Navigation – Plan du site

L’adolescence dans le cinéma latino-américain

Ernesto Babino
Traduction de Michelle Ortuno
p. 4-17
Cet article est une traduction de :
La adolescencia en el cine latinoamericano

Résumés

Au début du XXIe siècle, la représentation de la problématique de l’adolescence dans le cinéma latino-américain a connu une progression manifeste qui s’est traduite par une augmentation du nombre des productions traitant de ce sujet, par de nouvelles façons de l’aborder et par un parti pris qui assume le point de vue des adolescents eux-mêmes.

Haut de page

Texte intégral

Lake Tahoe (2008) de Fernando Eimbcke

Lake Tahoe (2008) de Fernando Eimbcke

1Un parcours de l’histoire du cinéma latino-américain de ses débuts jusqu’à nos jours met en évidence la progression manifeste du début du XXIe siècle dans le traitement de la représentation de la problématique de l’adolescence ; on y remarque une augmentation du nombre de productions qui abordent cette thématique et plus spécifiquement, une nouvelle façon d’aborder cette question.

2À quelques exceptions près, le cinéma de cette partie du monde n’a montré dans ses cent premières années que peu d’intérêt pour décrire le monde de l’adolescence du point de vue des adolescents eux-mêmes. Ou bien il leur octroyait une place secondaire dans le scénario ou bien, si cette place devenait plus centrale, il les montrait sous le prisme des stéréotypes : des figures emblématiques du manque de bon sens, en proie à tous les vices, martyrisées par la tyrannie d’un adulte ou victimes d’un système social qui les marginalisait. Le regard restait presque toujours extérieur, laissant de côté la subjectivité des adolescents.

3Dans les pays où l’on essaya le plus de rivaliser avec le système de production de Hollywood, le sujet fut abordé de façon majoritaire dans des films de genre.

4Au début des années 1940, lorsque le cinéma argentin vivait la splendeur de son “âge d’or”, un genre mineur gagna rapidement la faveur du public : “les films d’ingénues”. Des comédies sentimentales finirent par peupler les écrans d’adolescentes candides et romantiques, attendant anxieusement le Prince Charmant. Réalisé par Francisco Mugica, le film Los martes, orquídeas (1941) en fut le meilleur représentant et signifia le lancement de la carrière de Mirtha Legrand comme actrice de renom dans le star system vernaculaire, dans le rôle d’une adolescente timide et romantique dont le père lui fait croire qu’elle a un admirateur secret qui lui envoie des fleurs. Le succès de ce film fit naître un grand nombre de productions similaires telles que Adolescencia (1942), film également dirigé par Mugica, écrit par les mêmes scénaristes (Sixto Pondal Ríos et Carlos Olivari) et dont l’actrice principale était de nouveau Mirtha Legrand.

  • 1 Adolescencia, réalisé par Francisco Mugica, 1942.

5Dans Adolescencia, la voix du narrateur ouvre le récit en présentant ce qui devait être une famille “normale” à l’époque : “le père, comme tous les pères, se préoccupe de ses affaires ; la mère, comme toutes les mères, se préoccupe des affaires de la maison ; la fille, comme toutes les filles, se préoccupe de son apparence (et on la voit se limer les ongles), quant au fils cadet, le voici, c’est un adolescent, où peut-il bien aller si vite ? (on le voit descendre l’escalier – il y a toujours des escaliers dans ces films... – et se diriger vers la porte d’entrée) au lycée ? à son travail ? vers sa salle de sport ? faux espoirs ! Il va voir sa fiancée…1

6Ce début, et le fait que l’adolescent en question était incarné par l’acteur Ángel Magaña, qui avait 26 ans à l’époque, n’aurait plus de nos jours aucune vraisemblance dans la représentation de l’adolescence. Comme tant de films de cette époque-là, l’adolescence est décrite comme une période de confusion passagère dont on guérit en franchissant l’étape vers la maturité, c’est-à-dire en entrant dans le monde du travail, en écoutant les conseils des adultes porteurs de valeurs “saines” et en abandonnant les idées et les conduites “déviantes”.

