfois qu’à des esquisses éthérées de la vie de celles qui furent les premières à introduire la présence artistique et technique des femmes dans le cinéma. Tout semble indiquer, par exemple, qu’une femme nommée Emilia Saleny aurait commencé à filmer vers 1916-1917 à Buenos Aires, et que son unique film ayant survécu, El pañuelo de Clarita, fut tourné entre 1917 et 19181.

  • 2 Voir Seibel Beatriz, Historia del Teatro Argentino, Corregidor, Buenos Aires, 2002, p. 529.
  • 3 Entretien personnel avec l’auteur, août 2010. Voir aussi Kohen Héctor, “Emilia Saleny : actriz, dir (...)
  • 4 Sendrós Paraná, “Las cineastas olvidan a dos pioneras”, Ámbito Financiero, Buenos Aires, 31-03-1988

2Mais qui était Emilia Saleny ? Les études sur l’histoire du cinéma argentin ne relatent que peu de choses sur la vie de celle qui, à notre connaissance, deviendrait non seulement la première femme cinéaste, mais aussi la première professeure d’acteurs de cinéma d’Amérique du Sud. Les études en question nous orientent dans des directions peu convergentes, y compris en ce qui concerne des renseignements aussi élémentaires que son nom ou sa ville natale. Emilia faisait partie de la communauté italienne dont la présence avait fortement et graduellement augmenté en Argentine depuis le début du XIXe siècle. Emilia était-elle de Buenos Aires, fille d’Italiens, ou nièce d’Italiens ? Ou bien était-elle née en Italie ? Quel était son véritable nom de famille ? Quelle était sa véritable date de naissance ? Serait-elle née en 1891 (et décédée en 1978) à Buenos Aires, comme le suppose l’historienne de théâtre Beatriz Seibel en se basant sur les calculs de Jacobo De Diego2 ? Ou bien était-elle italienne et arrivée à Buenos Aires en étant déjà actrice, comme le présume Héctor Kohen3 ? Serait-elle italienne, “Salegni” d’origine, comme le portent à croire les spéculations de Paraná Sendrós4 ? N’y avait-il que sa mère, Vittoria Pieri, qui était italienne ? Vittoria aurait-elle débarqué la première avant de faire venir sa fille, ou aurait-elle accouché d’Emilia à Buenos Aires ? Emilia se serait-elle mariée en Italie ou à Buenos Aires ?

3D’après le certificat de décès du Registre national d’état civil à Buenos Aires reposant sur la déclaration d’un neveu, José Di Leo, Josefina Emilia Saleny serait décédée le 22 août 1978 à son domicile, situé au 574 rue Caseros, étant alors veuve d’Alberto Olivero. Emilia y figure comme citoyenne argentine, fille d’Antonio Saleny et de Victoria Pieri, née à Buenos Aires le 26 juin 1894.

  • 5 La Patria degli Italiani, dorénavant La Patria, jouissait d’une telle réputation qu’il était lu tou (...)

4Le 26 juin ou le 16 octobre ? Une note parue dans le journal alors le plus populaire au sein de la communauté italienne à Buenos Aires, La Patria degli Italiani (1876-1931)5, suggère que l’anniversaire d’Emilia aurait été le 16 octobre. Le journal cite “Madame” Emilia Saleny à plusieurs reprises entre 1917 et 1919 comme une “artiste de valeur” (23-06-1917), et c’est dans l’annonce d’une fête, parue le 16 octobre, qu’apparaît une ligne évoquant son anniversaire ce même jour.

5Dans les journaux d’époque, Emilia apparaît avec le nom “Saleny”. Mais ce nom n’est pas italien, pas plus que “Salegni”, et aucun des deux n’apparaît lors de recherches généalogiques. “Saleny” n’est enregistré avec cette orthographe qu’à partir de 1924 dans les listes de passagers entrant au port de Buenos Aires depuis l’Italie. La Fundación Agnelli en Italie et le Centre d’études migratoires latino-américaines (CEMLA) en Argentine disposent de registres des bateaux et des passagers immigrants qui arrivaient au port de Buenos Aires depuis l’Italie : entre 1880 et 1920, il y a six enregistrements “Salani” et quatre avec le nom “Saleni” à la Fundación Agnelli ; au CEMLA, il y a 21 “Salani” et un “Saleni”. Le seul enregistrement “Saleny” date de 1924, mais à ce moment-là, Emilia avait déjà réalisé quatre films, peut-être même cinq.

6D’après La Patria, l’actrice consacrée en Italie était la mère, Vittoria (05-07-1917). Alors que Seibel (p. 529), tout comme De Diego, estime que les acteurs italiens consacrés étaient les oncles d’Emilia et que celle-ci avait voyagé en Italie en 1910 pour suivre une formation d’actrice et était revenue à Buenos Aires lorsque la guerre avait éclaté en 1914.

  • 6 J’ai obtenu cette information de La Nación grâce à une conversation avec Beatriz Seibel le 18-08-20 (...)

