Navegación – Mapa del sitio
Notes de lecture

Isaac León Frías, El nuevo cine latinoamericano de los años sesenta: entre el mito político y la modernidad fílmica

Universidad de Lima, Fondo Editorial, Lima 2013, 473 p.
David M. J. Wood
Traducción de Odile Rigoni
p. 176-178
Referencia(s):

Isaac León Frías, El nuevo cine latinoamericano de los años sesenta: entre el mito político y la modernidad fílmica (Lima: Universidad de Lima, Fondo Editorial, 2013). 473p.

Este artículo es una traducción de:
Isaac León Frías, El nuevo cine latinoamericano de los años sesenta: entre el mito político y la modernidad fílmica
Plano | Texto | Notas | Cita | Autor

Texto completo

Cartographie d’une illusion

  • 1 Citado en Francia Aldo, Nuevo Cine Latinoamericano en Viña del Mar, ARTECIEN/CESOC, Santiago de Chi (...)
  • 2 León Frías Isaac y de Cárdenas Federico, Hablemos de cine 34 (marzo-abril 1967), citado en Francia, (...)

1Pour le critique de cinéma péruvien Isaac Léon Frías, le Ve Festival de cinéma de Viña del Mar, Chili, qui a eu lieu en mars 1967, a représenté un “véritable tournant copernicien” dans la sphère cinématographique du continent 1. Viña 1967 faisait le pari de réunir pour la première fois les nouveaux courants cinématographiques qui émergeaient en différents points du continent latino-américain. L’événement a été une révélation pour le fondateur (en 1965) de l’influente revue Hablemos de cine (Parlons de cinéma) : non seulement il y avait en Amérique Latine quantité de “différents cinémas [nationaux qui] ne se connaissaient pas entre eux” mais, plus important encore, on découvrait “l’existence d’un cinéma latino-américain 2”.

  • 3 León Frías Isaac, Los años de la conmoción, 1967-1973: entrevistas con realizadores sudamericanos, (...)

2Près d’un demi-siècle plus tard, León Frías remet au centre du débat sa propre notion du Nouveau Cinéma Latinoaméricain (NCL) qu’il avait lui-même contribué à créer et à populariser à partir de cette rencontre à Viña. Avec une rigueur académique mais également la malice du critique qu’il continue d’être, León Frías demande dans son nouveau livre : “Y a t-il eu ou non un nouveau cinéma latino-américain pendant ces “années de la commotion 3”. Si effectivement ce fut un cinéma “nouveau”, comment se positionnait-il face au “vieux”? Pourquoi le NCL a t-il occupé une position si centrale dans les écrits sur le cinéma latino-américain ? Pourquoi continuons-nous à le regarder et à écrire à son sujet ?

3On pourrait supposer qu’un livre sur le NCL, écrit par l’un de ses premiers promoteurs, sentirait la nostalgie, l’hommage ou l’autojustification. Rien de tout cela. Avec les avantages que lui donne le temps, l’expérience et, surtout, les possibilités de réaliser une enquête filmique et documentaire exhaustive sur le thème, León Frías offre une nouvelle cartographie des contours du cinéma latino-américain des années 1960, en dessinant ses multiples liens, influences et filiations (terme qui me semble le plus approprié) filmiques et artistiques, certaines plus connues et acceptées que les autres : les cinémas classiques de la région, le néo-réalisme, le cinéma documentaire “griersonnien”, le montage soviétique, la littérature du boom, les nouveaux cinémas européens contemporains. Mais en outre –et c’est peut-être son pari fondamental– le livre interroge et démonte les opérations idéologiques qui ont depuis généré, soutenu et approuvé une certaine notion du NCL.

4À la différence de la majeure partie des études académiques sur le NCL, le nouveau cinéma latino- américain des années 1960 prend non seulement très au sérieux le cinéma classique qui l’a précédé mais lui consacre de longues analyses. Pour de nombreux réalisateurs, théoriciens, critiques et spectateurs du “nouveau cinéma” des années 1960, la production (proto)industrielle antérieure était inexistante ou aliénante ; sa seule utilité était de fonctionner comme paradigme du cinéma que l’on ne devait pas faire. C’est justement pour cela que les cinéastes des années 1960 prônaient la rupture totale avec le passé. Mais Léon Frías cherche dans les limites et les fissures de cette soi-disant rupture, en trouvant parfois dans les cinémas classiques “une richesse dans la ‘construction du sens’ dont on ne trouve même pas trace dans une grande proportion du cinéma politique latino-américain, très schématique, manichéen et simplificateur dans ses formulations et totalement plat dans son traitement audiovisuel” (201). Par conséquent, il trouve dans le discours de la rupture davantage la “vocation messianique” […] euphorique et triomphaliste” (204) de l’ardeur révolutionnaire qu’un argument historiquement durable.