7En 1965 Enrique Carreras fit un remake du film Adolescencia sous le titre de Mi primera novia, avec Palito Ortega et Evangelina Salazar ; transposé dans les années 1960, il exaltait les nouvelles formes culturelles, et en particulier la musique. Le héros est un jeune homme dans le vent, qui joue un rock and roll de la Pampa, dont les amis se montrent comme des jeunes “écervelés”, qui appellent leurs parents “vieux”, qui se présentent comme des jeunes “provocateurs”, mais qui n’arrivent à aucun moment à subvertir l’ordre établi. Il s’agit d’une époque du cinéma où la différence entre les générations est mise en avant, et dont le modèle de référence est le Jim Stark que James Dean avait rendu célèbre dans La Fureur de vivre (Rebel Without a Cause, Nicholas Ray, 1955). Mais cependant, dans Mi primera novia, tout comme dans sa version initiale, la conciliation triomphe de nouveau (à la fin tout le monde se comprend), et l’entrée dans le monde du travail remet l’adolescent dans le droit chemin : “Après un mois d’intense travail, me voici avec de l’argent que je vais pouvoir donner à papa”, disent les paroles de la chanson finale de Palito Ortega.

8Comme en Argentine et dans le reste de l’Amérique latine, au Mexique, à la même époque, on essayait de configurer, à travers le cinéma, un imaginaire familial établi sur des modèles censés contribuer à la consolidation du processus modernisateur impulsé par l’État et la jeune bourgeoisie, en établissant clairement les rôles de chacun dans la société.

Los Olvidados (1950) de Luis Buñuel

Los Olvidados (1950) de Luis Buñuel
  • 2 Tuñón Julia, “Adolescence et cinéma au Mexique (1954-1962). L’ange déchu modernisé” dans Archivos d (...)

9Le mélodrame, ancré dans le cinéma mexicain des années 1930 et 1940, avait démontré son efficacité pour l’identification et, par conséquent, la catharsis du public ; ainsi il allait devenir un support propice à “mettre en scène le refoulé”, “le secret des origines”, le sexe et les relations parents-enfants, comme l’écrit la chercheuse Julia Tuñón, pour qui “l’adolescence possède nécessairement le caractère conflictuel de tout moment charnière2”, devenant de ce fait un sujet propice pour le genre mélodramatique.

25 Watts (2001) de Juan Pablo Rebella et Pablo Stoll

25 Watts (2001) de Juan Pablo Rebella et Pablo Stoll

10Entre le milieu des années 1950 et le début des années 1960, le nombre de films mexicains qui parlaient de l’adolescence augmenta, et de nouvelles thématiques y firent leur apparition, comme la sexualité, les drogues, la violence des jeunes et les conflits entre les générations. Ces films ont construit une image avec des éléments culturels superficiels – des gestes, des façons de s’habiller et de parler, des coupes de cheveux, de la musique – tout en préservant des valeurs morales conservatrices.

11La edad de la tentación (Alejandro Galindo, 1958), Quinceañera (Alfredo Crevenna, 1960) et Juventud sin ley (Gilberto Martínez Solares, 1965), entre autres, se présentent comme des films didactiques, offrant des modèles de conduite et où l’on postule que la prostitution et la grossesse involontaire sont des menaces pour les adolescentes égarées.

12Ces nouvelles thématiques émergentes conciliées à des codes moraux traditionnels cachaient une tension qui allait se manifester de façon critique dans les films des nouveaux réalisateurs des années 1960 comme Arturo Ripstein, Felipe Cazals, Jorge Fons, Paul Leduc et Jaime Humberto Hermosillo, entre autres. Par exemple, dans Le Château de la pureté (El castillo de la pureza, 1972), Ripstein dresse une critique féroce du paternalisme dominant en traitant un sujet inspiré de faits réels, où un homme enferme femme et enfants pendant des années pour les préserver de l’impureté du monde extérieur.

13Mais avant cela, ancré dans la période classique du cinéma mexicain, un film allait se distinguer en bousculant un certain statu quo dans la représentation de l’adolescence.

Le regard critique

  • 3 García Riera Emilio, Historia del cine mexicano, Secretaría de Educación Pública, México, 1986.

14Dans Los Olvidados (1950), Luis Buñuel allait mettre en avant un réalisme critique peu fréquent dans le cinéma latino-américain de ces années-là. Le regard porté sur l’enfance et l’adolescence s’établissait à partir d’une conception moins paternaliste où les jeunes marginaux n’étaient pas considérés avec pitié ou commisération, ce qui aurait été propre à l’esthétique mélodramatique dominante, mais bien comme des êtres humains à part entière, se montrant à la fois tendres et doués pour le crime. D’après l’historien Emilio García Riera “leur conduite n’est pas dictée par des nécessités moralisatrices mais plutôt par le hasard, l’imagination et l’inconscient3”.