7Dans les sources consultées, le nom de Saleny n’apparaît sur aucun registre d’entrée ou de sortie, ni en 1910 ni en 1914. Cependant, un registre de la Fundación Agnelli nous ouvre une piste tangible : le 29 juillet 1915, arrivait à Buenos Aires le bateau Garibaldi en provenance de Gênes. Un navire qui sur un total de 1625 places, n’en comptait que 25 en première classe. Or parmi les passagères italiennes voyageant en première, se trouvaient deux femmes inscrites comme artistes de théâtre : Vittoria Pieri Salani, veuve de 50 ans, et Emilia Pieri Salani, célibataire de 20 ans. Bien que le registre ne précise pas leur nationalité, il s’agit vraisemblablement de la mère Vittoria et de sa fille Emilia que nous cherchons. Si l’on se fie au registre du Garibaldi, l’anniversaire d’Emilia pourrait donc être le 16 octobre. Car si c’était le 26 juin, elle aurait alors eu 21 ans passés en arrivant à Buenos Aires. Quant à son année de naissance, celle figurant sur son acte de décès coïncide avec celle du navire Garibaldi : Emilia serait née en 1894. En novembre 1915, sa première apparition comme actrice principale était annoncée au théâtre Apolo, vers le mois d’octobre elle aurait déjà mis en place la première Académie d’arts cinématographiques en Amérique du Sud, et en 1916 commencé à tourner des films. Emilia était non seulement incroyablement audacieuse, mais aussi incroyablement jeune quand elle commença à enseigner le métier d’acteur de cinéma et à réaliser ses films. Le 23 juin 1917, le journal La Patria annonce l’avant-première du film La niña del bosque, réalisé par Emilia Saleny “in Ferrari”, suggérant qu’elle était alors mariée. Le 30 juillet 1920, le journal du matin La Nación6 annonce que la pièce Cantos rodados de Francisco Imhoff, avec Mlle Emilia Saleny à la direction artistique, est à l’affiche du théâtre Círculo Católico de Obreros, au 1063 rue Junín. Le CEMLA de Buenos Aires dispose d’un registre du 20 octobre 1924 où figurent Emilia Saleny (orthographié ainsi) et Vittoria Pieri débarquant à Buenos Aires du navire Nazario Sauro, en provenance de Gênes. Emilia y figure comme argentine, veuve de 30 ans et artiste. Vittoria est toujours italienne, veuve de 59 ans, et artiste. D’après ce dernier registre, Emilia serait donc entrée une première fois à Buenos Aires, à l’âge de 20 ans et avec pour nom de famille Salani, puis une seconde fois, à l’âge de 30 ans et déjà veuve, avec pour nom de famille Saleny. L’acte de décès indique qu’Emilia a été veuve deux fois et que son dernier mari portait le nom de Olivero. Voilà ce que nous savons jusque-là sur celle qui fut, probablement, la première femme cinéaste d’Amérique du Sud.

Escena de El pañuelo de Clarita, donde la niña le entrega a un pordiosero, un peso y su pañuelo. El argumento del film gira en torno a este pañuelo, señal de la caridad y generosidad de una niña.

Escena de El pañuelo de Clarita, donde la niña le entrega a un pordiosero, un peso y su pañuelo. El argumento del film gira en torno a este pañuelo, señal de la caridad y generosidad de una niña.
  • 7 Forme dialectale de “fare l’America” : “réussir en Amérique”.
  • 8 Recensements de Buenos Aires 1909, 1914 : 1- “El Censo de 1909 de la ciudad de Buenos Aires”, Redal (...)
  • 9 Sur les registres, Figner apparaît comme un Allemand en provenance du Brésil dans Zago Manrique, Ci (...)

8Emilia faisait certainement partie de la bouillonnante communauté italienne, qui en cette période d’entre-deux siècles se développait plus rapidement que la population locale et marquait le passage “allegretto” de Buenos Aires vers la modernité industrielle. Qu’ils soient paysans ou ingénieurs, cordonniers ou choristes, et, comment l’oublier, anarchistes ou communistes, les Italiens accostaient à Buenos Aires en compagnie d’autres Européens et se dispersaient à l’intérieur du pays pour “fare la Merica7”. Entre 1869 et 1915, les étrangers issus de la première vague d’immigration représentaient 50 % de la population de Buenos Aires, et 80 % si l’on ajoute leur descendance8. Le commerce et les industries dépendaient en grande partie de cette vague d’immigrants. Le cinéma n’échappant pas à la règle. Le “kinétoscope” fit son entrée dans le pays grâce à Federico Figner, qui filma également les premières vues d’ensemble de la ville : il était allemand9. La Casa Lepage, boutique d’articles photographiques, fut pionnière dans l’importation d’appareils Gaumont : son propriétaire Enrique Lepage était belge. Le collaborateur de Lepage, Eugenio Py, tourna le premier court-métrage documentaire (La bandera argentina, 1897) et le premier noticiero * professionnel (El viaje del Dr. Campos Salles a Buenos Aires, 1900) : il était français. Un autre collaborateur de Lepage, Max Glücksmann, fut le pionnier en matière de production et d’exploitation de films dans la capitale : il était autrichien. Mario Gallo réalisa le premier film de fiction argentin (La revolución de Mayo, 1909) : il était italien. Le premier noticiero hebdomadaire (Film Revista Valle, 1916-1931) fut l’œuvre de Federico Valle, également italien. La liste pourrait continuer ad infinitum.

