Navigation – Plan du site

Extérieur - La Croisette – jour

Enrique Fernández
Traduction de Michèle Duffau
p. 140-144
Cet article est une traduction de :
Exterior – La Croisette – día

Résumés

Quelques semaines avant d’achever la postproduction de El baño del Papa nous avons eu la surprise d’apprendre que le film était sélectionné pour participer au Festival de Cannes 2007. Cinq années s’étaient écoulées depuis l’obtention des premiers fonds accordés par la municipalité de Montevideo – 70 000 dollars – et nous avions surmonté toutes les difficultés qui auraient pu compromettre le résultat visible aujourd’hui sur les écrans. Ensuite, arriva la récompense énorme – et peut-être imméritée – qui m’a laissé un souvenir inoubliable et m’a donné conscience de faire partie d’un groupe merveilleux. Et aussi la certitude que j’étais prêt à donner cinq ans de plus de ma vie pour revivre la même expérience.

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduit de l’espagnol (Uruguay) par Michèle Duffau

Texte intégral

Ext - La Croisette - jour

1Alors que je mettais la dernière main à la postproduction de El baño del Papa, je n’avais, comme dans les étapes précédentes, qu’une seule préoccupation : être à la hauteur des exigences de la tâche et réussir, grâce à l’effort et aux capacités des autres personnes impliquées, le meilleur film possible. Et bien sûr, comme c’était ma première expérience, j’avais des doutes quant à la qualité du travail que nous étions en train de réaliser. C’est pourquoi j’ai été tellement surpris de l’invitation au Festival de Cannes 2007 ; et d’autant plus quand j’ai appris qu’en réalité il y avait deux sections du festival qui souhaitaient présenter le film. La sortie à Cannes fut donc, ainsi que tout réalisateur pourrait le souhaiter, le point de départ de la diffusion de El baño del Papa.

2Ce fut bien sûr un choc pour moi de recevoir le baptême de la profession dans de telles conditions : la musique du film résonnant dans les haut-parleurs de la rue le jour de la première ; la chaleur de la réaction du public ; les interviews de journalistes étrangers sur les terrasses du Palais ; les appels au téléphone pour les radios et journaux uruguayens ; le drapeau de notre pays flottant parmi les autres. Et surtout, la découverte étonnante d’appartenir à cette magnifique communauté d’hommes et de femmes du monde entier qui ont contribué, par leur effort et leur talent, à donner une vision personnelle de la réalité à travers ce moyen puissant qu’est le cinéma. Une communauté à laquelle j’avais toujours rêvé d’appartenir. Il se peut que pour certains réalisateurs, Cannes ne soit qu’une étape de plus de l’itinéraire de leurs films ; peut-être même que pour certains, se trouver là ne revêt aucune signification particulière. Mais pour moi, professeur de l’enseignement secondaire uruguayen, ayant passé l’âge auquel ces choses-là arrivent, ce festival a été un événement qui ne se reproduira probablement plus.

Int - Salle de cinéma - nuit

3Dans ces conditions, revenir au pays pour lancer la sortie en Uruguay a été chose facile. Le fait que le film- avec une histoire aussi enracinée dans la culture nationale et même régionale – ait été si bien accueilli en France, avait pas mal étonné mes compatriotes et ils étaient très curieux de comprendre pourquoi.

4La curiosité ne faisait que grandir à l’approche des avant-premières, et autant les faits réels qui alimentaient le récit – la visite du pape Jean Paul II en Uruguay en 1988 et la contrebande à bicyclette à la frontière avec le Brésil – que les détails de fiction de l’anecdote, alimentèrent les conversations ici ou là. Il faut dire aussi qu’une grande partie des personnages du film avaient été interprétés – avec brio, selon Cannes et la plupart des critiques français – par des gens qui n’étaient ni acteurs ni actrices ; chose peu courante, encore que pas tout à fait nouvelle dans les films uruguayens.

5Et l’intérêt allait grandissant. Trop selon moi, au risque que peut-être le film ne comble pas l’espoir qu’avait le public de se reconnaître sur l’écran et que ce nouveau produit cinématographique national ne soit pas, en fin de compte, aussi bon qu’on le disait. Cette attente devint préjudiciable pour le bouche-à-oreille – qu’à ce moment-là nous souhaitions favorable – et par conséquent pour le succès des entrées.

