Skip to navigation – Site map
Cuba : 50 ans de l’ICAIC

Une mémoire cubaine du monde

Alice de Andrade
Translated by Ana Saint-Dizier
p. 163-168
This article is a translation of:
Memória cubana do mundo

Abstracts

A Revolução Cubana completa 50 anos no dia 1º de janeiro de 2009, e sua primeira instituição cultural criada foi o ICAIC (Instituto Cubano de Arte e Indústria Cinematográficas), como arma de fortalecimento e difusão dos ideais revolucionários. Sob a direção de Alfredo Guevara, mestres como Cesare Zavattini, Joris Evans, Jean-Luc Godard e outros formaram competentes jovens cineastas. Alguns, dirigidos por Santiago Álvarez, registraram não só em Cuba, mas através do mundo, os principais acontecimentos do século 20, especialmente os de caráter revolucionário, como, por exemplo, a Revolução dos Cravos em Portugal, as guerras de independência na África e as guerrilhas latino-americanas. Criaram-se assim cerca de 1.500 pequenos cine-jornais semanais, os chamados Noticieros, de inestimavel valor cultural e histórico. Para o povo cubano, constituíram durante décadas a principal fonte de entretenimento e informação. Tais preciosos documentos, candidatos a integrarem a Memória do mundo da UNESCO, estão agora em estado precário de conservação, e se perdendo por completo caso medidas urgentes não forem tomadas para recuperá-los. Alice de Andrade, que acaba de finalizar o projeto de preservação das obras de seu pai, trabalha atualmente para a salvação dos Noticieros ICAIC Latino-americanos.

Top of page

Editor's notes

Traduit du portugais (Brésil) par Ana Saint-Dizier

Full text

De gauche à droite : Daniel Díaz, Santiago Álvarez, Raúl Pérez Ureta et Iván Nápoles au Vietnam, fin des années 1960

De gauche à droite : Daniel Díaz, Santiago Álvarez, Raúl Pérez Ureta et Iván Nápoles au Vietnam, fin des années 1960

1Le premier janvier 2009, la Révolution cubaine a fêté ses 50 ans. Ce n’est pas un hasard si la toute première institution créée par le gouvernement fut l’Institut Cubain de l’Art et de l’Industrie Cinéma-tographiques, l’ICAIC, avec pour mission de réinventer le cinéma et d’en faire une arme pour la construction d’une société juste, souveraine et solidaire des autres pays pauvres de la planète.

2Les futurs cinéastes cubains étaient de jeunes écrivains, poètes ou autres intellectuels qui avaient rejoint la lutte clandestine contre le régime sanguinaire de la dictature et qui n’avaient aucune expérience dans le cinéma. Grâce aux conseils généreux de maîtres comme Cesare Zavattini, Joris Ivens et d’autres, ils apprirent sur le tas. Ils faisaient un cinéma réaliste, néo-réaliste, qui les poussa à mieux connaître leur pays, à le redécouvrir et à le faire connaître aux Cubains et au reste du monde. Le cinéma cubain des premiers temps était en quête de l’essence des Cubains, de l’essence de ce pays en pleine transformation structurale et radicale, qui était en train de devenir le Cuba qui fit rêver et vibrer trois générations.

3À ses débuts, Alfredo Guevara, directeur de l’ICAIC, lança un appel national à candidature ouvert à tous ceux qui étaient intéressés par la technique de l’audiovisuel ou en avaient quelque connaissance, et investit largement dans la formation. Dans un premier temps, personne n’était rémunéré, alors, de temps en temps, il invitait les candidats à déjeuner et ainsi se constitua peu à peu une grande famille autour du cinéma.

