Navigation – Plan du site
Les métiers du cinéma

L’adaptation pour le sous-titrage

Pascaline Rosnet
p. 74-81
Traduction(s) :
La adaptación en subtitulación

Résumés

Rapide tour d’horizon du monde du sous-titrage pour présenter les différentes facettes de la profession, les principaux enjeux et difficultés d’une traduction qui doit faire cohabiter le texte avec les dialogues originaux. Le but étant de faire prendre conscience au public cinéphile et aux différents acteurs du monde de l’image de l’importance de l’adaptation cinématographique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Contrairement au sous-titrage intralinguistique, qui s’opère au sein d’une même langue (notamment p (...)

1Les cinématographies d’Amérique latine présentent une grande diversité de genres, de styles, mais aussi linguistique. En effet, elles nous offrent un aperçu des multiples variantes de la langue espagnole parlées dans le monde, ainsi que des expressions, tournures idiomatiques et références culturelles propres à chaque pays. La diffusion de ces œuvres hors de leur espace linguistique d’origine impose donc de recourir à des modes de traduction audiovisuelle tels que le sous-titrage ou le doublage. Le sujet étant très vaste, cet article traitera exclusivement de la pratique du sous-titrage, particulièrement prisée par les festivals ou les cinémathèques, et plus spécifiquement du sous-titrage interlinguistique1, dans lequel s’opère le passage d’une langue à une autre.

2Bien que le sous-titrage se soit considérablement développé ces 20 dernières années, les métiers de la traduction cinématographique demeurent peu connus, sinon ignorés, et aujourd’hui la majorité des professionnels expriment leur inquiétude. C’est pourquoi j’aimerais rappeler à quel point une adaptation peut aussi bien “servir” un film que lui porter préjudice, mais aussi mettre en lumière les conditions indispensables à l’élaboration de sous-titres au service de l’œuvre originale.

De l’invisibilité du sous-titrage

3Rencontre intime entre l’oral, l’écrit et l’image, le sous-titrage présente de nombreux défis et contradictions lors de son élaboration. De par leur nature, les sous-titres doivent en premier lieu répondre à certaines règles de temps et d’espace. Même si cela semble évident, rappelons que l’objectif du sous-titrage est de permettre à tout spectateur, indépendamment de son âge et de sa capacité de lecture, de saisir le message tout en pouvant suivre le déroulement de l’action, sans être gêné par les sous-titres. Sans entrer dans des détails techniques, rappelons juste que pour respecter l’intégralité de l’image, la vitesse de lecture moyenne (estimée entre 12 et 15 caractères par seconde) implique l’omission d’éléments du message original (une perte minimale de 10 à 20 %), puisqu’il faut respecter la synchronie spatiale, c’est-à-dire l’espace disponible à l’écran (qui varie généralement entre 32 et 40 caractères par ligne, sur un maximum de deux lignes).

4Un bon sous-titrage doit donc tendre vers une subtile harmonie entre image, son et parole, de sorte qu’on ne le remarque pas, qu’on ait l’impression de suivre le film sans le lire. Les sous-titres doivent disparaître pour se fondre à l’image. En général, on ne remarque les sous-titres que pour en signaler les erreurs. Par ailleurs, ces limitations d’espace et de temps génèrent souvent une certaine frustration pour l’adaptateur. Souvent il doit renoncer à la formule “parfaite” pour une autre plus synthétique, ou choisir entre deux informations en cas de simultanéité de dialogues.

5Ces contraintes de forme, conjuguées à d’autres exigences de lisibilité (relatives au découpage des sous-titres, au respect des changements de plans, etc.), nous amènent à considérer la traduction cinématographique davantage comme une adaptation que comme une traduction. Il ne s’agit pas uniquement de transcrire littéralement des dialogues, mais aussi de les remanier, les adapter, pour les rendre lisibles. Le terme d’adaptation risquant toutefois de prendre une connotation péjorative et d’alimenter les critiques de la part de non-initiés la considérant dès lors comme un transfert linguistique déficient, on préférera employer celui d’“adaptation audiovisuelle”, qui présente l’avantage de prendre en compte la dimension sémiotique de la traduction.