6Et ce furent les avant-premières, puis la première, et toutes mes craintes furent dissipées. Le public, presque toujours ému et s’identifiant à tout ce qui se passait dans l’histoire, sentit que le film reflétait parfaitement les espoirs, les rêves et les péripéties d’une grande frange de la population. Il montrait de façon convaincante comment nous tâchons tous de vivre – certains de survivre – du mieux possible dans ce pays qui est généreux et radin, protecteur et négligent en même temps ; il racontait avec simplicité, et une grande affection pour les personnages, les vicissitudes d’un groupe d’habitants d’une petite ville de l’intérieur du pays.

7Je constatais une fois de plus, cette fois grâce à mon propre travail, qu’avoir choisi la phrase si connue de Tolstoï comme ligne directrice pour tout le processus d’élaboration du film avait finalement porté ses fruits : même les puissants de Montevideo sentaient que, d’une certaine façon, l’idiosyncrasie des humbles habitants de Melo était semblable à la leur.

Enrique Fernández avec son équipe à Cannes, 2007

Enrique Fernández avec son équipe à Cannes, 2007

Enrique Fernández avec son équipe à Cannes, 2007

Enrique Fernández avec son équipe à Cannes, 2007

El baño del Papa (2007), de Enrique Fernández et César Charlone

El baño del Papa (2007), de Enrique Fernández et César Charlone

Int - Melo - lever du jour

8La sortie du film à Melo fut un épisode particulier, puisque mon village natal allait être à coup sûr le juge le plus sévère du film.

9J’avais quitté cette petite ville conservatrice à la fin de l’adolescence, et je revenais trente ans plus tard, accompagné d’une troupe plutôt extravagante pour donner ma version des gens et de leur réalité. Le fait que l’histoire soit basée sur des faits réels – auxquels avaient participé un grand nombre d’habitants ou de parents ou d’amis qui pour la plupart en gardaient un arrière-goût amer – ne facilitait pas l’accueil du film. À cela s’ajoutaient les craintes des gens concernant le titre même du film El baño del Papa, qui suggérait un traitement irrévérencieux du personnage Jean-Paul II.

10J’étais préoccupé moins par la crainte qu’une mauvaise recette au guichet de Melo puisse compromettre l’avenir du film que parce que c’était ma ville natale où j’avais vécu pendant presque vingt ans, où j’avais – j’ai encore – des amis et surtout, la ville où mon père avait laissé le souvenir d’un brave homme et d’un très bon poète populaire dont on disait encore les vers 21 ans après sa mort. Mais plus vite encore qu’à Montevideo, mes craintes se dissipèrent. C’était émouvant de voir le public sortir de cette petite salle les yeux rougis, l’air serein et un léger sourire aux lèvres ; j’aimerais bien retrouver ces trois indicateurs sur le visage des spectateurs de mon prochain film.

11Je voudrais citer deux anecdotes qui m’ont marqué : la première c’est que quelqu’un s’est approché pour me dire qu’il avait vu le film six fois ; la seconde concerne un professeur qui donnait des cours d’astronomie quand j’étais au lycée. Cet homme – le premier en Amérique à avoir photographié, depuis sa cour et avec un télescope de sa fabrication, la comète de Halley lors de sa dernière apparition – est sorti de la salle, m’a mis la main sur l’épaule et a essayé de me dire quelque chose mais incapable de parler, les yeux humides, il est rentré chez lui. Le lendemain, comme j’allais monter dans l’autobus pour rentrer à Montevideo, je l’ai vu arriver à la gare routière et se diriger vers moi. “Je suis venu te dire aujourd’hui ce que je n’ai pas pu te dire hier”, dit-il, et il se mit à me raconter avec enthousiasme ce que le film avait signifié pour lui.

12El baño del Papa est resté environ quatre mois à l’affiche et a été vu par 80 000 personnes ce qui, en Uruguay, qui a une population totale de trois millions d’habitants, est une bonne réponse du public. Pendant ce temps, nous, les deux réalisateurs, avons reçu beaucoup d’invitations à des festivals, de San Luis en Argentine jusqu’à Dubai dans les Émirats Arabes. Généralement, nous nous sommes partagé la tâche pour assister à ces événements mais nous y sommes allés ensemble aussi souvent que possible. Faire pour la première fois le tour des festivals avait beaucoup de charme, faisant passer au second plan les soucis inévitables et la fatigue qui va avec.

