Navigation – Plan du site

Les jeunesses de la classe moyenne dans le cinéma brésilien des années 2000

Projets et champs de possibilités à travers l’analyse de trois films récents
Mariana Souto
Traduction de Olinda Rosa Dos Santos
p. 154-163
Cet article est une traduction de :
Juventudes de classe média no cinema brasileiro dos anos 2000

Résumés

Cet article analyse un ensemble de films qui traitent de la jeunesse des classes moyennes dans le cinéma brésilien des années 2000 : Cão sem donoProibido proibir e Se nada mais der certo. Son objectif est de voir comment les jeunes se projettent dans le futur, pris entre le présent et l’avenir, à une époque de faible stabilité, grandes accélérations et rares assurances.

Haut de page

Texte intégral

Se nada mais der certo (2008) de José Eduardo Belmonte

Se nada mais der certo (2008) de José Eduardo Belmonte

1Le cinéma brésilien, de sa genèse à nos jours, par tradition, s’est basé sur la représentation de groupes marginalisés et exclus, tels ceux vivant dans les bidonvilles ou dans les quartiers périphériques, les gens du sertão (zone peu peuplée, semi-aride du Nordeste brésilien), ceux qui le quittent et migrent vers le Sud, les prisonniers et les miséreux. Des films tels que Rio Zona Norte (1957), Vidas Secas (1963), Deus e o Diabo na Terra do Sol (1964), Macunaima (1969), Pixote (1981), Central do Brasil (1998) et Cidade de Deus (2002) illustrent cette affirmation au cours des décennies et mouvements cinématographiques. Toutefois, on voit cohabiter avec ces représentations le traitement d’un autre groupe social – la classe moyenne – qui, à petite ou grande échelle, a, elle aussi, été présente tout au long de cette histoire.

2La motivation de cet article est apparue suite à l’observation suivante : la classe moyenne se fait représenter de façon évidente dans l’univers de la production audiovisuelle brésilienne des années 2000, la majorité des cinéastes et du public (cela sans doute pour des raisons d’accès aux moyens de production et du prix d’entrée au cinéma) appartient à cette classe moyenne. Cependant, peu nombreuses sont les occasions où cette classe fait l’objet d’une réflexion approfondie lors des discussions théoriques ou critiques.

3Plusieurs de ces films récents, qui questionnent la classe moyenne, focalisent la jeunesse, tranche d’âge qui semble cristalliser quelques-unes des caractéristiques propres à cette classe, en la montrant en situation de crise ; en effet, certaines difficultés surgissent avec plus d’intensité pour les nouvelles générations, comme l’accès au marché du travail et la fragilité des relations personnelles.

4Notre travail se penche sur certains aspects culturels des jeunes de classe moyenne tels qu’on les observe dans un ensemble de trois de ces films. à partir de l’analyse de Cão Sem Dono (Beto Brant, 2007), Proibido Proibir (Jorge Duran, 2007) et Se Nada Mais Der Certo (José Eduardo Belmonte, 2008), nous examinerons comment le cinéma élabore, à travers son matériel expressif, la façon dont le jeune Brésilien appréhende son imaginaire, ses désirs, la société et l’époque dans laquelle il vit. Nous observerons le jeune en relation avec l’amour, le travail, la famille et la société. Nous souhaitons découvrir comment il érige des plans pour le futur en se partageant entre le présent et l’avenir, à une époque où il faut avancer vite avec très peu de garantie dans un contexte historique peu stable.

Le prolongement de la jeunesse

5La plupart des recherches considéraient comme jeune tout individu entre 15 et 24 ans, soit près de 33 millions de personnes et l’équivalent de 21% de la population brésilienne, selon le recensement de 2000. Cette tranche d’âge se divise : adolescence jusqu’à la majorité, puis jeunesse proprement dite. Cependant, on peut remarquer la dilatation de ces limites. En ce qui concerne les politiques publiques, ancrées sur la définition du Secrétariat national de la jeunesse (SNJ) et du Conseil national de la jeunesse (Conjuve), le découpage d’âge a été élargi de 15 à 29 ans (Aquino, 2009). Marilia Sposito attire l’attention sur ce fait qui, validé pour les pays européens, reste à nuancer pour le Brésil où la situation est tout autre, “la tendance est à l’anticipation de la jeunesse avant 15 ans […] pour une grande part des secteurs appauvris” (Sposito, 1999, p. 6 apud Morgado, 2006, p. 141). Si d’un côté, on voit écourtée l’adolescence de ceux que le besoin oblige à travailler très tôt, de l’autre, on voit se prolonger l’adolescence des plus favorisés. Ainsi le prolongement de la jeunesse au Brésil est, nous semble-t-il, plus visible au sein des couches moyennes et élevées.