  • 2 Argot qui s’est développé dans la banlieue de Medellín pour s’étendre à tout le pays.

6L’un des grands défis de l’adaptation audiovisuelle consiste à restituer les dialogues le plus fidèlement possible, tout en respectant les contraintes déjà évoquées. Bien que l’adaptation mérite d’être plus largement développée, soulignons juste quelques-unes de ses particularités, qui constituent ses principales difficultés. La principale caractéristique du sous-titrage est de passer d’un langage oral à un langage écrit, avec le plus de naturel possible et tout en respectant le registre de langue. Le traducteur doit restituer l’oralité du discours, sans pour autant tomber dans le style télégraphique ni alourdir le texte par un excès de tics de langage, d’interjections ou de formules argotiques. La traduction audiovisuelle se distingue aussi d’autres modes de traduction par la diversité terminologique abordée, qui exige du traducteur une vaste culture générale et une certaine élasticité mentale. Il va par exemple passer de la traduction d’un documentaire sur le Candombe à l’adaptation de poèmes de Pablo Neruda, ou encore au parlache colombien2. Le traducteur est donc constamment amené à effectuer des recherches, à changer de registres, à puiser dans des jargons spécifiques.

  • 3 Une note explicative qui figurerait sous le sous-titre.

7Une autre caractéristique de l’adaptation audiovisuelle réside dans la difficulté inhérente aux transferts de références culturelles. L’humour, les proverbes, les allusions à des personnages célèbres, les jeux de mots et autres tournures idiomatiques, sont autant d’éléments d’identité culturelle particulièrement résistants à la traduction qui sollicitent l’imagination et tous les neurones du traducteur. Contrairement à d’autres modes de traduction, le sous-titrage ne permet pas de recourir aux notes du traducteur3 et contraint celui-ci à apporter des solutions concrètes et immédiates. Dans certains cas, il doit même se résoudre à “perdre” des nuances, des subtilités, ou des références culturelles qui se révèlent intraduisibles.

8Véritable spécialiste du jonglage langagier, le traducteur-adaptateur est alors confronté à divers défis : non seulement trouver des solutions d’équivalence se rapprochant des intentions de l’auteur, mais aussi traduire des émotions, des sensations. Pour cela, il doit se détacher de sa propre langue afin de s’imprégner de la réalité culturelle (géographique, sociale, idéologique) qui enveloppe de film. Il ne suffit pas de l’aborder de façon purement linguistique, il faut explorer tout ce qui l’accompagne, tout ce qui prolonge les dialogues. Ce n’est qu’en appréhendant pleinement ce contexte qu’il parvient à entrer dans la peau des personnages pour trouver la réplique qui sonnera le plus juste. Il doit également s’appuyer sur la valeur sémiotique de l’image, ce qui lui permet de supprimer le superflu (répétitions, tics de langage, etc.) pour alléger au maximum l’écrit. Il est de mise de ne pas traduire ce que l’image explicite.

9La spontanéité et la fluidité des dialogues sont conditionnées par les choix du traducteur-adaptateur et sa capacité à prendre en compte les évolutions sémantiques, les emprunts, dans un souci permanent de cohérence. Ses partis pris, ainsi que son intelligence de l’image, s’avèrent à la fois délicats et décisifs, puisqu’ils contribuent en grande partie à la réception du film sous-titré.

10Enfin, comme dans toute démarche traductive, l’adaptateur remplit le rôle de porte-parole de l’auteur, au point d’être considéré par certains comme son co-auteur, indépendamment de ses goûts personnels. Par déformation professionnelle, un traducteur a rarement une vision objective d’un film qu’il a traduit ; il l’évalue en termes de difficulté de traduction ou d’adaptation.

Un marché en explosion et contradictions

11Si le sous-titrage repose sur le traducteur, celui-ci n’est pas le seul créateur de sous-titres ni le seul garant de leur qualité. Le terme sous-titrage, dans son acception la plus large, désigne un ensemble d’opérations : le repérage, qui définit le temps d’affichage à l’écran de chaque sous-titre ; la traduction de toute information d’intérêt (dialogues, mais aussi voix off, chansons, titres, pancartes, lettres…) ; l’adaptation, qui consiste à ajuster les dialogues traduits au nombre de caractères autorisés ; la relecture, pour vérifier l’orthographe, la frappe et l’adéquation de la traduction ; et enfin, la simulation finale avec le client, avant l’incrustation dans l’image (s’il y a lieu), pour visualiser le résultat et effectuer d’ultimes modifications.

