Navigation – Plan du site

L’identité des Afro-descendants dans le cinéma colombien

Natalie Adorno
Traduction de Odile Bouchet
p. 110-121
Cet article est une traduction de :
La identidad afrodescendiente dentro del cine colombiano

Résumés

Le cinéma colombien offre de nouvelles thématiques qui reflètent l’acceptation d’une société multiculturelle et pluriethnique régie par la Constitution nationale de 1991. L’image de l’Afro-Colombien devient visible et évolue dans le cinéma local comme exemple clair d’une nouvelle définition de la nation.

Haut de page

Texte intégral

El vuelco del cangrejo (2009) de Óscar Ruiz Navia

El vuelco del cangrejo (2009) de Óscar Ruiz Navia

1Fondée en décembre 2009, l’Académie colombienne des arts et sciences cinématographiques (ACCAC) choisit le film El vuelco del cangrejo (La Barra), d’Óscar Ruiz Navia, pour représenter le pays dans la catégorie Meilleur film étranger aux Oscars 2011. Il raconte l’arrivée d’un citadin dans un village de pêcheurs de la côte Pacifique colombienne. Lisandro Duque, président de l’ACCAC à ce moment-là, a déclaré qu’il “comporte un traitement rigoureux de l’histoire et réunit des aspects sensibles de la problématique colombienne de la côte Pacifique”. En février 2011, pendant la 51e édition du Festival international de cinéma de Cartagena, La sociedad del semáforo (2010), de Rubén Mendoza, reçoit le prix du meilleur film dans la catégorie “100 % colombien”. Les aventures d’un déplacé afro-colombien qui vient du Pacifique en constituent la trame. Un an plus tard, lors de la 62e édition de la Berlinale, le festival international de cinéma de Berlin, en Allemagne, le film Chocó, de Jhonny Hendrix Hinestrosa, reçoit un excellent accueil, après avoir eu le prix du public à Cartagena. Cette fois, le film porte sur une femme qui a le même nom que la région où elle vit. La même année, pour la 65e édition du festival de Cannes, en France, La playa DC (2012), de Juan Andrés Arango, un des deux longs-métrages colombiens sélectionnés, relate l’histoire d’un jeune Afro-descendant à la recherche de son frère dans la capitale du pays.

  • 1 Fondo del Desarrollo Cinematográfico (FDC) créé par la loi 814, aussi nommée Loi du cinéma de 2003.
  • 2 Fonds Sud : entité française de subvention qui en 2012 s’est unie à l’“Aide aux films en langue étr (...)
  • 3 Azalbert Nicolas, “Colombie : la preuve par deux” in Cahiers du Cinéma n° 678, mai 2012, p. 39-40.

2Ce qui caractérise ces films, c’est le fait qu’ils portent tous sur le peuple afro-colombien du Pacifique. De plus, il existe d’autres éléments qui unissent ces œuvres cinématographiques. En tant que premières œuvres, elles ont bénéficié de fonds publics nationaux tels que le Fondo de Desarrollo Cinematográfico1, et en tant que co-productions latino-américaines et européennes, du programme Ibermédia et de Fonds Sud2. Elles font partie de ce que certains nomment  “la vitalité retrouvée du cinéma colombien3”, phénomène observable dans la nette augmentation de la production, passée d’une moyenne de deux à trois films par an à un minimum annuel de dix films au cours des cinq dernières années.

  • 4 López Sorzano Liliana, “Cine auténtico y honesto : una playa en la capital”, El espectador, 18 octo (...)

3Le nombre d’entrées de spectateurs en salles de cinéma de tout le pays a connu une augmentation de 88 % depuis 2006. L’accroissement de la quantité de festivals de cinéma partout dans le pays est remarquable, avec la création en 2010 de l’Association nationale de festivals et événements cinématographiques et audiovisuels de Colombie. Cependant, comme l’affirme Diana Bustamante, productrice de El vuelco del cangrejo et La playa DC, “c’est dans la partie projection et distribution que le bât blesse pour l’industrie cinématographique colombienne4”. Ce qui est sans doute dommageable pour le pouvoir didactique et pédagogique de ces films, puisqu’ils expriment le contexte social dans lequel est plongée la Colombie.

Chocó (2011) de Jhonny Hendrix Hinestroza

Chocó (2011) de Jhonny Hendrix Hinestroza
  • 5 Bien des historiens et sociologues colombiens spécialisés dans la violence en Colombie peuvent cepe (...)
  • 6 In Entretien avec Nicolas Azalbert, op. cit.

