Navigation – Plan du site

Cinéma colombien en 2011 : persistance du débat

Julián David Correa
Traduction de Odile Bouchet
p. 110-121
Cet article est une traduction de :
Cine colombiano en el 2011: persistencia en el debate

Résumés

Les deux films colombiens de 2011 qui évoquent les “faux positifs” avec des talents différents, des qualités et des défauts divers, révèlent qu’en Colombie il y a une place pour le cinéma national qui s’améliore mais reste encore trop réduite, et une place pour la discussion qui résiste à l’hostilité de la réalité.

Haut de page

Texte intégral

Todos tus muertos (2011) de Carlos Moreno

Todos tus muertos (2011) de Carlos Moreno

1La sortie des films colombiens Silencio en El Paraíso (Colvert García) et Postales colombianas (Ricardo Coral) a eu lieu fin 2011. Des deux films on a dit dans les médias qu’ils étaient une critique des “falsos positivos” (faux positifs). Le film de García, de Cali, a reçu l’aide du PNUD (Programme des Nations unies pour le développement), de l’ICTJ (Centre international de justice transitionnelle) et de la mairie de Bogotá, alors que celui de Coral, originaire de Barbacoa, a été réalisé sur ses ressources propres et celles de son équipe, et a dû affronter presque seul la difficulté de trouver un public à ses images.

2L’offre de longs-métrages de fiction nationaux dans les salles colombiennes en 2011 ne s’est pas limitée aux œuvres de García et de Coral, qui seront le sujet central de cet article ; au contraire, elle a été large et a compté 17 sorties de films : Les Couleurs de la montagne (Carlos César Arbeláez), Todos tus muertos (Carlos Moreno), El páramo (Jaime Osorio Márquez), le dessin animé Pequeñas voces (Les Petites voix, de Jairo Carrillo et Oscar Andrade), La vida “era” en serio (Mónica Borda), Saluda al diablo de mi parte (Juan Felipe Orozco), Con amor y sin amor (David Serrano), El jefe (Jaime Escallón Buraglia), En coma (Juan David Restrepo et Henry Rivero), Karen llora en un bus (Gabriel Rojas), Cuarenta (Carlos Fernández de Soto), Lecciones para un beso (Juan Pablo Bustamante), Locos (Harold Trompetero), Silencio en El Paraíso, Postales colombianas, et les comédies de fin d’année Mamá, tómate la sopa (Mario Ribero Ferreira) et El escritor de telenovelas (Felipe Dothée).

Todos tus muertos (2011) de Carlos Moreno

Todos tus muertos (2011) de Carlos Moreno

3En 2011 les chiffres montrent une augmentation des entrées vendues, de la quantité de premières et de copies de cinéma national. Selon Proimágenes, les entrées du cinéma colombien au premier semestre 2010 ont été de 737 000 spectateurs, contre 2 177 000 pendant la même période de 2011, ce qui signifie une augmentation de 183 %. Au long de l’année, 8,5 % des premières ont été des longs-métrages nationaux :

  • 1 “Logros y avances en 2011 para el cine nacional”, Boletín Pantalla Colombia. Proimágenes Colombia, (...)

4“Pendant l’année 2011, en Colombie, on a atteint des records historiques d’assistance totale au cinéma international et local, de quantité de premières et d’infrastructures. L’assistance totale a dépassé les 38 millions de spectateurs, ce qui représente une augmentation de 12,9 % […]. El paseo de Dago García, avec une sortie le 25 décembre 2010, a attiré vers les salles presque 50 % de tous les spectateurs de cinéma colombien (2,99 millions, 95,6 % de plus que l’année précédente). […] Il y a eu en plus des premières commerciales dans des salles de cinéma internationales pour plusieurs films colombiens : en France (3), au Mexique (3), en Espagne (2), aux USA (2), en Suisse, à Puerto Rico et en Argentine (1)”.1