  • 10 Les utilisations du cinéma à des fins éducatives et de bienfaisance étaient à la mode à cette époqu (...)

9Parmi tous ces hommes pionniers du cinéma, une femme : il n’est pas inutile de le rappeler, sachant que peu d’entre elles avaient l’opportunité de jouer un rôle aussi important à l’aube du septième art en Amérique. La Buenos Aires de l’époque abritait sans doute un grand nombre de femmes se consacrant à la culture, mais à l’exception des féministes et des anarchistes, il s’agissait en général de femmes de classe aisée, dont l’accès à la sphère publique se situait dans le prolongement des fonctions domestiques typiquement féminines, comme l’enseignement d’activités “décentes” pour “demoiselles” ou l’organisation d’événements de bienfaisance, pour lesquels la diffusion de films fut rapidement encouragée10.

  • 11 El evadido de Ushuaia, avec un scénario du marquis Enzo D’Armenzano, sortit à l’écran le 27 décembr (...)
  • 12 Voir le Diccionario Teatral del Río De la Plata, ibid., p. 951. La liste de films argentins de cine (...)

10Il y a tout lieu de penser qu’Emilia Saleny fréquentait les milieux cultivés de la ville : elle voyageait en première classe. Mais plutôt que de se consacrer à la bienfaisance ou aux ateliers de piano, c’est avec hardiesse qu’Emilia s’aventura dans la sphère publique : elle fut actrice, cinéaste et fondatrice de la première Académie d’arts cinématographiques de la nation. Emilia filmait, mais elle formait également acteurs et cinéastes. Elle avait joué en 1915 au théâtre Apolo (Caras y caretas, 1918, n. 892). Elle se lança ensuite comme actrice de cinéma : en 1916 dans El evadido de Ushuaia11 et dans América de Federico Mertens ; en 1917 elle aurait joué dans Problemas del corazón (Condor Films)12.

  • 13 La revue La Película informe de l’ouverture d’un siège de l’Académie rue Belgrano dans le n. 64 du (...)

11Emilia fonda vraisemblablement son académie de cinéma en 1915, le jour de son anniversaire, le 16 octobre, si l’on s’en tient à la piste de l’annonce de La Patria du 16-10-1917 (p. 4). Cette dernière évoque en effet une fête organisée le jour même au siège de l’Académie de “déclamation, récitation et art cinématographique”, au 1 636 rue Cangallo, pour célébrer l’entrée dans sa troisième année d’activité (et ses 50 élèves, en comptant “hommes et femmes, petits et grands”) ainsi que l’anniversaire de sa directrice, la “signora Saleny”. D’après les critiques de la revue de cinéma La Película13, l’Académie aurait été la plus sérieuse et la plus fiable de toutes celles de Buenos Aires.

Bautista Amé, l’auteur de l’argument de El pañuelo de Clarita, et l’un des acteurs du film.

Bautista Amé, l’auteur de l’argument de El pañuelo de Clarita, et l’un des acteurs du film.

© Archives de la famille de Bautista Amé

  • 14 Les historiens sont partagés : selon Calvo, elle a réalisé quatre films, aujourd’hui disparus, avec (...)

12Les informations dont nous disposons sur Emilia Saleny en tant que réalisatrice sont rares et les documents d’archives aussi confus que ceux relatifs à ses données biographiques. Elle réalisa les films La niña del bosque (1917), Paseo trágico (1917) et El pañuelo de Clarita (1919) ; si nous nous référons à l’annonce de l’anniversaire de l’Académie publiée dans La Patria (citée plus haut), il y aurait un autre film : Delfina, également de 1917, même si l’annonce ne permet pas de savoir s’il fut réalisé par Emilia ou par ses élèves, lesquels auraient apparemment filmé Luchas en la vida (1919)14.

  • 15 Je remercie mes collègues Francesco Casetti et Amerigo Fabbri pour m’avoir éclairée sur les sigles (...)
  • 16 Monsieur Peruzzi est cité en tant que collaborateur technique et Emilia, ainsi que sa mère Vittoria (...)

13La niña del bosque (1917) aurait été le premier film d’Emilia Saleny. Celui-ci étant destiné à un jeune public, elle fut peut-être la pionnière de ce genre en Argentine. Les acteurs de cette première production infantile de Colón Film étaient des enfants : l’héroïne était Titi Garimaldi, Argentine de 11 ans, à qui La Patria attribue “une grâce singulière” (23-06-1917). Et parmi les acteurs, issus de l’Académie Saleny, elle voit en Argentino Carminati, “l’un des élèves les plus intelligents” (La Patria du 23-06-1917, p. 4). La première du film eut lieu le 4 juillet 1917 en séance privée au Teatro Esmeralda à 11h, et le 12 juillet 1917 au Splendid Theatre. On peut supposer qu’il obtint un grand succès, du moins au sein de la communauté italienne : sa sortie en séance privée est annoncée dans La Patria non pas une fois, mais quatre. Les 3, 4 et 5 juillet, le journal appelle à soutenir l’initiative de Madame Saleny et du directeur de Colón Film. Cette sollicitation s’adresse non seulement au “public cultivé” de la capitale, mais aussi au “ministre de la P.I.” et au “Consiglio Scolastico” (sic. La Patria, 03-07-1917, p. 4)15. Le 5 juillet, La Patria se fait l’écho du succès de la projection de la veille : en qualifiant le film de “plaisant, moral et éducatif” comme “tous ceux que propose” Colón Film au jeune public, et en soulignant l’“extrême netteté de l’image” et “le pittoresque des paysages”16.