Cão sem dono (2007) de Beto Brant

Cão sem dono (2007) de Beto Brant

6Le prolongement de la scolarisation ajouté à l’impénétrabilité du marché du travail retarde l’autonomie financière et impose la dépendance familiale plus longtemps. “Plus le niveau de scolarisation et de qualification professionnelle est élevé, plus longue est la période pendant laquelle les jeunes sont considérés comme un fardeau pour la famille” (Hobsbawm, Polito, 2000, p. 184-185). Le jeune, maintes fois incapable de subvenir à ses besoins, vit sous le toit parental, avec le statut d’étudiant, jusqu’à un âge plus avancé que celui des générations précédentes.

7Des termes pour définir cette génération surgi-ssent, dont quelques-uns moqueurs. En Angleterre, apparaît le terme kidult, composé par kid (enfant) et adult (adulte). En Espagne, on parle de la génération Ni-Ni : ni estudia, ni trabaja (ni études, ni travail). Au Brésil, le terme “adultescente” dérivé de l’anglais apparaît avec une certaine fréquence. Cependant en problématisant cette condition de cohabitation prolongée, limbes qui précèdent l’ancrage effectif dans l’âge adulte, on se rend compte qu’elle ne se fait pas sans conflits, sans souffrance ni choc entre les générations.

8Par conséquent, la malléabilité et la perception du temps ont lieu d’une manière différente selon les classes, dès lors que les jeunes de la classe moyenne peuvent, par exemple, se consacrer entièrement à leurs études pendant l’adolescence, et même les prolonger jusqu’à l’âge de 30 ans, tandis que les moins favorisés sont obligés d’intégrer plutôt le marché du travail.

9Il nous semble intéressant d’observer, entre autres éléments, cette dimension du vécu temporel dans les films qui ont comme sujet la jeunesse de la classe moyenne brésilienne. Pour notre analyse, nous allons essayer de comprendre deux concepts : celui de projet et celui de champ de possibilités. Cela nous paraît pertinent en misant sur le choix du rapport au temps comme point de référence.

10Le concept de projet est exploité par Gilberto Velho, anthropologue urbain, dont les œuvres Projeto e Metamorfose (1994) et Individualismo e Cultura (2004) sont surtout inspirées du travail de A. Schultz (1971). Ce dernier définit le projet comme étant une démarche organisée visant à atteindre des objectifs spécifiques, c’est-à-dire, l’action qui a une finalité prédéterminée. Le projet peut alors être pensé comme étant une formulation au présent qui se déploie dans le futur, une anticipation du temps ; c’est l’option de choisir son destin, ce qui implique, de manière rétroactive, le choix de certaines voies, déterminé ici et maintenant.

11La trajectoire d’un individu peut être comprise en tant qu’expression d’un projet. Nous ne pouvons pas le concevoir sans lui associer un concept complémentaire : le champ de possibilités, défini comme la dimension socioculturelle, l’espace d’élaboration et de réalisation de projets inhérent à toute société, culture et situation sociale. Le projet par conséquent ne peut exister sans référence à l’autre et à la société. Il se réalise ayant en vue un répertoire culturel assez limité dans un contexte donné. La viabilité et le succès de ses réalisations reposent sur l’interaction avec d’autres projets d’une part, et avec la dynamique du champ de possibilités d’autre part (Velho, 2004). Le rapport entre projet et champ de possibilités est indissociable.

12Tout ce processus d’élaboration de projet a lieu, de nos jours, en relation avec un champ de possibilités sombre et argileux, reflet de l’époque que nous vivons, cette modernité liquide (Bauman, 2001). C’est un cercle vicieux : si l’instabilité du présent rend difficile toute projection dans l’avenir, celui-ci, pauvre en perspectives, rend, à son tour, le présent peu stimulant.

