Navigation – Plan du site

Les boîtes ouvertes de l’Amérique numérique. Aveux d’un documentariste indocile

Eduardo Montes-Bradley
Traduction de Odile Bouchet
p. 171-181
Cet article est une traduction de :
Las latas abiertas de América digital. Confesiones de un documentalista díscolo

Résumés

Mercredi 6 juin je me suis assis pour converser avec Julian Bond dans une ancienne synagogue à Washington, DC. Le but était d’enregistrer un demi-siècle d’expériences à l’avant-garde des mouvements pour les droits civiques aux États-Unis. Ces témoignages se sont retrouvés fixés dans un documentaire avec lequel j’ai l’ambition de faire naître des questions au sujet du rapport entre Blancs et Noirs, Bleus et Rouges, entre le tout et le néant. La prémisse sert de point de départ d’une critique au volontarisme documentaire qui met les réponses avant le facteur documentaire.

Haut de page

Texte intégral

Est arrivé un temps où je me suis mis à m’intéresser à l’œuvre des autres. À partir de ce moment-là ma filmographie s’est justement bâtie en se fondant sur cet intérêt. Aujourd’hui, l’œuvre des autres concerne les projections afro-américaines à l’intérieur et au-dehors des États-Unis. Mon avenir est aussi noir et incertain que d’habitude.
Avant le documentaire, le néant, après, l’incertitude
Eduardo Montes-Bradley

1Le 6 juin 2012 je me suis levé tôt, j’ai pris mon petit-déjeuner et j’ai entrepris à contre-jour le pèlerinage à Washington. Je devais arriver à la capitale avant midi, passer prendre Julian Bond chez lui, et le mener jusqu’au lieu de tournage où se tiendrait l’entrevue pour le documentaire Julian Bond : Memorias del movimiento de derechos civiles.

Julian Bond et sa femme, Pamela S. Horowitz, après avoir vu le documentaire de Montes-Bradley sur un i-Pad.

Julian Bond et sa femme, Pamela S. Horowitz, après avoir vu le documentaire de Montes-Bradley sur un i-Pad.

2J’ai envie d’aller faire un tour à Toulouse, mais j’ai dans l’idée que mon dernier documentaire ne remplit pas l’une des conditions fondamentales requises pour être pris en considération dans les canons du cinéma latino-américain : traiter de sujets du cinéma latino-américain. Cela ne suppose pas nécessairement que l’action doive se dérouler dans un endroit déterminé. Sans aller plus loin, l’histoire d’un écrivain guarani dans son exil belge ou celle d’une pute carioca sur la Place Rouge peuvent être tournées sur des scènes alternatives. Disons : Bruxelles ou la Place Rouge. D’autre part, la nationalité du cinéaste ne semble pas être un obstacle. Tout comme une Française pourrait filmer la vie d’un révolutionnaire vénézuélien, un Suédois les mésaventures d’un cacique en détresse dans le Mato Grosso, et un Nord-Américain l’image du dernier exemplaire d’une espèce en voie de disparition aux îles Galapagos. Ce qui fait que la possibilité d’être pris en compte pour des forums et des festivals de cinéma latino-américain ne concerne donc ni le lieu où se situe l’action, ni la nationalité du cinéaste mais le sujet développé par l’œuvre.

Une scène quotidienne pendant les années cinquante.

Une scène quotidienne pendant les années cinquante.

Composition du sujet : Latinoland

  • 1 “Football” prononcé à la brésilienne (NDT).