Publicité pour la projection du film à La Pampa, où l’on évite clairement le nom d’Emilia Saleny, et où l’on présente le film comme étant dirigé par Bautista Amé, qui a écrit le scénario. Le nom de Saleny n’apparaît dans aucune information sur le film à La Pampa.

Publicité pour la projection du film à La Pampa, où l’on évite clairement le nom d’Emilia Saleny, et où l’on présente le film comme étant dirigé par Bautista Amé, qui a écrit le scénario. Le nom de Saleny n’apparaît dans aucune information sur le film à La Pampa.

© Archives de la famille de Bautista Amé.

  • 17 Les calendriers de 1917 à 1919 indiquent que les autres “dimanche 2” possibles auraient été le 2 ju (...)
  • 18 Doit-on supposer qu’il s’agit ici de la Mimí de Giacomo Puccini, celle de son célèbre opéra La Bohè (...)
  • 19 La photocopie de la note trouvée au Musée du cinéma n’est malheureusement pas datée.

14Deux autres films seraient également sortis la même année : Delfina, dont on ne sait rien pour l’instant, et le court-métrage Paseo trágico, qui, nous le savons, fut achevé vers novembre 1917 (La Película, n. 60, 15-11-1917). Celui-ci fut interprété par les élèves de l’Académie et projeté en séance privée au Crystal Palace, situé au 1 550 de la rue Corrientes. Théâtre aujourd’hui disparu et qui à cette époque organisait également des séances de bienfaisance pour les familles d’Italiens “richiamati” (appelés) à la “grande patria” pour la guerre. Le Giornale d’Italia consacre un entrefilet au film “bref, mais beau ” auquel ont assisté “plus de mille spectateurs” le “dimanche 2 de ce mois” et qui “repassera” le jeudi 6. À en juger par le calendrier de 1917, il s’agirait du dimanche 2 décembre17. Le billet évoque la photographie “parfaite” de Scaglione, Saleny qui interprète elle-même le personnage de “l’infortunée Mimí, cette actrice incomparable connue de tous18” et la “remarquable” expression d’épouvante des enfants Oliveira et Coduca19. Il ajoute que madame Saleny, qualifiée d’“infatigable”, “ne tardera pas à tourner son prochain film, Clarita”. Bautista Amé, auteur du scénario du film, est ici mentionné comme un “brillant élève” de Saleny.

  • 20 Son opérateur photographique aurait été Monsieur Aymaso (La Película n. 122 du 23-1-1919, p. 13) ; (...)

15Le dernier film dont il est question serait Luchas en la vida, même si le rôle d’Emilia reste vague. Il fut filmé par Argentino Carminati, élève d’Emilia et acteur dans ses films, qui dirigea par la suite la Unión Film20. D’après un communiqué de La Película (n. 118 du 26-12-1918 : 13), le film était terminé à l’hiver 1919, d’après El Excelsior (n. 282 du 6-08-1919 : 921), il serait sorti le 6 août et resté à l’affiche jusqu’au 27 août (El Excelsior n. 285 du 27-08-1919 : 1023). Mais Cine Universal fournit des informations contradictoires : l’avant-première du film aurait eu lieu le 19 novembre 1919 en séance privée, avant d’être projeté à l’Empire Palace en décembre (Cine Universal n. 25 du 19-11-1919 et n. 26 du 13-12-1919). L’affiche du film promet “émotion, sentiments, réalité”.

El pañuelo de Clarita (1919)

  • 21 L’Italia del Popolo fut fondé en 1917 par l’intellectuel anarchiste et franc-maçon Comunardo Bracci (...)

16Ce fut également l’ancien théâtre Crystal Palace qui accueillit l’unique film d’Emilia qui subsiste : El pañuelo de Clarita, filmé entre 1917 et 1918, et projeté en avant-première le 30 octobre 1919 en séance privée, à 10h30 du matin (La Patria, 28-10-1919, p. 5). La critique que le journal italien lui consacre le 2 novembre précise que “le film fut largement admiré et chaleureusement applaudi […] alors que la photographie laisse à désirer, l’interprétation est saisissante et la mise en scène parfaite” (La Patria 2-11-1919, p. 6). Le 2 novembre également, L’Italia del Popolo 21 publie une critique similaire : alors que la photographie déçoit un peu, la mise en scène de Saleny est qualifiée d’“impeccable” et la prestation de tous les artistes appréciée. L’auteur du scénario, Bautista Amé, est mentionné comme “un bon observateur et un homme de cœur” et les interprètes les plus remarqués sont la fillette de 9 ans, Aurora Rovirón, le jeune Argentino Carminati, et les amateurs Olivio Giaccaglia, Bautista Amé lui-même, Luis Suárez et Eduardo Di Pietro. L’équipe complète des acteurs, parmi lesquels se trouvait Vittoria, est citée dans La Película n. 111 du 07-11-1918.