Hanói, martes 13 (1967), de Santiago Álvarez

Hanói, martes 13 (1967), de Santiago Álvarez

4L’idée de créer un ciné-journal révolutionnaire de périodicité hebdomadaire vient de Fidel Castro lui-même. Alfredo Guevara réalisa les premières éditions mais, affairé sur de multiples fronts, il délégua rapidement cette tâche à Santiago Álvarez, qui avait géré avec compétence et dynamisme la société culturelle Nuestro Tiempo (noyau de résistance à la dictature de Batista où militaient notamment Alfredo Guevara, Tomás Gutiérrez Alea, José Massip, Julio García Espinosa). Il fut le réalisateur, très apprécié du public cubain, des Noticieros ICAIC Latinoamericanos de 1960 à 1990.

5Sans aucune expérience dans le cinéma, mais fort d’une intuition, d’un charisme et d’une aptitude à diriger extraordinaires, Santiago Álvarez comprit rapidement que, compte tenu des moyens précaires de l’ICAIC et de la nature même du cinéma (qui ne permet pas de retransmettre les informations en direct), il fallait transcender les faits et rechercher une façon dynamique et artistique de présenter un mélange d’actualités régionales et internationales. Santiago et son équipe inventèrent un style audacieux, iconoclaste et très original de faire du ciné-journalisme, toujours ouvertement imprégné de propagande politique.

6Au début, les équipes du Noticiero, formées de jeunes guérilleros de l’image, se lancèrent dans les rues de La Havane, dans les provinces intérieures et de par le monde avec des caméras rudimentaires et des restes de pellicule vierge. Présents partout où pointaient des promesses révolutionnaires, trente ans durant, ils filmèrent avec audace et courage guerres, révoltes populaires, révolutions et coups d’État, en plus des portraits de grands artistes. C’est ainsi qu’ils apprirent à faire du cinéma.

Julio Batista Delgado, la “voix” des Noticieros (narrateur), entre 1960 et 1964

Julio Batista Delgado, la “voix” des Noticieros (narrateur), entre 1960 et 1964

79 Primaveras (1969), documentaire de Santiago Álvarez

79 Primaveras (1969), documentaire de Santiago Álvarez

7On dit que les expérimentations de Santiago Álvarez et le talent de son équipe sont à l’origine de l’animation photo et du vidéo-clip. Le concept de Now! est né dans un Noticiero et fut apprécié par le public cubain avant de devenir un classique du cinéma mondial. Ainsi sont nés quantité de documentaires primés internationalement : Ciclón (Cyclone), Hanói martes 13 (Hanoi, Mardi 13), 79 primaveras (79 Printemps), Hasta la Victoria Siempre (Jusqu’à la victoire)… Ces documentaires sont tous des “monothématiques” qui font partie des 1 493 éditions de dix minutes que le Noticiero a produites.

8Au fur et à mesure et sans s’en rendre compte, ils écrivirent une autre histoire du xxe siècle grâce aux rapports intimes qu’ils entretenaient avec les causes révolutionnaires. Les Cubains, faisant preuve de la même audace et désinvolture, se rendaient religieusement et massivement au cinéma chaque semaine pour voir le Noticiero. Il n’était pas rare de voir la salle se vider quand commençait le long-métrage de fiction car une partie du public allait au cinéma uniquement pour voir le Noticiero, et certains attendaient le début de la séance suivante pour le revoir.

9La Révolution des Œillets au Portugal, l’ascension au pouvoir et la chute de Salvador Allende au Chili, la répression au Brésil, en Argentine, au Venezuela, la campagne de Che Guevara au Congo et en Bolivie, les guerres d’indépendance en Afrique, les différentes étapes de la Guerre du Vietnam et la victoire vietnamienne, la libération du Cambodge, la découverte du génocide et des horreurs du régime de Pol Pot. À Cuba, l’impressionnante campagne d’alphabétisation, l’invasion de Playa Girón dans la Baie des Cochons par les contre-révolutionnaires, la crise des missiles en 1962, l’échec de l’immense effort que supposa la Zafra de los 10 millones (le gouvernement cubain avait pour objectif une récolte de canne à sucre de 10 millions de tonnes en 1970)… Tous ces sujets sont autant de sujets consignés par les Noticieros en 35 mm et sont rythmés par des bandes son exceptionnelles, agrémentées de grands succès piratés provenant des quatre coins de la planète !