12En théorie, ces tâches se succèdent chronologiquement et correspondent à des professions distinctes. En réalité, certaines étapes sont omises ou volontairement supprimées pour des raisons de délais ou de budget, ce qui se répercute sur la qualité de la traduction. Il arrive par exemple qu’un traducteur (peu consciencieux, il est vrai) traduise un film sans même l’avoir visionné. En outre, l’apparition de nouveaux outils permet désormais au traducteur de gérer lui-même toutes les étapes du sous-titrage au moyen de logiciels sophistiqués. Ce qui présente l’avantage de réduire le nombre d’intermédiaires et par conséquent, le coût du travail pour le client. Le traducteur, pour sa part, bénéficie d’une large marge de liberté lui permettant de transposer plus aisément le “vouloir dire” du réalisateur, en jouant avec le découpage. De même, pour des raisons essentiellement économiques, l’intervention d’un relecteur ou correcteur tend à disparaître, ce qui fait reposer d’autant plus de responsabilité sur les épaules du traducteur.

  • 4 Ici entendu comme le technicien qui projette les sous-titres.

13Sans entrer dans les détails, soulignons juste que le sous-titrage électronique est une modalité à part, car la synchronisation (étape qui consiste à faire coïncider les sous-titres avec l’énoncé) s’effectue en instantané, au moment de la projection. Ce procédé présente de nombreux avantages sur les festivals ou événements ponctuels, car plus adapté aux situations d’urgence et engendrant de moindres coûts. En revanche, il représente une certaine fragilité du fait que le traducteur-adaptateur dispose généralement de délais plus courts, doit faire face à un rythme de travail accéléré et que le sous-titreur4 est soumis aux aléas du direct.

14Alors que l’on assiste à l’essor et la diversification du marché de la traduction audiovisuelle et à une familiarisation du public avec le sous-titrage, ce dernier soulève de nombreuses inquiétudes et interrogations liées notamment à la dégradation des conditions de travail et de la qualité des sous-titres produits. La première contradiction est la suivante : tous les acteurs du secteur (du commanditaire au traducteur, en passant par les prestataires techniques et distributeurs) aspirent à atteindre un résultat professionnel de qualité, en exigeant aux traducteurs/adaptateurs rapidité d’exécution et bas tarifs.

15Lorsque des sociétés se vantent de pouvoir offrir des sous-titrages de qualité à des prix défiant toute concurrence et dans des délais record, on peut se demander quel est leur secret. Auraient-elles trouvé des perles rares ? Existerait-il des traducteurs qui ne dorment pas et ne mangent pas ? Cette primauté de l’argument économique se ressent également lors du lancement commercial d’un film. Celui-ci débute généralement par une version sous-titrée pour le cinéma, suivie d’une autre pour la vidéo, pour le DVD, et idéalement une autre pour la télévision. Les normes de chaque support sont légèrement différentes, notamment en raison du nombre d’images par seconde qui varie légèrement. Cependant, en raison du raccourcissement des délais de commande et par souci d’économie, il est de plus en plus courant d’utiliser les mêmes sous-titres indépendamment du canal de diffusion. De cette façon, le rythme de lecture est accéléré, ce qui joue sur la lisibilité des sous-titres. De même, pour un film destiné à être traduit en plusieurs langues, les studios ont tendance à utiliser le même découpage pour chacune d’elles, alors que certaines (comme le chinois) sont beaucoup plus synthétiques que d’autres (comme le français ou l’espagnol). Il est également fréquent que la traduction pour le doublage (qui, rappelons-le, doit coïncider avec les mouvements des lèvres) soit réutilisée pour le sous-titrage, d’où les incohérences flagrantes qui peuvent surgir. L’économie prend le dessus sur le culturel et pour répondre aux nécessités de la concurrence, certaines firmes installent des filiales dans des pays à faible coût salarial, tels que l’Inde.