4Le cinéma national avait la réputation de raconter des histoires qui concernaient la guerre et la violence dans lesquelles baigne la Colombie depuis plus de 50 ans5. La nouvelle génération de réalisateurs montre d’autres aspects. Comme le souligne Jhonny Hendrix, la violence est présente dans une perspective plus métaphorique6, quoique les films présentent toujours des traits réalistes. L’écriture des scénarios a suivi une méthode de travail semblable à de l’ethnographie participative. En effet, ils ont été écrits à partir des histoires personnelles des protagonistes. El vuelco del cangrejo et La playa DC ont été clairement inspirés de la vie de leurs acteurs qui, en quelque sorte, y ont joué leur propre rôle. De sorte que cette écriture a souvent été le produit de la connivence entre le cinéaste et les personnages filmés. En effet, les interprètes sont en majeure partie des acteurs non-professionnels et la mise en scène et la photographie ressemblent à celles du cinéma documentaire. La guerre et la violence ne sont pas au premier plan ; on aborde au contraire d’autres thématiques, de nouvelles géographies, de nouveaux territoires qui, dans ce cas, sont ceux des Afro-descendants du Pacifique. Au cours de l’histoire, cette région humide et tropicale, située loin des centres de pouvoir, a été marginalisée par le gouvernement central et la société urbaine. Or, il s’agit là d’une région pourvue d’une grande étendue littorale, de 1 300 kilomètres de long, qui va de la frontière du Panama au nord à la frontière sud avec l’Équateur, bordant ainsi quatre départements (Chocó, Valle, Cauca et Nariño). La population y est en majorité afro-colombienne (85 %) et indigène (12 %). Les premiers sont arrivés au XVIe siècle, amenés là par la colonisation espagnole qui s’accompagnait d’esclaves africains, achetés pour travailler dans les mines d’or le long des fleuves. Depuis l’Indépendance, proclamée en 1810, cette région et ses habitants ont été exclus du processus de construction de l’État-nation. En effet, les indigènes et les Afro-Colombiens n’étaient pas considérés comme des citoyens. Il a fallu attendre la Constitution nationale de 1991 pour que l’État reconnaisse que la société colombienne est composée d’indigènes, de métis, de descendants d’Européens et d’Afro-descendants, et déclare la nation multiculturelle et pluriethnique. Il s’agit là de la reconnaissance d’une nouvelle identité collective à partir d’une histoire et d’une mémoire communes à tous les citoyens du pays. C’est la garantie de la pluralité culturelle tout autant que la reconnaissance d’un citoyen à identité ethnique et sociale forte, lequel auparavant était relégué au statut d’“autre”, d’“étranger” à la condition de citoyen colombien et perçu comme “exotique” par la nation et la société.

La sociedad del semáforo (2010) de Rubén Mendoza

La sociedad del semáforo (2010) de Rubén Mendoza

5La loi 70 de la Constitution nationale qui établit les bases des droits collectifs des peuples afro-descendants fête en 2013 ses vingt ans. Tout d’abord, elle signifie la reconnaissance des droits ethniques et territoriaux par les titres de propriété collective des territoires pour des communautés afro-descendantes, de sorte qu’est reconnue leur relation avec l’environnement dans lequel elles vivent. C’est le fruit des revendications des mouvements afro-colombiens en lutte pour leur droit à la visibilité, qui permettra aux membres de leurs communautés d’avoir une participation réelle et équitable à une société dominée par la culture “blanche” occidentale.

6Aujourd’hui, après deux décennies de mise en pratique de cette nouvelle Constitution, le secteur cinématographique commence lui aussi à intégrer l’Afro-descendant dans le panorama de la société nationale. À partir des quatre films mentionnés, nous voyons que l’image de l’Afro-Colombien a évolué dans le cinéma local.

  • 7 Palmier Jean-Joseph, La femme noire dans le cinéma contemporain, star ou faire-valoir ?, L’Harmatta (...)
  • 8 Plus précisément, il critique un usage excessif, chez Tarantino, du vocable “nigger” (nègre en angl (...)

