Navigation – Plan du site

L’impact de la région d’Orizaba sur la cinématographie mexicaine

Abe Yillah Román Alvarado
Traduction de Odile Bouchet
p. 82-95
Cet article est une traduction de :
El impacto de la región orizabeña en la cinematografía mexicana

Résumés

La morphologie de l’endroit et la situation géographique de la région d’Orizaba ont fait ressortir certains éléments naturels, matériels et socio-culturels dans la cinématographie mexicaine depuis les premiers tournages de vues dans le pays. Ce texte propose un parcours historique parmi les productions réalisées par des gens originaires de cette région, parmi les films qui ont eu ce territoire pour lieu de tournage, et parmi des œuvres dont la trame comporte des éléments du floklore, du passé et du patrimoine d’Orizaba.

Haut de page

Texte intégral

Les frères Alva, pionniers de la cinématographie au Mexique et précurseurs pour la distribution et la projection de films dans le pays, parcouraient la République et enregistraient des événements intéressants.

Les frères Alva, pionniers de la cinématographie au Mexique et précurseurs pour la distribution et la projection de films dans le pays, parcouraient la République et enregistraient des événements intéressants.

© Filmoteca de la UNAM

1Quand le cinématographe est arrivé à Mexico en 1896, la société mexicaine était déjà assidue des diversions publiques, car elle les considérait comme un “élément de civilisation”. Cette inclination comprenait l’ensemble de jeux optiques antérieurs à l’invention des frères Lumière, qui permettaient aussi la projection d’images, tels que la lanterne magique et le kinétoscope. Le succès de ce type de spectacles, considérés comme cultivés et instructifs, a déclenché une forte compétition dans le commerce audiovisuel, donnant lieu à divers appareils en seulement deux ans : le vitascope, le kinétophone, le kathédoscope, le passionoscope, le cosmorama, l’aristographe, le chronophotographe Demany, le phonographe réformé, le projectoscope électrique d’Edison, le cinématographe perfectionné par Robert Paul, etc. C’est ainsi qu’à la faveur de ce déluge technologique, ont fleuri les entreprises de projection parcourant la République avec des cinématographes ambulants, ou bien qui optaient pour l’installation en un endroit précis. En tout cas, elles présentaient des séries de séances basées sur un programme varié de “vues”, parfois complétées par des morceaux de musique, des concerts, et même par la projection de films étrangers de “longue durée” qui appartenaient le plus souvent aux industries Pathé et Méliès.

2À mi-distance sur le trajet de trafic marchand établi entre la capitale mexicaine et le port de Veracruz, se trouvait la ville d’Orizaba. Elle se considérait comme un croisement inter-régional important, son paysage naturel offrant un lieu de repos confortable en climat tempéré – baigné de nombreux cours d’eau, entouré de grandes montagnes dont le volcan Pic d’Orizaba –, une infrastructure de voies ferrées et de routes de très bonne qualité, en plus d’une économie solide, résultat de la croissance industrielle du textile et de la prolifération des biens et services. Pour couronner le tout, l’aspect de la ville offrait un ensemble idyllique d’habitations traditionnelles qui contrastaient avec des édifices publics modernes, dignes d’une image de progrès, auxquels s’ajoutait une société formée des plus nantis des membres de l’oligarchie et d’une grande masse d’ouvriers et de paysans. En somme, toutes ces considérations faisaient de la région d’Orizaba le lieu idéal pour projeter, diffuser et réaliser des productions cinématographiques.

3Cependant, au contraire d’autres villes mexicaines, la population d’Orizaba s’est montrée réticente aux premières projections d’images en mouvement, à cause de son attitude réactionnaire. Les journaux locaux – El cosmopolita (1892-1911) et El reproductor (1891-1911) – ont dû diffuser les avantages du cinématographe et créer une atmosphère captivante pour que les gens acceptent d’assister aux séances. De la même façon, les montreurs ambulants se sont vus obligés de projeter à l’air libre, dans des parcs, sur le parvis de l’église de San Miguel ou à l’atelier de tisserand La Luz, car les espaces fermés disponibles au début avaient le défaut d’être très exclusifs, comme la Lonja Orizabeña, ou peu aérés, comme le théâtre Gorostiza.