3Dans ce sens, le continent, selon toute présomption disparu, se réinvente en tant que parc à thème : Latinoland. L’idée peut sembler scandaleuse, mais ne l’est pas. Trois quarts de la même chose arrive à Paris, à Rome et à Stockholm. Il est des identités qui peuvent résister à des transformations vertigineuses, d’autres non. L’Amérique latine entre dans cette dernière catégorie et le Brésil en est l’exemple le plus achevé. Cependant, l’idée d’un parc à thème est statique et les transformations représentent un défi : comment faire un documentaire sur Rio de Janeiro sans putes, sans pauvres, sans travestis ni samba, ni Amazonie menacée par l’avidité des capitaux transnationaux ? Je ne dis pas que ces éléments aient cessé de constituer un reflet d’une condition inexorablement brésilienne. Mais de la même façon que les mémoires se construisent avec des éléments étrangers au fait qui les provoque, les documentaires se prêtent à être des instruments fondamentaux dans la constitution des paradigmes. On sait bien que Paris n’est pas une carte postale de la tour Eiffel, mais on a du mal à dépasser ce niveau-là de la même façon qu’on a du mal à dépasser celui des putes, de la samba et du futchibol1. L’idée d’un parc à thème nous permet de parcourir un laps de temps en sachant qu’on peut toujours retourner à tel endroit que nous avons connu à une époque donnée, ou qui nous a été montré : La Havane pétrifiée au front de mer éternellement débordant de barbus triomphants, le Santiago ensanglanté du palais de la Moneda en feu sous le vol rasant des bombardiers, la Place de Mai en flammes qui a vu les derniers jours du second gouvernement de Perón… Achtung ! Achtung ! : on sait que ce dernier point est faux, que les images du bombardement de la Place de Mai sont celles d’une tentative de coup d’État en juin 1955 et que Perón a été renversé par un autre coup d’État trois mois plus tard. Cependant, ce qui nous en reste, c’est l’image du documentaire Cazadores de utopías (1996) de David Blaustein qui a recours aux images du premier coup d’État pour justifier graphiquement le second. Curieusement, c’est une chose qui arrive bien plus souvent qu’on ne le croit. Zero Dark Thirty (Kathryn Bigelow, 2012) est un film de fiction qui raconte les alternatives qui ont conduit à l’assassinat de Ben Laden. Il est frappant de voir que la critique s’y réfère comme à un travail presque documentaire, autrement dit, un semi-documentaire, une fiction partiellement documentée. En d’autres termes, cette construction raffinée de la mémoire renvoie au roman historique. Rien de nouveau sous le soleil. Néanmoins, ce qui semblerait être nouveau, c’est la perspective à laquelle les critiques font appel. Zero Dark Thirty, film qui voulait provoquer l’adhésion à la politique extérieure de Barack Obama, finira par donner un triple orgasme à Dick Cheney et par porter préjudice à l’image publique du président.

Julian Bond renonce à la candidature à la présidence des USA pour le parti démocrate, 1976.

Julian Bond renonce à la candidature à la présidence des USA pour le parti démocrate, 1976.

4Or, en conséquence de ce qui précède, nous autres, documentaristes sud-américains, nous trouvons face au dilemme suivant : comment continuer d’alimenter l’illusion d’un continent disparu, c’est-à-dire d’un continent qui n’existe que dans le méticuleux montage d’une mémoire documentaire où l’évidence frôle la fiction. Allons plus loin, si le continent “disparu” cessait d’être ce que le public qui consomme cette réalité voudrait qu’il soit ou qu’il continue à être, ce public commencerait à subir un syndrome de manque : “Je suis allé à Disney et Mickey n’y était pas.”

Julian Bond à côté de Ted Kennedy.

Julian Bond à côté de Ted Kennedy.

5Mais alors, qu’est-ce qui a changé, si tant est que quelque chose change dans les parcs à thème ? La réponse est simple : tout. Les consommateurs ont changé et nous autres, fabricants de miroirs de pacotille, nous avons changé aussi. Cette idée est née quand je me suis vu dans l’impossibilité de finir un documentaire sur la Bolivie après trois ans à y mettre de l’argent et du temps. À ce moment-là j’avais réussi des images et des témoignages extraordinaires à Potosí, où, soit dit en passant, j’ai failli perdre la vie avec Norberto “Negro” Ramírez. Maintenant que j’y pense, cet article allait traiter des Noirs aux États-Unis, plus précisément de l’un d’entre eux en particulier et de mon documentaire sur son histoire qui est celle d’un demi-siècle d’évolution au sujet des droits civiques. Dès à présent je présente mes excuses et je verrai comment faire pour revenir à ce sujet, mais pour le moment, je continue sur la Bolivie.

Aveu bolivarien

6Ces images boliviennes avaient pour objet de composer un documentaire qui n’allait servir qu’à moi et pas à ses protagonistes. Si j’avais terminé ce documentaire inachevé, j’aurais récolté une reconnaissance et un prestige qu’il m’aurait été impossible de partager avec les protagonistes de l’histoire. Inutile de dire que pendant le temps qu’il m’aurait fallu passer pour conclure l’expérience, j’aurais vécu de subventions et de bourses dont la portée dépasse largement le produit intérieur brut de plus d’une communauté des hauts plateaux que j’ai pu parcourir. Le but défiait le propos, ce sont des choses qui arrivent.