7Si l’on observe la cinématographie de pays à forts mouvements d’Afro-descendants, par exemple les États-Unis, dans le cinéma d’Hollywood, les membres de ce groupe ethnique avaient, jusqu’à il y a peu de temps, des rôles d’inadaptés sociaux, d’employés subalternes, de chômeurs et de drogués. Cette représentation est en train de changer, sûrement grâce à de la volonté politique d’imposer une nouvelle image de l’Afro-Américain. Ce pourrait être vrai, si l’on tient compte de l’affirmation de Jean-Joseph Palmier7 : “En facilitant l’émergence d’un vedettariat et d’une élite afro, la classe politique cherche à promouvoir une certaine forme d’intégration.” Il suffira pour le moment de mentionner Spike Lee, qui centre ses films sur les problèmes de la société afro-américaine. Il se caractérise par son attitude polémique, comme on a pu le voir avec le récent film de Tarantino Django Unchained, qu’il préfère boycotter parce qu’il le considère comme un manque de respect envers ses ancêtres africains et l’holocauste provoqué par l’esclavage8.

  • 9 La Parole donnée, film qui a eu la Palme d’Or à Cannes.
  • 10 Plus précisément, les rites dédiés aux Orishas, divinités des Yoroubas, peuple du Nigéria.

8En Amérique du Sud, le Brésil est un pays qui a aussi une trajectoire forte de revendication ethnique dans ses productions cinématographiques et en particulier à propos du peuple afro-descendant. O pagador de promessas9 (1962) d’Anselmo Duarte montre des aspects socio-culturels de la vie brésilienne, mais c’est en plus l’un des premiers films qui fait honneur au syncrétisme afro-brésilien et à ses rites religieux10. Il y a aussi Macunaïma (1970) de Joaquim Pedro de Andrade, qui appartient au Cinema Novo brésilien, dont le personnage fantaisiste naît noir et changera de couleur de peau au cours du film. Xica da Silva (1976) de Cacá Diegues raconte la vie d’une jeune esclave du XVIIIe siècle qui séduit son patron, propriétaire de pierres précieuses. Quant à Ganga Zumba (1963) de Carlos Diegues, il montre la révolte d’esclaves afro-descendants et leur fuite vers la liberté dans le Brésil du XVIIe siècle. Il s’agit de films fort différents entre eux, et d’époques différentes, mais dont le trait commun est de mettre en évidence un conflit ethnique où l’Afro-descendant revendique ses droits face au monde hégémonique du Blanc d’origine européenne.

  • 11 Carvalho Dos Santos Noel, “La conscience de la diaspora dans le cinéma brésilien, le cinéma noir de (...)

9À la différence de l’histoire du cinéma afro-brésilien où la prise de conscience de la diaspora est le fait des cinéastes afro-brésiliens11, en Colombie, les réalisateurs sont encore dans leur majorité des “Blancs”, des “Métis”, qui, c’est vrai, n’appartiennent pas aux mouvements identitaires des “Noirs”, mais s’unissent à leurs causes. C’est ce que l’on observe en décrivant des éléments propres aux identités des populations afro-colombiennes mis en relief dans ces films. Il est important de prendre en compte que les cinéastes ne les revendiquent pas en tant que films spécifiquement ethniques, pas même dans le cas de Chocó dont le réalisateur est afro-descendant. Cependant ces films partagent une position politique claire en faveur du respect de la population afro-colombienne.

  • 12 Et aussi de la côte Caraïbe, quoiqu’il soit certain que la majorité de la population afro-colombien (...)
  • 13 Téléchargeable gratuitement sur le site de la Banque de la République de Colombie.
  • 14 Tels que Curupira, La Mojarra Eléctrica ou la Revuelta. Sur ce thème, voir la monographie d’anthrop (...)
  • 15 “Promueven Ley de Cuotas en el Estado para afrocolombianos” (Promotion de la Loi de quotas pour les (...)
  • 16 Jaime Arocha, “Cuotas y estudios afrocolombianos”, El Espectador, 1er octobre 2012.

10Cette visibilité culturelle du peuple afro-descendant du Pacifique12, en Colombie, ne se limite pas au domaine cinématographique, mais existe aussi en littérature et en musique. Par exemple, en 2010, le ministère de la Culture a édité une première bibliothèque de littérature afro-colombienne en dix-huit tomes13 et il existe un nombre incalculable de nouveaux groupes urbains qui fusionnent leurs rythmes avec la musique traditionnelle du Pacifique et des Caraïbes 14. Le succès et la popularité du festival de musique Petronio Álvarez, à Cali, n’est qu’un exemple de plus de cette visibilité culturelle récente. Certaines politiques publiques visent à ce que l’intégration soit aussi économique et politique. De fait, une loi de quotas pour les fonctionnaires d’ascendance africaine est en préparation15. Cependant, on espère que cela ne réduise pas l’engagement de l’État envers le peuple afro-descendant à une affaire de couleur de peau sans tenir compte des aspects culturels et de leurs droits collectifs propres16.