Silencio en El Paraíso (2011) de Colbert García

Silencio en El Paraíso (2011) de Colbert García

5L’offre de longs-métrages colombiens a été variée, avec des œuvres telles que Les Couleurs de la montagne, dont on a parlé dans le bilan 20102, et qui a bénéficié cette année-là d’un parcours couronné de succès dans les festivals, et de critiques élogieuses avant sa première en Colombie au Festival de Cartagena et sa présentation en salles qui a obtenu une réponse favorable du public (351 313 spectateurs). D’autres films ont intéressé en 2011 : le thriller El páramo3, l’animation Pequeñas voces (film réalisé avec la participation d’enfants affectés par le conflit armé), le drame Karen llora en el bus, sélectionné au Forum du Festival de Berlin 20114, et Todos tus muertos, qui par des gags de comédie très noire présente un massacre dans un village au beau milieu d’élections. Avec plus ou moins de talent, les longs-métrages de 2011 ont présenté un ensemble de genres qui allaient de la comédie la plus légère aux drames sociaux et à la dénonciation, en passant par le cinéma d’action, romantique et de suspense. Les films colombiens ont continué à refléter les violences nationales (7 sur 17) et ont présenté la vie des Colombiens qui souffrent des inégalités dans le pays, mais il y a eu aussi des réalisations qui racontent les amours et les drames des classes moyennes des villes, et des films qui ne cherchent rien d’autre que la distraction des spectateurs.

Pequeñas voces (Les Petites Voix, 2011) de Jairo Carrillo et Óscar Andrade

Pequeñas voces (Les Petites Voix, 2011) de Jairo Carrillo et Óscar Andrade

6Quand Silencio en El Paraíso et Postales colombianas sont sortis, il n’y a pas eu de grand débat dans les médias de masse, quoique plusieurs aient publié une note et qu’il y ait eu des interviews des réalisateurs. À peu près à la même période, le Centro de Investigación y Educación Popular/ Programa por la Paz (CINEP/PPP) de la Compagnie de Jésus de Colombie a publié le livre Colombia, Deuda con la humanidad 2: 23 años de falsos positivos (1988-2011), titre sous lequel est présentée une étude qui retrouve les traces de ce crime d’exécutions extra-judiciaires. Le livre est un rapport sans faux-semblant qui, en plus de présenter des chiffres et des cas de “faux positifs”ʺdes forces armées, révèle des connexions sociales (des connexions culturelles) entre les vigiles d’une université de Barranquilla qui assassinaient des indigents pour vendre leurs corps aux étudiants de médecine et le haut commandement militaire qui définit le prix d’un “positif”, c’est-à-dire d’un ennemi mort.

Los colores de la montaña (Les Couleurs de la montagne, 2011) de Carlos César Arbeláez

Los colores de la montaña (Les Couleurs de la montagne, 2011) de Carlos César Arbeláez

7Pour ceux qui sont loin de la réalité vécue par la majorité des Colombiens, il faut dire que “faux positifs” est le nom qu’on a donné en Colombie aux assassinats commis par les forces armées légales, sur des personnes désarmées que l’on présente comme ennemis morts au combat, après avoir procédé à une mise en scène où on dispose des uniformes ou des armes sur les cadavres. En jargon militaire, tout ennemi tué est un “positif”, d’où l’expression. Cette pratique existe depuis les années 1980, mais elle s’est intensifiée dans les huit dernières années : l’escroquerie a été poussée au point d’ajouter à l’homicide de personnes rencontrées dans les zones de combats supposés, celui d’avoir recruté des victimes dans des municipalités et des villes différentes de celle de l’exécution, par des annonces pour de faux postes de travail. Les assassinats de ces innocents sont réalisés par les militaires afin d’obtenir de l’avancement, des permissions et des récompenses économiques, prébendes que les hauts gradés accordent avec la satisfaction (il n’a pas été prouvé qu’ils aient su ce qui se passait) de pouvoir rapporter au gouvernement et à la presse les chiffres d’une campagne victorieuse.