Julian Bond à la Convention démocrate de 1968, d’où il est sorti élu candidat à la vice-présidence des USA.

Julian Bond à la Convention démocrate de 1968, d’où il est sorti élu candidat à la vice-présidence des USA.

7Je me souviens qu’une fois, Martín Caparrós m’a raconté qu’alors qu’il voyageait en Vespa à travers la Thaïlande, il a rencontré au bord d’un fleuve (ou d’un lac, c’est pareil) un groupe d’enfants qui se baignaient. La scène était idéale et se prêtait au portrait, après tout, Caparrós pensait écrire sur l’exploitation sexuelle des enfants et ces images seraient parfaites pour plonger le lecteur dans le contexte. Il est évident que les enfants ne savaient rien quand ils ont vu Caparrós ranger sa Vespa, sortir son appareil de son sac et commencer à photographier. Pourtant, ces enfants, accoutumés au trafic habituel de touristes européens, ont commencé à se contorsionner et à se montrer devant l’appareil de façon franchement impudique. L’écrivain s’est immédiatement rendu compte que lui-même était en train de faire ce qu’il venait démasquer (de la pornographie infantile) et dans un geste désespéré il est remonté sur sa Vespa et a pris la fuite sans laisser de traces. Je crois qu’à Potosí, dans ces mines lunaires, dans ce continent qui a surgi soudain devant ma caméra, je me suis senti comme le pire des saligauds. Si j’avais pu leur ôter l’or et l’argent je l’aurais fait, mais mon degré de sophistication était tel que rien qu’avec l’image de leur exploitation, je pouvais gagner une place dans une encyclopédie du cinéma documentaire, dans un festival de cinéma latino-américain. Peu après je me suis rendu compte qu’il me fallait viser ailleurs avec ma caméra, chercher à filmer ce qui ne perpétuerait pas le rapport pacotille contre terre, parce que maintenant je ne leur donnais même plus de pacotille mais l’illusion de se voir eux-mêmes dans cet appareil magique et mystérieux que n’importe quel mineur bolivien possède dans sa hutte en pisé.

Julian Bond.

Julian Bond.

Photo : Eduardo Montes-Bradley

Nous sommes dans le brasier

8Avoir découvert ce que je ne voulais pas filmer ne résolvait que la moitié de l’équation. La seconde moitié a été bien plus complexe et exigeait la réponse à une question fondamentale : quel est le but d’un documentaire latino-américain presque cinquante ans après La hora de los hornos (L’heure des brasiers, Solanas y Getino, 1968) ? La réponse n’a pas tardé à se présenter, la mienne, je veux dire, car je suis sûr que dans la complexité des temps que nous vivons, chacun doit avoir la sienne, et je ne prétends pas avec ce récit convaincre qui que ce soit. C’est de cela qu’il s’agit, de ne pas convaincre. Je me suis alors souvenu que certains des meilleurs moments de ma vie comme documentariste étaient ceux où j’avais filmé sans tenter d’évangéliser. Je pense à Le Mot juste, mon travail sur Héctor Tizón et je crois qu’il en valait la peine. Je n’ai pas la moindre idée de combien de spectateurs ont vu le documentaire et je ne m’en soucie guère. Ce que je peux affirmer c’est qu’après la mort de l’écrivain je me suis retrouvé avec deux films : l’un que j’avais filmé, à montrer, et un autre, le making of du premier, dont il ne reste pas de trace. J’ai alors pensé que d’une certaine façon il y a toujours deux films et que celui qui a le plus de valeur pour soi-même est celui qui garde la mémoire d’avoir été là. Quand un de mes protagonistes meurt (et on dirait bien que dernièrement il y a une épidémie), je cherche parmi les enregistrements ceux qui leur appartiennent et j’essaie de me souvenir de ce que je n’ai pas filmé, ce qui n’est pas resté enregistré, ce que je ne peux pas partager avec qui que ce soit d’autre que mon oreiller. Je l’admets : c’est une prémisse narcissique, mais à une échelle bien moindre que celle que suppose d’aller briller dans les centres culturels en Europe et aux États-Unis avec des images volées dans les entrailles d’une terre qui dévore les gens à coups de pics et de dynamite. Donner son sang, c’est une chose, et c’en est une autre, bien différente, de s’ouvrir les veines et de s’enrichir de le raconter sur une plage orientale.

