Navigation – Plan du site

L’écriture de l’histoire dans le cinéma de Leon Hirszman. Un communiste face aux contradictions du mouvement ouvrier (1979-1981)

Reinaldo Cardenuto
Traduction de Beatriz D’Angelo Braz, Anne Cartault d’Olive et Reinaldo Cardenuto
p. 56-67
Cet article est une traduction de :
A escrita da História no cinema de Leon Hirszman. Um comunista diante das contradições do movimento operário (1979-1981)

Résumés

De 1979 à 1981, face à l’émergence d’un mouvement ouvrier capable d’amplifier la résistance à la dictature brésilienne, Leon Hirszman a réalisé deux films d’analyse politique du temps présent : ABC da greve, consacré aux grèves des métallurgistes de 1979 ; et Eles não usam black-tie (1981), adapté de la pièce de théâtre éponyme de Gianfrancesco Guarnieri. L’objectif de cet article est d’analyser les constructions esthétiques et les représentations politiques présentes dans ces films, en partant des contradictions de la scène politique brésilienne de l’époque.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article a été écrit pour la journée d’étude “Histoire(s) du cinéma brésilien, qui s’est tenue le 18 juin 2012, à Paris, et organisée par l’Association pour la recherche sur le Brésil en Europe (Arbre).

Texte intégral

J’ai toujours pris des risques. J’ai parié sur le terrain de mes convictions. J’ai parié sur le terrain de la liberté, pour la liberté. Je ne joue pas sur le terrain de l’hésitation et de la nuit. Non, je ne joue pas sur ce terrain parce que je crois que l’intellectuel qui joue au grand jour, qui mise sur la proximité, qui mise sur l’interaction avec le peuple, dans une perspective commune, celle d’un processus de justice sociale, de paix mondiale et de vraie démocratie, d’un progrès constant de la démocratie dans le pays, je pense que cet intellectuel-là est sur le vrai chemin.

Interview de Leon Hirszman pour la radio Jornal do Brasil, septembre 1981

1Leon Hirszman, membre du Parti communiste brésilien (PCB), a été l’un des principaux fondateurs du mouvement cinématographique qu’on appelle Cinema Novo. Influencé par les thèses marxistes qui ont été au centre des débats politiques en Amérique latine entre les années 1950 et 1960, surtout en ce qui concerne le pari téléologique sur la Révolution de gauche, Hirszman a réalisé une œuvre cinématographique engagée avec la représentation politisée des classes populaires. Il commence sa trajectoire comme cinéaste en 1962, en réalisant, en hommage à Sergei Eisenstein, l’épisode Pedreira de São Diogo, une des parties du long-métrage Cinco vezes favela. Ce film, récit exemplaire, nous raconte l’histoire d’un groupe d’ouvriers qui s’unissent aux habitants d’une favela à Rio de Janeiro et entravent la lucrative décision d’un gérant de faire sauter à la dynamite une carrière de pierres, mettant en danger la vie des habitants de la favela. L’union symbolique entre ces deux groupes du peuple, sans oublier la présence en creux du cinéaste comme instance responsable du jeu politique idéalisé, avait pour but de créer, au niveau de la représentation, une sensation d’uniformité et de vigueur communément attribuées à la classe prolétaire dans son affrontement avec les forces capitalistes. Malheureusement, la réalité sociale s’avéra on ne peut plus éloignée de la lecture proposée par Pedreira de São Diogo. En 1964, ce ne sont pas les classes populaires qui prennent le pouvoir au Brésil, mais un coup d’État conduit par les militaires et les technocrates alignés sur l’extrême droite de l’époque.

ABC da greve (1979)

ABC da greve (1979)

Remise du Lion d’or à Venise en 1981 à Leon Hirszman par Liv Ullmann, présidente du jury, pour son film Eles não usam black-tie.

Remise du Lion d’or à Venise en 1981 à Leon Hirszman par Liv Ullmann, présidente du jury, pour son film Eles não usam black-tie.