Publicité qui fait allusion à l’attrait exercé par le cinématographe des frères Auguste et Louis Lumière en 1895.

Publicité qui fait allusion à l’attrait exercé par le cinématographe des frères Auguste et Louis Lumière en 1895.

© Filmoteca de la UNAM

4L’acceptation de ces spectacles a eu lieu en 1897, au sous-sol de la Lonja Orizabeña, avec 250 vues qui faisaient partie de l’Exposition impériale et permettaient de changer le programme tous les deux jours. Ensuite on a préféré les images qui montraient les courses de taureaux. De leur côté, les projectionnistes ont commencé à filmer ce qui faisait la fierté de la ville : les trains qui arrivaient en gare, le passage des tramways urbains – tirés par les mules ou à l’électricité –, et le réseau électrique. En 1899, le caméraman Carlos Mongrand filme le premier court-métrage d’Orizaba, Salida de los obreros de la Cervecería (Moctezuma) ; en 1903 les frères Becerril filment El jarabe tapatío et Salida de misa de las doce en Orizaba et, de 1904 à 1912, le producteur reconnu Enrique Rosas (1877-1920) aidé du photographe Agustín Jiménez – père du cinéphotographe du même nom, et qui a assuré la photo fixe d’Ensayo de un crimen (Luis Buñuel, 1955) – filment de nouvelles scènes de la brasserie et de la sortie de la messe, en plus de Vistas de Orizaba y sus alrededores et de Comité patriótico en el Parque Castillo. En 1905, le montreur ambulant Gonzalo T. Cervantes enregistre Jamaica del 5 de febrero en la Alameda de Orizaba ; Grupo de señoritas de las principales familias de Orizaba ; Vida artística de una niña ; 10 prises de vue de Los lugares más concurridos y poéticos de Orizaba, et 12 vistas tomadas 6 horas después de la catástrofe del ferrocarril Mexicano en el puente de Metlac. Un an après, Salvador Toscano (1872-1947), de Guadalajara, a filmé le reportage Fiestas del 5 de mayo en Orizaba et, en 1910, le duc de Montpensier a inclus des prises de vue de la région dans Jaripeo y fiestas en Xalapa.

5À partir de ces initiatives, il y a eu une forte prédilection locale pour l’autocontemplation, motif saisi par la jeunesse d’Orizaba pour fonder la compagnie Aguilar et Bretón qui filmerait, entre autres, l’un des premiers courts-métrages de fiction (El san Lunes del valedor, 1907). De cette association locale sortirait le directeur Juan D. Vasallo, qui a réalisé des reportages à caractère informatif (Accidente en el kilómetro 253 del ferrocarril México-Veracruz, 1908) et a été le chef opérateur du célèbre drame muet d’Orizaba : El puño de hierro (Gabriel García Moreno, 1927). De même, quelques bâtiments ont été adaptés pour la séance cinématographique – le Salon Club Verde et les théâtres Gorostiza, Anáhuac et Partenón – et les premiers cinémas ont été inaugurés – Cine real et Cine Rosa. Le théâtre Llave attendra 1920 pour être adapté en cinéma.

6Pendant la Révolution mexicaine, la production cinématographique nationale s’est orientée vers l’enregistrement filmique des événements. Par exemple, le caméraman de Sonora Jesús H. Abitia (1881-1960) s’est consacré à filmer à Orizaba, en 1915, les activités menées à bien par Venustiano Carranza (1860-1920), qui serait le premier président constitutionnaliste (1917-1920). Cependant, dès 1916, les films d’art français et les superproductions italiennes ont imposé dans le public mexicain le goût de films plus longs, de sorte que s’amorce une tendance à faire des longs- métrages – plus de quatre rouleaux – à caractère narratif et argumentaire, laissant ainsi les courts-métrages documentaires au second plan.