Julian Bond lors de son dernier jour de cours à l’Université de Virginie.

Julian Bond lors de son dernier jour de cours à l’Université de Virginie.

Photo : Eduardo Montes-Bradley

“Chez l’épicier, pas d’argent, pas d’épice… ”

9À partir de ce moment-là j’ai cherché des récits qui me permettaient de penser. Je n’étais plus aussi intéressé par le fait de dénoncer que par celui d’apprendre, j’opposais finalement la carte postale à la sonde dans un espace inexploré. Je ne voulais rien raconter à personne, mais qu’on me raconte à moi. La possibilité de pontifier sur une scène milanaise devant une masse acritique me dérangeait beaucoup. Les étudiants italiens ont la mauvaise habitude de penser au Che Guevara dans les mêmes termes consuméristes que ceux qui lient une adolescente de Shanghai à une affiche de James Dean. Mais il est sûr qu’échapper au circuit institutionnel du cinéma documentaire argentin a des conséquences graves et immédiates : la perte des subventions. Si l’idée était de quitter le parc à thème sud-américain jusqu’à nouvel ordre et de m’aventurer en terre inconnue, je devais chercher comment faire. J’ai idée que c’est le pas le plus difficile à franchir. Quand on décide d’abandonner l’apostolat, la Curie ne prend plus en charge les frais fixes et il ne reste plus qu’à se mettre à travailler. La fin de Contrakultura (1998-2008) était arrivée et une nouvelle idée était née : Heritage Film Project. Il s’agissait à présent de convaincre des gens de me raconter leur histoire en échange de quelque vil argent. La terre contre de la pacotille. Avec cette terre (terre = capital de travail) je pouvais me mettre à raconter les histoires qui m’attiraient. Je me corrige : à fouiller les histoires qui éveillaient ma curiosité et sur lesquelles je ne savais rien ou presque rien, ce qui n’est pas la même chose, ce qui est différent. Au début il y a eu un peu de tout : une romancière brésilienne perdue dans les plaines au pied des Rocheuses (Lisboa), un marine né en Allemagne qui a fait les dernières batailles du Pacifique (La armónica de Iwo Jima), un bibliothécaire de Virginie dont la vie a changé le jour où il a connu Borges (Loewenstein), un artiste plasticien cubano-américain qui restaure sur toile des façades de La Havane pour qu’elles ressemblent plus à ce qu’elles ont été, selon ce qu’il croit se souvenir (Calzada), et d’autres. Mais ce qui a définitivement fini de séduire ma curiosité a été un sujet imprévisible.

Julian Bond au Congrès des USA, en 1976.

Julian Bond au Congrès des USA, en 1976.

Le déclencheur

Le militantisme ne produit pas de cinéma documentaire, il produit plus de militantisme.
Eduardo Montes-Bradley

10Les meilleures idées du cinéma documentaire sont le produit de multiples causes. Le militantisme ne produit pas de cinéma documentaire, mais du militantisme. Le cinéma documentaire tel qu’il ressort de mon expérience, naît par accident, par coïncidence, par erreur. J’en étais là, à essayer de me tromper, quand je vois passer sur le trottoir d’en face un mulâtre élégant, évidemment âgé, que toutes semblaient s’appliquer à saluer. S’il s’était trouvé il y a 2000 ans sur la péninsule du Sinaï, il serait devenu le patriarche d’un culte populaire. Quand j’ai posé la question, on m’a dit qu’il s’agissait de Bond, Julian Bond.