Ext - À l’étranger - nuit

13L’Internationale Hofer Filmtage, par exemple, a permis mon retour en Allemagne seize ans après, alors que j’y avais beaucoup séjourné au moment de la chute du mur de Berlin. Un festival sans concurrence, avec des gens agréablement détendus et aimables même s’il y avait bien une réelle et féroce compétition entre les réalisateurs, à propos du football, bien évidemment. Je suis arrivé en retard à certains projections du film, ce qui me frustrait beaucoup parce que ce qui m’intéressait c’était de savoir comment les publics étrangers suivaient les facéties de notre histoire, s’ils pleuraient ou riaient, et l’Allemagne était un lieu privilégié pour cela. (Parce que je pense qu’on va au cinéma essentiellement pour ça – rire, pleurer, comme le montrent bien les masques du théâtre –, et que le reste est à usage domestique.) J’ai rencontré alors une spectatrice qui s’est arrêtée pour me donner son opinion – simplement et brièvement – en une phrase : “Plusieurs films m’ont marquée cette année” , dit-elle, “les uns parce qu’ils sont très bons, les autres parce qu’ils sont inoubliables, et le vôtre fait partie de cette dernière catégorie.” Je n’ai pas trouvé utile de lui demander si elle avait pleuré ou si elle avait ri et je suis rentré apaisé à l’hôtel Strauss.

El baño del Papa (2007) de Enrique Fernández et César Charlone

El baño del Papa (2007) de Enrique Fernández et César Charlone

14Pour me rendre à Dubai j’ai dû décliner l’invitation au festival de La Havane à Cuba – qui avait lieu aux mêmes dates. Je suis parti de Montevideo avec un certain sentiment de culpabilité, mais j’ai la certitude de que je me rendrai à Cuba un jour ou l’autre alors que je ne crois pas retrouver une occasion de retourner en Arabie. Que le lecteur se souvienne de Silvia – l’adolescente – dans El baño del Papa et de sa joie de sortir de son village pour s’aventurer jusqu’à la capitale, Montevideo, à 400 kilomètres. Pour moi aussi ce fut un rêve : je m’étais mis dans l’idée qu’aller dans les Émirats Arabes était un but symbolique pour la clôture d’un cycle. Et nous y sommes allés avec César Troncoso, l’excellent acteur uruguayen qui joue le rôle principal. Tous ceux d’entre nous qui avons suivi le film dans ses voyages avons toujours eu une attitude militante, que nous considérons à Dubai comme une exigence fondamentale de notre travail. Mais ce n’est qu’en arrivant là-bas que nous avons eu vaguement le sentiment d’avoir trop exigé de nous-mêmes, de nous être imposé trop d’efforts pour donner de nouvelles opportunités – qu’il ne fallait laisser passer sous aucun prétexte – à la toute jeune cinématographie uruguayenne. Nous étions encore dans ce dilemne lorsque nous assistâmes à un coucher de soleil à Dubai, un de ces “sundowners”, comme ils les appellent. Et je dois dire que toutes les convictions, toutes les disciplines qui m’avaient aidé à résister pendant les sept ans de l’élaboration du film, invoquées ce soir-là dans un dernier effort, ne purent m’empêcher de céder à ce désir irrépressible de ne rien faire, de me laisser seulement tomber sur ces coussins moelleux et de profiter, sans aucun sentiment de culpabilité, de la beauté du soleil se couchant à l’horizon dans un fondu de mauves. Je jetai un regard à Troncoso pour voir s’il était disposé à livrer le dernier combat en faveur du militantisme cinématographique, mais il n’était plus là. Les yeux fermés, il était ailleurs, certainement très loin, alors que le soleil tout rouge passait sur son visage.

15J’ai eu aussi l’opportunité d’accompagner le lancement du film en France, sans doute la sortie la plus généreuse d’un film uruguayen dans ce pays. Il y a eu un grand nombre de copies dans un grand nombre de salles qui ont toutes requis ma présence pendant tout un mois qui m’a marqué durablement. Un jour, on m’a annoncé qu’on allait faire une interview pour la BBC, que le journaliste serait à Londres pendant qu’un technicien enregistrerait la conversation dans ma chambre d’hôtel à Paris pour être sûr de la qualité du son. Il arriva à l’heure précise et je fus agréablement étonné de le trouver dès l’entrée aussi affable, et le sourire aux lèvres. Puis il installa le matériel et quelques minutes plus tard, tout aussi ponctuellement, le journaliste anglais appela. Ce fut une interview chaleureuse, intéressante et très “flatteuse” de sa part. Une fois l’enregistrement terminé, le preneur de son rangea son matériel et aussitôt, comme s’il avait eu du mal à se retenir tout ce temps, débordant d’enthousiasme et avec un sourire épanoui, il commença à me raconter une à une toutes les scènes de El baño del Papa. Il me les racontait dans les détails – peut-être comme il ferait plus tard avec son fils quand il rentrerait en Russie – et il se tordait de rire quand lui revenaient, avec une très grande précision, certains détours de l’histoire. Jamais on ne m’avait raconté le film ; j’ai bien ri.