La journaliste Marta Rojas au Vietnam, vers 1966

La journaliste Marta Rojas au Vietnam, vers 1966

10Quand l’homme marcha sur la Lune, les images télévisées américaines – captées par les immenses antennes cubaines qui enregistraient nuit et jour les émissions yankees – inondèrent les écrans de cinéma, au rythme de la chanson Because des Beatles. C’est grâce à l’audace de Santiago Álvarez que Cuba découvrit les Liverpool boys, dont la musique était interdite sur l’île. De la même manière, les Rolling Stones et Pink Floyd ont contribué, grâce au Noticiero, à adapter et élargir le concept de “révolution” sur l’île.

11Alfredo Guevara apportait personnellement son tourne-disque à l’ICAIC pour former ses équipes. C’est à son initiative que s’est créé le Groupe d’Expérimentation Sonore de l’ICAIC qui donna à Pablo Milanés, Silvio Rodríguez et Leo Brouwer, entre autres, les conditions de travail nécessaires au développement de leur musique, à l’abri des critiques et des représailles des secteurs réactionnaires du Parti. Les Noticieros ont aussi consigné cette histoire et les carrières de nombreux artistes importants.

12Affirmer que les Noticieros ont servi d’école au cinéma cubain est un lieu commun mais force est de constater qu’ils ont formé de brillants cinéastes comme Tomás Gutiérrez Alea, Pastor Vega, Daniel Díaz Torres et Fernando Pérez, sans oublier Santiago Álvarez lui-même qui, commençant sa carrière à 44 ans, a construit une œuvre fondamentale et extrêmement utile. Les Noticieros ont également formé de grands directeurs de photographie, d’excellents monteurs et techniciens du son. Même si à leurs débuts, les équipes du Noticiero travaillaient avec des caméras anciennes (qui servaient accessoirement d’armes létales pour se protéger de l’ennemi dans les situations de guerre) ou avec les énormes et très bruyantes Komba soviétiques qui rendaient impossible tout enregistrement de son direct, il n’en reste pas moins que, petit à petit, le cinéma s’est imposé comme quelque chose d’important pour l’État. Alors, le matériel de tournage fut modernisé et adapté. Il manquait peut-être des vivres à Cuba, mais sûrement pas de la pellicule vierge.

13L’ICAIC devint alors peu à peu un des pôles de production cinématographique les plus importants d’Amérique latine. Il s’équipe d’un laboratoire d’excellente qualité et de matériel d’effets spéciaux des plus modernes, de studios de tournage et de son, d’une phonothèque... On construisit une cinémathèque parmi les plus riches et les mieux organisées de son époque, dotée d’une collection enviable et d’une documentation littéraire et photographique immense, avec un système de stockage des films doté d’un contrôle de température et d’humidité.

Santiago Álvarez et l’équipe de Noticieros filment le tremblement de terre au Pérou en 1970

Santiago Álvarez et l’équipe de Noticieros filment le tremblement de terre au Pérou en 1970

Iván Nápoles opérateur de Noticieroset l’un des fondateurs de l’ICAIC, avec Marcelo (son assistant)

Iván Nápoles opérateur de Noticieroset l’un des fondateurs de l’ICAIC, avec Marcelo (son assistant)

Photo : Alice de Andrade

14Avec la création du Festival del Nuevo Cine Latinoamericano, qui compte trente éditions sans interruption, La Havane est devenue un point de rencontre des cinématographies latino-américaines, un forum de développement de coproductions, dont nombre d’entre elles reçoivent l’appui de l’ICAIC (en particulier pour la post-production). C’est dans ce contexte qu’est créée la Fundación del Nuevo Cine Latinoamericano, présidée par Gabriel García Márquez, qui conçut et créa d’une part l’Escuela Internacional de Cine y Televisión (EICTV), une des écoles les plus réputées au monde (où j’ai eu la chance d’étudier), et d’autre part le Programme Ibermedia, pour ne citer que quelques-unes des initiatives qui rendirent possibles et fortes nos cinématographies.