Eles não usam black-tie (1981)

Eles não usam black-tie (1981)

2L’après 1964 est un temps de crise pour le Cinema Novo. À partir de l’implantation de la dictature, laquelle se durcit à partir de décembre 1968, la gauche vit un intense processus de démantèlement, qui touche directement le PCB. Le recul de l’idéalisme qui avait inspiré les films du Cinema Novo d’avant 1964 se ressent dans la réalisation artistique de Leon Hirszman. Au début, le cinéaste semble partager un sentiment d’angoisse propre à sa génération, sentiment qui est au centre d’œuvres comme O desafio (1964) (Le Défi), de Paulo César Saraceni, A grande cidade (1966) (La Grande Ville), de Cacá Diegues, et surtout Terra em transe (1967) (Terre en transe), de Glauber Rocha. En 1967, Hirszman réalise Garota de Ipanema, film dans lequel l’image romantique de la femme brésilienne que la bossa nova a fait connaître au monde entier devient mélancolique et se trouve confrontée au malaise de son temps historique. En 1972, il réalise S. Bernardo, adaptation du roman éponyme de Graciliano Ramos sur les amertumes d’un latifundiaire aliéné par le processus de réification.

3Au milieu des années 1970, Hirszman réévalue néanmoins son travail comme artiste et militant. Même si la sensation de malaise présente dans ses deux films précédents rendait compte d’une résistance symbolique à la dictature militaire, à partir du documentaire Que país é este?, produit par la RAI en 1977, le cinéaste initie une recherche dans l’espoir de trouver une nouvelle place pour la gauche dans le contexte de la future re-démocratisation du pays. Dans ce film, Hirszman utilise un ton plus affirmatif qui, bien que loin de l’idéalisme romantique de Pedreira de São Diogo, cherche à dépasser l’angoisse de sa génération qui tentait alors de repositionner la gauche en crise sur l’échiquier politique. Aujourd’hui le documentaire a disparu et il n’en reste qu’une transcription de la bande sonore. Que país é este? plaçait au centre du débat la voix des intellectuels en résistance à la dictature – comme Fernando Henrique Cardoso, Alfredo Bosi et Maria da Conceição Tavares – et tentait de formuler et de défendre une hypothèse : face à un régime militaire qui paraissait faiblir, il fallait que la société civile se réorganise en tant que force de pression contre les mécanismes du pouvoir autoritaire.

4Après une période aiguë d’incertitudes, aggravée par l’épisode de la censure du film S. Bernardo – une des raisons qui entraînera la fermeture de la société de production de Hirszman, la Saga Films –, le cinéaste cherche à renouer avec son engagement par une cinématographie marxiste de praxis politique. En mars 1979, quand Hirszman en collaboration avec le dramaturge Gianfrancesco Guarnieri commence l’adaptation pour le cinéma de la pièce Eles não usam black-tie (Ils ne portent pas de smoking), il se trouve soudainement face à un mouvement de masse qui allait changer le chemin historique de la gauche brésilienne. Le 13 mars 1979, dans la région de l’ABC, villes d’industrie multinationale aux environs de São Paulo, les métallurgistes s’opposent à la loi militaire qui depuis 1964 interdisait le libre droit de grève. Ils paralysent l’ensemble de leurs activités avec pour revendication le réajustement de leurs salaires, de meilleures conditions de travail et une stabilité de l’emploi pour tous les ouvriers y compris les dirigeants syndicaux. Hirszman, voulant ainsi manifester son désir de participer comme artiste à un processus qu’il considérait essentiel pour l’opposition au régime militaire, arrête l’écriture du scénario de Eles não usam black-tie et se rend à São Bernardo do Campo, avec une petite équipe de tournage, pour filmer le développement de la grève, entre mars et mai 1979.

