Navigation – Plan du site
Les métiers du cinéma

Il faut reconnaître ses enfants. Notes sur le montage de La sociedad del semáforo (La Société du feu rouge)

Luis Ospina
Traduction de Emmanuelle Hamon
p. 70-81
Cet article est une traduction de :
A los hijos hay que reconocerlos. Notas sobre el montaje de La sociedad del semáforo

Résumés

Le cinéaste colombien Luis Ospina décrit sa relation de travail avec Rubén Mendoza, le monteur de ses derniers films La desazón suprema (2003) et Un tigre de papel (2007), et la proposition de Rubén à Ospina de monter son premier long-métrage La sociedad del semáforo (2010).

Haut de page

Texte intégral

La sociedad del semáforo (2010) de Rubén Mendoza

La sociedad del semáforo (2010) de Rubén Mendoza
  • 1 Le titre du film de Jorge Nieto fait référence à La Tragédie du silence (Arturo Acevedo Vallarino, (...)

1Quand le réalisateur Rubén Mendoza m’a demandé de faire le montage de La sociedad del semáforo, j’en ai été le premier surpris. J’ai été aussi surpris que si l’on m’avait fait une proposition d’échangisme. Il avait fait le montage de mes derniers films : La desazón suprema (2004) et Un tigre de papel (2007), et il me proposait maintenant d’inverser les rôles. J’ai été séduit par l’idée et j’ai accepté de relever le défi. La dernière fois que j’avais collaboré au montage d’un film d’un collègue, c’était en 1987, j’avais été alors assistant monteur de Más allá de “la tragedia del silencio” de Jorge Nieto1. Auparavant, j’avais déjà été chef monteur pour plusieurs amis (Oscar Campo, Patricia Restrepo, Juan José Vejarano, Luis Crump) et pour pratiquement tous les films de Carlos Mayolo. Dans son autobiographie ¿Mamá qué hago ?, Mayolo a écrit que plus que d’avoir été le monteur de ses films, j’en avais été le dompteur. Mayolo adorait filmer mais le montage lui coûtait. Pour moi, c’est tout le contraire : je souffre pendant les tournages et je me réjouis pendant le montage. Comme l’a si bien dit le vieux renard Jean-Luc Godard : montage, mon beau souci.

Agarrando pueblo (1978) de Carlos Mayolo et Luis Ospina

Agarrando pueblo (1978) de Carlos Mayolo et Luis Ospina

2Obéissant “aux ordres”, j’ai accepté cette proposition tentante de Rubén et nous avons donc inversé les rôles. Mais il restait un problème à résoudre. Car si le monteur de mes films devenait réalisateur, qui allait le remplacer ? J’ai appris à monter sur Moviola mais je n’ai jamais été à l’aise avec le montage virtuel : j’ai toujours eu besoin d’un chef opérateur. Nous en avons auditionné plusieurs et nous avons choisi Jonathan Palomar, jeune diplômé (comme Rubén) de l’école de cinéma de l’Université nationale.

3Quelques mois auparavant, j’avais lu l’une des nombreuses versions du scénario et j’y avais retrouvé l’esprit d’Agarrando pueblo, film tout aussi anarchique, avec des acteurs non professionnels, que j’avais tourné 32 ans plus tôt avec Carlos Mayolo. Nous avons décidé que le montage du film se ferait au fur et à mesure du tournage. Comme nous travaillions avec des acteurs de la rue, il y aurait beaucoup d’improvisation pendant le tournage et de nombreux changements en cours de route, sans parler de la difficulté à tourner dans le centre de Bogotá, l’immonde. D’avoir passé des heures et des mois durant à monter mes films, Rubén et moi avions entamé une amitié dans tous les sens du terme. Lors de l’une de nos conversations, il m’avait dit qu’Agarrando pueblo était l’un des films qui l’avaient poussé à vouloir faire du cinéma. J’ai toujours dit que ce qui éduque le plus, c’est le mauvais exemple. D’une certaine manière, le film La sociedad del semáforo est le fils d’Agarrando pueblo. Et comme il faut reconnaître ses enfants, j’ai un jour surmonté mon horreur des tournages (et de la procréation) et je me suis rendu au carrefour de la 6e et de la 3e rue, où régnait l’activité frénétique d’une fourmilière de gens (cinéastes, saltimbanques, statues vivantes, cracheurs de feu, mendiants et misérables de tout poil) où les acteurs du film se mélangeaient avec les badauds. Juan Carlos Gil tournait en caméra portée tandis que Sofía Oggioni, grimpée sur une grue de pompiers, manœuvrait la seconde caméra. L’assistant de direction, Jacques Toulemonde, donnait les consignes au mégaphone pour diriger la scène (et la circulation). Gabriele le “Sarde”, en haut d’un feu de signalisation, mettait un harnais à un enfant noir pour simuler une pendaison. Cela m’a renvoyé à la terrible image du lynchage décrit par Billie Holiday dans Strange Fruit. Rubén, maître de cérémonies de ce cirque à trois pistes et quatre feux de signalisation, conservait son calme avant le chaos et chorégraphiait la séquence à tourner. Pour je ne sais quelle raison, la scène a été rejouée plusieurs fois. Les heures ont passé, et j’ai fini par quitter la scène. Je n’aime pas voir souffrir les amis.

