Navigation – Plan du site

Éditorial

Amanda Rueda
Traduction de Odile Bouchet
p. 2
Cet article est une traduction de :
Editorial

Texte intégral

1Le dossier que nous avons pu constituer dans ce numéro 22 de la revue Cinémas d’Amérique latine ne prétend pas à l’exhaustivité mais œuvre en réponse à l’historiographie officielle qui, sauf exceptions, raconte une histoire qui n’est élaborée que par les hommes.

2En fouillant parmi les travaux de chercheurs et chercheuses d’Amérique latine, dont certains sont installés aux États-Unis, Cinémas d’Amérique latine a pu constater que, depuis l’époque primitive du cinéma, il y a eu des femmes pour résister à l’exclusion de la pratique cinématographique. C’est le cas de l’Argentine Emilia Saleny, étudié par Moira Fradinger, et celui, un peu plus tardif, au moment de la naissance des nouveaux cinémas de par le monde, de quelques femmes comme Sara Gómez à Cuba, Nora de Izcue au Pérou et Josefina Jordán au Brésil, qui ont inscrit leur pratique cinématographique dans le mouvement du Nouveau cinéma latino-américain. Mais c’est aussi le cas, un peu plus tard, d’autres réalisatrices telles que la Chilienne Marilú Mallet, qui ont dirigé des films au cœur du déracinement provoqué par l’exil.

3D’autres textes analysent le phénomène propre au début du XXIe siècle, et dont les Rencontres Cinémas d’Amérique latine de Toulouse ont rendu compte au cours de plusieurs éditions, qui ont vu et continuent de voir apparaître dans tout le continent, en Argentine, pays cinéphile doté d’une industrie cinématographique importante, mais aussi au Chili, au Mexique, au Pérou, et même dans de petits pays d’Amérique centrale où le cinéma connait un éveil encore assez parcimonieux, de jeunes cinéastes qui mettent en question les ordres cinématographiques et sociaux qui leur préexistent. Leurs films, reconnus dans leur majorité dans des festivals internationaux, se constituent en laboratoires où penser la famille, l’ordre patriarcal et la sexualité à partir d’un lieu d’énonciation inédit. Torres, Cavalcanti, Flores, Kriger, Cortés… analysent les ordres et désordres du monde familial ou social, les subjectivités émergentes qui remettent en question non seulement les archétypes et les représentations les plus communes du féminin et du masculin dans les cinémas des décennies antérieures ou dans un cinéma hégémonique souvent fait par les hommes, mais aussi les formes et les genres cinématographiques dominants tels que le mélodrame ou le spectacle télévisé.

4Les réponses de sept réalisatrices de plusieurs pays du continent aux trois questions que Cinémas d’Amérique latine leur pose sur leur métier de cinéastes ouvrent ce numéro. Les articles qui suivent composent une cartographie de périodes, de pays et de générations de femmes réalisatrices du continent, dans laquelle il en manque malheureusement beaucoup.

5En cohérence avec le thème de ce numéro, quoique cela n’ait pas été prémédité, si l’on excepte notre fidèle collaborateur Jorge Rufinelli et Iván Lima, les textes publiés ici sont signés par des femmes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Amanda Rueda, « Éditorial », Cinémas d’Amérique latine, 22 | 2014, 2.

Référence électronique

Amanda Rueda, « Éditorial », Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 22 | 2014, mis en ligne le 01 octobre 2014, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://cinelatino.revues.org/679

Haut de page

Auteur

Amanda Rueda

Membre du comité de rédaction

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org