7Face à cela, dans la région d’Orizaba, la semence cinématographique a commencé à germer avec la création du Centro Cultural Cinematográfico de Orizaba (CCCO, 1926), dirigé par le cinéaste Gabriel García Moreno (1880-1943), en compagnie d’autres artistes du film (Carlos Villatoro, Manolo de los Ríos, Manuel Oropeza, Hortensia Valencia et le chef opérateur Manuel Carrillo), et soutenu par des membres distingués de la société qui se réunissaient dans le tout récent Rotary Club. Cette entreprise s’est installée dans le bâtiment du Moulin de la Marquise, de la Sierra Nevada, qui a servi de lieu de tournage aux trois films de García Moreno, devenus par la suite des classiques du cinéma muet national, à cause de leur qualité technique cinématographique et de laboratoire, ainsi que de leur bonne assimilation de la narration filmique nord-américaine : Misterio (1926), Puño de hierro (1927) et El tren fantasma (1927), qui comporte des prises de vue mémorables d’une corrida du matador Juan Silveti “El Meco” (1893-1956) dans l’arène Colón d’Orizaba.

La lanterne magique a captivé le public du XIXe siècle avec diverses techniques qui projetaient des images fantastiques et même fantasmagoriques.

La lanterne magique a captivé le public du XIXe siècle avec diverses techniques qui projetaient des images fantastiques et même fantasmagoriques.

© Terry Borton/The American Magic-Lantern Theater

8Les difficultés causées par la guerre des Cristeros (1926-1928) entre la milice nationale et les religieux catholiques, ainsi que le conflit ouvrier qui, depuis 1907, agitait les usines de la région d’Orizaba, engendrant de fortes luttes syndicales, conduisent à la fermeture du CCCO et à l’établissement à Mexico des studios Azteca Films et des laboratoires cinématographiques Moreno, à l’initiative de García Moreno. Néanmoins, les conditions de travail inadéquates des ouvriers des usines d’Orizaba et la force de leur organisation deviennent un sujet important dans la cinématographie nationale, dans laquelle se trouvent ces productions : Mitin obrero del 1 de mayo (Manuel Sánchez Valtierra, 1921), Primero de mayo de 1929 en Río Blanco (anonyme), le drame Río Blanco (Roberto Gavaldón, 1967) et La rebelión/Río Blanco (Raúl Araiza, 1988). En autre, à la richesse documentaire d’Orizaba se sont ajoutés plusieurs films sur le carnaval, la foire sur la promenade, les travaux publics, les “grandes familles”, les 35 ponts de la région, les corridas de l’arène El Toreo et les matchs de football – ces derniers avaient commencé en 1880 à l’initiative d’un groupe de travailleurs britanniques et écossais de l’industrie textile. Tous ces films font partie actuellement des archives photographiques et cinématographiques de Camilo Boschetti Oliver, d’Orizaba.

Les “vues” officielles telles que les tournées politiques, fêtes présidentielles et les cérémonies civiques assuraient l’assistance de la haute-société à ces projections.

Les “vues” officielles telles que les tournées politiques, fêtes présidentielles et les cérémonies civiques assuraient l’assistance de la haute-société à ces projections.

© Fundación Carmen Toscano IAP

9Dans les années 1930, avec l’arrivée du cinéma parlant, le pouvoir de persuasion et l’impact émotionnel sur les spectateurs a augmenté, avec en plus l’incorporation de la chanson vernaculaire. De sorte que sont nés des tournages professionnels centrés sur des thèmes simples et ruraux avec lesquels s’identifiaient les classes prolétaires du pays. Orizaba a fourni les lieux de tournage du film La calandria (Fernando de Fuentes, 1933), basé sur l’œuvre littéraire du même nom écrite en 1890 par Rafael Delgado (1853-1914). Cependant, le cinéaste n’a pas respecté les critères temporels du roman de mœurs, qui a perdu sur le grand écran sa dimension politique et morale, tout comme sa couleur locale. Cet échec a eu une incidence sur la recherche cinématographique des trames de fictions paysannes grâce auxquelles Fernando de Fuentes atteindrait l’internationalisation, par exemple avec El compadre Mendoza (1934) et Allá en el Rancho Grande (1936). De son côté, le gouvernement de l’État de Veracruz a commandé un reportage de propagande sur ses avancées qui montre Orizaba, Córdoba, Xalapa et le port de Veracruz, sous le titre Cine Revista Regional Veracruzana (Alfonso Sánchez Tello, 1934).