8La Colombie est un pays de crimes et de scandales, mais de peu de condamnations ; en Colombie, les “faux positifs” n’ont été que ça : un crime et un scandale. Le délit est épouvantable et s’est développé sur plusieurs lustres, alors que le scandale, comparé au sinistre crime qui lui donne naissance, relève à peine du ragot. Selon des révélations du CINEP, pendant les 23 dernières années, se sont présentés en Colombie 951 cas deʺ”faux positifs” avec un bilan de 1 741 victimes. En à peine deux ans, entre 2006 et 2008, 835 civils ont été vêtus de treillis après avoir été assassinés. Depuis fin 2008, quand les accusations ont commencé au sujet de ces homicides, la Fiscalía General a reçu des dénonciations pour plus de 2 700 “faux positifs”.

9Le film de Colbert García relate l’histoire de la victime d’une de ces “petites entreprises” de fabrication de morts, portée par la présence du quartier El Paraíso, de la famille de la victime, des voisins et des voyous, ainsi que du couple qui dirige le piège à jeunes. Le film de Ricardo Coral raconte une histoire dans laquelle les personnages centraux sont victimes et bourreaux : trois femmes qui finiront assassinées elles aussi, et les personnages qui finiront par les tuer.

Postales colombianas

10Ricardo Coral a fait ses études à l’École supérieure des Arts de Prague, à la faculté de cinéma et télévision (FAMU), où il a reçu le diplôme de réalisateur de cinéma et télévision argumentaire. Coral a réalisé 15 courts-métrages et 7 longs-métrages. Le premier longs-métrage, La mujer del piso alto, était un exercice intéressant de production en coopérative, où techniciens et acteurs étaient copropriétaires, ressource que Coral utilise de nouveau dans Postales colombianas. L’œuvre de Coral peut se diviser clairement entre les œuvres où il est réalisateur pour le producteur et scénariste Dago García (Posición viciada, 1998 ; Es mejor ser rico que pobre, 1999 ; Te busco, 2002 ; Ni te cases, ni te embarques, 2008), et ses propres œuvres pour lesquelles il est scénariste, réalisateur, coproducteur et souvent monteur (ses courts-métrages et les longs : La mujer del piso alto, 1996, Una peli, 2007, et Postales colombianas, 2011). La mujer del piso alto était un projet de Coral où Dago García était coproducteur.

Postales colombianas (2011) de Ricardo Coral

Postales colombianas (2011) de Ricardo Coral
  • 5 Filmographie de Dago García comme producteur : La mujer del piso alto ; Posición viciada ; Es mejor (...)

11Dans les films que Coral réalise pour Dago García, il est réalisateur et monteur, selon un schéma de production industrielle qui est l’un des rares à fonctionner régulièrement en Colombie : une fois par an, le 25 décembre, on donne la première d’une comédie familiale qui, quel qu’en soit le réalisateur, est clairement une œuvre de Dago García. Ce sont des films à l’esthétique télévisuelle et à l’humour facile qui dans des cas comme celui de l’année 2010 ont été ceux qui ont fait le plus d’entrées de l’année. Avec El escritor de telenovelas, lancé en 2011, Dago García a présenté son quatorzième film5. Il a fait une carrière à grand succès comme scénariste de feuilletons télévisés et ses films proposent le meilleur de l’industrie de télévision colombienne, bien que cela veuille dire aussi qu’ils sont peu cinématographiques et qu’ils ne prétendent pas du tout à la réussite artistique ou intellectuelle.

12Les véritables films de Ricardo Coral se sont toujours faits dans des conditions de production précaires, dont les frais, très faibles, ont été répartis de diverses façons avec les membres de son équipe. Una peli, réalisée à Barcelone, a aussi été produit en coopérative et une grande partie de sa gestation a été définie de manière collective avec les acteurs et le reste de l’équipe.