15El Jaibo et Pedro, les jeunes héros de ce drame social, sont présentés dans leur ambiguïté, leur confusion et leur cruauté, et ne peuvent compter sur l’aide ni sur les conseils des institutions familiale, ecclésiastique ou étatique, ce qui revient à perdre l’illusion de progrès et de justice révolutionnaire défendus par le cinéma officiel. Bien que l’influence de Los Olvidados dans le cinéma latino-américain n’ait pas été immédiate, le film de Luis Buñuel allait devenir une référence obligée du cinéma social latino-américain ; de fait, un hommage explicite lui est rendu dans Pizza, birra, faso (Adrián Caetano et Bruno Stagnaro, 1997), l’un des tous premiers films du Nouveau cinéma argentin de la fin des années 1990.

16En plus du cinéma de Buñuel, un autre exemple remarquable de traitement de ce sujet, loin du discours dominant de l’époque, est celui du réalisateur argentin Leopoldo Torre Nilsson. Entre la fin des années 1950 et le début des années 1960, avec la collaboration dans l’écriture de sa femme Beatriz Guido, il réalisa une série de films qui sont des variations sur un récit premier. Dans cette série qui commence en 1957 avec La Maison de l’ange (La casa del ángel), se poursuit avec Kidnappeur (El secuestrador, 1958), La Chute (La caída, 1959), Fin de fête (Fin de fiesta, 1959) et s’achève en 1961 avec La Main dans le piège (La mano en la trampa), un garçon et une fille, mûs par la curiosité et la passion propres de leur âge, font l’expérience d’un rite de passage entre l’adolescence et la jeunesse au cours duquel ils perdent leur innocence initiale lorsqu’ils se voient salis par la corruption régnant dans le monde des adultes.

Club Sándwich (2013) de Fernando Eimbcke

Club Sándwich (2013) de Fernando Eimbcke

17Dans ces récits, Torre Nilsson met à nu l’éducation sentimentale déficiente de l’époque qui ne conçoit l’initiation sexuelle que comme un pêché ; il critique ouvertement les valeurs bourgeoises fortement influencées par l’Église catholique.

Affiche pour B-Happy (2003) de Gonzalo Justiniano

Affiche pour B-Happy (2003) de Gonzalo Justiniano

18Le cinéaste chilien Raoul Ruiz fait figure d’oiseau rare dans les nouveaux cinémas des années 1960 ; avant d’émigrer en France, il réalisa l’un des films les plus authentiques de l’histoire du cinéma latino-américain : Palomita blanca (1973). Ce long-métrage – qui ne sortit que 19 ans plus tard dans son pays dans la mesure où sa post-production coïncida avec le début de la dictature militaire de Pinochet – suit la parole de María, une étudiante de 17 ans qui tombe amoureuse de Juan Carlos, un jeune homme de bonne famille. Le film, qui présentait tous les ingrédients d’un mélodrame parmi tant d’autres parlant des amours impossibles entre jeunes de classes sociales différentes, a réussi à dépasser tous les clichés et à faire date dans la description de l’âme des adolescents.

19Montrant un désir marqué de transcrire un registre de langue populaire, et une narration éclatée avec beaucoup d’humour – choses difficiles à trouver dans le cinéma dit “sérieux” – Palomita blanca nous offre un voyage plaisant et anti dramatique à travers les émotions de cette jeune fille – dont la voix off double le récit avec ingénuité et malice – dans ses rapports avec la famille, l’éducation et les institutions politiques.

20Offrant des points communs avec la forme narrative de Raoul Ruiz, des années plus tard, en pleine dictature de Pinochet, Cristián Sánchez Garfías réalisa un récit étrange et ambigu dont le héros était aussi un adolescent : Los deseos concebidos (1982). Erre, un garçon expulsé de son lycée car mal adapté au système, erre dans sa vie sans but, sans une famille qui lui offre un modèle, avec un érotisme à fleur de peau et une dangereuse familiarité avec le monde de la pègre. Tous ces éléments sont présents dans d’autres œuvres intéressantes sur la question de l’adolescence dans le cinéma latino-américain, telles que Caín adolescente (Román Chalbaud, Venezuela, 1959), La Raúlito (Lautaro Murúa, Argentine, 1975), Julio comienza en julio (Silvio Caiozzi, Chili, 1977), Juliana (Fernando Espinoza et Alejandro Legaspi, Pérou, 1988).