11Le lendemain, j’ai cherché toute l’information possible à son sujet, j’ai cherché son adresse électronique dans l’annuaire de l’Université de Virginie et je lui ai écrit que je voulais faire un documentaire fondé sur son expérience. À ma grande surprise, il répondit le lendemain sur un ton laconique qui lui dure encore aujourd’hui. “Oui. Je vous attends à 14h30 en salle des professeurs.” Le résultat de cet appel est un documentaire de trente-quatre minutes, mais qui aurait pu tout aussi bien durer une heure, ou deux, ou trois. L’entrevue a été éblouissante pour moi, mais c’est le travail de montage qui m’a permis de comprendre que le documentaire peut être l’outil le plus efficace pour apprendre quelque chose de nouveau. Soit dit avec grand respect : le spectateur n’est pas entré en considération, ni les festivals, ni la critique, ni les amis n’avaient d’importance à ce stade-là. Pendant trois mois, je me suis enfermé pour monter des images qui racontent une histoire qui démarre à l’époque de la guerre civile nord-américaine et parcourent, une décennie après l’autre et une génération après l’autre, un des processus les plus fascinants dans l’évolution des relations sociales en Occident. En fin de compte, j’avais retrouvé l’enthousiasme et je recommençais à sentir que je faisais un documentaire d’un point de vue original. Car il faut bien convenir de quelque chose : si je pouvais voir que Bond était mulâtre, il était très clair pour lui que j’étais argentin ; et s’il ne me demandait pas si je dansais le tango, je n’allais pas lui demander s’il savait jouer au basket. Dans le processus ont commencé à jouer les contradictions habituelles et à mesure que j’avançais dans le montage je voyais se multiplier les questions, comme sur les chemins qui bifurquent (analogie inévitable, désolé). Y aurait-il eu un Mai français sans la Marche sur Washington du 28 août 1963 ? Quels sont les antécédents immédiats de l’éruption intellectuelle en Europe en 1968 et quelle relation entretiennent-ils avec les événements qui ont marqué toute une génération de l’autre côté de l’océan ? Quel est l’œuf et qui diantre a mangé la poule ? N’y a-t-il qu’une poule ?

Horace Mann Bond et Albert Einstein à Lincoln University en 1954.

Horace Mann Bond et Albert Einstein à Lincoln University en 1954.

12En peu de temps j’ai laissé en arrière les noms prévisibles, ceux qui ont survécu au marketing indispensable de la carte postale inévitable. Par-delà Luther King et Malcolm X, j’ai pu distinguer les profils de Langston Hughes, Paul Robeson, Claude McKay et W.E.B. Du Bois flirtant avec la révolution soviétique et celle des Panthères Noires avec les utopies cubaines. Tout d’un coup, l’idée d’un Obama communiste brandie par la droite républicaine semblait prendre du souffle. Sous l’éclairage de cette multiplicité de récits croisés, le Comité d’Activités Antiaméricaines que promulguait McCarthy avait trouvé des porte-paroles chez ceux qui dirigeaient en permanence leurs canons contre le président élu. Je ne dis pas que cette idée d’affinité entre le noir et le rouge ait été présente dans les conclusions qui, par ailleurs, ne semblaient pas précédées d’analyse mais qu’elles répondent à une réaction spontanée. J’ai dit spontanée ? J’en doute. J’avais dit auparavant que les mémoires se construisent, s’inventent, se décorent. La mémoire d’une avant-garde intellectuelle noire en phase avec les visées de l’ennemi soviétique ou castriste est prédéterminée par un état de conscience non manifeste, un état de conscience qui cherche à perpétuer certaines formes de domination en fonction de craintes incertaines.

Julian Bond en campagne dans les quartiers pauvres d’Atlanta, Géorgie.

Julian Bond en campagne dans les quartiers pauvres d’Atlanta, Géorgie.