15Pendant longtemps, la Cinémathèque cubaine conserva les copies originales des 1 493 éditions des Noticieros, et des centaines de longs-métrages, de documentaires, de courts-métrages de fiction et d’animation, de l’excellente production nationale mais aussi d’une part significative de la production latino-américaine. Le laboratoire et les archives filmiques cubains contrôlaient périodiquement les copies, faisaient des copies de sécurité si nécessaire et des copies sous-titrées des films qu’ils échangeaient régulièrement avec d’autres cinémathèques.

16Mais, depuis l’effondrement du bloc soviétique dans les années 1990, Cuba a sombré dans la pire crise économique de son histoire, qui dure depuis déjà vingt ans. Avec pour conséquence directe une pénurie de pellicule pour filmer les Noticieros ou pour assurer la conservation des films, des coupures d’électricité qui empêchent le contrôle de température des dépôts. Les films sont désormais menacés, car les images et les sons fixés par une couche de sels d’argent et de gélatine sont une matière vivante, périssable et mutante, déposée sur des bases transparentes chimiquement instables. Dans un pays tropical, dominé par la chaleur, l’humidité et l’influence maritime, la dégradation des copies de films est inéluctable et rapide.

17Cette tragique chronique d’une mort annoncée suit son cours dans les dernières décennies, sans tambours ni trompettes, mais chaque semaine Cuba perd d’innombrables films. La fièvre du numérique a laissé croire que le simple transfert d’une œuvre audiovisuelle sur support DVD assurait sa survie, ce qui n’a en rien contribué à la prise de conscience du désastre et à la mise en œuvre d’actions efficaces pour sauver de ce patrimoine.

Hanói, martes 13 (1967), de Santiago Álvarez

Hanói, martes 13 (1967), de Santiago Álvarez

Hanói, martes 13 (1967), de Santiago Álvarez

Hanói, martes 13 (1967), de Santiago Álvarez

18Ceux qui ont eu l’opportunité d’assister à une séance affichant complet dans l’une des meilleures salles de projection de l’île savent combien le public cubain entretient avec le cinéma une relation privilégiée et singulière. Je pense que le public cubain est le meilleur public du monde. Sans doute parce qu’il contemple depuis trente ans sa propre image en 35 mm sur des écrans énormes, avec une qualité sonore excellente, et parce que le cinéma est sa principale fenêtre ouverte sur le monde pour appréhender les réalités et les émotions d’autres cultures, toute l’année durant, à des prix modiques, le Cubain est devenu le plus cinéphile des spectateurs de la planète. Il s’agit d’une cinéphilie instinctive, émotionnelle et très peu intellectualisée, qui permet aux Cubains de commenter haut et fort ce qui se passe dans le film, sans timidité ni retenue, car ils vivent pleinement ces histoires, sur le moment. C’est ce qui leur a permis d’inventer des concepts merveilleux comme celui de la “fin à la russe” qui désigne les films qui se terminent de but en blanc, sans raison apparente, comme si les scénaristes n’avait pas trouvé de meilleure chute ou que les réalisateurs ou les producteurs avaient opté pour une fin “artistique” ou “radicale”.

19Bien que les technologies numériques soient des outils importants pour la restauration et la diffusion du cinéma, face à des supports, formats ou équipements devenus obsolètes, la guerre de la concurrence industrielle a rendu excessivement coûteuse et risquée toute initiative de conservation au moyen de technologies numériques de haute définition. De plus, une image en DVD a une qualité infiniment inférieure à la pire des images en 35 mm. “Préserver” un film en DVD, c’est à peu près comme photocopier une photo de la Joconde, ranger la copie dans un tiroir et attendre que l’image s’efface avec le temps.

