Navigation – Plan du site

7 réalisatrices répondent à 3 questions...

Tania Hermida, Florence Jaugey, Julia Murat, Marcela Said, Tana Schémbori, Alicia Scherson et Natalia Smirnoff
Traduction de Odile Rigoni, Sylvie Debs, Sabrina Roche, Aurélie Verwilghen et Odile Bouchet
p. 4-11
Cet article est une traduction de :
7 realizadoras contestan 3 preguntas...

Texte intégral

1Quand des professeurs de littérature – des hommes, bien sûr – demandèrent en 1928 à Virginia Woolf de faire une conférence sur le thème “Femmes et fiction”, il ne s’attendaient pas à ce qu’elle écrive un essai aussi peu conventionnel que Une chambre à soi… Au début de sa conférence, l’écrivaine affirma qu’il y avait déjà des tonnes de livres écrits par des hommes sur la représentation des femmes dans l’art, et que le plus important était une autre question : William Shakespeare aurait-il pu être un génie s’il avait également dû cuisiner, balayer, repasser, coudre, s’occuper de sa famille, etc. ? Désirant savoir si dans le cinéma il existait un équivalent de la “chambre à soi”, Cinémas d’Amérique latine a posé trois questions à plusieurs réalisatrices.

2La polysémie du mot nous a particulièrement intéressé.e.s : cámara renvoie à la caméra de la cinéaste, mais ce mot signifie également “chambre” en castillan. En réalité, l’expression de Virginia Woolf désigne d’abord la nécessité de réunir les conditions matérielles pour la production d’une œuvre, en d’autres termes l’appui social, institutionnel et financier. À un niveau plus symbolique, il évoque ce lieu où l’on peut être au calme, sans avoir à s’occuper de personne, un espace propre où trouver l’inspiration et travailler en paix. La chambre à soi peut finalement symboliser l’individualité et le projet personnel. Cette diversité d’interprétations se retrouve dans les réponses que nous avons reçues et qui rendent compte d’une production importante et variée.

Tania Hermida

Que signifie pour toi faire du cinéma ?

Faire des films, c’est le chemin que j’ai choisi pour me poser des questions, pour connaître mes mondes et les mondes des autres, pour mettre en œuvre un regard personnel et une voix qui puisse dialoguer avec d’autres voix. C’est le langage avec lequel je me construis comme sujet politique et esthétique et avec lequel j’essaie d’entrer en communion avec les gens.

Comment crées-tu tes films ?

Je consacre beaucoup de temps au scénario. À l’écriture aussi mais surtout, à l’étape qui précède l’écriture : la formulation des questions et la conception des mondes dans lesquels ces questions vont grandir. Je lis beaucoup, je vois des films, j’écoute, j’observe et je prends des notes. Je m’isole un peu pour tout cela. Ensuite j’écris et commence alors la grande traversée de la production et de la réalisation : c’est comme être le capitaine d’un énorme bateau sur un océan qui n’est pas toujours calme.

À l’instar de Virginia Woolf, qui disait que pour écrire un bon livre il faut toucher 500 livres par mois et avoir sa propre chambre, quelques femmes cinéastes à la fin des années 1960 ont revendiqué la possibilité d’avoir leur “propre caméra”. Pour toi, quelle serait donc ta “propre caméra” ?

Ma “caméra personnelle” c’est la possibilité de conserver le processus de création libre de tout compromis ou d’obligations venant des sources de financement du projet. Le défi est de maintenir l’équilibre : avoir les ressources suffisantes pour tourner le film que je veux, tout en faisant attention à ce que le projet ne devienne pas trop gros parce que, souvent, les aides financières sont accompagnées de conditions (techniques ou artistiques) qui affectent le résultat final. J’ai besoin de pouvoir choisir mes acteurs, les lieux et l’équipe technique en toute liberté. Le film, ce sont eux et elles.

Traduit de l’espagnol (Équateur) par Odile Rigoni

Florence Jaugey

Que signifie pour toi faire du cinéma ?