13La structure de Postales colombianas est intéressante comme proposition narrative et comme modèle de production : plusieurs courts-métrages qui possèdent une unité en eux-mêmes et un long court-métrage final, qui donne son sens de long-métrage à l’ensemble des pièces antérieures. Les premiers courts représentent les rencontres de trois amies une nuit de fête et leurs accrochages avec un voisin solitaire, un fêtard dépité et un chauffeur de taxi mystique et fasciste. Le court de l’anniversaire qui termine par un viol et celui du chauffeur de taxi sont des œuvres bien menées qui tiennent la tension dramatique, mais la majeure partie des pièces de cette histoire perdent de leur intensité dans des faits et des phrases sans poids dramatique, et l’ensemble des dialogues est fait de clichés sur les hommes et les femmes, ainsi que sur les crimes et la négligence auxquels a participé l’État colombien. Le choix d’acteurs est terriblement irrégulier : il y a des interprètes de haut niveau, mais d’autres, tel celui qui représente un officier de la centrale du renseignement (d’où viennent les explications sur les homicides), qui sont une catastrophe : laïus ridicules, accompagnés de jeux d’acteurs à l’agonie et de tripatouillages inutiles avec les autres personnages. Lamentable.

  • 6 DAS : Departamento Administrativo de Seguridad qui a été liquidé en 2011 après qu’il ait été démont (...)

14Postales colombianas est un film hostile, après lequel on n’a plus envie de prendre un taxi dans Bogotá (si tant est que quelqu’un à Bogotá en ait envie), ni de sortir faire la fête avec des inconnus ou d’adopter un animal domestique. Cette hostilité ressemble sans aucun doute à la réalité des taxis, des rues et de certaines vies colombiennes, de sorte que ce film prend son sens dans ce ressenti-là. Néanmoins, le sujet sur lequel s’appuie ce film n’est pas une plaisanterie et pendant qu’on y assiste, on ne peut pas s’empêcher de se demander ce qu’ont à voir les “faux positifs” et la corruption du DAS6, avec le fait que des amies ont eu une expérience homosexuelle à Barcelone et veulent recommencer à Bogotá, ou qu’un agent du renseignement n’ait pas eu la perspicacité d’emporter du papier hygiénique aux cabinets avant de commencer et de finir ses affaires en cet endroit (dans la longue séquence citée, le jeune agent, caleçon baissé, cherche désespérément un petit bout de papier ou un peu d’eau pour se laver le derrière, pendant plusieurs minutes qui finissent par la découverte et l’utilisation de l’eau stagnante de la chasse). D’un point de vue dramatique, ces faits n’ont aucune raison d’être, et quand on se souvient des victimes d’un crime d’État, consacrer de longues minutes à ces amusements d’improvisation est, pour le moins, offensant.

Postales colombianas (2011) de Ricardo Coral

Postales colombianas (2011) de Ricardo Coral

15La première de Postales a fait peu de bruit et la réaction du public et de la critique n’a pas été commentée. L’explication la plus simple de ce silence est que peu de spectateurs ont vu ce film (de 2 076 à 3 000 au total), les deux plus grands exploitants de cinéma de Colombie ayant refusé de le programmer. Il y a eu peu de copies, lesquelles ont été projetées en salles commerciales et de façon intensive dans quelques salles de circuit alternatif, dont l’ouverture du VIIe Festival de Cine Colombiano Ciudad de Medellín. Internationalement, Postales colombianas est allé au New York International Latino Film Festival, et au XXVIe Festival du Cinéma latino-américain de Trieste. En Italie, Postales a obtenu les prix du public et du scénario, dans une compétition contre 13 autres films latino-américains : Acorazado (Álvaro Curiel, Mexique), Cápsulas (Verónica Riedl, Guatemala), El casamiento (Aldo Garay, Uruguay), El compromiso (Oscar Castillo, Costa Rica), Entre la noche y el día (Bernardo Arellano, Mexique), Gud bisnes (Tonchy Antezana, Bolivie), La hora cero (Diego Velasco, Venezuela), La revolución es un sueño eterno (Nemesio Juárez, Argentine), La vieja de atrás (Pablo José Meza, Argentine), La Vigilia (Augusto Tamayo, Pérou), Mae e filha (Petrus Cariry, Brésil), Ocaso (Theo Court, Chili) et Perro muerto (Camilo Becerra, Chili).