  • 22 Je remercie Andrea Amé et Maite Escudero pour les entretiens qu’elles ont bien voulu m’accorder. To (...)

17Bautista Amé appartenait aussi à la communauté italienne : c’était un immigrant originaire du Piémont, né dans le village de Pascaretto en 1889 (décédé dans la province de La Pampa le 3-07-1973). Il était arrivé à Buenos Aires le 12 octobre 1904 à l’âge de 15 ans, après avoir voyagé en troisième classe à bord du navire Governor en provenance de Gênes, avec en poche le métier de menuisier que lui avait transmis son père, don Mateo Amé. Il prit la route de Rosario, où il exerça le métier de menuisier dans les chemins de fer et en 1910, il acheta des terres dans un village de La Pampa fondé cette même année par Antonio Devoto et la communauté italienne, où il connut la notoriété jusqu’à sa mort : village baptisé Ingeniero Luiggi en hommage à l’ingénieur génois Luis Luiggi qui en avait conçu les plans. À Luiggi, Amé fonda un cabinet photographique en 1914, lequel a aujourd’hui une valeur historique au regard de la colonisation du nord de la pampa. En 1917, il devint veuf de sa première femme, et après être brièvement passé à Rosario solliciter de l’aide auprès de riches parents, il se rendit à Buenos Aires, où il s’installa de 1917 à 191922. Amé aurait-il connu Emilia Saleny à l’Académie, comme le porte à croire la note de L’Italia cité précédemment ? Nous savons seulement que durant son séjour à Buenos Aires, il écrivit un scénario avec des touches autobiographiques qu’il intitula El pañuelo de Clarita. Le Musée du cinéma Pablo Ducrós Hicken à Buenos Aires conserve une photocopie du contrat signé entre Saleny et Amé le 27 avril 1918, qui spécifie qu’Amé apporte 2 000 dollars à la société alors que Saleny fournit opérateurs et artistes et se charge des démarches qui permettront au scénario de devenir un film. Il est également stipulé que 50 % des bénéfices d’exploitation reviennent à Amé. La sortie du film était prévue pour mars 1919, mais elle dut être différée car il n’y avait alors que le négatif, comme l’atteste l’Acte de cession des droits délivré par Saleny en faveur d’Amé pour l’exploitation du film. Kohen (p. 34) soupçonne qu’il y ait eu conflit avec l’opérateur photographique Luis Scaglione, étant donné que Saleny déclare “avoir été surprise dans sa bonne foi” et suggère de verser 30 % à “un opérateur honnête” pour la réalisation du positif. Devant s’absenter pour des motifs professionnels, Emilia note : “Je laisse des explications détaillées sur les cadres et cartons à couper et à ajouter au film une fois le positif terminé”. Emilia ne put pas voir la première copie du film.

Publicité de la revue de cinéma La Película, qui présente Saleny comme réalisatrice du film El pañuelo de Clarita.

Publicité de la revue de cinéma La Película, qui présente Saleny comme réalisatrice du film El pañuelo de Clarita.

© Bibliothèque de l’école de cinéma de Buenos Aires

  • 23 Annonce de l’événement à Luiggi, dont une copie est conservée au Musée du Cinéma.
  • 24 En entretien personnel avec Ofelia Lucia Amé (juillet 2010), nous avons supposé qu’il s’agissait de (...)
  • 25 Une annonce similaire apparaît dans Crónica du 22 juin, 1972, p. 19.

18Après plusieurs projections à Buenos Aires, Amé emporta le film à Luiggi où il le projeta les 24 et 25 avril 1920. Le prospectus de promotion du “beau film national” en quatre actes et vingt parties mentionne Amé mais pas Saleny. El pañuelo de Clarita fut à nouveau projeté le 27 novembre 1940 à Luiggi, à l’occasion d’une manifestation patriotique en hommage au général San Martín, organisée par l’Association italienne, avec entrée gratuite pour les enfants. La publicité le présentait comme “film dramatique original en 4 actes du voisin don Bautista Amé23”. D’autres projections eurent lieu dans La Pampa : un 20 décembre, d’après une photocopie à la date incomplète conservée au Musée du cinéma P.D. Hicken, sa projection fut organisée au cinéma Don Bosco de Santa Rosa, à l’“occasion du centenaire du cinéma argentin”, par Ofelia Amé, fille de Bautista24. Amé emporta le film à Buenos Aires où une projection unique fut programmée pour des historiens et collectionneurs au Teatro Florencio Sánchez (1194, rue Loria) le 24 juin 1972. Dans la critique du journal de La Pampa La Reforma (01-07-1972), Amé est cité comme auteur. L’annonce de La Opinión du 24 juin 1972 est la seule à rappeler que Saleny en est également l’auteure25.