Décadence et renaissance

21Les décennies 1980 et 1990 ne furent pas de belles années pour le cinéma latino-américain. Marquant le retour à la démocratie pour de nombreux pays, il faudra cependant attendre sa renaissance de longues années. Les politiques néo-libérales de 1990 – le démantèlement de Embrafilme au Brésil, par exemple – et la révolution audiovisuelle – le développement de la télévision par câble, la culture de la cassette vidéo, la fermeture de salles de cinéma – eurent un impact négatif sur le cinéma déjà fragile de cette époque ; de fait, au milieu des années 1990 la production de films sonores latino-américains fut au plus bas.

22Dans ce contexte, les films sur des adolescents ont été peu nombreux et, en général, leurs propositions esthétiques plutôt pauvres. Tel est le cas de l’un des films qui a fait le plus d’entrées à l’époque : La noche de los lápices (Héctor Olivera, 1986), où l’on peut se rendre compte des défaillances de certaines productions cinématographiques latino-américaines qui parlent des adolescents : les figures emblématiques l’emportent sur les personnages.

23Olivera, en dressant le portrait de lycéens disparus durant la dictature militaire en Argentine, insiste dans son film sur leur statut de pauvres victimes innocentes – qui peut ne pas être touché par leur sort et par les tortures féroces qu’on leur a infligées ? – laissant en simple toile de fond leur vie comme sujets historiques engagés politiquement. Le sujet y est traité non pas en profondeur ou dans sa globalité, mais de façon fragmentaire et superficielle.

24Le cinéma latino-américain est, peu à peu sorti, de cette crise grâce aux nouvelles lois qui ont impulsé des politiques plus complètes d’aide à la production et à la promotion et aussi grâce aux nouvelles possibilités qu’offre le numérique, entre autres. Ainsi, l’industrie cinématographique a vécu une croissance régulière jusqu’à nos jours et de fait, les chiffres montrent qu’actuellement la production de films est la plus importante de tous les temps en Amérique latine.

25Cette croissance se voit dans le nombre et dans la qualité des films qui traitent l’adolescence. Comment expliquer qu’autant de films sur l’expérience de l’adolescence voient le jour ?

26Depuis quelques années, de très nombreux jeunes intègrent l’industrie cinématographique. Après leurs études dans des écoles de cinéma, ces jeunes réalisent leur premier film assez rapidement, à des âges finalement assez proches des problématiques adolescentes. Actuellement, dans les classes moyennes et dans les classes aisées, dont sont issus la plupart des nouveaux réalisateurs, l’adolescence se prolonge dans bien des cas jusqu’à 25 ans.

27Il faut également prendre en compte le fait qu’il est actuellement plus facile de parler librement de sexe – problématique centrale de l’adolescence – et que les minorités sexuelles ont davantage de droits, comme le mariage homosexuel et les lois sur l’identité sexuelle et, de plus, dans les écoles et au sein des familles l’éducation sexuelle semble plus ouverte et moins empreinte de préjugés.

28Le traumatisme après la période de violence des années 1970 et 1980 ainsi que l’impact des crises économiques des années 1990 peuvent également constituer une explication. Chacun de ces conflits a produit un manque d’espoir en l’avenir, qui s’est concrétisé dans une augmentation de l’émigration et dans une anomie sociale. C’est ce qui a entraîné, ces dernières années, une remise en question des valeurs de progrès de la Modernité qui avaient offert des perspectives solides de futur prometteur. Dans ce contexte, le monde de l’adolescence peut s’appréhender comme un terrain fertile pour des histoires qui parlent d’un futur incertain.

29De plus, lorsqu’ils sortent des écoles de cinéma, les nouveaux réalisateurs voient dans certaines caractéristiques de la subjectivité des adolescents un matériau propice à l’expérimentation formelle, une possibilité d’appliquer leurs connaissances des potentiels du langage cinématographique. Ils cherchent ainsi à créer une corrélation entre les états d’âme changeants des adolescents et la recherche formelle : mouvements vertigineux de caméra, gros plans, ralentis, utilisations de formats vidéo, 16 mm, téléphonie mobile.