13Nous allons procéder à un découpage filmique et nous intéresser à la période de l’après-reprise initiée par le film Cidade de Deus (Fernando Meirelles, 2002). Après une approche un peu plus approfondie de ces fictions créées entre 2002 et 2010, nous nous sommes focalisés sur les trois films sujets de notre analyse. Nous proposons ci-dessous une liste non exhaustive des films sortis entre 2002 et 2010 :

  1. 3 Efes (Carlos Gerbase, 2007)

  2. Ainda orangotangos (Gustavo Spolidoro, 2007)

  3. Alegria, A (Felipe Bragança e Marina Meliande, 2010)

  4. Apenas o fim (Matheus Araújo, 2008)

  5. Amigos de risco (Daniel Bandeira, 2007)

  6. Árido Movie (Lírio Ferreira, 2004)

  7. Antes que o mundo acabe (Ana Luiza Azevedo, 2009)

  8. Cama de gato (Alexandre Stockler, 2002)

  9. Cão sem dono (Beto Brant, 2007)

  10. Concepção, A (José Eduardo Belmonte, 2005)

  11. À Deriva (Heitor Dhalia, 2009)

  12. Diabo a quatro, O (Alice Andrade, 2004)

  13. Do começo ao fim (Aluisio Abranches, 2009)

  14. Dona da história, A (Daniel Filho, 2004)

  15. Estrada para Ythaca (Pedro Diógenes, Guto Parente, Luiz e Ricardo Pretti, 2010)

  16. Famosos e os duendes da morte, Os (Esmir Filho, 2009)

  17. Fuga da mulher gorila, A (Felipe Bragança, Marina Meliande, 2009)

  18. Histórias de amor duram apenas 90 minutos (Paulo Halm, 2009)

  19. Homem que copiava, O (Jorge Furtado, 2002)

  20. Houve uma vez dois verões (Jorge Furtado, 2002)

  21. Melhores coisas do mundo, As (Laís Bodansky, 2010)

  22. Meu mundo em perigo (José Belmonte, 2007)

  23. Meu nome não é Johnny (Mauro Lima, 2008)

  24. Meu tio matou um cara (Jorge Furtado, 2004)

  25. Muita calma nessa hora (Felipe Joffily, 2010)

  26. Muito gelo e dois dedos d’água (Daniel Filho, 2006)

  27. Nina (Heitor Dhalia, 2004)

  28. No meu lugar (Eduardo Valente, 2009)

  29. Nome Próprio (Murilo Salles, 2007)

  30. Ódiquê (Felipe Joffily, 2004)

  31. Passageiro, O – Segredos de adulto (Flávio Tambellini, 2006)

  32. Pode crer! (Arthur Fontes, 2007)

  33. Proibido Proibir (Jorge Durán, 2007)

  34. Quanto dura o amor? (Roberto Moreira, 2009)

  35. Se nada mais der certo (José Eduardo Belmonte, 2008)

  36. Seja o que Deus quiser (Murilo Salles, 2002)

Cão sem dono, Proibido proibir et Se nada mais der certo

14Nous avons choisi les films Cão sem dono (Beto Brant, 2007), Proibido proibir (Jorge Duran, 2007) et Se nada mais der certo (José Belmonte, 2008), des œuvres qui stimulent notre regard attentif et dont le sujet nous semble illustrer tout particulièrement l’étude que nous menons. Nous allons tisser des commentaires transversaux entre les trois films afin de les laisser exprimer leur richesse et d’éviter ainsi le trop d’observations concernant chaque film en particulier.

15Cão sem dono aborde le vide existentiel de Ciro, un jeune introverti, diplômé en littérature au chômage, qui a une liaison avec Marcela dont le souhait est de devenir mannequin. Ciro habite à Porto Alegre avec son chien bâtard et a très peu de vie sociale. Marcela s’absente pour se faire soigner, ce qui provoque une forte crise chez Ciro. Ses parents accourent et l’emmènent vivre avec la famille. Ciro guérit, commence à travailler, mais son chien meurt.

Cão sem dono (2007) de Beto Brant

Cão sem dono (2007) de Beto Brant

16Proibido proibir est l’histoire d’un triangle amoureux formé par Léon, Paulo et Leticia. Paulo qui est interne à l’hôpital de l’université éprouve de la compassion pour Rosalina, patiente qui souffre de l’éloignement de ses enfants. Paulo se rend à la favela pour découvrir que le fils aîné de Dona Rosalina, Cinézio, a été abattu par la police de manière injuste. L’autre fils, Cacauzinho, témoin de l’assassinat de son frère est, lui aussi, menacé de mort. Lors d’une descente policière ratée, les choses tournent mal. La police tue Cacauzinho et Mario, tandis que Léon est blessé. Poursuivis par la police, les trois prennent la fuite.