19En fouillant parmi les traces d’archives historiques, il est intéressant de constater qu’Emilia est souvent évincée des annonces de projection de son film El pañuelo de Clarita, de même qu’elle l’a été des histoires du cinéma sud-américain. La documentation historique sur les femmes nous permet non seulement de mettre en lumière le rôle primordial qu’elle a joué, mais aussi de signaler l’“omission” récurrente des femmes dans les histoires “officielles”. C’est peut-être même, qui sait, cet état de fait qui motivait Emilia : son parcours dans le cinéma débute par la récupération des aventures d’une enfant, et la dernière chose que nous savons d’elle en tant que réalisatrice de cinéma se rapporte à un film dans lequel une enfant, Clarita, incarne l’unique geste, l’innocente bonté de l’enfance, qui rend possible l’heureux dénouement du drame de l’immigrant italien. Ce sont les filles et les femmes du mélodrame qui encouragent le héros, tombé dans la pauvreté de l’Amérique après avoir connu celle d’Italie, à poursuivre son chemin et “fare la Merica” dans l’Argentine porteuse de promesses non tenues.

Photo de la fin du film El pañuelo de Clarita, 1919, la petite fille actrice qui se trouve à droite est Aurora Revirón (Clarita)

Photo de la fin du film El pañuelo de Clarita, 1919, la petite fille actrice qui se trouve à droite est Aurora Revirón (Clarita)

© Archives de la famille Bautista Amé

Haut de page

Notes

1 Les données biographiques sur Emilia Saleny que j’inclus dans cet article sont le résultat de recherches réalisées à Buenos Aires (à la Bibliothèque nationale, à l’Hémérothèque nationale, au Musée du cinéma Pablo Ducrós Hicken, à la Bibliothèque de l’Institut national du cinéma et arts visuels, à la Cinémathèque argentine, au Centre d’Études migratoires latino-américaines, à l’Association La mujer y el cine), de conversations avec la famille Amé (résidant dans les provinces de La Pampa et de Buenos Aires), et de recherches dans la maigre bibliographie existante se rapportant à la vie de la cinéaste. Les organes de presse consultés sont les journaux nationaux La Prensa et La Nación, les journaux de la collectivité italienne La Patria degli Italiani, L’Italia del Popolo et Il Giornale d’Italia, les revues de cinéma La Película et Excélsior, la rubrique théâtre de la revue Caras y Caretas, et les recensements nationaux de l’époque. Un résumé de ma recherche biographique sera publié en ligne pour le projet Women Film Pioneers, basé à Columbia University : http://wfpp. cdrs.columbia.edu/pioneers.html. Je remercie pour leur aide collègues et amis à Buenos Aires : Héctor Kohen qui m’a suggéré de consulter La Patria degli Italiani, Mariano Mestman, Paula Félix Didier, Fernando Martín Peña, Adrián Muoyo, Marcela Cassinelli, Cira Mora, Silvia Chejter, Marta Bianchi, et mon père Raúl E. Fradinger, qui m’ont aidée avec les archives. Je remercie particulièrement la collaboration de trois femmes de la famille de Bautista Amé : la fille de Bautista, Ofelia Lucía, sa nièce Andrea Amé, et très spécialement sa petite-nièce, Maite Escudero. J’ai eu la chance de discuter longuement tant avec Andrea qu’avec Maite à diverses occasions. Et je me sens surtout redevable envers l’historien, chercheur sur la période du cinéma muet et collectionneur Enrique Bouchard et envers le restaurateur Diego Mellone pour leur incroyable générosité intellectuelle : grâce à eux, j’ai pu voir une copie du film El pañuelo de Clarita, dont Diego Mellone effectuait la restauration numérique au moment où je débutais mes recherches. Pendant des jours, ils m’ont accordé leur temps, à des heures tardives de la nuit et dans des bars de Buenos Aires, pour que je puisse voir le film en entier.

2 Voir Seibel Beatriz, Historia del Teatro Argentino, Corregidor, Buenos Aires, 2002, p. 529.

3 Entretien personnel avec l’auteur, août 2010. Voir aussi Kohen Héctor, “Emilia Saleny : actriz, directora, maestra” Film, Buenos Aires, novembre 1994, p. 34-5.

4 Sendrós Paraná, “Las cineastas olvidan a dos pioneras”, Ámbito Financiero, Buenos Aires, 31-03-1988.

5 La Patria degli Italiani, dorénavant La Patria, jouissait d’une telle réputation qu’il était lu tous les jours à la Casa Rosada comme porte-parole de la communauté italienne (voir Pantaleone Sergi, “Fascismo e antifascismo nella stampa italiana in Argentina : cosi fú spenta La Patria degli Italiani”, Altreitalie, Turin, juillet-décembre 2007, p. 1-41). Journal républicain, béni par les francs-maçons et s’employant à préserver la culture italienne, il était tiré à 50 000 exemplaires par jour (voir Pallegiano Nando, “Alcune collaborazioni di Chiummiento” en Zitarosa, Gerardo et al, Giuseppe Chiummiento ovvero il perseguitato político, Rassegna Aspetti Letterari, Naples, 1964). J’ai réalisé moi-même toutes les traductions de cet essai de l’italien vers l’espagnol.