16En dehors de ces considérations d’ordre économique, notons que s’agissant d’une profession intimement liée à la technologie, les avancées sur ce terrain ont eu un impact immédiat sur son organisation professionnelle. L’apparition de nouveaux outils s’est traduite par un gain de temps, la multiplication d’échanges entre traducteurs (forums, plateformes), ainsi que par une démocratisation des outils de sous-titrages. Ces évolutions, a priori positives, ont néanmoins affecté le marché de la traduction audiovisuelle dans la mesure où on demande de plus en plus au traducteur-adaptateur d’effectuer lui-même la phase de repérage, voire d’incrustation (confiées auparavant à un technicien). Cette fusion des tâches a eu pour conséquence l’application de tarifs forfaitaires (à la minute, ou au film) ne rendant compte ni du nombre de sous-titres (pouvant varier du simple au double) ni du degré de complexité de la traduction. Ce mode de fonctionnement a également contribué à discréditer le travail de création du traducteur.

17Si la traduction audiovisuelle est contrainte de se plier aux aléas du marché, elle reste un petit monde passionnant et convoité, où les possibilités d’entrer et d’évoluer demeurent réduites. La multiplication des formations en traduction et l’augmentation des personnes bilingues ont conduit à une réelle professionnalisation, garantissant le maintien de standards de qualité, mais aussi à une dégradation des conditions de travail, notamment perceptible au niveau des tarifs pour les traducteurs travaillant dans des combinaisons de langues très courantes. Par ailleurs, la démocratisation des outils de sous-titrage permet désormais à toute personne disposant d’un programme adéquat de “fabriquer” des sous-titres comme bon lui semble, sans avoir pour autant appris les règles du métier. C’est ainsi qu’on peut voir des sous-titres “artisanaux” complètement illisibles, mal découpés, ou plein de fautes. Internet et l’apparition de fansubs (copies de films ou de séries sous-titrés par des amateurs) ont participé à la confusion du spectateur, qui tend à assimiler tous les types de sous-titrage. Tendance qui contribue en partie au manque de reconnaissance dont souffre la profession. Bien que l’objectif des fansubbers soit louable, puisqu’ils rendent accessibles à leur public des œuvres indisponibles dans leur pays, il faut souligner qu’ils traitent le sous-titrage comme un passe-temps, alors que pour les professionnels de la traduction audiovisuelle, il constitue une activité à part entière, un art exigeant un savoir-faire linguistique, technique, ainsi qu’une certaine connaissance cinématographique.

18Le fait que l’adaptation audiovisuelle soit considérée bien souvent comme une traduction imparfaite, puisque non intégrale, contribue également à cette dévalorisation de la profession. Se substituant à une traduction littérale rendue impossible, l’adaptation donne l’impression d’une grande marge de liberté et, de ce fait, n’est pas intellectuellement reconnue comme une vraie traduction. Alors que le doublage donne l’impression de transmettre plus d’informations, le sous-titrage confronte en permanence le spectateur à deux sources linguistiques (langue lue et langue entendue) et l’effort de synthèse du sous-titrage peut être perçu comme une déficience. Quel que soit son degré de compréhension de la langue source (langue originale du film), toute personne peut aisément remarquer la suppression de certaines informations dans la langue cible (celle des sous-titres), qu’elle aura tendance à interpréter comme des lacunes de traduction. Alors que l’adaptateur se présente comme le trait d’union entre l’œuvre et le public, il est invisible et son activité créatrice est souvent perçue comme subalterne. Pour preuve, son nom ne sera connu que par les quelques cinéphiles qui scrutent l’écran jusqu’à la dernière ligne du générique, au désespoir des projectionnistes.

Rentabilité versus qualité

19Au vu de toutes les contraintes énumérées, des rémunérations à la baisse, des conditions de travail précaires et de la dévalorisation constante du métier, on peut se demander quelles sont les perspectives d’avenir pour les traducteurs du monde de l’image et comment préserver la qualité des sous-titres.