Silencio en El Paraíso (2011) de Colbert García

Silencio en El Paraíso (2011) de Colbert García
  • 7 “Bien qu’il n’y ait de salles de cinéma que dans 47 municipalités pour tout le pays, en 2011, la Co (...)

16Si Postales avait été projeté dans tous types de salles de toutes les villes colombiennes, on pourrait connaître la réaction du public : le film aurait trouvé ses rares ou nombreux spectateurs. C’est l’un des cas où l’on voit de toute évidence que, bien que les exploitants aient augmenté la quantité d’écrans7, ils n’ont pas diversifié leur offre, ce qui crée une limitation qui affecte la totalité du cinéma qui est produit ou qui arrive dans le pays, et oblige les distributeurs de cinéma alternatif à attendre longuement avant de sortir des films éloignés des courants dominants.

Silencio en El Paraíso (2011) de Colbert García

Silencio en El Paraíso (2011) de Colbert García

17Postales colombianas est sorti sur les écrans avec sa structure et son esthétique peu conventionnelles, mais aussi avec son manque de rythme et ses sottises à rallonge. Dans son travail pour le producteur Dago García, Ricardo Coral a démontré qu’il sait faire du cinéma et ne manque pas de dons d’artisan : les œuvres faites avec Dago García ont la facture que l’on attend de ces films de fin d’année, avec leurs ingrédients d’efficacité narrative, d’humour et une dose modérée de beauté. Il est clair que le manque de rythme, de pertinence et d’élégance de Postales n’est pas le résultat de son manque de métier. L’œuvre de Coral est cohérente : elle a le même style de production développé au long de ses trois longs-métrages, et un style d’écriture de scénario qui s’alimente des improvisations des acteurs et du sens de l’opportunité d’un “cinéma de guérilla” (c’est ainsi qu’on appelle, depuis les années 1960, un modèle de production indépendante) : un cinéma qui tire parti de n’importe quel lieu de tournage utilisable à toute heure, avec l’outillage trouvé sur place et qui, comme cela semble être le cas ici, inclut dans l’histoire tout sujet disponible. C’est dommage pour les vrais protagonistes du sujet.

Silencio en El Paraíso

18Le réalisateur de Silencio en El Paraíso, Colbert García, est connu pour avoir passé 15 ans à la tête de la maison de production Ocho y Medios Comunicaciones, avec laquelle il a réalisé des documentaires et quelques séries argumentaires pour la télévision. García a étudié le cinéma à Cuba, et ses documentaires sont consacrés au conflit et à la violation des droits humains en Colombie. Parmi ses travaux on compte War Takes pour ZDF en Allemagne (2002) et Comunidades de paz (2003), documentaire réalisé au long de cinq ans, au sujet du déplacement dans le Chocó.

  • 8 Elles font référence au président Juan Manuel Santos, élu en 2010, et au président Álvaro Uribe, qu (...)

19Le film de Colbert García ne laisse pas indifférents ses spectateurs : certains le commentent mal à l’aise et avec mépris, l’accusant de mélanger documentaire et fiction pour manipuler les faits et les émotions des spectateurs, d’autres le considèrent comme une dénonciation juste et un film bien fait. Dans la salle, à la fin de la projection de Silencio en El Paraíso, des femmes s’exclament : “Voilà, voilà : Santos était le ministre de la Défense d’Uribe !”ʺ8, “Tous ces soldats sont toujours libres !” Le film fait que dans le public, on s’agite sur les sièges et que tous se rappellent de l’histoire récente de la Colombie. Après le plan final et le fondu noir, avec le générique de fin, sont présentés les témoignages de trois mères de véritables victimes des “faux positifs”. L’effet sur le public en est très fort. Malgré cette conclusion, le film n’est pas un documentaire ; c’est une œuvre de fiction qui raconte l’histoire de Rónald, un garçon qui fait de la publicité avec un haut-parleur et une bicyclette sur les buttes poussiéreuses d’un quartier sans arbre ni asphalte. Le jeune homme est amoureux, le film développe l’histoire d’amour qui finira quand certains clients cesseront de le payer et que des délinquants feront pression sur le garçon. Désespéré et à la recherche d’argent, il finit par tomber dans la souricière d’une agence pour l’emploi, qui n’est autre qu’une fabrique de morts. Colbert García est efficace pour montrer le manque d’opportunités et le désespoir qui peut se saisir des gens qui vivent dans ces quartiers. Il y a beaucoup de réalité dans ce film, constamment, quoique parfois on sente l’effort pour que le public prenne Rónald en pitié. À ce propos, le critique Manuel Kalmanovitz a écrit dans la revue Arcadia :