El vuelco del cangrejo (2009) de Óscar Ruiz Navia

El vuelco del cangrejo (2009) de Óscar Ruiz Navia
  • 17 Ministère d’Éducation nationale, série de directives circulaires, Chaire d’études afro-colombiennes
  • 18 DIAKONIE, La Crisis humanitaria en Colombia (La crise humanitaire en Colombie), Rapport des organis (...)

11Il convient de préciser qu’à travers la Chaire d’études afro-colombiennes, l’un des devoirs de l’État est de promouvoir une éducation sur “des sujets, des problèmes et des activités pédagogiques relatifs à la culture des communautés afro-colombiennes, afro-américaines et africaines17”. À quoi est dû ce besoin de différenciation ethnique et sociale ? Comme le mentionne la Commission interaméricaine de droits humains (CIDH), la population colombienne afro-descendante est marquée par une histoire d’invisibilité, d’exclusion et de désavantages sociaux et économiques. C’est en son sein que se concentrent les taux les plus élevés de vulnérabilité sociale en Colombie. Cependant, le littoral Pacifique, où vit une bonne partie de la population colombienne afro-descendante, est une région attrayante pour l’agro-industrie et la production énergétique par sa biodiversité. L’Agence nationale d’hydrocarbures classe cette région comme prioritaire pour l’exploration et l’exploitation d’hydrocarbures18.

  • 19 Les premiers titres collectifs ont été effectifs dans le bas Atrato, au nord du Chocó en 1994. Voir (...)

12D’autre part, dans cette région la guerre se fait plus tangible qu’ailleurs en Colombie. En effet, peu après la validation des titres des premiers territoires collectifs19, en 1997, l’armée a bombardé certaines communautés, les confondant avec la guérilla, pendant que des groupes paramilitaires en campagne répandaient la terreur. Depuis lors, divers groupes armés légaux et illégaux sont encore présents dans la région et la population civile se trouve toujours prise entre les feux croisés des militaires, guérilleros et paramilitaires qui se disputent le territoire.

  • 20 Et permet d’ouvrir la route vers l’Ouest, en accord avec la nouvelle configuration géopolitique mon (...)
  • 21 Entretien avec l’auteur.

13De plus, ce littoral composé de forêt tropicale et de fleuves est une importante zone d’accès à l’océan Pacifique20. La violence et le manque d’opportunités dans la région ont causé un des plus vastes déplacements internes du pays. En ce sens, selon le cinéaste Juan Andrés Arango, Bogotá, de ville “blanche” qu’elle était il y a une quinzaine d’années, est devenue une ville métisse21. Le film La playa DC présente une cartographie des “Afros” dans la ville, où Tomás, le personnage central, doit apprendre à se débrouiller tout en cherchant son frère, lequel se drogue pour échapper à la réalité urbaine. Il arrive la même chose dans La sociedad del semáforo, avec Raúl, recycleur qui évolue dans la ville “underground”, celle des habitants de la rue, dont beaucoup sont afro-descendants. El vuelco del cangrejo et Chocó, par contre, sont situés en milieu rural, sur la côte pacifique, territoire traditionnel des Afro-Colombiens.

La playa DC (2012) de Juan Andrés Arango

La playa DC (2012) de Juan Andrés Arango
  • 22 Homme venu de la vallée du Cauca, province intérieure plus riche. (NDT)

14La reconnaissance de la propriété est fondée sur l’organisation ethnico-territoriale en conseils communautaires. La communauté légalement constituée peut y diriger collectivement et y prendre des décisions au sujet du territoire occupé. Cette marque identitaire est reflétée dès l’une des premières scènes de El vuelco del cangrejo, quand Daniel, le personnage principal, rencontre le leader de la communauté, Cerebro. Il se présente à lui, comme n’importe qui le ferait, en réunion du conseil communautaire. L’ironie, c’est que les habitants du village de La Barra, dans la vie réelle, sont encore en pleine bataille pour la reconnaissance de leur territoire, cette communauté n’étant pas un conseil communautaire reconnu légalement. Cerebro le dit clairement à Daniel dans une séquence où ils marchent sur la plage : “Les gens du village n’ont pas d’actes notariés”, c’est-à-dire, de titres de propriété. À un autre moment, Cerebro et Daniel partis pêcher dans la mangrove, le leader explique au citadin ce sur quoi se fonde ce droit territorial : “Avant, il n’y avait personne ici, rien que de la forêt, c’est pour ça que ces terres sont à nous, les Noirs, qui y sommes venus.” La position du cinéaste devient évidente quand les habitants de La Barra arrivent armés de machettes pour couper la clôture construite par le “Paisa22” qui était en train de s’approprier une partie de la plage, la privatisant. Le discours politique est implicite (les mots sont inutiles) et la séquence des machettes démontre la reconnaissance de l’appartenance collective du territoire.