5Cette même année, avec le chef opérateur Adrian Cooper, Hirszman fait le montage du film ABC da greve. Encouragé par l’émergence des nouveaux mouvements populaires de contestation de la fin des années 1970, le cinéaste voulait faire de son documentaire une lecture dialectique du moment présent et un instrument pour la réflexion et la praxis politique de la classe ouvrière. Le film donne une place centrale au nouveau mouvement syndical qui, alors dirigé par la figure charismatique de Lula, politisait la base ouvrière d’une façon toute nouvelle. Ainsi Hirszman manifeste son intention de transformer l’œuvre en une riposte à l’autoritarisme imposé à la nation depuis les années 1960.

6ABC da greve est un documentaire engagé qui a surgi de l’envie d’agir sur l’Histoire en cours. Bien qu’il ne se présente pas comme un retour au projet révolutionnaire antérieur à 1964, devenu impraticable sur le plan politique, le film essaye de mettre en scène l’idée qu’un large front d’action de gauche contre la dictature serait en cours de formation. ABC da greve est un film à thèse, dont les présupposés sont ceux d’un artiste formé dans l’ancienne tradition du Parti communiste brésilien. En même temps que le documentaire suit de façon didactique la chronologie de la grève métallurgique pendant le premier semestre de 1979, la logique du montage affiche son but de mener à une lecture idéalisée, selon laquelle les différents groupes de gauche représentés apparaissent comme un bloc uni et harmonieux en lutte contre le grand ennemi commun, la dictature.

7Portée par la forte expectative de Hirszman de voir se réaliser un projet de re-démocratisation, l’observation de la réalité sociale brésilienne est montrée dans une dialectique de simples oppositions : d’un côté, le groupe formé par les militaires, les grands entrepreneurs et les principales chaînes télévisées, et de l’autre, le groupe d’ouvriers de différentes tendances, étudiants, artistes engagés, représentants du PCB et de partis comme le MDB (Mouvement démocratique brésilien) qui était alors la seule voix d’opposition considérée comme légale par le gouvernement militaire. La confrontation entre ces deux groupes, avec l’objectif clair de dénoncer l’appareil de la dictature, est typique de ABC da greve : ainsi la séquence dans laquelle les images festives de milliers d’ouvriers célébrant le 1er mai surgissent en opposition directe avec le discours télévisé du président João Figueiredo, qui promet de prendre des mesures répressives envers les ouvriers au nom de la “tranquillité et l’ordre social”.

8Dans le documentaire, bien que les personnages centraux fassent partie du nouveau mouvement syndical dirigé par Lula, l’intérêt de Hirszman n’est pas de débattre des questions spécifiques de la contestation ouvrière, telles de meilleures conditions de travail, mais de suggérer que la question ouvrière devrait être envisagée comme partie prenante d’un processus plus général, structurel, de contestation du régime autoritaire. Si je signale cette caractéristique du documentaire c’est qu’il me paraît essentiel de montrer que le film a été élaboré, dans son essence, comme un pari stratégique sur la formation d’un large front de gauche contre la dictature. Dans ABC da greve, l’autonomie politique des ouvriers et les fissures qui étaient déjà perceptibles dans la gauche brésilienne sont délibérément mises de côté au nom d’un processus considéré comme plus large et fondamental : la re-démocratisation du pays. Cette lecture idéaliste de Hirszman, communiste éloigné de la pratique politique spécifique des métallurgistes, pose néanmoins un problème : elle devait rapidement vieillir face aux tensions qui traversaient la réalité sociale.

A Falecida (1965)

A Falecida (1965)
  • 1 Il s’agit du Parti communiste du brésil (PC do B), qui est né en 1962 d’une scission du Parti commu (...)

9En bref, le mouvement ouvrier des années 1970 et 1980 a été traversé par une violente dispute pour l’hégémonie de la gauche. Se trouvaient, d’une part, le PCB et les secteurs du PC du B et du MR-81, qui formaient un bloc historiquement connu comme “L’unité syndicale”. Ceux-ci défendaient une prise de position classique du militantisme en accord avec les principes d’un révisionnisme marxiste : le PCB voulait sortir de la crise et devenir une sorte de “parti du peuple” à la tête de toutes les branches de la gauche brésilienne, avec pour but d’implanter dans le pays une démocratie basée sur des principes socialistes. Pour ce groupe, la mobilisation principale du syndicalisme n’était pas fondée sur des revendications ouvrières mais sur le vaste problème politique, structurel, de renverser les militaires au pouvoir.