20Même si une traduction parfaite n’existe pas et qu’aucun traducteur n’est infaillible, en revanche, le sous-titrage parfait existe : c’est celui qui donne au public l’impression d’avoir compris le film dans sa langue originale, grâce à la fluidité de l’adaptation. La qualité d’un sous-titrage est conditionnée par des éléments aussi simples que logiques. Son créateur doit dans un premier temps disposer de bons outils (et savoir en tirer profit), de délais corrects lui permettant d’effectuer les recherches nécessaires, de prendre un minimum de recul et de laisser libre cours à sa curiosité. Parfois confronté à un doute terminologique, le traducteur méticuleux ira consulter un spécialiste du domaine en question. Or cette démarche méthodologique n’est pas toujours possible pour des questions de temps. Enfin, aussi évident que cela puisse paraître, “quatre yeux voient mieux que deux”, c’est pourquoi la relecture devrait être une étape indispensable.

21Cependant, la réalité est bien loin de ces conditions idéales. Le statut des traducteurs-adaptateurs reste précaire ; la plupart sont des travailleurs indépendants. Souvent amenés à travailler la nuit, les week-ends, à rester concentrés des heures durant devant un ordinateur, ils réalisent un travail de fourmi qui sera sous-payé. De fait, peu d’entre eux parviennent à se consacrer exclusivement à la traduction audiovisuelle et la profession se retrouve quelque peu désertée par des gens extrêmement compétents qui cherchent ailleurs une rémunération plus juste et un minimum de reconnaissance. Nombreux sont ceux qui envisagent aujourd’hui de se reconvertir, de faire du sous-titrage comme passe-temps ou comme activité secondaire.

22Pour continuer d’exercer cette activité de façon sereine, le traducteur-adaptateur doit tenter de contribuer à la revalorisation de sa profession et de son propre travail. Le premier pas est de savoir refuser des projets “non rentables” et de privilégier les clients misant avant tout sur la qualité, quitte à moins travailler. Pour cela, il doit faire valoir son expérience, ses compétences particulières. Car la traduction audiovisuelle permet non seulement à un “produit” de traverser les frontières, d’être compris et apprécié à juste titre, mais elle lui procure une véritable valeur ajoutée, qui repose sur la créativité du traducteur. C’est pourquoi une adaptation audiovisuelle doit être considérée comme un travail de création intellectuelle et son auteur comme un artisan au savoir-faire exceptionnel transmis par des “maîtres” expérimentés et exigeants.

23Malgré l’existence d’associations qui tentent de fédérer les traducteurs-adaptateurs, d’assurer des conditions de travail décentes, une rémunération correcte et une certaine homogénéisation du sous-titrage, le secteur n’est régi par aucun contrôle de qualité. Bien qu’on observe des disparités suivant les supports et les pays, ce manque de réglementation menace sérieusement la profession, encourage les pratiques amateurs et nuit à la qualité du sous-titrage. C’est pourquoi il est important de sensibiliser tous les acteurs du monde du cinéma pour leur fournir les outils d’analyse et de critique constructive afin de continuer à défendre la qualité, le respect de l’œuvre et du public.

Haut de page

Notes

1 Contrairement au sous-titrage intralinguistique, qui s’opère au sein d’une même langue (notamment pour les sourds et malentendants).

2 Argot qui s’est développé dans la banlieue de Medellín pour s’étendre à tout le pays.

3 Une note explicative qui figurerait sous le sous-titre.

4 Ici entendu comme le technicien qui projette les sous-titres.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/503/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascaline Rosnet, « L’adaptation pour le sous-titrage », Cinémas d’Amérique latine, 20 | 2012, 74-81.

Référence électronique

Pascaline Rosnet, « L’adaptation pour le sous-titrage », Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 20 | 2012, mis en ligne le 17 avril 2014, consulté le 25 juin 2017. URL : http://cinelatino.revues.org/503 ; DOI : 10.4000/cinelatino.503

Haut de page

Auteur

Pascaline Rosnet

Titulaire d’une maîtrise de langues et littérature espagnoles et latino-américaines et d’un master de traduction, elle se consacre depuis 2006 à l’adaptation audiovisuelle, tant pour le cinéma que pour le DVD. Elle travaille également ponctuellement comme technicienne de sous-titrage électronique sur des festivals pour le compte de FILA 13.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org