Navigation – Plan du site
Éditorial

L’âge des possibles

Francis Saint-Dizier
p. 3
Traduction(s) :
La edad de lo posible

Texte intégral

1Pour parler de cette période de la vie entre l’enfance et l’âge adulte, les langues latines utilisent deux mots: jeunesse et adolescence.

2Le plus ancien, jeunesse, décrit cette période de la vie où le groupe générationnel des jeunes expérimente, pendant la formation, des actes qui ne seront plus aussi facilement acceptés à l’âge adulte, âge de raison! Le langage populaire traduit bien ce sens dans ses formules : “les voyages forment la jeunesse, il faut que jeunesse se passe…” C’est une description synchronique.

3Le plus récent, adolescence (étymologiquement : en devenir), traduit la forme du passage de l’enfance à l’âge adulte comme le souligne la notion de rite de passage des peuples autochtones. C’est une description diachronique.

4Le cinéma, en Amérique latine mais aussi dans les autres pays, s’est emparé de la diachronie et de la synchronie de cette période de la vie pour la déplier, la montrer, l’illustrer, l’analyser, la rendre tragique et poétique. Cette appropriation semble évidente si l’on se souvient que l’art cinématographique est une savante mixture entre l’arrêt et le mouvement, entre la synchronie et la diachronie ; comme aimait à le rappeler Raúl Ruiz, la pellicule argentique du 35 mm le matérialisait bien avec ses 24 images par seconde. La rencontre entre les jeunes et le cinéma était, en ce sens, obligatoire et prédestinée.

5Dans l’histoire des cinématographies latino-américaines, de très grandes œuvres universelles sur ce thème ont été très précoces: Los olvidados de Luis Buñuel est sorti en salles en 1950 et a été récompensé à Cannes, en 1951 (Prix de la mise en scène), soit cinq ans avant La Fureur de vivre (Rebel Without a Cause) de Nicholas Ray qui est souvent, dans la mémoire collective, le film emblématique des teenagers, sorti en 1955.

6Pour ce 23e numéro de notre revue, nous avons demandé à nos correspondants, critiques, historiens du cinéma, universitaires et chercheurs pour l’essentiel latino-américains de déplier à travers la riche cinématographie du continent les différentes facettes de la jeunesse et de l’adolescence. Ils exposent ici, après un premier article montrant le riche panorama de ce thème dans les œuvres de tous les réalisateurs du Mexique à la Patagonie, leurs visions sur trois axes :

  • La construction de l’identité dans le passage vers l’âge adulte ;

  • La période des souffrances dans les conflits familiaux et face à l’avenir difficile ;

  • La rébellion, la remise en question des normes anciennes et la recherche d’un nouvel art de vivre.

7Dans ces articles, de très nombreux films sont analysés car ils sont pour nous tous la matière première de notre réflexion.

8Le choix du titre : L’âge des possibles fait écho à la phrase de Jean Jaurès qui en 1903 dans son discours à la jeunesse disait : “La jeunesse est l’avenir de l’humanité”. Dans le monde occidental contemporain sécuritaire et assurantiel, la société des adultes l’a souvent oublié.

9Heureusement, le cinéma nous le rappelle toutes les semaines ! Et les cinéastes latino-américains ne sont pas les derniers à le faire !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francis Saint-Dizier, « L’âge des possibles », Cinémas d’Amérique latine, 23 | 2015, 3.

Référence électronique

Francis Saint-Dizier, « L’âge des possibles », Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 23 | 2015, mis en ligne le 28 décembre 2016, consulté le 19 août 2017. URL : http://cinelatino.revues.org/1749

Haut de page

Auteur

Francis Saint-Dizier

Directeur de la publication

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org