  • 23 Rappelons qu’en général, les Afro-Colombiens du Pacifique ont une relation forte avec la nature et (...)

15Le peuple afro-colombien du Pacifique a une relation très forte avec l’eau23. Les fleuves ont toujours été leur principal moyen de communication. Un exemple clair en est la relation qu’entretient le sud du département du Chocó avec Cartagena, grâce au fleuve Atrato, malgré les 800 kilomètres de distance qui les séparent. Les ancêtres des habitants actuels sont arrivés du port de Cartagena ou de Panamá et ont remonté les fleuves pour pénétrer dans les terres.

El vuelco del cangrejo (2009) de Óscar Ruiz Navia

El vuelco del cangrejo (2009) de Óscar Ruiz Navia
  • 24 Interprété par le Maestro Gualajo.
  • 25 Jacobo Vélez, directeur de La Mojarra eléctrica, ou Flaco y Melanina.

16Les musiques de ces films suivent le rythme du xylophone en bois de palmier chonta, déclaré en 2010 patrimoine de l’humanité par l’UNESCO, même temps que les auteurs-chanteuses de la côte Pacifique. Cet instrument à percussion est présent dans El vuelco del cangrejo24 dans les moments festifs. Dans Chocó, le mari de la protagoniste est xylophoniste, et dans La playa DC, on entend le xylophone quand le protagoniste se réfugie dans la montagne, ce qui nous amène à des sons qui rappellent la forêt et l’eau. La sociedad del semáforo, le plus urbain des quatre films, a en revanche une bande-son plus rock et électronique. C’est probablement en rapport avec la construction du personnage dont la couleur de peau n’a pas d’importance pour l’histoire. Comme dans les trois autres films, le poids de la représentation ethnique a son importance, mais ici les sons urbains sont le hip-hop et le reggaeton. La bande-son de La playa DC rend aussi compte des groupes musicaux urbains qui ont fusionné avec la musique traditionnelle du Pacifique25. De la même façon la danse, toujours en musique, est présente à la fin du film Chocó. Tout comme dans El vuelco del cangrejo, où nous voyons des gens danser près du xylophone une nuit sur la plage, et dans une séquence dans la tente du Paisa, “le colon”, on danse à nouveau, mais du reggaeton, rythme qu’on retrouve dans un milieu beaucoup plus urbain dans La playa DC au cours d’une scène dans un bar de Bogotá.

  • 26 La discrimination raciale, sans être, évidemment, une marque d’identité, est une expérience que viv (...)

17Ces scènes nous rappellent que dans tout le bassin du Pacifique le rythme musical est fondamental pour la vie quotidienne des peuples afro-descendants. De même, elle est si importante dans la construction de l’identité afro de Bogotá qu’il y existe des discothèques exclusivement réservées aux “Afros”. Tout comme il en existe d’autres qui leur sont interdites26.

18La musique, parce qu’elle est un élément fort de l’identité afro-descendante, intervient dans les moments de joie et de tristesse, et même dans l’expression d’une forte religiosité. De sorte que nous écoutons des alabaos dans El vuelco del cangrejo et La playa DC, en particulier lors de la veillée funèbre. Historiquement, ces chants proviennent du côté hispanique, en tant que survivance des chants grégoriens apportés par les missionnaires religieux qui ont évangélisé la région du Pacifique. Depuis le XVIIe siècle, ils ont ainsi été transformés en alabaos, chants de louanges au Christ. Les Salve Regina, dédiés à la Vierge Marie, les comptines dérivées des berceuses, les logias, les villancicos et chants de Noël, ont aussi été incorporés. Les alabaos font partie du rite funèbre du Pacifique, dédiés aux saints préférés dans cette région. Dans le film Chocó, l’atmosphère de la maison est très religieuse ; la représentation de San Pacho, patron de Quibdó, est omniprésente.

Chocó (2011) de Jhonny Hendrix Hinestroza

Chocó (2011) de Jhonny Hendrix Hinestroza
  • 27 Cette initiative a été proposée par Claudia Triana, directrice du Fonds mixte de promotion cinémato (...)
  • 28 Velvet Voice fait partie des Black Velvet qui depuis 15 ans portent l’analyse de projets et de prod (...)