Proibido proibir (2007) de Jorge Durán

Proibido proibir (2007) de Jorge Durán

17Dans Se nada mais der certo, Léo est un journaliste free lance trentenaire à la situation financière critique. Il habite à São Paulo et héberge une copine déprimée. Léo, Wilson et Marcim participent au vol d’une somme d’environ un million destinée à payer une campagne politique. Wilson est atteint d’une balle, tandis que Léo et Marcim s’enfuient à la plage.

18Tout d’abord, il est important de dire que ces trois films, chacun à sa façon, nous révèlent des jeunesses plurielles. Même si cela semble être une évidence, il faut souligner que notre analyse pointe du doigt et apporte une contribution pour une compréhension élargie, aussi bien du concept de classe moyenne que de celui de jeunesse. La classe moyenne se déploie comme un éventail de jeunes, les uns individualistes et autocentrés, les autres grégaires, d’autres encore préoccupés par le sort des autres classes sociales. Dans tous les films analysés, les relations, surtout amoureuses, sont intenses mais fortuites et interrompues. Ils donnent à voir aussi une différence, même de pouvoir, entre les protagonistes et les personnages provenant d’autres milieux. Les relations entre les classes sont asymétriques. Dans Se nada mais der certo et Proibido proibir, les pauvres meurent. Il est important de le noter. Wilson, Rosalina, Cinézio et Cacauzinho ont une fin tragique. Cela révèle l’impuissance des jeunes de la classe moyenne : même s’ils ont tout essayé, ils ont été incapables de les sauver.

19La vie est épargnée à la classe moyenne, mais cela n’est pas le gage d’une fin heureuse. Les jeunes sont accablés par le poids de la frustration, de la culpabilité et du désenchantement face à un monde injuste. Le corpus (surtout Proibido proibir) met en échec l’idée consensuelle selon laquelle la mauvaise conscience n’est pas une caractéristique de la classe moyenne. Serait-elle, la jeunesse, ce moment privilégié de la vie où la classe moyenne lève le regard pour voir au-delà d’elle-même et penser de manière plus collective ? C’est peut-être parce qu’elle n’est pas encore complètement piégée dans le statu quo que la jeunesse possède une vision inquiète, curieuse, non-conformiste, en opposition à la sempiternelle résignation tranquille caractéristique de la classe moyenne. Nous pourrions ainsi dire que la jeunesse serait l’instant où la classe moyenne se montre vibrante, apte à s’insurger et contrarier ces tendances habituelles.

20Le décor des trois films sont des grandes villes, des capitales : la vie dans une métropole est un élément important dans ce contexte. Ciro, Paulo, Léon, Leo et Ângela partagent le fait qu’ils vivent mal ; leurs appartements respectifs sont petits, simples, très peu meublés. Cela nous fait penser que lorsque cette jeunesse quitte la maison parentale, elle finit par décliner socialement et son niveau de vie devient aussi bas que celui des classes moins élevées.

21Le présent de ces jeunes est, de façon générale, dilaté. Différents choix de montage accentuent ce phénomène lors de la construction de la forme de ces films. Dans Cão sem dono, le temps traîne, les plans sont longs, occupés par des temps morts et peu d’actions. Concernant Proibido proibir, le filmage au ralenti fait durer les moments les plus importants et les plus dramatiques. Et dans Se nada mais der certo, le montage parallèle souligne la simultanéité des actions, superposées dans un temps urgent d’événements multiples. Des ressources aussi différentes que le retardement et l’accélération convergent vers le même effet de présentification du temps, donnant l’impression que les personnages vivent un éternel présent, soit parce que le futur tarde trop à arriver, soit parce que le présent avance si rapidement qu’il avale le futur, le transformant en présent sans qu’on s’en rende compte.