C’est raconter des histoires, partager des idées, transmettre des émotions. C’est mon moteur et mon action au quotidien.

Comment crées-tu tes films ?

En partant de rien, toujours. D’abord très seule, et ensuite avec beaucoup de monde.

À l’instar de Virginia Woolf, qui disait que pour écrire un bon livre il faut toucher 500 livres par mois et avoir sa propre chambre, quelques femmes cinéastes à la fin des années 1960 ont revendiqué la possibilité d’avoir leur “propre caméra”. Pour toi, quelle serait donc ta “propre caméra” ?

Un Fonds de soutien à la cinématographie au Nicaragua, qui permette de continuer à filmer sans avoir à recommencer à zéro à chaque fois et à déplacer des montagnes à chaque nouvelle production.

Traduit de l’espagnol (Nicaragua) par Odile Rigoni

Julia Murat

Que signifie pour toi faire du cinéma ?

Je ressens l’acte de “faire du cinéma” comme le seul chemin possible et quelque chose de naturel. Bien sûr, quand j’étais jeune, je voulais être actrice, astronaute et acrobate. Il y avait le rêve et il y avait le cinéma, qui me paraissait possible, tangible. C’était (et cela a toujours été) là, à côté. Petit à petit, ce qui était à côté est passé devant. Pour moi, faire du cinéma, c’est regarder le monde. Je passe mes journées à faire du découpage, avec ou sans caméra sur l’épaule. Il est presque impossible d’avoir un regard vierge (ce qui me manque souvent), parce que ma façon de voir le monde est fondée sur les techniques cinématographiques. Je parle des techniques dans tous les sens du terme : cadrage, découpage, couleur, profondeur de champ, narration, etc. Je pense toujours à comment filmer, à comment raconter une histoire. “Faire du cinéma”, c’est l’écriture de ce processus. Je mets dans l’image ce que je regarde.

Comment crées-tu tes films ?

Je réponds pour les films de fiction, qui représentent seulement un des processus de création possibles… Je réponds à partir des rares films que j’ai faits (ou que je suis en train de faire) jusqu’à présent, sans savoir si ce processus continuera d’être le mien… J’ai un processus de création pour la fiction très conceptuel. Je pars des images : un cimetière fermé, une performance d’un couple avec un arc et une flèche. J’établis un concept : liberté de la mort, vieillesse versus jeunesse, équilibre, danse versus sculpture. Et quand j’approfondis les concepts, et que je les confronte avec les images initiales, la narration finit par émerger de l’intérieur de cette recherche. Jusqu’à ce que toutes les questions théoriques, philosophiques, ou même narratives, soient supprimées pour laisser l’espace aux personnages, pour construire la relation entre Madeleine et Rita, trouver l’intimité de Madeleine et d’Antoine, trouver la distance entre Lui et Elle, approfondir la dispute entre Cris et Rita. La difficulté consiste à s’éloigner des idées et théories initiales et à trouver quelque chose de plus tangible qui est l’émotion.

À l’instar de Virginia Woolf, qui disait que pour écrire un bon livre il faut toucher 500 livres par mois et avoir sa propre chambre, quelques femmes cinéastes à la fin des années 1960 ont revendiqué la possibilité d’avoir leur “propre caméra”. Pour toi, quelle serait donc ta “propre caméra” ?

J’ai besoin d’un travail intense, quotidien, sur une longue durée. J’aime l’improvisation, et je pense que cela fait partie du processus de création des acteurs, mais j’ai des difficultés pour réaliser un travail rapide, improviser, avoir de bonnes idées rapidement. Mes premières idées ne sont pas bonnes… J’ai appris depuis mon enfance qu’au cinéma il faut accepter de recevoir des “non”. J’ai besoin d’un processus de biseautage du texte, du scénario, du découpage, de la relation avec l’acteur, du montage…

Traduit du portugais (Brésil) par Sylvie Debs

Marcela Said

Que signifie pour toi faire du cinéma ?