20En juillet 2008, avec le soutien de la Fédération Internationale des Archives Filmiques (FIAF), de l’UNESCO et du Programme Ibermedia, sept des meilleurs spécialistes en matière de conservation et de restauration cinématographiques ainsi que 35 stagiaires latino-américains, en majorité cubains, se sont réunis pendant trois semaines au siège de l’Escuela Internacional de Cine y TV de San Antonio de los Baños, près de La Havane, pour analyser le matériel de la collection des Noticieros ICAIC Latinoamericanos et poser les bases d’une stratégie pour leur restauration et conservation. Cours théoriques exceptionnels, sessions d’analyse et de préparation des neufs éditions restaurées ensuite au Mexique (le laboratoire de l’ICAIC étant hors d’usage depuis 2005, malgré sa grande qualité), projections-débats de films restaurés se sont succédé... qui ont permis que se constitue un groupe de travail uni et profondément motivé.

Iván Nápoles et Santiago Álvarez

Iván Nápoles et Santiago Álvarez

Daniel Díaz Torres a commencé comme réalisateur de Noticieros

Daniel Díaz Torres a commencé comme réalisateur de Noticieros

Salvador Allende et Santiago Álvarez, Pérou, 1970

Salvador Allende et Santiago Álvarez, Pérou, 1970

21Il est apparu très clairement que la situation de la collection est des plus critiques : une grande partie du matériel des Noticieros est sur le point d’être perdue et il est urgent de les dupliquer sur pellicule, qui est actuellement le seul support de conservation fiable de notre patrimoine audiovisuel.

22La collection des négatifs des 1 493 éditions des Noticieros ICAIC Latinoamericanos est candidate en 2009 au Programme Mémoire du Monde de l’UNESCO. L’ICAIC et la Cinémathèque de Cuba sont actuellement en mesure de remettre en état les dépôts de films et le laboratoire cinéma pour qu’ils fonctionnent à nouveau. C’est une course contre le temps, une croisade urgente pour sauver cette vision cubaine de sa propre Révolution, du monde et du siècle.

23J’ai eu la chance de participer à cette aventure, d’être là au bon moment et au bon endroit. J’ai entrepris de numériser le matériel réuni, j’ai embauché le principal chef opérateur de Santiago Álvarez sur les tournages des Noticieros, le légendaire Iván Nápoles, qui est allé 17 fois au Vietnam filmer sous les bombardements, et nous avons fait ensemble une sorte de Buena Vista Social Club des Noticieros : un périple dans La Havane de 2008 à la recherche de ces hommes et femmes qui ont écrit cette autre histoire.

24Au moment où tous les regards sont braqués sur Cuba pour encenser ou critiquer la Révolution, qui célèbre son 50e anniversaire, nous voulons montrer au monde comment Cuba lui-même l’a perçue pendant ces trente années. J’espère sincèrement que la grandeur humaine de ces cinéastes et la force des images et des sons qu’ils ont produits contribueront à sauver ce trésor. J’espère aussi qu’elles inciteront le gouvernement cubain à entreprendre sans plus tarder le sauvetage de ce matériel audiovisuel, avec la même énergie qu’il mit naguère à le produire, réassumant ainsi son rôle pionnier au sein de la cinématographie mondiale, cette fois dans le domaine de la conservation et de la (diffusion) des patrimoines cinématographiques.

Joris Ivens et Santiago Álvarez, années 1960

Joris Ivens et Santiago Álvarez, années 1960

Iván Nápoles (opérateur de Noticieros), Jerónimo Labrada (ingénieur du son de Noticieros) Alice de Andrade et Marcelo (assistant du documentaire) au cinéma Chaplin, à La Havane, pendant le tournage de Memoria cubana del mundo

Iván Nápoles (opérateur de Noticieros), Jerónimo Labrada (ingénieur du son de Noticieros) Alice de Andrade et Marcelo (assistant du documentaire) au cinéma Chaplin, à La Havane, pendant le tournage de Memoria cubana del mundo
Top of page