19Dans le but de faire la promotion du film, La playa DC a été présenté au Palais de Nariño, résidence du président colombien, une semaine avant sa sortie en salles en octobre 201227. Le public était composé d’ambassadrices, de Mariana Garcés, ministre de la Culture, de la presse nationale et de Mme Santos, épouse du président de la République. En présentant le film, le cinéaste a prévenu qu’on allait voir Bogotá telle qu’on n’a guère l’habitude de la voir. La projection terminée, il est ressorti des entretiens de Velvet Voice28, agence de communication de La playa DC, avec le public invité, qu’il existe des inquiétudes quant à la coopération au développement et à la possibilité de répondre aux besoins fondamentaux insatisfaits d’un certain type de population, qui n’est pas nécessairement afro-descendant, mais qui est marginalisé à son arrivée en ville. Nous pouvons nous demander si ce film permet de rendre plus visible une population afin d’améliorer ses conditions de vie, ce qui aurait une grande valeur en termes de développement économique. Mais il convient également de se demander si, quand une culture d’une identité précise est portée au premier plan par l’art cinématographique, cela a un impact sur la société en général. De quelle façon le cinéma colombien favorise-t-il la visibilité des Afro-Colombiens ? Le cinéma pourrait servir d’outil pédagogique et de vecteur de reconnaissance de la société multiculturelle colombienne. Ces films pourraient en fin de compte être un support didactique de très grande importance pour la Chaire d’études afro-colombiennes mentionnée plus haut.

La playa DC (2012) de Juan Andrés Arango

La playa DC (2012) de Juan Andrés Arango

Jhonny Hendrix Hinestroza

Jhonny Hendrix Hinestroza

Juan Andrés Arango

Juan Andrés Arango

Óscar Ruiz Navia

Óscar Ruiz Navia
Haut de page

Bibliographie

Azalbert Nicolas, “Colombie : la preuve par deux”, Cahiers du Cinéma, nº 678, mayo de 2012, p 39-40.

Azalbert Nicolas, “Biarritz aux couleurs colombiennes”, Cahiers du Cinéma, n° 684, diciem-bre de 2012, p. 54.

Carvalho dos Santos Noel, “La conscience de la diaspora dans le cinéma brésilien, le cinéma noir de Zózimo Bulbul” [“La conciencia de la diáspora en el cine brasilero : el cine negro de Zózimo Bulbul”], Cinémas d’Amérique latine, n°15, Toulouse, 2007, p. 28-53.

Cifuentes Alejandro, Pa’que se le quite la arrechera, Trayectos de aprendizaje de la chirimía Chocoana, Monografía de Antropología, Universidad Nacional de Colombia (2005).

Correa Julián David, “Cinéma colombien, y a-t-il de quoi pavoiser ? Le bilan en 2010”, Cinémas d’Amérique latine, n°19, Toulouse, 2011, p. 106-119.

Palmier Jean-Joseph, La femme noire dans le cinéma contemporain. Star ou faire-valoir ?, L’Harmattan, Paris, 2006.

Internet

ACNUR, Agencia de la ONU para los refugiados. RESOLUCIÓN DEFENSORIAL N° 025 Sobre las Violaciones Masivas de Derechos Humanos y Desplazamiento Forzado en la Región del Bajo Atrato Chocoano, Bogotá, Octubre de 2002. http://www.acnur.org/t3/uploads/media/COI_2464.pdf?view=1. (Última visita: 23/01/2013).

ANAFE, Asociación Nacional de Festivales y Muestras de Cine. http://www.anafecolombia.blogspot.fr/ (Última visita: 23/01/2013).

Entrevista a Víctor Palacios, vicepresidente de ANAFE. http://www.youtube.com/watch?v=la3-2zAEZlk (Última visita: 23/01/2013).

Banco de la República de Colombia, Biblioteca de literatura afrocolombiana, Ministerio de cultura (2010). http://www.banrepcultural.org/blaavirtual/biblioteca-afrocolombiana (Última visita: 23/01/2013).

Black Velvet, Premier LA PLAYA D.C. / PRESIDENCIA DE LA REPÚBLICA DE COLOMBIA : http://www.youtube.com/watch?v=qOh-pseo588 (Última visita: 23/01/2013).

DIAKONIE, La crisis humanitaria en Colombia por el conflicto armado interno, documento de las organizaciones humanitarias con presencia permanente en Colombia, julio de 2011. http://www.diakonie-katastrophenhilfe.de/downloads/crisis-humanitaria_esp.pdf (Última visita: 23/01/2013).