Pour moi, faire du cinéma c’est raconter des histoires, réfléchir sur l’humain et le divin, c’est le silence et la solitude de l’écriture, c’est rêver éveillée la plupart du temps, douter de tout, m’angoisser par moments, discuter de mes idées avec les producteurs, chercher et trouver de l’argent, filmer, partager, et sentir que je suis vivante en faisant ce que j’aime.

Comment crées-tu tes films ?

La création vient de l’intérieur, de mes désirs, de mes conflits internes. En ce moment je suis en train d’écrire une histoire basée sur une rencontre que j’ai faite pendant que je filmais El Mocito. C’est à partir de processus personnels que j’arrive à écrire avec mes tripes, c’est peut-être une manière de donner un sens à ce que je vis.

À l’instar de Virginia Woolf, qui disait que pour écrire un bon livre il faut toucher 500 livres par mois et avoir sa propre chambre, quelques femmes cinéastes à la fin des années 1960 ont revendiqué la possibilité d’avoir leur “propre caméra”. Pour toi, quelle serait donc ta “propre caméra” ?

Le processus de création au cinéma est très long, on passe plus de temps à écrire et à chercher des financements qu’à filmer. Je n’ai pas besoin d’une caméra tout le temps, comme Virginia Woolf, je préfère la chambre à moi (espace) et l’argent (temps).

Traduit de l’espagnol (Chili) par Sabrina Roche

Tana Schémbori

Que signifie pour toi faire du cinéma ?

Faire du cinéma, pour moi, ne peut pas être dissocié de mon pays, le Paraguay, où il n’y a pas plus de 25 films dans toute son histoire. Faire du cinéma, c’est pour moi comme courir un marathon : on vainc des obstacles, on sue chaque goutte de ce pays chaud, contradictoire, solidaire, mais aussi ingrat.

Faire du cinéma, dans mon pays, c’est être quelqu’un d’étrange, c’est être un conteur, où d’une certaine manière tu mets un miroir en face des gens. C’est raconter, marcher, lutter, conquérir. C’est la somme de moments où je suis, près de Juan Carlos Maneglia, une personne infiniment heureuse.

Comment crées-tu tes films ?

Mes films naissent de n’importe quoi : parfois d’une photographie, d’une chanson ; parfois d’un espace comme ce fut le cas pour 7 cajas qui naît de ce merveilleux espace qu’est le Marché 4 d’Asunción. Cependant, ce sont les gens qui m’inspirent le plus, leurs mondes et leurs contradictions.

La particularité de mes films (qui en réalité étaient avant des courts-métrages, des téléfilms, des séries, et maintenant notre premier film 7 cajas) c’est que justement nous les créons à deux. C’est pour cela que je parle de “notre création”. À ma façon personnelle de voir les choses est rattachée celle de Juanca, mon âme sœur. C’est certainement le plus grand des miracles, pouvoir créer avec quelqu’un d’autre et ressentir que tout ce que l’on fait est autant de moi que de lui.

À l’instar de Virginia Woolf, qui disait que pour écrire un bon livre il faut toucher 500 livres par mois et avoir sa propre chambre, quelques femmes cinéastes à la fin des années 1960 ont revendiqué la possibilité d’avoir leur “propre caméra”. Pour toi, quelle serait donc ta “propre caméra” ?

Ma manière de filmer est très simple : la caméra est parfois invasive, parfois elle est mise de côté ; elle est parfois figée, elle est parfois dynamique et d’autres fois elle court.

C’est une caméra très dépendante de l’histoire et non pas le contraire.

Ce sont l’histoire et les personnages qui font bouger la caméra, mon corps et mon cœur.

Traduit de l’espagnol (Paraguay) par Aurélie Verwilghen

Alicia Scherson

Que signifie pour toi faire du cinéma ?

C’est faire la cuisine pour les copains : cela naît de la faim ou de l’imagination en état de faim. C’est-à-dire du désir. Le processus procure du plaisir. Je travaille pour moi et pour d’autres dans des proportions toujours changeantes et mystérieuses. Je cherche à faire des plats qui semblent faits maison mais avec un goût inconnu. Ou vice-versa.