Lithographie de Casimiro Castro. Orizava, 1855-1856.

Lithographie de Casimiro Castro. Orizava, 1855-1856.

© México y sus alrededores. Colección de vistas monumentales, paisajes y trajes de país, México: V. Debray, 1867-1869.

10Dans les années 1940, les tournages locaux ont subi une paralysie fort dommageable. De 1939 à 1945, l’âge d’orʺ du cinéma mexicain s’est imposé, grâce au peu de concurrence étrangère dû à la situation de guerre, ce qui a favorisé la naissance d’une nouvelle génération de cinéastes, d’actrices-divas et de vedettes nationales qui se sont livrées à l’édification de mythes et à la création de stéréotypes, mais qui ont aussi concentré la production cinématographique dans la capitale de la République. Puis à la fin de la décennie, la baisse des coûts a donné lieu à une prolifération de “churros”, c’est-à-dire de films à petit budget, tournés en peu de temps et de mauvaise qualité, qui constituent le genre des rumberas et du comique absurde, en plus de montrer les faubourgs et le phénomène d’urbanisation galopante du pays. Orizaba n’a servi que de lieu de tournage pour une grande partie de cette filmographie, comme par exemple dans Huapango (Juan Bustillo Oro, 1938) et Adiós juventud (du cinéaste et acteur Joaquín Pardavé, 1943).

Le théâtre Llave en 1903, qui deviendra salle de cinéma en 1920.

Le théâtre Llave en 1903, qui deviendra salle de cinéma en 1920.

© FCNMH

11Vers la fin des années 1940, l’archéologie et l’ethnologie sont devenues une industrie en rapport avec un tourisme massif attiré par le caractère monumental des fouilles et les villages pittoresques. C’est pourquoi les majors cinématographiques ont fait avec les traveltalks entry – documentaires touristiques – une excellente affaire. Parmi ceux-ci, on peut distinguer les productions de la Metro Goldwyn Mayer (MGM) dont était chargé James A. FitzPatrick (1899-1980), qui a filmé Tierra de Orizaba (1945).

12Dans ce contexte cinématographique, la région d’Orizaba a inspiré un sujet mélodramatique qui est resté d’actualité jusqu’aux années 1970 : la vie de Chucho “la mistoufle”. Ce genre, propre au théâtre et au feuilleton, est passé au cinéma et à la radio car il traitait de l’impossible rencontre entre le bonheur et la tragédie à partir de personnages qui exacerbent les humeurs et symbolisent les sentiments, devenant la coqueluche du public. Le légendaire bandit mexicain Jesús Arriaga (1858-1894), plus connu sous le sobriquet de Chucho “la mistoufle”, était une figure idéale pour le mélodrame. À ce propos, l’histoire rapporte que quand il était un pauvre et honnête charpentier, il est tombé amoureux d’une jeune fille fortunée avec qui il a eu une fille, mais sa famille à elle les a séparés et l’a fait jeter en prison injustement. Sa vivacité l’a fait devenir bandit et escroc des riches pour aider les nécessiteux, gagnant ainsi la sympathie des pauvres. Après son dernier hold-up à Cumbres de Maltrata, il a été fait prisonnier et mis en prison à San Juan de Ulúa, où il a reçu des centaines de coups de fouet dont il est mort. Sa dépouille a été enterrée par sa sœur, sa femme aimée, et la fille qu’ils ont eue.

Hôtel de France, Orizaba. Vue intérieure, lieu de tournage de ¿Qué haremos con Papá? (1966), de Rafael Baledón.