5Plus encore, soutient l’auteur, l’étroite équivalence qu’on en est venu à établir entre “nouveau cinéma” et “cinéma militant” vers la fin des années 1960 a conduit à une tendance à sanctifier le courant le plus ouvertement politisé au sein du nouveau cinéma. Un des apports fondamentaux du livre est d’asseoir à la même table toute une file de cinéastes (Luis Alcoriza, José María Arzuaga, Rodolfo Kuhn, Alejandro Jodorowsky, Rogério Sganzerla et d’autres) au travail innovateur et rénovateur, mais se situe généralement “hors du noyau central du nouveau cinéma” (385) pour s’orienter avec excès, selon les termes normatifs du discours, vers le cinéma industriel ou, dans l’autre sens, vers le cinéma expérimental. La clé, pour Léon Frías, n’est pas d’élargir la notion de nouveau cinéma à ces cinéastes ni de nier qu’il y a eu rupture avec les cinémas antérieurs du continent. Il nous demande plutôt de repenser les définitions et les dynamiques de la “nouveauté” dans le cinéma latino-américain de l’époque. Il propose pour cela de parler moins de “Nouveau cinéma latino-américain” et davantage d’un cinéma hautement hétérogène qui répond à une “pluralité de styles pouvant s’associer à une esthétique de la modernité” (264).

  • 4 Paranaguá Paulo Antonio, Tradición y modernidad en el cine de América Latina, Fondo de Cultura Econ (...)

6Dans sa méfiance envers les discours hégémoniques du NCL, dans sa volonté d’entremêler les particularités nationales et les dynamiques transnationales du cinéma latino-américain, ainsi que dans sa volonté d’entrer et de sortir des contextes politiques, des processus culturels et artistiques et des minutieuses analyses cinématographiques, Le nouveau cinéma latino-américain des années 1960 a beaucoup de points communs avec un autre livre (relativement) récent et fondamental sur le cinéma latino-américain : Tradition et modernité dans le cinéma d’Amérique Latine de Paulo Antonio Paranaguá4.La différence, cependant, réside dans l’importance que chaque auteur accorde au nouveau cinéma. Alors que le discours de Paranagua tend à relativiser la place centrale du NCL, Léon Frías revendique radicalement son importance, malgré tout.

  • 5 Middents Jeffrey, Writing National Cinema: Film Journals and Film Culture in Peru, Dartmouth Colleg (...)

7Pour le critique péruvien, “ce nouveau cinéma latino-américain des années 1960 et du début des années 1970 est davantage une illusion, un désir et bien sûr, une nécessité politique, qu’une option réelle et consistante” (147). Mais c’est une illusion qui, pour Léon Frías, vaut la peine d’être comprise et analysée. Son livre peut être considéré comme un procédé pour la sauvegarde de la diversité des nouveaux cinémas de la modernité latino-américaine que l’on a pu découvrir à Viña del Mar en 1967 mais qui, pour lui et les autres critiques de Parlons de cinéma, s’est réduite et même dénaturée suite au tournant militant opéré par le NCL lors de l’édition de 19695 du festival.Dans la conjoncture actuelle, le débat sur l’importance de comprendre les possibilités et les limitations des illusions dans le cinéma et dans la politique est plus pertinente que jamais.

Inicio de página

Notas

1 Citado en Francia Aldo, Nuevo Cine Latinoamericano en Viña del Mar, ARTECIEN/CESOC, Santiago de Chile, 1990, p. 38.

2 León Frías Isaac y de Cárdenas Federico, Hablemos de cine 34 (marzo-abril 1967), citado en Francia, Nuevo Cine Latinoamericano… op. cit., p.126.

3 León Frías Isaac, Los años de la conmoción, 1967-1973: entrevistas con realizadores sudamericanos, UNAM, México, 1979.

4 Paranaguá Paulo Antonio, Tradición y modernidad en el cine de América Latina, Fondo de Cultura Económica, Madrid, 2003.

5 Middents Jeffrey, Writing National Cinema: Film Journals and Film Culture in Peru, Dartmouth College Press, Lebanon, 2009.

Inicio de página

Índice de ilustraciones

URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/2016/img-1.jpg
Ficheros image/jpeg, 16k
Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia en papel

David M. J. Wood, « Isaac León Frías, El nuevo cine latinoamericano de los años sesenta: entre el mito político y la modernidad fílmica », Cinémas d’Amérique latine, 23 | 2015, 176-178.

Referencia electrónica

David M. J. Wood, « Isaac León Frías, El nuevo cine latinoamericano de los años sesenta: entre el mito político y la modernidad fílmica », Cinémas d’Amérique latine [En línea], 23 | 2015, Publicado el 28 diciembre 2016, consultado el 23 junio 2017. URL : http://cinelatino.revues.org/2016

Inicio de página

Autor

David M. J. Wood

Universidad Nacional Autónoma de México

Inicio de página

Derechos de autor

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Inicio de página
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org