4Le film étant enregistré sur support vidéo, avec une de ces caméras haute définition qui n’utilisent pas de bande (je ne me souviens plus de laquelle, impossible de s’en souvenir puisque chaque mois, il en sort un nouveau modèle), sa sauvegarde nécessitait toute une organisation de mise en sécurité ; tous les jours, il fallait enregistrer les prises sur disque dur au bureau de la production et prendre une copie chez moi où se faisait le montage. On ne sait jamais, le diable est perfide et dans ce pays de voleurs et de pirates tout est possible.

5Le montage a duré sept mois au total. Pendant le tournage, Jonathan et moi avons agencé les plans pour produire un premier montage, tout cela sans la présence du réalisateur. Cette première version brute durait trois heures. À la fin du tournage, Rubén est parti à Bogotá pour prendre un repos bien mérité. Pendant ce temps-là, Jonathan et moi avons épuré le montage. Quand Rubén est revenu, nous avions un enregistrement de deux heures et demie, qu’il a corrigé et complété à son tour, reprenant les plans et suggérant des changements. Jonathan et moi avons pris en compte ses décisions et nous lui avons livré une nouvelle version qu’il a retravaillée seul chez lui. Pendant ce temps, Jonathan, qui avait fait une copie du film, a réalisé une autre version. Nous avons ensuite comparé les différentes versions et nous avons pris des choses de chacune d’entre elles jusqu’à la projection privée en présence des producteurs Diana Camargo et Daniel García et quelques cobayes. Nous avons écouté les commentaires et pris en compte les suggestions. Finalement Rubén a repris les rênes de l’affaire et a produit ce qui serait la version finale. Jonathan et moi n’avons pas participé à cette phase ultime, où a été introduite la musique de Velandia et où s’est réalisé le mixage final.

Luis Ospina et Rubén Mendoza

Luis Ospina et Rubén Mendoza

6Il y a quelques jours je suis allé au cinéma et j’ai vu la bande-annonce de La sociedad del semáforo. J’ai ressenti, pour la première fois, la fierté d’être père et, comme une mère, j’attends avec inquiétude sa mise au monde dans les salles de cinéma du pays.

Haut de page

Notes

1 Le titre du film de Jorge Nieto fait référence à La Tragédie du silence (Arturo Acevedo Vallarino, Colombia, 1923) (Note de l’éditeur).

Haut de page

Table des illustrations

Titre La sociedad del semáforo (2010) de Rubén Mendoza
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/502/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Agarrando pueblo (1978) de Carlos Mayolo et Luis Ospina
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/502/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Titre Luis Ospina et Rubén Mendoza
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/502/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luis Ospina, « Il faut reconnaître ses enfants. Notes sur le montage de La sociedad del semáforo (La Société du feu rouge) », Cinémas d’Amérique latine, 20 | 2012, 70-81.

Référence électronique

Luis Ospina, « Il faut reconnaître ses enfants. Notes sur le montage de La sociedad del semáforo (La Société du feu rouge) », Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 20 | 2012, mis en ligne le 17 avril 2014, consulté le 30 avril 2017. URL : http://cinelatino.revues.org/502 ; DOI : 10.4000/cinelatino.502

Haut de page

Auteur

Luis Ospina

Luis Ospina est né à Cali, Colombie. Réalisateur de plusieurs longs-métrages, entre autres Pura sangre (1982), Andrés Caicedo: unos pocos buenos amigos (1986), Soplo de vida (1999), La desazón suprema: retrato incesante de Fernando Vallejo (2003) et Un tigre de papel (2007). Il a codirigé avec Carlos Mayolo Agarrando pueblo (Les Vampires de la misère) (1978) et avec Raúl Ruiz Capítulo 66 (1994). Actuellement, il est directeur artistique du Festival international de cinéma de Cali. Son travail a été primé dans les festivals internationaux de Toulouse, Oberhausen, Biarritz, Miami, La Havane, Sitges, Bilbao, Huesca, Cádiz, Lille, Lima et Caracas.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org