List of illustrations

Title De gauche à droite : Daniel Díaz, Santiago Álvarez, Raúl Pérez Ureta et Iván Nápoles au Vietnam, fin des années 1960
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1734/img-1.png
File image/png, 136k
Title Hanói, martes 13 (1967), de Santiago Álvarez
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1734/img-2.png
File image/png, 51k
Title Julio Batista Delgado, la “voix” des Noticieros (narrateur), entre 1960 et 1964
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1734/img-3.png
File image/png, 34k
Title 79 Primaveras (1969), documentaire de Santiago Álvarez
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1734/img-4.png
File image/png, 131k
Title La journaliste Marta Rojas au Vietnam, vers 1966
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1734/img-5.png
File image/png, 70k
Title Santiago Álvarez et l’équipe de Noticieros filment le tremblement de terre au Pérou en 1970
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1734/img-6.png
File image/png, 168k
Title Iván Nápoles opérateur de Noticieroset l’un des fondateurs de l’ICAIC, avec Marcelo (son assistant)
Credits Photo : Alice de Andrade
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1734/img-7.png
File image/png, 152k
Title Hanói, martes 13 (1967), de Santiago Álvarez
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1734/img-8.png
File image/png, 54k
Title Hanói, martes 13 (1967), de Santiago Álvarez
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1734/img-9.png
File image/png, 38k
Title Iván Nápoles et Santiago Álvarez
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1734/img-10.png
File image/png, 69k
Title Daniel Díaz Torres a commencé comme réalisateur de Noticieros
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1734/img-11.png
File image/png, 67k
Title Salvador Allende et Santiago Álvarez, Pérou, 1970
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1734/img-12.png
File image/png, 161k
Title Joris Ivens et Santiago Álvarez, années 1960
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1734/img-13.png
File image/png, 65k
Title Iván Nápoles (opérateur de Noticieros), Jerónimo Labrada (ingénieur du son de Noticieros) Alice de Andrade et Marcelo (assistant du documentaire) au cinéma Chaplin, à La Havane, pendant le tournage de Memoria cubana del mundo
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1734/img-14.png
File image/png, 80k
Top of page

References

Bibliographical reference

Alice de Andrade, « Une mémoire cubaine du monde », Cinémas d’Amérique latine, 17 | 2009, 163-168.

Electronic reference

Alice de Andrade, « Une mémoire cubaine du monde », Cinémas d’Amérique latine [Online], 17 | 2009, Online since 06 November 2015, connection on 29 June 2017. URL : http://cinelatino.revues.org/1734 ; DOI : 10.4000/cinelatino.1734

Top of page

About the author

Alice de Andrade

Née à Rio de Janeiro en 1964. Elle a travaillé comme assistante de direction de Joaquim Pedro de Andrade, John Boorman, Ruy Guerra, Walter Lima Jr., André Téchiné, Pascal Bonitzer et Carlos Diegues, entre autres. Elle a ensuite suivi une formation de scénariste à l’Ecole Internationale de Cinéma et Télévision de San Antonio de los Baños à Cuba (1990-1992), et depuis, elle a écrit et réalisé une dizaine de courts et moyens métrages. Le documentaire Luna de miel, tourné à Cuba, a obtenu le Prix coral lors du Festival du Nouveau Cinéma Latino-américain de La Havane (1993). Dente por dente (fiction, 1994) a gagné les prix de la Meilleure direction et du Meilleur scénario au Festival de Brasilia en 1994, puis a été présenté à Cannes en 2000. Son documentaire Le Pari Burkinabé (1999) a été désigné Meilleur moyen-métrage lors du Premier Festival de Vidéo et Cinéma de l’Environnement au Brésil (1999). Son premier long-métrage de fiction, O Diabo a quatro (2004), s’est vu décerner plus d’une dizaine de prix. Entre 2003 et 2007, Alice fut la coordinatrice technique d’un projet visant la restauration en haute définition de l’œuvre complète de son père, le cinéaste brésilien Joaquim Pedro de Andrade, soit 6 longs-métrages et 8 courts-métrages. En 2007, Alice a dirigé Histórias cruzadas, un documentaire de 52 min sur la renaissance de l’œuvre de son père. Cette année, elle présente à Toulouse Memória cubana do mundo, documentaire de 70 min consacré aux Noticieros ICAIC latino-américains et aux hommes et femmes qui les ont réalisés.

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org