Hôtel de France, Orizaba. Vue intérieure, lieu de tournage de ¿Qué haremos con Papá? (1966), de Rafael Baledón.

© Alfred Saint Briquet, 1901

13Si les aventures de Chucho “la mistoufle” avaient déjà été filmées par Santiago Sierra (1919), Xavier Frías (1921) et Gabriel Soria (1934), c’est avec le film La sombra de Chucho “El roto” (1945) d’Alejandro Galindo qu’a commencé sa diffusion comme roman radiophonique et dans une série impressionnante de films autour de sa vie, son trésor, sa capture et son arrestation, ses amours et son souvenir, réalisés par Miguel M. Delgado (1954), Manuel Muñoz (1960, 1961, 1962), Gilberto Martínez Solares (1960) et Alfredo Zacarías (1970, 1971), en plus de la série télévisée réalisée par Fernando Wagner (1968). Il faut remarquer que la région d’Orizaba n’a pas seulement été le cadre du dernier vol de Jesús Arriaga, mais qu’en plus il avait été ouvrier textile de Cocolapan. De plus, le scénariste principal de presque tous les films sur sa légende était Carlos Chacón Junior, originaire d’Orizaba.

L’usine de Río Blanco en 1901, lieu de tournage de plusieurs films sur le mouvement ouvrier.

L’usine de Río Blanco en 1901, lieu de tournage de plusieurs films sur le mouvement ouvrier.

© Charles B. Waite /FCNMH

14Les années 1960 se sont ouvertes au drame social dans l’intention de démythifier la province en ironisant et en pointant des vices privés. Dans cet esprit ont été filmés ¿Qué haremos con papá? (Rafael Baledón, 1966), une comédie qui a occupé des centaines de figurants à Orizaba et a fait connaître l’élégance architecturale de l’hôtel de France et de certaines maisons particulières, de même que La gran aventura (Roberto Rodríguez, 1969) qui, faisant honneur à son titre, a combiné des lieux de tournage de plusieurs régions. D’autre part, selon une tendance marquée à cette époque-là au niveau national par le cinéma indépendant, naît en 1967 une compagnie au nom à rallonge : Compañía de Cine y Teatro del Instituto de Cultura Artística “José Fernández Alonso”, qui au long de ses 20 ans de vie a changé de nom pour devenir Producciones Carlos Ferráez, Cine Experimental Independiente de Orizaba, et enfin, Cine Independiente de Orizaba. Son directeur-fondateur était le cinéaste d’Orizaba Sergio Tinoco Solar, qui a produit plus de 70 films locaux. Ce patrimoine filmique attend toujours de se faire connaître au-delà de la région qui l’a vu naître, et constitue un document historique local de valeur, filmé en 8 mm et en Super 8. Parmi ces films se trouve La tarde de siempre (1973), le seul tournage d’Orizaba dont le sujet était exclusivement taurin, et auquel ont participé les toreros locaux Moisés Murguía ʺ”Monaguillo”ʺ et Enrique Cárdenas ʺ”Antoñete”.

La brasserie Moctezuma en 1912, lieu de tournage de plusieurs films sur le mouvement ouvrier.

La brasserie Moctezuma en 1912, lieu de tournage de plusieurs films sur le mouvement ouvrier.