Arocha Jaime, “Cuotas y cátedra de estudios afrocolombianos”, El Espectador, 1 de Octubre de 2012. http://www.elespectador.com/opinion/columna-378706-cuotas-y-catedra-de-estudios-afrocolombianos (Última visita: 23/01/2013).

Ortoli Philippe, Django Unchained : Tarantino n’est pas raciste, bien au contraire, Modifié le 17-01-2013. http://leplus.nouvelobs.com/contribution/751696-django-unchained-tarantino-n-est-pas-raciste-bien-au-contraire.html (Última visita: 28/01/2013).

Spike Lee talks “Django Unchained” by Vibemedia. http://youtu.be/LJTIWe_71mw (Última visita: 28/01/2013).

“Promueven Ley de Cuotas en el Estado para afrocolombianos”, El Espectador, 16 de abril del 2012. http://www.elespectador.com/noticias/politica/articulo-338660-promueven-ley-de-cuotas-el-estado-afrocolombianos (Última visita: 23/01/2013).

López Sorzano Liliana, “Cine auténtico y honesto: Una playa en la capital”, El Espectador, 18 de octubre de 2012. http://www.elespectador.com/entretenimiento/unchatcon/articulo-382029-una-playa-capital (Última visita 10/01/2013).

Ministerio de Educación Nacional sobre Cátedra de Estudios Afrocolombianos: http://www.mineducacion.gov.co/1621/articles-89869_archivo_pdf1.pdf (Última visita: 23/01/2013).

Página oficial de la Presidencia de Colombia, Sistema informativo del Gobierno. María Clemencia de Santos hizo un llamado a los colombianos para que apoyen el cine nacional, 10 de octubre de 2013. http://wsp.presidencia.gov.co/Prensa/2012/Octubre/Paginas/20121010_04.aspx (Última visita: 28/01/2013).

El Parlante Amarillo: http://elparlanteamarillo.com/ (Última visita: 23/01/2013).

Rodríguez Manuel Antonio, Música tradicional y popular de la Costa pacífica colombiana. http://www.musicalafrolatino.com/pagina_nueva_74.htm (Última visita: 23/01/2013).

Haut de page

Notes

1 Fondo del Desarrollo Cinematográfico (FDC) créé par la loi 814, aussi nommée Loi du cinéma de 2003.

2 Fonds Sud : entité française de subvention qui en 2012 s’est unie à l’“Aide aux films en langue étrangère” du CNC, pour former l’“Aide aux cinémas du monde”.

3 Azalbert Nicolas, “Colombie : la preuve par deux” in Cahiers du Cinéma n° 678, mai 2012, p. 39-40.

4 López Sorzano Liliana, “Cine auténtico y honesto : una playa en la capital”, El espectador, 18 octobre 2012.

5 Bien des historiens et sociologues colombiens spécialisés dans la violence en Colombie peuvent cependant dire que la violence est présente depuis l’époque de l’Indépendance.

6 In Entretien avec Nicolas Azalbert, op. cit.

7 Palmier Jean-Joseph, La femme noire dans le cinéma contemporain, star ou faire-valoir ?, L’Harmattan, Paris, 2006, p. 39.

8 Plus précisément, il critique un usage excessif, chez Tarantino, du vocable “nigger” (nègre en anglais) pendant le film. Il est curieux de voir que les conservateurs étatsuniens, quant à eux, l’accusent de racisme anti-Blancs. Voir Ortoli Philippe dans “Django Unchained : Tarantino n’est pas raciste, bien au contraire”, version électronique de la revue Le Nouvel Observateur, 17 janvier 2013, et aussi l’entretien avec Spike Lee à ce propos : http://youtu.be/LJTIWe_71mw.

9 La Parole donnée, film qui a eu la Palme d’Or à Cannes.

10 Plus précisément, les rites dédiés aux Orishas, divinités des Yoroubas, peuple du Nigéria.

11 Carvalho Dos Santos Noel, “La conscience de la diaspora dans le cinéma brésilien, le cinéma noir de Zózimo Bulbul”, Cinémas d’Amérique Latine n° 15, 2007, p. 28-53.

12 Et aussi de la côte Caraïbe, quoiqu’il soit certain que la majorité de la population afro-colombienne vient du littoral pacifique.

13 Téléchargeable gratuitement sur le site de la Banque de la République de Colombie.

14 Tels que Curupira, La Mojarra Eléctrica ou la Revuelta. Sur ce thème, voir la monographie d’anthropologie d’Alejandro Cifuentes.