Comment crées-tu tes films ?

À partir de mon carnet de notes, j’écris les scénarios en celtx. La première version est rapide et déjà dialoguée. Je réécris un nombre infini de fois. J’ai une playlist pour chaque projet. Je fais des storyboards monstrueux, des cartes, des listes et des lignes de temps. J’essaie d’assister moi-même à tous les castings. Je choisis des acteurs sympathiques et intelligents chaque fois que je peux. Je corrige les dialogues après les répétitions. Je fais un scénario technique. J’improvise peu. Pendant le tournage je suis une militante de la vie saine. J’aime être présente pendant le montage et l’élaboration de la bande-son, bien plus que ceux qui les font apprécient que j’y sois.

À l’instar de Virginia Woolf, qui disait que pour écrire un bon livre il faut toucher 500 livres par mois et avoir sa propre chambre, quelques femmes cinéastes à la fin des années 1960 ont revendiqué la possibilité d’avoir leur “propre caméra”. Pour toi, quelle serait donc ta “propre caméra” ?

Le temps. Le mien et celui des autres. C’est difficile de faire du cinéma en étant toujours occupés à tenter de faire du cinéma.

Traduit de l’espagnol (Chili) par Odile Bouchet

Natalia Smirnoff

Que signifie pour toi faire du cinéma ?

Explorer l’être humain, creuser les questions qui me poussent à essayer de trouver de la profondeur. La concentration du talent que l’on réalise pour tenter de raconter ce qui nous attire tous, nous intrigue, nous séduit. Le rapport de séduction est vraiment nécessaire, de même que l’absence de connaissance achevée et complète de ce que l’on veut raconter.

Comment crées-tu tes films ?

Il me vient une idée, une petite synthèse de l’histoire et à partir de là, je commence à l’explorer, à l’agrandir, l’amplifier. Parfois, je sais où je vais et parfois pas. J’ai besoin d’être dans un état de calme, d’intériorité si je puis dire, pour pouvoir me plonger et explorer en profondeur. C’est comme plonger dans un océan, ou parfois dans une piscine. Cela dépend du moment. Parfois cela me paraît très vaste et parfois non. À partir de là, la forme définitive prend forme. Le jeu des acteurs, les personnages sont toujours la clé pour moi. Cela m’attire beaucoup plus que la trame. La trame est toujours une excuse pour parler des personnages et de leurs liens, car ce sont ces derniers qui me rendent folle.

À l’instar de Virginia Woolf, qui disait que pour écrire un bon livre il faut toucher 500 livres par mois et avoir sa propre chambre, quelques femmes cinéastes à la fin des années 1960 ont revendiqué la possibilité d’avoir leur “propre caméra”. Pour toi, quelle serait donc ta “propre caméra” ?

Comme les personnages et les rapports entre eux sont ce qui m’attire le plus, la caméra cherche toujours un personnage et le suit. Elle tente de refléter son point de vue. J’ai besoin d’être près de lui, de tenter de transmettre ce qu’il éprouve. J’aime beaucoup avoir une caméra agile et flexible, qui cherche ce qui est en train de se produire. Je ne veux pas que tout soit prévu mais au contraire que ce soit comme aller à la pêche. Et trouver les tous petits détails qui pour moi sont fondamentaux.

Traduit de l’espagnol (Argentine) par Carla Fernandes

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tania Hermida, Florence Jaugey, Julia Murat, Marcela Said, Tana Schémbori, Alicia Scherson et Natalia Smirnoff, « 7 réalisatrices répondent à 3 questions... », Cinémas d’Amérique latine, 22 | 2014, 4-11.

Référence électronique

Tania Hermida, Florence Jaugey, Julia Murat, Marcela Said, Tana Schémbori, Alicia Scherson et Natalia Smirnoff, « 7 réalisatrices répondent à 3 questions... », Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 22 | 2014, mis en ligne le 01 octobre 2014, consulté le 28 mars 2017. URL : http://cinelatino.revues.org/690 ; DOI : 10.4000/cinelatino.690

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org