30On en appelle actuellement à une poétique du moi adolescent, à l’expression de sa subjectivité grâce au langage écrit – écriture de journaux intimes et de blogs –, grâce à la manifestation de ses pensées en off et à une modification du point de vue sonore – utilisation d’écouteurs par exemple. Par ces procédés, on cherche à assumer le point de vue de l’adolescent, dans certains cas à travers une focalisation interne variable, comme dans Voy a explotar (Gerardo Naranjo, 2008), où le récit change constamment de point de vue.

Voy a explotar (2008) de Gerardo Naranjo

Voy a explotar (2008) de Gerardo Naranjo

Forme et fond

31Dans les films latino-américains contemporains qui traitent la question de l’adolescence, on peut repérer certaines récurrences formelles et thématiques caractéristiques de cette période :

L’absence du père

32De façon symptomatique, dans de nombreux films la figure du père – et dans certains cas de la mère – est absente soit cause d’une mort, d’une séparation ou d’un abandon, ce qui structure la trame du récit. Dans ces films, les jeunes déambulent, perdus, sans but. Cette absence sert de catalyseur à ces histoires, comme dans les longs-métrages mexicains Después de Lucía (Michel Franco, 2012), un film intéressant de terreur psychologique sur le sujet du harcèlement scolaire, et Lake Tahoe (Fernando Eimbcke, 2008), où la désorientation d’un adolescent après la perte de son père trouve une corrélation formelle dans le minimalisme caractéristique du réalisateur.

33Fernando Eimbcke est un des réalisateurs latino-américains qui sait transcrire le mieux les aspirations, les désillusions, les confusions et les désirs des adolescents d’aujourd’hui. C’est ce qu’il a fait dans son premier film brillant Mexican Kids (Temporada de patos, 2004) et dans son dernier Club Sándwich (2013), où il réussit à combiner humour et profondeur des sentiments, à un rythme lent mais toujours juste.

34D’autres films récents qui traitent la même problématique sont : B-Happy (Gonzalo Justiniano, 2003), Tatuado (Eduardo Raspo, 2005), Ruido (César Rodríguez, 2006), Pièces détachées (Partes usadas, Aarón Fernández, 2007), La hora de la siesta (Sofía Mora, 2009), Tanta agua (Ana Guevara et Leticia Jorge, 2012), Il Futuro (Alicia Scherson, 2013), El lugar del hijo (Manolo Nieto, 2013).

Temporada de patos (2004) de Fernando Eimbcke

Temporada de patos (2004) de Fernando Eimbcke

Dysfonctionnement familial

35Même s’ils ne sont pas physiquement absents, des parents qui n’assument pas leur rôle de guide font naître chez les adolescents un sentiment d’égarement et de désorientation. Un exemple très connu est celui de La ciénaga (Lucrecia Martel, 2001), où des parents inexistants laissent aller leurs enfants à la dérive, à la merci d’une réalité menaçante. Cette situation s’exprime formellement de façon magistrale à travers une trame narrative ténue où le conflit central se dilue et se dilate à chaque instant.

36Un autre film argentin a exprimé de façon brillante l’impact chez les adolescents de l’anomie au sein de la famille : Rapado de Martín Rejtman (1992-1996). Ce premier film a beaucoup marqué les réalisateurs du Nouveau cinéma argentin par son style dépouillé pour décrire l’aboulie des jeunes ; il a cependant été mal jugé par les autorités cinématographiques qui l’ont qualifié de film “sans intérêt” – ce qui lui a valu de ne pas recevoir de subventions – car elles considéraient qu’il montrait une jeunesse sans horizon et sans idéaux.

Je ne trouve pas ma voie

37Si dans les années 1960 et 1970 les écrans se sont peuplés d’adolescents rebelles, violents et sans but, à la fin des années 1990 et au début du XXIe siècle, le manque d’entrain, l’apathie et l’ennui ont envahi les corps des jeunes. Le désenchantement, à cause d’un idéal d’avenir impossible à atteindre dans l’opacité présente du monde peu attrayant des adultes, s’est exprimé au cinéma parfois sous la forme de la tragédie, et d’autres sous celle de la sourdine du minimalisme.