15 “Promueven Ley de Cuotas en el Estado para afrocolombianos” (Promotion de la Loi de quotas pour les Afro-Colombiens), El Espectador, 16 avril 2012.

16 Jaime Arocha, “Cuotas y estudios afrocolombianos”, El Espectador, 1er octobre 2012.

17 Ministère d’Éducation nationale, série de directives circulaires, Chaire d’études afro-colombiennes.

18 DIAKONIE, La Crisis humanitaria en Colombia (La crise humanitaire en Colombie), Rapport des organisations humanitaires présentes en Colombie, juillet 2011.

19 Les premiers titres collectifs ont été effectifs dans le bas Atrato, au nord du Chocó en 1994. Voir le document ACNUR, Resolución defensorial n° 025 sur les violations massives des droits humains et déplacements forcés dans la région du bas Atrato Chocoano, Bogotá, octobre 2002.

20 Et permet d’ouvrir la route vers l’Ouest, en accord avec la nouvelle configuration géopolitique mondiale où les échanges commerciaux et financiers se dirigent vers l’Asie.

21 Entretien avec l’auteur.

22 Homme venu de la vallée du Cauca, province intérieure plus riche. (NDT)

23 Rappelons qu’en général, les Afro-Colombiens du Pacifique ont une relation forte avec la nature et la préservation de l’environnement, grâce à un savoir ancestral, transmis à travers les générations, qui fonde la Loi 70.

24 Interprété par le Maestro Gualajo.

25 Jacobo Vélez, directeur de La Mojarra eléctrica, ou Flaco y Melanina.

26 La discrimination raciale, sans être, évidemment, une marque d’identité, est une expérience que vivent tous les Afro-Colombiens qui arrivent en ville. C’est pourquoi dans les films La sociedad del semáforo et La playa DC, les personnages doivent lutter contre l’autorité publique à cause de leur aspect physique.

27 Cette initiative a été proposée par Claudia Triana, directrice du Fonds mixte de promotion cinématographique Proimágenes en Movimiento, dans le but que ce soit la première dame du pays qui “assiste à l’avant-première des films importants de Colombie” qui vont dans les festivals internationaux. Voir le site web de la Présidence de Colombie María Clemencia de Santos a fait un appel aux Colombiens pour qu’ils soutiennent le cinéma national. http://wsp.presidencia.gov.co/prensa/2012/octubre/paginas/20121010_04-aspx

28 Velvet Voice fait partie des Black Velvet qui depuis 15 ans portent l’analyse de projets et de produits audiovisuels. Voir entretien avec Black Velvet : première de La playa DC présidence de la République de Colombie.

Haut de page

Table des illustrations

Titre El vuelco del cangrejo (2009) de Óscar Ruiz Navia
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/282/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Chocó (2011) de Jhonny Hendrix Hinestroza
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/282/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre La sociedad del semáforo (2010) de Rubén Mendoza
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/282/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre El vuelco del cangrejo (2009) de Óscar Ruiz Navia
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/282/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre La playa DC (2012) de Juan Andrés Arango
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/282/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre El vuelco del cangrejo (2009) de Óscar Ruiz Navia
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/282/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre Chocó (2011) de Jhonny Hendrix Hinestroza
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/282/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre La playa DC (2012) de Juan Andrés Arango
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/282/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Jhonny Hendrix Hinestroza
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/282/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Juan Andrés Arango
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/282/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Titre Rubén Mendoza
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/282/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Óscar Ruiz Navia
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/282/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Natalie Adorno, « L’identité des Afro-descendants dans le cinéma colombien », Cinémas d’Amérique latine, 21 | 2013, 110-121.

Référence électronique

Natalie Adorno, « L’identité des Afro-descendants dans le cinéma colombien », Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 21 | 2013, mis en ligne le 14 avril 2014, consulté le 25 juin 2017. URL : http://cinelatino.revues.org/282 ; DOI : 10.4000/cinelatino.282

Haut de page

Auteur

Natalie Adorno

Anthropologue diplômée de l’Université nationale de Colombie, elle poursuit ses études en master international d’études cinématographiques et audiovisuelles à l’université Sorbonne-Nouvelle (Paris) et à la Pompeu Fabra (Barce-lone). Elle a fait de la recherche en Colombie pour le Centre de recherche et d’éducation populaire (CINEP) dans le Chocó, où elle a coordonné des projets socio-culturels pour la récupération de l’identité et de la dignité des communautés afro-descendantes. Elle a ensuite travaillé dans l’équipe de groupes ethniques du Département administratif national de statistiques (DANE).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org