6 J’ai obtenu cette information de La Nación grâce à une conversation avec Beatriz Seibel le 18-08-2010.

7 Forme dialectale de “fare l’America” : “réussir en Amérique”.

8 Recensements de Buenos Aires 1909, 1914 : 1- “El Censo de 1909 de la ciudad de Buenos Aires”, Redalyc, An 5, n. 7, avril 2008, p. 109. 2- Recensement national 1914 : Redalyc, an 5, n. 8, octobre 2008, p. 83-94 ; voir aussi INDEC, Historia demográfica argentina 1869-1914 : versión digital de los tres primeros censos nacionales, CDRom, Indec, Buenos Aires, sans date ; et Tercer censo nacional levantado el 10 de junio de 1914, Tomo 2, “Población”, Comisión directiva del censo nacional, Buenos Aires, 1916, p. 396-397.

9 Sur les registres, Figner apparaît comme un Allemand en provenance du Brésil dans Zago Manrique, Cine Argentino, 13, et comme un Tchèque dans Maranghello Cesar, Breve Historia, 11.

10 Les utilisations du cinéma à des fins éducatives et de bienfaisance étaient à la mode à cette époque en Italie. Concernant le cas uruguayen, voir l’édifiante analyse de Ehrick Christine : “Beneficent Cinema : State Formation, Elite Reproduction and Silent Film in Uruguay, 1910s-1920s”, The Americas, vol. 63, n. 2, oct. 2006, p. 205-224. La recherche comparative dans ce domaine offrira d’intéressantes perspectives sur le rôle des femmes dans le cinéma de l’époque. Une étude historique s’impose pour le cas argentin : la lecture des annonces de La Patria révèle la richesse des actions de bienfaisance incluant des projections, y compris de films réalisés par des femmes. Prenez par exemple l’article du 1er février 1917 dans La Patria sur Madame Antonietta Capurro de Renauld, directrice de la Escuela para niños débiles del Parque Lezama (école pour enfants faibles du Parc Lezama), qui avait réalisé deux films éducatifs, La Caperucita Blanca et La escuela de niños débiles del Parque Lezama, dans le but d’initier une “cinématographie didactique” destinée à l’enseignement dans les écoles du pays. L’avant-première de ces films se déroula en séance privée au cinéma Callao le 2 février 1917.

11 El evadido de Ushuaia, avec un scénario du marquis Enzo D’Armenzano, sortit à l’écran le 27 décembre 1916 au Cine Callao. Il fut produit par Cóndor Film et interprété par (Luís) Ramassotto, Emilia Saleny et Pepita Muñoz (voir également le Diccionario teatral del Río de la Plata, Argentores, Ediciones del Carro de Tespis, Buenos Aires, 1961, p. 959 concernant le marquis).

12 Voir le Diccionario Teatral del Río De la Plata, ibid., p. 951. La liste de films argentins de cinenacional.com.ar mentionne Gemma di Guelfo comme sa réalisatrice.

13 La revue La Película informe de l’ouverture d’un siège de l’Académie rue Belgrano dans le n. 64 du 13 décembre 1917 (p. 15) ; le 1er janvier 1919, La Patria informe du déménagement de l’Académie à un nouveau siège : Rivadavia 5141.

14 Les historiens sont partagés : selon Calvo, elle a réalisé quatre films, aujourd’hui disparus, avec ses élèves ; selon Kohen, “elle a joué dans au moins un film, en a réalisé trois et a permis le tournage d’un autre” (34) ; selon Couselo (34) et Di Núbila (28), elle a réalisé deux films ; Maranghello lui en attribue trois (et confond El pañuelo de Clarita avec Paseo trágico, 35) ; Jorge Finkielman en compte deux (sous un nom différent : Salemy) et reconnaît juste que les acteurs de El pañuelo de Clarita sont des enfants (21) ; Beatriz Seibel mentionne quatre films qui auraient disparu lors d’un incendie (529) ; dans la collection Cine argentino : crónica de 100 años, sous la direction éditoriale de Manrique Zago, apparaissent deux photographies de l’affiche de El pañuelo de Clarita, datées de 1918, et avec le nom “Elena” Saleny (17, 31), même s’il n’y a pas une ligne d’écrite sur elle ; le Diccionario Teatral del Río de La Plata mentionne Emilia, avec le nom Salegni, et lui attribue la réalisation de El pañuelo de Clarita (950).

15 Je remercie mes collègues Francesco Casetti et Amerigo Fabbri pour m’avoir éclairée sur les sigles P.I. : en Italie “P.I.” se réfère à “instruction publique”, qui de concert avec le Conseil Scolastique donnent des indications au ministère de l’Éducation et aux conseils scolaires au niveau local.