3825 Watts (Juan Pablo Rebella et Pablo Stoll, 2001) et Nadar solo (Ezequiel Acuña, 2001) sont deux films produits à ce moment-là qui ont montré sans grand bruit comment le découragement avait envahi les jeunes latino-américains.

39Ce présent sans espoir a également eu des conséquences plus spectaculaires, dressant un portrait cru et abominable du monde de l’adolescence, souvent sous la forme d’une tragédie. C’est le cas des films colombiens Rodrigo D, no futuro (1990) et La vendedora de rosas (1998) de Víctor Gaviria, La Vierge des tueurs (La virgen de los sicarios, Barbet Schroeder, 2000) et Maria, pleine de grâce (María llena eres de gracia, Joshua Marston, 2004), le film mexicain Parfum de violettes (Perfume de violetas, nadie te oye, Maryse Sistach, 2000), le film brésilien La Cité de Dieu (Cidade de Deus, Fernando Meirelles, 2002), le film argentin El Polaquito (Juan Carlos Desanzo, 2003).

40Deux films mexicains récents ont traité le sujet de l’absence de futur des adolescents latino-américains en partant du drame de l’émigration, il s’agit de Sin nombre (Cary Joji Fukunaga, 2009) et de Rêves d’or (La jaula de oro, Diego Quemada-Diez, 2013) ; ce dernier a reçu des prix au niveau international.

Cidade de Deus (2002) de Fernando Meirelles

Cidade de Deus (2002) de Fernando Meirelles

L’Histoire vue par les adolescents

41Fréquemment, les réalisateurs parlent de l’adolescence en reconstituant une époque plus ou moins traumatisante dans un récit pris en charge par un narrateur adolescent qui en a été le témoin.

42C’est le cas du regard nostalgique d’Ernesto dans le film Un lieu dans le monde (Un lugar en el mundo, Adolfo Aristarain, 1992), de même pour la reconstitution des années les plus sombres de la dictature argentine que l’on découvre à travers les yeux de Harry, le pré-adolescent de Kamchatka (Marcelo Piñeyro, 2002) ; Benjamín Ávila optera pour une approche similaire dans son film Enfance clandestine (Infancia clandestina, 2012).

El último verano de la Boyita (2009) de Julia Solomonoff

El último verano de la Boyita (2009) de Julia Solomonoff

43Deux films récents reconstituent la crise économique en Équateur à la fin des années 1990 à travers le regard adolescent de Juan Pablo dans Feriado (Diego Araujo, 2014) et de Miguel dans Saudade (Juan Carlos Donoso Gómez, 2014) ; dans ces deux films apparaissent également les thématiques déjà évoquées : la dé-sorientation, l’émigration et l’absence de mère. De même, la traumatisante expérience péruvienne des années 1980 est reconstituée dans le film Viaje a Tombuctú (Rossana Diez Costa, 2014) à partir de l’histoire d’Ana et Lucho, et le passage de l’enfance à l’adolescence au milieu de la violence de ces années-là.

Le sexe chez les adolescents

44Comme nous l’avons évoqué plus haut, la plus grande liberté pour parler de sexe ainsi que l’acquisition de nouveaux droits en Amérique latine a une résonance dans le domaine cinématographique avec des histoires qui s’écartent du stéréotype et de la condamnation pour mieux porter un regard sans préjugés, où les formes de sexualité ne sont plus ni étanches ni stables.

XXY (2007) de Lucía Puenzo

XXY (2007) de Lucía Puenzo

45L’adolescence comme un moment propice pour l’exploration du sexe sans préjugés commence à se voir plus fréquemment dans les films de ces dernières années : ainsi dans Glue (Alexis dos Santos, 2006), Temporada de patos (Fernando Eimbcke, 2004), Ausente (Marcos Berger, 2011), Au Premier regard (Hoje Eu Quero Voltar Sozinho, Daniel Ribeiro, 2014), Joven y alocada (Marialy Rivas, 2012), ou bien Así (Jesús Mariano Lozano, 2005) ; la bisexualité et l’homosexualité se donnent à voir naturellement, comme un choix de plus. On ne parle plus ni de déviance, ni de culpabilité ni de confusion.