13Julian Bond avait fait naître bien plus d’interrogations que celles que j’aurais pu imaginer. D’une certaine façon, je crois que cela répond à mes intérêts en tant que documentariste post-subventionné. Ces interrogations finissent irrémédiablement par justifier de nouvelles projections de cette même recherche. La question qui résulte de ce concept initial où je présentais l’idée du parc à thème pourrait être complétée de la façon suivante : un film sur Julian Bond a-t-il sa place dans le contexte d’un festival de cinéma latino-américain à Toulouse ?La réponse est : je ne sais pas. D’un côté, je suppose que non parce que Bond ne constitue pas un sujet central pour les cosmogonies du continent disparu, d’autre part les faits ont lieu aux antipodes des entrailles desquelles Martí a passé un temps à parler : le coloscopiste de la monstruosité. J’ai un problème avec cette notion, avec cette perception scatologique de l’histoire. D’une part je ne crois pas aux monstres et j’ai idée que s’ils existaient, je chercherais à les observer d’un endroit un peu plus commode. La somme des expériences individuelles semblerait me plaire. Il me plaît de penser à Bond en tant que Julian Bond, maillon d’un processus inachevé, un processus qui démarre bien avant ce qu’on peut supposer et qui n’est pas encore fini. Je crois que la réalité est infiniment plus complexe que ce que nous imaginons, je crois que Julian Bond est aussi mulâtre que je suis toujours de Buenos Aires et que mon regard sur son devenir est le regard universel que je revendique pour le cinéma latino-américain. Étant donné ce qui précède, Julian Bond : memorias del movimiento de derechos civiles est un film aussi latino-américain que n’importe quel autre et devrait avoir une place à tout endroit où ce regard éveille la curiosité. Pour le moment il vient de sortir au festival de Virginie et dans une ou deux semaines il sera projeté dans le cadre de l’anniversaire de la naissance de Martin Luther King à l’Université de Virginie.

Julian Bond.

Julian Bond.

Photo : Eduardo Montes-Bradley

14Warning : Tel qui rit vendredi, dimanche pleurera, et si je me suis parfois refusé à être enfermé dans le cadre de documentariste latino-américain, il est bien possible que, par erreur, je finisse par être considéré comme un documentariste afro-américain à la présence assidue dans les forums qui cultivent ce genre. En tout cas, et sans désir d’augmenter le risque que cela implique, j’ai déjà en mains un prochain documentaire avec lequel multiplier les inconnues. Cette fois, le thème sur ma Moviola (une antiquaille qui servait de Final Cut Pro) est Rita Dove, une brillante intellectuelle de laquelle je n’avais jamais entendu parler avant, ce qui, d’ailleurs, ne devrait étonner personne ; après tout, j’en ignore bien plus que ce dont je me vante.

Haut de page

Notes

1 “Football” prononcé à la brésilienne (NDT).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Julian Bond et sa femme, Pamela S. Horowitz, après avoir vu le documentaire de Montes-Bradley sur un i-Pad.
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/391/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Titre Une scène quotidienne pendant les années cinquante.
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/391/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 956k
Titre Julian Bond renonce à la candidature à la présidence des USA pour le parti démocrate, 1976.
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/391/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Julian Bond à côté de Ted Kennedy.
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/391/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Julian Bond à la Convention démocrate de 1968, d’où il est sorti élu candidat à la vice-présidence des USA.
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/391/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Julian Bond.
Crédits Photo : Eduardo Montes-Bradley
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/391/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Julian Bond lors de son dernier jour de cours à l’Université de Virginie.
Crédits Photo : Eduardo Montes-Bradley
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/391/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Julian Bond au Congrès des USA, en 1976.
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/391/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre Horace Mann Bond et Albert Einstein à Lincoln University en 1954.
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/391/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 3,4M
Titre Julian Bond en campagne dans les quartiers pauvres d’Atlanta, Géorgie.
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/391/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/391/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Julian Bond.
Crédits Photo : Eduardo Montes-Bradley
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/391/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eduardo Montes-Bradley, « Les boîtes ouvertes de l’Amérique numérique. Aveux d’un documentariste indocile », Cinémas d’Amérique latine, 21 | 2013, 171-181.

Référence électronique

Eduardo Montes-Bradley, « Les boîtes ouvertes de l’Amérique numérique. Aveux d’un documentariste indocile », Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 21 | 2013, mis en ligne le 15 avril 2014, consulté le 27 mars 2017. URL : http://cinelatino.revues.org/391 ; DOI : 10.4000/cinelatino.391

Haut de page

Auteur

Eduardo Montes-Bradley

Eduardo Montes-Bradley est écrivain et documentariste. Depuis fin 1976 il habite les États-Unis. Il a réalisé des documentaires sur des figures paradigmatiques de la littérature argentine et brésilienne, un essai socio-anthropologique sur les origines de la samba et du carnaval de Rio de Janeiro, une biographie atypique sur Eva Perón et plus récemment un documentaire sur le dirigeant noir Julian Bond. Actuellement, il travaille sur un essai-documentaire sur Rita Dove, poète reconnue des États-Unis. Montes-Bradley réside à Charlottesville, Virginie, avec sa femme et leurs trois enfants.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org