20Silencio en El Paraíso commence par informer qu’il est basé sur des faits réels. À quoi sert ce genre d’explication avant de commencer ? C’est comme si la fiction avait mauvaise presse et que sa seule bouée de sauvetage était le soutien de la réalité. […] Il aurait fallu un regard aigu mais pas apitoyé, difficile exploit d’équilibriste auquel parvenait le cinéma italien de l’après-guerre, mais qui ici ne fonctionne pas ; il y a trop de chagrin et pas assez d’entendement. Car durant une bonne partie de son développement, le film se consacre à écrabouiller Rónald et à engendrer de la commisération pour ce garçon qui mourra à la fin.”

21Le grand et difficile défi auquel est confronté ce film est très connu dans l’histoire du cinéma : face à une réalité accablante, il y a des cinématographies qui luttent contre l’oubli en présentant les victimes avec respect et en cherchant, par les procédés de la fiction, à éveiller la solidarité et l’intelligence du public. Le film de García relève ce défi et y parvient parfois. Ce qu’il y a de mieux dans le scénario c’est l’absence de morbidité évidente dans la violence. Une des réussites les plus grandes de la mise en scène, ce sont les plans dans lesquels il n’arrive rien, cette sensation de vie de quartier qui réside dans les objets, les vêtements, les gens, les regards et les petits dialogues, bien qu’il y ait des séquences qui ne marchent pas, comme celle de l’anniversaire où ressort plus le côté kitsch qu’un véritable intérêt et respect des personnages. Dans ce cas, bien que les images correspondent à la réalité de l’événement, l’effet en est ridicule, ce qui va contre les personnages. Malgré tout cela et quelques détails malheureux, c’est un film qui vaut la peine, où l’on trouve du talent tant dans la mise en scène et la direction artistique que dans le choix des acteurs : les personnages deviennent des gens du quartier.

22Comme dans le cas de Postales colombianas, avec Silencio en El Paraíso, il y a eu quelques articles de presse avant la première. Le film de García, en outre, a eu des ressources suffisantes pour payer des annonces à la télévision et dans la presse, mais après la première, le suivi des médias de masse a cessé. L’explication dans ce cas semble être tout simplement qu’il fallait laisser place à d’autres nouvelles, car on ne peut pas dire que ce film ait manqué de distribution et de projection : le film est sorti avec 16 copies et a été présenté sur tous les circuits, même ceux de la plus importante chaîne de Colombie. Le premier week-end, Silencio en El Paraíso a eu 4 476 spectateurs, un bon chiffre pour un film de ce genre, qui soulève les critiques des uns et l’admiration des autres.

Le débat continue

23Silencio en El Paraíso et Postales colombianas, comme Les Couleurs de la montagne, Pequeñas voces et Todos tus muertos, démontrent qu’il y a un cinéma colombien qui ne se contente pas de créer une industrie de la distraction, mais qui est capable d’aborder des sujets douloureux et nécessaires, et qu’il le fait avec la liberté d’expression et une ingéniosité de production qui est d’ordinaire la condition nécessaire à la liberté. La possibilité du débat au milieu des balles et de l’espionnage des citoyens remplit d’espoir, même si la presse et les montreurs de cinéma n’offrent pas toujours de place pour ces discussions et que les films contiennent des irrégularités propres à l’évolution de chaque auteur.

Todos tus muertos (2011) de Carlos Moreno

Todos tus muertos (2011) de Carlos Moreno
Haut de page

Notes

1 “Logros y avances en 2011 para el cine nacional”, Boletín Pantalla Colombia. Proimágenes Colombia, janvier, 2012.