46L’intersexualité a également constitué une thématique ces dernières années. Dans le film XXY (2007) Lucía Puenzo raconte l’histoire d’Alexis qui se trouve, à 15 ans, confronté au dur dilemme de son identité sexuelle. De son côté, avec une dramaturgie moins incisive et beaucoup de douceur, Julia Solomonoff parle d’un sujet similaire dans Le Dernier été de la Boyita (El último verano de la Boyita, 2009), où le respect de la différence et les dangers de l’ignorance sont traités avec une grande profondeur poétique.

Lake Tahoe (2008) de Fernando Eimbcke

Lake Tahoe (2008) de Fernando Eimbcke
Haut de page

Bibliographie

Aguilar Gonzalo, Otros mundos. Un ensayo sobre el nuevo cine argentino, Santiago Arcos editor, Buenos Aires, 2010.

Bazin André, El cine de la crueldad, Mensajero, Bilbao, 1977.

Curiel de Icaza Claudia y Muñoz Hénonin Abel (Coordinadores), Reflexiones sobre cine mexicano contemporáneo, Cineteca Nacional, México, 2012.

Flores Silvana, El nuevo cine Latinoamericano y su dimensión continental. Regionalismo e integración cinematográfica, Imago Mundi, Buenos Aires, 2013.

Gaudreault Andre y Jost François, El relato cinematográfico. Cine y narratología, Paidós, Barcelona, 1995.

García Riera Emilio, Historia del cine mexicano, Secretaría de Educación Pública, México, 1986.

Tuñon Julia, «Adolescencia y cine en México (1954-1962). Modernizando al ángel caído”, en Archivos de la filmoteca: Revista de estudios históricos sobre la imagen, Generalitat Valenciana, Valencia, 2006.

Vieites María del Carmen (compiladora), Leopoldo Torre Nilson. Una estética de la decadencia, Museo del Cine Pablo C. Duckós Hicken, Grupo Editor Altamira, Buenos Aires, 2001.

Haut de page

Notes

1 Adolescencia, réalisé par Francisco Mugica, 1942.

2 Tuñón Julia, “Adolescence et cinéma au Mexique (1954-1962). L’ange déchu modernisé” dans Archivos de la filmoteca: Revista de estudios históricos sobre la imagen, Generalitat Valenciana, Valencia, 2006.

3 García Riera Emilio, Historia del cine mexicano, Secretaría de Educación Pública, México, 1986.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Lake Tahoe (2008) de Fernando Eimbcke
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1768/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Los Olvidados (1950) de Luis Buñuel
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1768/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre 25 Watts (2001) de Juan Pablo Rebella et Pablo Stoll
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1768/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Club Sándwich (2013) de Fernando Eimbcke
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1768/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Affiche pour B-Happy (2003) de Gonzalo Justiniano
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1768/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Voy a explotar (2008) de Gerardo Naranjo
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1768/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Temporada de patos (2004) de Fernando Eimbcke
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1768/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1768/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Cidade de Deus (2002) de Fernando Meirelles
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1768/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre El último verano de la Boyita (2009) de Julia Solomonoff
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1768/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre XXY (2007) de Lucía Puenzo
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1768/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Lake Tahoe (2008) de Fernando Eimbcke
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1768/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 234k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ernesto Babino, « L’adolescence dans le cinéma latino-américain », Cinémas d’Amérique latine, 23 | 2015, 4-17.

Référence électronique

Ernesto Babino, « L’adolescence dans le cinéma latino-américain », Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 23 | 2015, mis en ligne le 28 décembre 2016, consulté le 28 mai 2017. URL : http://cinelatino.revues.org/1768 ; DOI : 10.4000/cinelatino.1768

Haut de page

Auteur

Ernesto Babino

Titulaire d’une Licence en Sciences de la Communication (Université de Buenos Aires-UBA), et d’un master en Sciences Sociales (UBA), Ernesto Babino est en études doctorales en art contemporain Latino-Américain (Université Nationale de La Plata). Il est responsable des séminaires “Cinéma argentin actuel : des années 1960 jusqu’à nos jours” et “Cinéma, culture et société en Amérique latine” dans le master Études de cinéma et de théâtre argentins et latino-américains (UBA). Il a contribué à l’ouvrage collectif Personnalité du cinéma latino-américain, publié par l’Institut Européen de Culture (Bucarest, 2006), avec une étude sur le Nouveau cinéma argentin. Journaliste et critique de cinéma, il publie dans des revues nationales et internationales.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org