22Les différentes manières de percevoir le temps dialoguent même avec le choix des drogues et leurs effets psychotropes sur leurs usagers respectifs. Ciro boit de l’alcool et fume de la marijuana ; Paulo aussi est adepte de cette dernière ; Marcim et Sybelle sniffent de la cocaïne. Nous attirons l’attention sur le fait que les drogues, illicites ou non, sont présentes dans tous les films, même si tous les personnages n’en prennent pas : quelques-uns les refusent et en critiquent l’utilisation.

23En ce qui concerne les rapports entre les personnages, nous pouvons observer que les jeunes de la classe moyenne, quoique perdus et désargentés, sont responsables d’autres individus : une amie déprimée, un patient en phase terminale, un chien ou des jeunes moins favorisés. Encore en phase de transition, habitués à être soignés, ils se transforment en soignants. Nous ne pouvons pas manquer de signaler l’absence quasi totale des familles dans ces films. Néanmoins ces familles font leur apparition lorsque les protagonistes sont en difficulté. La famille comme référence est remarquée surtout dans Cão sem dono, où elle joue un rôle structurant dans la vie du jeune Ciro, ce qui ne l’empêche pas de se sentir mal à l’aise près de ses parents.

24La classe moyenne flotte entre deux pôles, juste milieu entre la richesse et la pauvreté. Par analogie, nous ne pouvons pas manquer de rappeler que la jeunesse est aussi le point intermédiaire entre l’enfance et l’âge adulte. Les jeunesses de la classe moyenne seraient, par conséquent, le comble de l’interposition et du sans place. Peut-être ce facteur suffirait-il pour aider à comprendre le manque d’ancrage chez ces jeunes. Cependant, cette condition semble être investie d’un certain potentiel dans la contemporanéité.

25Les films, en effet, corroborent notre intuition au regard du manque de rigueur concernant le projet des jeunes : le champ de possibilités est sûrement limité, car non seulement il agit sur le projet de façon à l’inhiber, mais aussi sur la fragilité même de sa constitution. La majorité des personnages souffre, incapable de prévoir des ouvertures pour ses actions. Leurs actes irréfléchis les mettent en situation difficile, comme lors de l’opération de sauvetage de Cacauzinho dans Proibido Proibir.

Se nada mais der certo (2008) de José Eduardo Belmonte

Se nada mais der certo (2008) de José Eduardo Belmonte

26La singularité des personnages relève de leur origine sociale lors de l’élaboration de projets, mais d’autres variables surgissent aussi, comme le genre. Les protagonistes des trois films sont des hommes, mais les femmes sont également des personnages forts ; parfois leurs décisions et leurs rêves sont mieux définis que ceux des garçons. En dépit de tout cela, après l’analyse de ces trois films, il nous reste l’impression que le projet est inachevé. À certains moments la notion même de projet est remise en question. À se demander si ces plans-là, encore à l’état d’ébauche, bien ancrés dans le présent, ne mériteraient pas d’être considérés comme de vrais projets. La question qui se posait aussi était celle de l’évolution du projet. Serait-il chargé de différentes données appartenant à des moments historiques antérieurs au récit ?

27Nous ne croyons pas que le projet ait pu être radié, mais peut-être qu’il traverse une phase critique : il s’est affaibli, comme s’il avait perdu une part de son organisation, de sa portée, de sa vigueur. Les personnages que nous avons analysés appartiennent à cette génération née dans une métropole. Ils y subissent un processus d’urbanisation avancé, la surpopulation, la détérioration des institutions en tant que référence pour les individus, la destruction des liens sociaux.

  • 1 Les films analysés sont sortis autour de 2007, probablement scénarisés entre 2004 et 2005. Nous sou (...)

28Il est notoire que l’indéfinition des projets est directement liée à l’état psychologique de la jeunesse qui semble être la proie d’un profond mal-être, d’un profond malaise1. De tels ressentis, latents ou manifestes, sont communs à presque tous les personnages analysés.

Proibido proibir (2007) de Jorge Durán

Proibido proibir (2007) de Jorge Durán

29Les trois films se terminent avec une fin ouverte, comme si même le cinéma éprouvait la difficulté de dessiner des projets pour cette jeunesse. À son tour, il semble être contaminé par le manque de perspectives des personnages. Le passage à la vie adulte, que tous les films miment en quelque sorte, est vécu comme une forme de crise. Les dénouements sont ouverts, mais coïncident avec des retournements de situation dans l’intrigue, des moments de changement de cap potentiels.

