Navigation – Plan du site
Cuba : 50 ans de l’ICAIC

Lettre de démission à l’Institut Cubain d’Art et d’Industrie Cinématographiques (ICAIC)

Tomás Gutiérrez Alea
Traduction de Aurélie Werwilghen
p. 176
Cet article est une traduction de :
Carta de dimisión al Instituto Cubano de Arte e Industria Cinematográficos (ICAIC)

Notes de la rédaction

Traduit de l’espagnol (Cuba) par Aurélie Werwilghen

Lettre publiée dans Volver sobre mis pasos, de Tomás Gutiérrez Alea et Mirta Ibarra, Ediciones Autor, Madrid, 2007, p. 76-77

Texte intégral

Tomás Gutiérrez Alea, 1962

Tomás Gutiérrez Alea, 1962

À L’ATTENTION DU CONSEIL DE DIRECTION DE L’ICAIC
La Havane, 3 juin 1961

1Par la présente, je vous fais part de ma décision de renoncer au poste de Conseiller de cet Institut.

  • 1 PM, documentaire de Sabá Cabrera Infante et Orlando Jiménez Leal (1961), a signifié la fin de la co (...)

2Hormis d’autres raisons dont je suis prêt à discuter le cas échéant, voici celle qui est à l’origine de cette décision : à la suite des problèmes suscités autour du film PM1 et de la mise en place de son interdiction, l’ICAIC a rédigé un communiqué officiel où il exposait les motifs de cette interdiction et l’intérêt qu’il avait à rendre publics les faits et le bien-fondé de leurs points de vue. Ce communiqué a été lu avant la projection du film à des membres de l’Association des Artistes et des Écrivains.

3Indépendamment du fait que l’on peut être d’accord ou non avec les raisons de ce communiqué, une circonstance m’empêche d’en assumer la responsabilité et de continuer à occuper le poste qui est le mien actuellement. Étant l’une des personnes de la commission de l’ICAIC qui a vu le film et qui en a donné son opinion, faisant partie de la Direction de cet Institut et m’étant impliqué personnellement pour que ces problèmes ne nuisent pas davantage à la Révolution, j’estime que les camarades de la Direction auraient dû prendre en compte mon avis au moment de rédiger le communiqué et de concevoir la politique qu’allait suivre l’ICAIC officiellement lors de la réunion de l’Association des Artistes et des Écrivains.

4Au contraire, j’ai été exclu des discussions qui abordaient le problème du communiqué et la définition de la politique à suivre. Nous observons ici à nouveau les préjugés et les méfiances que l’on a si souvent dénoncés et qui nuisent fortement à la cause que nous défendons tous avec conviction. La méthode employée et ses motivations sont totalement inacceptables. Un camarade dont la conduite est irréprochable vis-à-vis de la Révolution ne doit pas être tenu hors de cette discussion. Si j’ai eu parfois des doutes ou des contradictions, toujours, avant d’agir, j’ai manifesté le désir de les clarifier en discutant avec d’autres camarades, et c’est toujours la raison qui m’a amené à accepter le point de vue qui m’a paru le plus juste. Ainsi donc, ma conduite et mes interventions publiques n’ont jamais été en contradiction avec la politique mise en place par le secteur révolutionnaire avec lequel j’ai toujours travaillé, depuis plus de dix ans. On ne peut parler, par conséquent, d’une attitude hésitante. La seule différence que l’on peut observer entre cette attitude et celle d’autres camarades, c’est que si j’ai été amené à tout accepter, c’est parce que j’étais convaincu ; je n’ai jamais suivi aveuglément les opinions des autres. Certains camarades de la Direction le savent parfaitement. Il est donc d’autant plus inexplicable qu’ils aient accepté ma mise à l’écart de ces problèmes et qu’ils en aient évité une discussion plus approfondie. Cette attitude, sincèrement, ne me garantit pas qu’ils aient été réellement convaincus par les raisons qu’ils ont alléguées pour agir de la sorte.

5Il est regrettable que ces choses se soient produites à un moment où les problèmes de fond qui existent à l’intérieur de l’Institut semblaient se résoudre, problèmes qui sont en grande partie le fruit de préjugés, de méfiances et de suspicions. Il est évident que je ne confonds pas la conduite de certains camarades avec le véritable esprit de la Révolution. Par conséquent, je tiens à signaler qu’en aucune façon la conduite de ces camarades ne m’incitera à commettre des actes desquels pourrait dériver le moindre préjudice à la Révolution. Par conséquent, je ne renonce pas à faire des films. Je pense qu’en définitive cette activité, toute modeste qu’elle soit, me permettra certainement d’apporter à la Révolution une contribution plus effective et moins théorique que la fonction bureaucratique que j’exerçais jusqu’à présent.

Cordialement,
Tomás Gutiérrez Alea

Avec le Che pendant le tournage de Historias de la revolución (1960)

Avec le Che pendant le tournage de Historias de la revolución (1960)
Haut de page

Notes

1 PM, documentaire de Sabá Cabrera Infante et Orlando Jiménez Leal (1961), a signifié la fin de la concorde entre les intellectuels et le gouvernement révolutionnaire.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tomás Gutiérrez Alea, 1962
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1740/img-1.png
Fichier image/png, 309k
Titre Avec le Che pendant le tournage de Historias de la revolución (1960)
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1740/img-2.png
Fichier image/png, 227k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tomás Gutiérrez Alea, « Lettre de démission à l’Institut Cubain d’Art et d’Industrie Cinématographiques (ICAIC) », Cinémas d’Amérique latine, 17 | 2009, 176.

Référence électronique

Tomás Gutiérrez Alea, « Lettre de démission à l’Institut Cubain d’Art et d’Industrie Cinématographiques (ICAIC) », Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 17 | 2009, mis en ligne le 06 novembre 2015, consulté le 24 mai 2017. URL : http://cinelatino.revues.org/1740 ; DOI : 10.4000/cinelatino.1740

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org