Eles não usam black-tie (1981)

Eles não usam black-tie (1981)

10D’autre part, se trouvait ce qu’on appelait le “bloc combatif”, ou les “authentiques”, qui était constitué essentiellement par le nouveau syndicalisme de São Paulo qui défendait une réinvention de toutes les formes d’associations et de représentation des ouvriers. Ce groupe, dont le plus célèbre dirigeant était Lula, ne concentrait pas son programme sur une transformation politique totale de la société, mais sur la lutte directe pour les droits économiques et de travail. Radicalement opposés à la structure syndicale créée par l’intervention des militaires, ils ne reconnaissaient pas le PCB comme un parti susceptible de les représenter et se méfiaient des propositions d’origine marxiste, considérées comme autoritaires et perçues comme une forme de contrôle sur l’autonomie politique des ouvriers.

11Bien que les deux blocs aient connu un bref rapprochement stratégique pendant la grève de 1979, ils ont passé toutes les années 1980 dans une féroce confrontation pour la domination de leur camp politique. Le PCB a vécu alors une période de crise profonde et perdu de plus en plus de représentativité de sa base populaire. En revanche, le nouveau syndicalisme est devenu la voix des ouvriers au niveau national. Il a pris la tête d’un nouveau parti, le PT (Parti des ouvriers), qui à partir de 1980 a démarré un processus de consolidation graduelle d’une nouvelle hégémonie de la gauche. Le film ABC da greve, suivant l’idéologie se rapprochant du PCB, militait en faveur d’une harmonie impossible au vu des tensions historiques de la gauche, en sous-entendant une possibilité d’union sans tension entre les deux blocs, dans la lutte contre la dictature. Est-ce à cause de cette écriture idéaliste de l’Histoire en cours, lecture qui a rapidement vieilli face aux fissures politiques, que Hirszman, après le montage de ABC da greve, n’a pas achevé et n’a pas montré son documentaire ? Le film est resté dans l’oubli et ne sort qu’en 1991, quatre ans après la mort du cinéaste. Le documentaire, ne jouant plus le rôle d’instrument politique, une fois perdu son désir original de praxis, est devenu un document historique. Cependant, l’obstination romantique de Hirszman au sujet de la re-démocratisation, a été revitalisée par son projet Eles não usam black-tie.

Garôta de Ipanema, 1967

Garôta de Ipanema, 1967
  • 2 Le Teatro de Arena [Théâtre d’Arène] a été fondé en 1953 et il est devenu une des marques brésilien (...)

12Peu après la fin du tournage de ABC da greve, Hirszman a repris l’adaptation cinématographique d’Eles não usam black-tie. La pièce, écrite par Gianfrancesco Guarnieri en 1956 et mise en scène par le Teatro de Arena2 en 1958, a été l’une des marques inaugurales pour toute une génération d’artistes attachés à une dramaturgie d’essence marxiste. Dans la tradition du réalisme critique, le texte original de Guarnieri était traversé par un “sentiment du temps” dans lequel la gauche brésilienne, surtout sa composante de filiation communiste, idéalisait la classe ouvrière comme principale protagoniste d’un futur processus révolutionnaire de rupture politique. Écrite sous l’influence de ce présupposé idéologique, présent dans l’imaginaire de gauche avant 1964, la pièce est centrée autour d’une confrontation dramatique au sein d’une famille ouvrière : il y a d’un côté le père, Otávio, dirigeant syndical d’obédience communiste ; et de l’autre, son fils, Tião, un jeune homme individualiste qui place ses perspectives d’ascension sociale avant la lutte collective du peuple. Au moment où éclate la grève, la scission symbolique entre les deux devient irréversible. Tião boycotte la grève d’autant que sa copine est enceinte et qu’il a peur de perdre son travail. Otávio, quant à lui, après avoir été arrêté par la police et avoir découvert que son fils avait trahi la grève, décide de le chasser de la maison, dans l’espoir qu’un jour le jeune homme accède à une prise de conscience idéologique et renoue des liens avec sa communauté. Bien que nous nous trouvions devant une fracture d’ordre familial, le grand vainqueur de la pièce est le mouvement ouvrier. Avec une telle fin, Guarnieri avait écrit un récit exemplaire dans lequel le sacrifice personnel, d’ordre affectif, du père faisait partie d’une représentation romantique d’une classe qui, pensait-on, pouvait prendre en mains la direction de l’Histoire. L’après 1964 porta un grand coup à cette croyance de la gauche brésilienne. Il est curieux de penser que Hirszman a justement choisi d’adapter au cinéma le texte de Smoking à la fin des années 1970, moment de crise pour les communistes.