16 Monsieur Peruzzi est cité en tant que collaborateur technique et Emilia, ainsi que sa mère Vittoria (qui est présentée comme une “actrice appréciée sur la scène italienne”), figurent sur la liste des actrices (p. 5). Le 7 juillet, le chroniqueur se corrige : le directeur technique ne serait pas Peruzzi, mais Luigi A. Scaglione. De façon ironique, alors qu’il rectifie cette erreur, il en commet une autre : le film apparaît sous le titre “La hija del bosque” (p. 4). Deux annonces faisant la promotion du film à l’affiche depuis le 17 juillet 1917 sont publiées dans La Película (n. 54 [4 octobre] et n. 55 [11 octobre]).

17 Les calendriers de 1917 à 1919 indiquent que les autres “dimanche 2” possibles auraient été le 2 juin 1918, puis le 2 février, le 2 mars et le 2 novembre 1919. Il est logique de supposer qu’il s’agit du 2 décembre 1917.

18 Doit-on supposer qu’il s’agit ici de la Mimí de Giacomo Puccini, celle de son célèbre opéra La Bohème ? Ou bien de Mimí Agùglia, célèbre actrice sicilienne (1884-1970) qui visiterait Buenos Aires en 1907 et où naîtrait sa fille, Argentina Brunetti, cette année-là ?

19 La photocopie de la note trouvée au Musée du cinéma n’est malheureusement pas datée.

20 Son opérateur photographique aurait été Monsieur Aymaso (La Película n. 122 du 23-1-1919, p. 13) ; parmi les acteurs se trouvaient Tota Barbieri, Iris de Turias, Eduardo di Pietro et Argentino Carminati, Olivio Giaccaglia, Marcelino Buyan et Gauna ainsi que les enfants Tito Ramos et Elda Carminati.

21 L’Italia del Popolo fut fondé en 1917 par l’intellectuel anarchiste et franc-maçon Comunardo Braccialarghe, qui traduisait également des vers de Martín Fierro de Hernández pour son journal, et qui sous le pseudonyme de Folco Testena acheva en 1919 la première traduction connue en italien du fameux poème national.

22 Je remercie Andrea Amé et Maite Escudero pour les entretiens qu’elles ont bien voulu m’accorder. Toutes deux considèrent que le scénario d’Amé est autobiographique. Cependant, nous n’avons pu déterminer à quel moment Amé et Saleny se sont rencontrés.

23 Annonce de l’événement à Luiggi, dont une copie est conservée au Musée du Cinéma.

24 En entretien personnel avec Ofelia Lucia Amé (juillet 2010), nous avons supposé qu’il s’agissait de l’année 1994. Au milieu de l’année 1993, Ofelia Amé apporta un fragment du film à l’émission Siglo XX Cambalache de la chaîne de télévision Telefé.

25 Une annonce similaire apparaît dans Crónica du 22 juin, 1972, p. 19.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Emilia Saleny con 21 años, revista Caras y Caretas (Buenos Aires, 1915)
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/745/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Escena de El pañuelo de Clarita, donde la niña le entrega a un pordiosero, un peso y su pañuelo. El argumento del film gira en torno a este pañuelo, señal de la caridad y generosidad de una niña.
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/745/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Bautista Amé, l’auteur de l’argument de El pañuelo de Clarita, et l’un des acteurs du film.
Crédits © Archives de la famille de Bautista Amé
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/745/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Publicité pour la projection du film à La Pampa, où l’on évite clairement le nom d’Emilia Saleny, et où l’on présente le film comme étant dirigé par Bautista Amé, qui a écrit le scénario. Le nom de Saleny n’apparaît dans aucune information sur le film à La Pampa.
Crédits © Archives de la famille de Bautista Amé.
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/745/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Publicité de la revue de cinéma La Película, qui présente Saleny comme réalisatrice du film El pañuelo de Clarita.
Crédits © Bibliothèque de l’école de cinéma de Buenos Aires
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/745/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Titre Photo de la fin du film El pañuelo de Clarita, 1919, la petite fille actrice qui se trouve à droite est Aurora Revirón (Clarita)
Crédits © Archives de la famille Bautista Amé
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/745/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Moira Fradinger, « Traces d’archives pour tirer de l’oubli une pionnière du cinéma sud-américain : Josefina Emilia Saleny (1894-1978) », Cinémas d’Amérique latine, 22 | 2014, 12-23.

Référence électronique

Moira Fradinger, « Traces d’archives pour tirer de l’oubli une pionnière du cinéma sud-américain : Josefina Emilia Saleny (1894-1978) », Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 22 | 2014, mis en ligne le 01 octobre 2014, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://cinelatino.revues.org/745 ; DOI : 10.4000/cinelatino.745

Haut de page

Auteur

Moira Fradinger

Moira Fradinger est professeure associée au Département de littératures comparées de Yale University aux États-Unis. Ayant obtenu son doctorat en littératures comparées à l’Université de Yale, elle est également titulaire d’un master en études de genre de l’Institute of Social Studies des Pays-Bas et d’une maîtrise de psychologie de l’Université de Buenos Aires, Argentine. Elle dispense des cours sur le cinéma, la littérature et l’histoire intellectuelle d’Europe et d’Amérique Latine, ainsi que sur la théorie littéraire, les études de cinéma, la psychanalyse et la théorie féministe.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org