2 Voir Cinémas d’Amérique Latine n° 19 : “Cinéma colombien, y a-t-il de quoi pavoiser ?”

3 Voir : http://geografiavirtual.com/2011/12/el-paramo-de-jaime-osorio/

4 Voir : http://geografiavirtual.com/2011/11/karen-llora-en-bus-de-gabriel-rojas-vera/

5 Filmographie de Dago García comme producteur : La mujer del piso alto ; Posición viciada ; Es mejor ser rico que pobre ; La pena máxima; Te busco ; El carro ; La esquina ; Mi abuelo, mi papá y yo ; Las cartas del Gordo, Muertos de susto ; Ni te cases, ni te embarques ; In fraganti ; El paseo et El escritor de telenovelas.

6 DAS : Departamento Administrativo de Seguridad qui a été liquidé en 2011 après qu’il ait été démontré qu’il vendait du renseignement aux paramilitaires et aux narcotrafiquants, et que suivant les instructions de quelqu’un de la Casa de Nariño (palais présidentiel), il espionnait illégalement des syndicalistes, des journalistes et des opposants au gouvernement. Dans Postales colombianas le DAS trouve son équivalent fictionnel dans la Agencia Estatal de Seguridad, AES.

7 “Bien qu’il n’y ait de salles de cinéma que dans 47 municipalités pour tout le pays, en 2011, la Colombie est passée de 13 écrans de cinéma par million d’habitants à 14 salles par million d’habitants. Ceci a supposé l’installation de 55 salles de cinéma supplémentaires dans le pays, presque 70 % d’entre elles dans des villes intermédiaires (appellation des villes qui ont de 500 000 à 1 000 000 d’habitants). Le pays compte 191 écrans numériques et la reconversion de la totalité des 630 écrans est attendue pour 2013, en simultané avec la tendance mondiale.” Boletín Pantalla Colombia, janvier 2012.

8 Elles font référence au président Juan Manuel Santos, élu en 2010, et au président Álvaro Uribe, qui a gouverné la Colombie de 2002 à 2010.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Todos tus muertos (2011) de Carlos Moreno
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/576/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Todos tus muertos (2011) de Carlos Moreno
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/576/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Silencio en El Paraíso (2011) de Colbert García
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/576/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Pequeñas voces (Les Petites Voix, 2011) de Jairo Carrillo et Óscar Andrade
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/576/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Los colores de la montaña (Les Couleurs de la montagne, 2011) de Carlos César Arbeláez
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/576/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Postales colombianas (2011) de Ricardo Coral
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/576/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Postales colombianas (2011) de Ricardo Coral
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/576/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Silencio en El Paraíso (2011) de Colbert García
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/576/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/576/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Silencio en El Paraíso (2011) de Colbert García
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/576/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/576/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Todos tus muertos (2011) de Carlos Moreno
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/576/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julián David Correa, « Cinéma colombien en 2011 : persistance du débat », Cinémas d’Amérique latine, 20 | 2012, 110-121.

Référence électronique

Julián David Correa, « Cinéma colombien en 2011 : persistance du débat », Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 20 | 2012, mis en ligne le 18 avril 2014, consulté le 29 avril 2017. URL : http://cinelatino.revues.org/576 ; DOI : 10.4000/cinelatino.576

Haut de page

Auteur

Julián David Correa

Écrivain et gestionnaire de la culture, diplômé de psychologie. Il a participé à la mise au point des programmes de la Direction du cinéma au ministère de la Culture de Colombie et a coordonné le groupe de formation. Il a dirigé la Cinemateca Distrital, a été sous-directeur du CERALC-UNESCO, a dirigé et présenté l’émission de télévision En cine nos vemos, a été responsable littéraire à la mairie de Bogotá et coordinateur de la Oficina del Libro du ministère de la Culture. Parmi les récompenses de son œuvre, il a reçu un prix de la nouvelle et un du scénario. Sa page web est : www.geografiavirtual.com.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org