A Falecida (1965)

A Falecida (1965)

13Sorti en 1981, le film présente cependant des différences significatives par rapport au texte originel de Guarnieri. Bien que le long-métrage ne change rien à la confrontation dramatique nodale dans la pièce, la rupture idéologique et affective entre un père et un fils, Hirszman prend ses distances avec le principe romantique qui traversait l’œuvre théâtrale pour mettre en scène une vision beaucoup plus critique et pointue du Brésil des années 1980. Fidèle à l’esprit de la pièce de Guarnieri, l’adaptation cinématographique de Smoking défend le militantisme communiste, mais essaye en même temps d’actualiser le texte écrit en 1956. Hirszman, en pariant sur la présence d’acteurs de télévision pour élargir l’accueil des spectateurs brésiliens, permet au réalisme critique de sa génération de survivre, en insérant dans Smoking un sentiment de malaise face à un Brésil engagé dans un processus contradictoire de re-démocratisation. Dans l’œuvre théâtrale dominait un ton politiquement affirmatif, d’identification optimiste à la classe populaire. Le film présentait cependant les profondes crises d’un pays soumis pendant des années à la dictature. Déstabilisant ainsi l’ingénuité romantique antérieure, le cinéaste introduit dans son adaptation la présence de la violence et de la mort. Dans le long-métrage, la grève est vaincue par la répression, et la mort apparaît comme un trait sensible pour la lecture du Brésil. Hirszman introduit dans le jeu dramatique des assassinats qui n’existaient pas dans la pièce : celui d’un jeune voleur, mineur de 18 ans, brutalement tué par la police ; celui du père de la fiancée de Tião, abattu par un bandit ; et plus significatif, celui d’un militant communiste, Bráulio, meilleur ami d’Otávio, dont la mort est en quelque sorte le symbole d’une vieille gauche en train de disparaître. Le cinéaste n’abandonne pourtant pas un certain idéalisme qui traverse toute sa filmographie et qui lui fait terminer Smoking avec une manifestation publique dans laquelle on peut entendre le slogan : “la grève continue”. En même temps son film est une fiction qui, au contraire du documentaire ABC de da greve, porte un regard teinté d’appréhension sur le pays.

Leon Hirszman (Cuba, 1981)

Leon Hirszman (Cuba, 1981)

14Probablement influencé par les divisions profondes de la gauche brésilienne à cette époque-là, fissures qui deviennent plus évidentes à partir de 1980, Hirszman renonce à croire à un large front d’action contre le gouvernement. Dans Smoking, il y a un sentiment de méfiance envers les actions du nouveau syndicalisme et le militantisme ouvrier se retrouve coupé en deux par des positions antagoniques : celle des communistes, avec des personnages comme Otávio et Bráulio, qui défendent une praxis traditionnelle, selon laquelle le prolétariat devait s’organiser en tant que classe avant d’entamer une grève ; et le groupe plus radical du nouveau syndicalisme, caricaturalement représenté par le personnage de Sartini, pour lequel il faut rompre avec les théorisations marxistes et utiliser le sentiment de révolte des ouvriers comme pulsion militante et spontanée contre la classe patronale. 