© Charles B. Waite /FCNMH

15Étant donné qu’à la fin des années 1970 les difficultés sociales du pays étaient évidentes, le gouvernement mexicain a soutenu des films de critique sociale et de dénonciation dans un cadre sensationnaliste et spectaculaire, afin qu’ils soient vus dans des “salles d’art”qui faisaient la concurrence aux grands cinémas. C’est ainsi qu’à Orizaba, on filme des séquences de Deseos (Rafael Corkidi, 1977), un film tiré du roman révolutionnaire Al filo del agua (1947), de l’écrivain Agustín Yáñez. Ensuite, avec la renaissance de la “mexicanité” caractéristique des années 1980, a été fondé le Centro de Producción de Cortometraje-Municipio de Orizaba, chargé de produire des films courts dans le cadre de la crise nationale de cette période, résultat des 6 dévaluations subies pendant le gouvernement du président Miguel de la Madrid (1982-1988). Cette situation a favorisé une carence cinématographique à Orizaba, raison pour laquelle on n’y trouve que quelques courts-métrages locaux teintés de drame. La récession s’est prolongée jusqu’en 1994, année où se sont drastiquement rétrécies les réserves nationales à cause du rythme accéléré de mondialisation de l’économie mexicaine. À partir de cette date-là, la région d’Orizaba n’a figuré que comme lieu de tournage sporadique dans quelques scènes, comme pour le tournage de Cerca del cielo / Hombres armados (John Sayles, 1997), une coproduction anglo-mexicaine qui tente de montrer une vision de la pau-vreté latino-américaine qui rende compte de la douleur, de la solitude et de l’injustice sans aucun discours idéologique.

Blanca Estela Pavón.

Blanca Estela Pavón.

© Golden Age Mexican Cinema

Evita Muñoz “Chachita”.

Evita Muñoz “Chachita”.

© Golden Age Mexican Cinema

16Pour passer à un autre aspect, il faut mentionner que la région d’Orizaba a donné quelques-uns de ses enfants à l’industrie cinématographique. Parmi les acteurs on trouve Sara García Hidalgo (1895-1980) – qui est devenue “la grand-mère par excellence du cinéma national” –, Mercedes Soler (1915-1971), Héctor Lechuga (1929), Blanca Estela Pavón (1926-1949), partenaire idéale de l’idole mexicaine Pedro Infante, Evita Muñoz “Chachita” (1936) et Óscar Fentanés (1957). Comme réalisateurs on peut citer Humberto Gómez Landero (1904-1968) et Sergio Tinoco Solar (1926) ; comme scénaristes, Carlos Chacón Rodríguez Jr. (1906-1988), José Luis Ibáñez (1933) et Rafael M. Saavedra (1944) ; et enfin, le producteur Rafael Eligio Portas López (1897-1975), qui a publié avec Ricardo Rangel la Enciclopedia Cinematográfica 1897-1955 (1957), éditée par México Publicaciones Cinematográficas et considérée comme l’une des sommes les plus complètes sur le cinéma mexicain.

Le scénariste d’Orizaba José Luis Ibáñez.

Le scénariste d’Orizaba José Luis Ibáñez.

© Barry Domínguez / Difusión Cultural UNAM

Sara García.

Sara García.

© Golden Age Mexican Cinema

17Pour conclure, la stérilité en matière cinématographique a triomphé à Orizaba depuis trente ans. Malgré le souhait de créer un cinéma régional et les efforts pour le faire, la production locale est devenue difficile à cause de la cherté des équipements et des processus qui interviennent. Si l’on y ajoute la perte du principal promoteur de la région, Sergio Tinoco, il semble que l’avenir en matière créative est sombre. Cependant, il convient de rappeler que la région d’Orizaba a eu un impact qui a duré plusieurs décennies sur la cinématographie nationale. Il serait important de diffuser les sources dont bénéficie la région, non seulement en tant que tentative de préservation d’une identité menacée en la mettant sur la liste des lieux de tournage, mais afin d’en tirer les richesses de son héritage historique, architectural et littéraire, et aussi de diffuser le patrimoine local. À ce sujet, il est bon de rappeler la devise de l’écusson aux armes de la ville : “climat bénin, sol fertile, endroit confortable et peuple loyal”, pour le cas où les muses voudraient bien se remettre à faire des projets.

La vida de Chucho “El roto”, de Alfredo Zacarías, 1970.

La vida de Chucho “El roto”, de Alfredo Zacarías, 1970.

© Filmoteca de la UNAM

Blanca Estela Pavón “La chorreada” et Pedro Infante dans Ustedes los ricos (1948), de Ismael Rodríguez.

