Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Transferts cinéphiles. Le cinéma latino-américain et la psychanalyse

Dans Savoirs et clinique, revue de psychanalyse, n°17, Éditions ERES, Toulouse, 2014
Francis Saint-Dizier
p. 182
Référence(s) :

Transferts cinéphiles. Le cinéma latino-américain et la psychanalyse. Dans Savoirs et clinique, revue de psychanalyse, n°17, Éditions ERES, Toulouse, 2014

Traduction(s) :
Transferts cinéphiles. Le cinéma latino-américain et la psychanalyse

Texte intégral

1Les œuvres complètes de Freud ont été traduites en espagnol très tôt, dès 1922, par José Ortega y Gasset et Luis López Ballesteros. La psychanalyse se répandit d’abord au Brésil puis en Argentine et, de là, à tout le continent. Le colloque “Transferts cinéphiles, le cinéma latino-américain et la psychanalyse” s’est déroulé les 15, 16 et 17 novembre 2013 à Paris.

2Une des questions posées lors de ce colloque est de savoir comment le cinéma latino-américain a été influencé par cet essor unique de la psychanalyse qui n’a existé nulle part ailleurs, sauf peut-être en France, avec Lacan, dans les années 1970. Comment des films réalisés dans une société imprégnée par la psychanalyse en portent-ils (ou pas) la marque ?

3Que nous enseigne donc ce cinéma qui a refusé de faire silence sur les dictatures contre lesquelles il n’a cessé de lutter? Que nous apporte-t-il sur l’histoire contemporaine, notamment en Europe, sur ce que Freud appelait, dans Le malaise dans la culture le “surmoi culturel”, soit l’idéologie qui gouverne notre inconscient à notre insu ? Ainsi, comment peut-on y lire en miroir les tragédies nées en Europe au XXe siècle, celles dont l’Europe a mis tant de temps à parler ou qui sont encore censurées (l’Algérie, le pétainisme, les démembrements des pays de l’Est, les diasporas)?

4Comment apprendre de son traitement novateur des problèmes issus de l’émigration, du racisme, de la lutte des classes ? Ou de sa description, fictionnelle mais touchant d’autant plus au réel, de la complexité des rapports sociaux liée à l’existence des ghettos de la misère au cœur des grandes villes ou, à l’inverse, des “zones protégées” où s’enferment les riches ? Toutes ces questions sont abordées en liaison avec des films par vingt auteurs et elles sont aussi retranscrites dans ce numéro de la revue.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/2026/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 733k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francis Saint-Dizier, « Transferts cinéphiles. Le cinéma latino-américain et la psychanalyse », Cinémas d’Amérique latine, 23 | 2015, 182.

Référence électronique

Francis Saint-Dizier, « Transferts cinéphiles. Le cinéma latino-américain et la psychanalyse », Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 23 | 2015, mis en ligne le 28 décembre 2016, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://cinelatino.revues.org/2026

Haut de page

Auteur

Francis Saint-Dizier

Médecin et directeur de la revue Cinémas d’Amérique latine

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org