  • 3 Lessa, Sérgio. “Em debate, Black-tie”. Journal Movimento, São Paulo, numéro 333, 16 à 22 nov. 1981.

15Dans le film, Hirszman défend clairement la première option. Tout au long de la trame, malgré les mises en garde d’Otávio aux ouvriers sur les risques de démarrer une grève sans organisation préalable, les radicaux aux côtés de Sartini décident de débrayer après que l’usine a congédié plusieurs employés. Les conséquences de ces actions, perçues par le cinéaste comme aventureuses et irresponsables, ne se limitent pas à l’échec de la grève, mais vont aussi jusqu’à l’assassinat de Bráulio par un policier en civil. Dans Smoking, vestige d’un idéalisme marxiste traditionnel, la culpabilité des erreurs possibles de la gauche retombe sur ceux qui ont ignoré les mises en garde données par le personnage qui parle avec la voix de l’expérience, c’est-à-dire celui qu’on identifie au militantisme communiste. Dans le film, Hirszman prenait position sur les divisions auxquelles la gauche était confrontée. Ce n’est pas par hasard si dans un débat réalisé le 9 novembre 1981, les dirigeants du nouveau syndicalisme montrèrent leur rejet du long-métrage. Lula n’a pas raté l’occasion de déclarer que “le film présente la grève sous un jour négatif. S’accrocher à l’idée qu’il faut s’organiser avant de faire la grève c’est oublier que la grève elle-même peut être un moment important pour l’organisation des ouvriers [...]. À aucun moment, [Smoking] ne s’intéresse au processus de maturité politique de la masse ouvrière pendant la grève [elle-même]3.”

16Smoking est un film qui possède un langage séducteur, c’est un projet mature de Hirszman dans lequel la mise en scène, d’une construction rigoureusement classique, installe un processus d’identification idéologique et émotionnelle entre le jeu dramatique et le spectateur. Même si le cinéaste adopte une position plus proche des thèses du PCB, parti qui finira par perdre sa représentativité dans la réalité sociale des années 1980, l’erreur serait de ne pas remarquer que Smoking rend compte d’un malaise devant les contradictions de la période de la dictature : un regard empreint de gêne traverse le film et finit par empêcher un rapprochement rédempteur avec le militantisme communiste lui-même. Récompensé par le prix spécial du jury au Festival de Venise en 1981, le long-métrage est peut-être dans le cinéma brésilien le dernier souffle du réalisme critique pratiqué par des artistes proches du PCB, la marque d’un souhait tardif de réinsérer dans le drame une perspective communiste du monde.

Haut de page

Bibliographie

ALVES, Vânia M. B. Vanguarda operária: elite de classe? Rio de Janeiro: Paz e Terra, 1984.

ANTUNES, Ricardo. A rebeldia do trabalho (o confronto operário no ABC Paulista: as greves de 1978/80). Campinas: Ensaio/Editora da Unicamp, 1988.

BAROT, Emmanuel. Camera politica: dialectique du réalisme dans le cinéma politique et militant. Paris: Librairie Philosophique J. Vrin, 2009.

BERNARDET, Jean-Claude. Cinema: repercussões em caixa de eco ideológica. São Paulo: Brasiliense, 1984.

CALIL, Carlos Augusto (org). É bom falar. Rio de Janeiro: Centro Cultural Banco do Brasil, 1995.

FREDERICO, Celso. A vanguarda operária. São Paulo: Símbolo, 1979.

FREDERICO, Celso (org.). A esquerda e o movimento operário - Vol. III. A reconstrução (1978-1984). Belo Horizonte: Oficina de livros, 1991.

GAUTHIER, Guy (org.). Le cinéma militant reprend le travail. CinémAction, nº110. Corlet/Télérama, 2004.