Blanca Estela Pavón “La chorreada” et Pedro Infante dans Ustedes los ricos (1948), de Ismael Rodríguez.

© Golden Age Mexican Cinema

El tren fantasma (1927), de Gabriel García Moreno.

El tren fantasma (1927), de Gabriel García Moreno.

© Filmoteca de la UNAM

Haut de page

Table des illustrations

Titre Les frères Alva, pionniers de la cinématographie au Mexique et précurseurs pour la distribution et la projection de films dans le pays, parcouraient la République et enregistraient des événements intéressants.
Crédits © Filmoteca de la UNAM
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/541/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Publicité qui fait allusion à l’attrait exercé par le cinématographe des frères Auguste et Louis Lumière en 1895.
Crédits © Filmoteca de la UNAM
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/541/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre La lanterne magique a captivé le public du XIXe siècle avec diverses techniques qui projetaient des images fantastiques et même fantasmagoriques.
Crédits © Terry Borton/The American Magic-Lantern Theater
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/541/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Les “vues” officielles telles que les tournées politiques, fêtes présidentielles et les cérémonies civiques assuraient l’assistance de la haute-société à ces projections.
Crédits © Fundación Carmen Toscano IAP
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/541/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Lithographie de Casimiro Castro. Orizava, 1855-1856.
Crédits © México y sus alrededores. Colección de vistas monumentales, paisajes y trajes de país, México: V. Debray, 1867-1869.
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/541/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Le théâtre Llave en 1903, qui deviendra salle de cinéma en 1920.
Crédits © FCNMH
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/541/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Hôtel de France, Orizaba. Vue intérieure, lieu de tournage de ¿Qué haremos con Papá? (1966), de Rafael Baledón.
Crédits © Alfred Saint Briquet, 1901
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/541/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre L’usine de Río Blanco en 1901, lieu de tournage de plusieurs films sur le mouvement ouvrier.
Crédits © Charles B. Waite /FCNMH
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/541/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre La brasserie Moctezuma en 1912, lieu de tournage de plusieurs films sur le mouvement ouvrier.
Crédits © Charles B. Waite /FCNMH
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/541/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Blanca Estela Pavón.
Crédits © Golden Age Mexican Cinema
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/541/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Evita Muñoz “Chachita”.
Crédits © Golden Age Mexican Cinema
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/541/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Le scénariste d’Orizaba José Luis Ibáñez.
Crédits © Barry Domínguez / Difusión Cultural UNAM
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/541/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Sara García.
Crédits © Golden Age Mexican Cinema
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/541/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre La vida de Chucho “El roto”, de Alfredo Zacarías, 1970.
Crédits © Filmoteca de la UNAM
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/541/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Blanca Estela Pavón “La chorreada” et Pedro Infante dans Ustedes los ricos (1948), de Ismael Rodríguez.
Crédits © Golden Age Mexican Cinema
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/541/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre El tren fantasma (1927), de Gabriel García Moreno.
Crédits © Filmoteca de la UNAM
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/541/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Abe Yillah Román Alvarado, « L’impact de la région d’Orizaba sur la cinématographie mexicaine », Cinémas d’Amérique latine, 20 | 2012, 82-95.

Référence électronique

Abe Yillah Román Alvarado, « L’impact de la région d’Orizaba sur la cinématographie mexicaine », Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 20 | 2012, mis en ligne le 17 avril 2014, consulté le 17 août 2017. URL : http://cinelatino.revues.org/541 ; DOI : 10.4000/cinelatino.541

Haut de page

Auteur

Abe Yillah Román Alvarado

Artiste visuelle mexicaine, de formation professionnelle en sciences humaines, histoire de l’art et études régionales. Elle a dirigé la maison de la culture Azcapotzalco, le musée d’Arte Regional, le musée d’Arte Tridimensional et la vidéothèque Manuel Álvarez Bravo. Elle a collaboré à diverses publications nationales et étrangères et a été éditrice de TOMA, Revista Mexicana de Cine. Elle prépare en ce moment un doctorat en historiographie culturelle.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org