30Nous observons, surtout dans Proibido proibir et Se nada mais der certo, que les personnages deviennent des porte-paroles ; ils prennent position sur certaines idées et visions du monde. Leurs propos semblent artificiels, car ils s’expriment à certains moments avec des phrases toutes faites et des réflexions figées sur la réalité sociale. Par conséquent, leur force de personnage est amoindrie et ils fini-ssent par ressembler à des marionnettes ou à des ventriloques narratifs. À se demander si, par trop rigide, le projet des metteurs en scène n’aurait pas limité l’espace des personnages avec leurs projets fêlés.

31D’une certaine façon, la figuration de ces personnages est, elle aussi, en crise. Concernant Cão sem dono, on observe un certain égard, un certain respect envers le personnage. Celui-ci pénètre, s’inscrit dans la forme du film. Nous notons ici une plus grande flexibilité permettant une interaction et une évolution plus sereines, encourageant l’épanouissement d’un personnage qui, en dépit d’être plus opaque, remplit davantage son rôle de personnage.

32C’est avec ces considérations que notre trajet prend fin, tout en gardant à l’esprit que Cão sem dono, Proibido proibir et Se nada mais der certo sont aussi, à leur manière, de jeunes contemporains. Ce sont les pas récents d’un panorama en formation, aussi bien au regard du parcours de leurs réalisateurs, dont les noms commencent à se consolider dans ce scénario, qu’au regard de leur place dans le cinéma brésilien de l’après-reprise.

Haut de page

Bibliographie

Aquino, Luseni, “Introdução” in Aquino Luseni e Andrade Carla Coelho de, Juventude e políticas sociais no Brasil, Instituto de Pesquisa Econômica Aplicada, Brasília, 2009.

Bauman, Zygmunt, Modernidade líquida, J. Zahar, Rio de Janeiro, 2001.

Hobsbawm E. J. e Polito Antonio, O novo seculo: entrevista a Antonio Polito, Companhia das Letras, São Paulo, 2000.

Sposito, Marilia Pontes, O estado da arte sobre juventude na pós-graduação brasileira: educação, ciências sociais e serviço social (1999-2006), Argvmentvm, Belo Horizonte, 2009.

Velho, Giberto, Individualismo e cultura: notas para uma antropologia da sociedade contemporânea, Jorge Zahar, Rio de Janeiro, 2004.

Velho, Gilberto, Projeto e metamorfose: antropologia das sociedades complexas, Jorge Zahar, Rio de Janeiro, 1994.

Haut de page

Notes

1 Les films analysés sont sortis autour de 2007, probablement scénarisés entre 2004 et 2005. Nous soulignons que ce panorama a déjà évolué depuis. Les gouvernements de Lula et Dilma Roussef ont amélioré la situation du Brésil, grâce à la croissance économique, améliorant l’emploi et construisant un scénario plus optimiste.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Se nada mais der certo (2008) de José Eduardo Belmonte
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1987/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Cão sem dono (2007) de Beto Brant
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1987/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Cão sem dono (2007) de Beto Brant
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1987/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Proibido proibir (2007) de Jorge Durán
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1987/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Se nada mais der certo (2008) de José Eduardo Belmonte
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1987/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Proibido proibir (2007) de Jorge Durán
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1987/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mariana Souto, « Les jeunesses de la classe moyenne dans le cinéma brésilien des années 2000 », Cinémas d’Amérique latine, 23 | 2015, 154-163.

Référence électronique

Mariana Souto, « Les jeunesses de la classe moyenne dans le cinéma brésilien des années 2000 », Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 23 | 2015, mis en ligne le 28 décembre 2016, consulté le 28 mai 2017. URL : http://cinelatino.revues.org/1987 ; DOI : 10.4000/cinelatino.1987

Haut de page

Auteur

Mariana Souto

Mariana Souto est en doctorat de communication sociale à l’UFMG après une maîtrise passée dans la même université, où elle fait des recherches sur le cinéma brésilien. Elle a réalisé un stage doctoral à l’Université Pompeu Fabra à Barcelone. Professeure d’audiovisuel, elle donne des cours de narrations audiovisuelles et documentaires et organise des ateliers de réalisation. Elle est membre du Groupe de Recherches Poétiques de l’Expérience, et co-programmatrice du Cineclube Comum. Elle est costumière et directrice artistique.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org