HIRSZMAN, Leon. “O espião de Deus”. In. BRASILEIRA, Cinemateca (org.). Leon Hirszman: ABC da greve, documentário inédito. Catálogo de mostra. Cinemateca Brasileira: São Paulo, 1991, p. 5-16.

LACHAUD, Jean-Marc. Questions sur le réalisme: B. Brecht et Georg Lukács. Paris: Economica, 1898.

LESSA, Sérgio. “Em debate, Black-tie”. Journal Movimento, São Paulo, numéro 333, 16 à 22 nov. 1981.

ORTIZ, Ramos. A moderna tradição brasileira: cultura brasileira e indústria cultural. São Paulo: Editora Brasiliense, 2001.

PÉCAULT, Daniel. Os intelectuais e a política no Brasil. São Paulo: Ática, 1990.

RIDENTI, Marcelo. Em busca do povo brasileiro: artista da revolução, do CPC e da era da TV. São Paulo: Record, 2000.

SADER, Éder. Quando novos personagens entraram em cena. Rio de Janeiro: Paz e Terra, 1988.

SALEM, Helena. Leon Hirszman: o navegador de estrelas. Rio de Janeiro: Rocco, 1997.

SCHWARZ, Roberto. “Cultura e Política, 1964-1969.” In. O Pai de família e outros estudos. Rio de Janeiro: Paz e Terra, 1992.

SILVA, Maria Carolina Granato da. O cinema na greve a greve no cinema: memórias dos metalúrgicos do ABC (1979-1991). UFF/Niterói: doutorado, 2008.VIANY, Alex. “Leon Hirszman”. In. O processo do Cinema Novo. Rio de Janeiro: Aeroplano, 1999, p. 283-314.

Haut de page

Notes

1 Il s’agit du Parti communiste du brésil (PC do B), qui est né en 1962 d’une scission du Parti communiste brésilien, et du Mouvement révolutionnaire Huit Octobre (MR-8), qui est apparu en 1964 et a participé à la lutte armée contre la dictature militaire.

2 Le Teatro de Arena [Théâtre d’Arène] a été fondé en 1953 et il est devenu une des marques brésiliennes du théâtre d’engagement politique et social. Ont participé à ce groupe les dramaturges Gianfrancesco Guarnieri, Vianinha et Augusto Boal. Ses activités ont duré jusqu’en 1972.

3 Lessa, Sérgio. “Em debate, Black-tie”. Journal Movimento, São Paulo, numéro 333, 16 à 22 nov. 1981.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/217/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre ABC da greve (1979)
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/217/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Remise du Lion d’or à Venise en 1981 à Leon Hirszman par Liv Ullmann, présidente du jury, pour son film Eles não usam black-tie.
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/217/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Eles não usam black-tie (1981)
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/217/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre A Falecida (1965)
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/217/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 732k
Titre Eles não usam black-tie (1981)
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/217/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/217/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Garôta de Ipanema, 1967
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/217/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/217/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/217/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre A Falecida (1965)
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/217/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Leon Hirszman (Cuba, 1981)
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/217/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 283k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Reinaldo Cardenuto, « L’écriture de l’histoire dans le cinéma de Leon Hirszman. Un communiste face aux contradictions du mouvement ouvrier (1979-1981) », Cinémas d’Amérique latine, 21 | 2013, 56-67.

Référence électronique

Reinaldo Cardenuto, « L’écriture de l’histoire dans le cinéma de Leon Hirszman. Un communiste face aux contradictions du mouvement ouvrier (1979-1981) », Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 21 | 2013, mis en ligne le 14 avril 2014, consulté le 29 avril 2017. URL : http://cinelatino.revues.org/217 ; DOI : 10.4000/cinelatino.217

Haut de page

Auteur

Reinaldo Cardenuto

Reinaldo Cardenuto est professeur d’Histoire du cinéma à la Faculdade Armando Álvares Penteado (FAAP) et doctorant en médias et processus audiovisuels à l’École de Communication de l’Universidade de São Paulo (USP). Son doctorat est supervisé par le professeur Eduardo Victorio Morettin.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org