Virginia Méndez et César Troncoso dans El baño del Papa (2007) de Enrique Fernández et César Charlone

Virginia Méndez et César Troncoso dans El baño del Papa (2007) de Enrique Fernández et César Charlone

Int - Salle de classe - jour

16Peu après la sortie du film à Montevideo, un professeur de la Faculté de Sciences Sociales – rattachée à l’Université de la République – a réalisé un colloque entre étudiants et professeurs pour analyser les situations exposées dans le film. À cette occasion, des psychologues, des sociologues et des assistants sociaux ont débattu pendant deux heures, avec les étudiants, des relations familiales, de l’utilisation de la langue, des droits de l’homme, de l’inégalité des sexes, de la violence conjugale, de la pauvreté, de l’autoritarisme des institutions et du gouvernement, de la corruption, de la vie à la frontière, de la contrebande, de l’Église et de la religion. J’ai été un peu surpris de tout ce qu’ils voyaient dans l’histoire car je n’avais pas eu conscience, en écrivant, le scénario de la plupart des choses qu’ils analysaient. J’ai donc été moins étonné quand, deux mois avant la sortie du film en France, un groupe de professeurs avait déjà préparé un dossier de 20 pages pour étudier des thèmes semblables avec des élèves de collège, dans le but de découvrir certains aspects de la réalité quotidienne d’une petite ville d’Amérique latine. Pendant ces mois-là, j’ai présenté le film dans des écoles, des lycées et des prisons pour partager et écouter les opinions des personnes avec qui on n’a pas l’occasion d’échanger des points de vue dans les salles de cinéma mais qui sont – ou seront un jour – des citoyens à part entière. Le dernier de ces entretiens a eu lieu dans une école de quartier de Montevideo où m’avait invité la fille d’un ami après avoir vu le film en classe. C’étaient deux classes de 6e, – des enfants de 11 ans – avec leur maîtresse et une autre jeune qui débutait dans l’enseignement. J’ai trouvé remarquable que ces enfants puissent se concentrer tout le temps de la conversation et poser des questions aussi lucides et pertinentes. Et je me suis alors souvenu, que la lucidité enfantine, n’est pas quelque chose de nouveau mais que nous, les adultes, oublions systématiquement qu’elle a toujours existé.

El baño del Papa (2007) de Enrique Fernández et César Charlone

El baño del Papa (2007) de Enrique Fernández et César Charlone

17Voici ce qu’ont écrit trois de ces élèves :

Caroline : Le film m’a beaucoup plu, ce n’est pas un film comme les autres, il est très différent et c’est pour ça que je l’ai aimé et le plus émouvant c’est quand ils avaient l’espoir de s’en sortir en construisant les toilettes, de gagner de l’argent et de pouvoir acheter une moto pour ne plus faire les aller et retour chargés comme des mules. Ils voulaient acheter la moto avec les bénéfices qu’ils feraient avec les toilettes mais à la fin, ils n’ont pas acheté la moto, personne n’utilisa les toilettes et ils étaient tous très tristes parce qu’ils n’avaient ni la bicyclette pour faire la contrebande, ni l’argent pour manger.

Facundo : J’ai été étonné de voir la façon de vivre dans la ville de Melo, comme les gens étaient peu scolarisés, l’espoir qu’ils avaient de faire venir beaucoup de gens (pour gagner plus et vivre mieux). Comment ils luttaient pour trouver plus d’argent. Il me tardait de voir le film, le titre m’avait accroché. Les émotions qu’ils montraient tous, le rire, la peine, l’impuissance etc.

Maite : Ce film m’a paru bon et éducatif ; quelques passages m’ont émue et d’autres m’ont fait rire. Ce film m’a donné beaucoup d’émotions, agréables ou désagréables, et des valeurs et des anti-valeurs. L’entretien que nous avons eu avec Enrique Fernández a éclairé quelques doutes et nous avons eu de bonnes réponses. J’espère qu’Enrique s’est amusé autant que moi.

César Troncoso dans El baño del Papa (2007) de Enrique Fernández et César Charlone

César Troncoso dans El baño del Papa (2007) de Enrique Fernández et César Charlone

Int - Appartement à Montevideo - soir

18On m’a invité aimablement à écrire ces quelques notes pour raconter, essentiellement, les péripéties du film après sa diffusion. Mais il se trouve qu’après toutes les péripéties du processus de production – et certaines trop dures pour y revenir –, dès que la première copie fut prête, il n’y eut plus que de bons moments : les réactions des différents publics dans de nombreux pays ; les critiques que des professionnels de tous pays ont écrites, les prix dans les festivals – 22 jusqu’à aujourd’hui – ; les commentaires des élèves des écoles et lycées en Uruguay et en Europe ; la place quasiment emblématique que le film a prise au sein de la cinématographie nationale.

El baño del Papa (2007) de Enrique Fernández et César Charlone

El baño del Papa (2007) de Enrique Fernández et César Charlone

19J’espère qu’on verra clairement que je n’ai pas écrit cet article avec complaisance ou arrogance mais avec la satisfaction et la joie du travail accompli, du rêve devenu réalité. Je n’avais pas de grands espoirs quand nous avons commencé El baño del Papa et le film m’a cependant donné, ces derniers 18 mois, la plus belle récompense de ma vie. Et comme j’écris d’Uruguay, je ne fais pas non plus de grands projets concernant un second film – que bien sûr j’aimerais faire – parce que je sais que je vais devoir attendre de quatre à sept ans pour – peut-être – le voir terminé. En attendant, pour maintenir l’ardeur et l’esprit alerte, prêt à toute opportunité, je continue à me redire que je me suis trouvé au même endroit que mes collègues, que j’ai parlé et échangé avec eux, que l’histoire que j’ai écrite a été une petite pierre de plus à l’édifice du cinéma dans le monde et qu’il n’y a rien pour moi de plus gratifiant.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Enrique Fernández avec son équipe à Cannes, 2007
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1706/img-1.png
Fichier image/png, 295k
Titre El baño del Papa (2007), de Enrique Fernández et César Charlone
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1706/img-2.png
Fichier image/png, 396k
Titre El baño del Papa (2007) de Enrique Fernández et César Charlone
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1706/img-3.png
Fichier image/png, 487k
Titre Virginia Méndez et César Troncoso dans El baño del Papa (2007) de Enrique Fernández et César Charlone
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1706/img-4.png
Fichier image/png, 570k
Titre El baño del Papa (2007) de Enrique Fernández et César Charlone
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1706/img-5.png
Fichier image/png, 335k
Titre César Troncoso dans El baño del Papa (2007) de Enrique Fernández et César Charlone
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1706/img-6.png
Fichier image/png, 251k
Titre El baño del Papa (2007) de Enrique Fernández et César Charlone
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1706/img-7.png
Fichier image/png, 245k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Enrique Fernández, « Extérieur - La Croisette – jour », Cinémas d’Amérique latine, 17 | 2009, 140-144.

Référence électronique

Enrique Fernández, « Extérieur - La Croisette – jour », Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 17 | 2009, mis en ligne le 06 novembre 2015, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://cinelatino.revues.org/1706 ; DOI : 10.4000/cinelatino.1706

Haut de page

Auteur

Enrique Fernández

Enrique Fernández est né à Melo, ville du centre de l’Uruguay, en 1953. Après des études secondaires, il part à Montevideo étudier le professorat d’Expression Plastique, matière qu’il enseigne pendant plusieurs années. Là, il se lie à un groupe de jeunes faisant partie du Mouvement Super 8 et réalise avec eux ses premières œuvres. Il se consacre pendant 10 ans à la fabrication de matériel audiovisuel à usage didactique, en même temps qu’il conçoit des livres adaptés aux enfants aveugles de la Fondation Braille en Uruguay. A la fin des années 1980, il collabore à la production de quelques documentaires en Allemagne puis il revient en Uruguay au début des années 1990 pour travailler dans le service de télévision éducative de l’Enseignement Secondaire et comme professeur d’écriture scénique dans différents instituts.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org