Navigation – Plan du site

Une affaire de femmes. Le rôle prépondérant des femmes dans le cinéma argentin

Paulo Pécora
Traduction de Michelle Ortuno
p. 87-92
Cet article est une traduction de :
Un asunto de mujeres. El rol protagónico de la mujeren el cine argentino

Résumés

La révélation de nouvelles cinéastes argentines est un phénomène de plus en plus connu, et ce à tous les niveaux de production, avec un grand nombre de réalisatrices, mais aussi d’excellentes photographes, de chef opératrices, de décoratrices, d’ingénieures du son, de productrices, de créatrices de costumes et d’assistantes de réalisation. Lucrecia Martel, Albertina Carri, Celina Murga, Milagros Mumenthaler et Natural Arpajou sont quelques-unes des réalisatrices dont les œuvres reflètent le rôle prépondérant des femmes dans le cinéma argentin contemporain.

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduit de l’espagnol (Argentine) par Michelle Ortuno

Texte intégral

1Les femmes ont toujours eu une place importante dans la chaîne de production du cinéma argentin, et ce à différents postes, mais depuis quelques années un grand nombre d’entre elles s’imposent avec force sur le devant de la scène en tant que scénaristes, réalisatrices, promotrices et même actrices de leurs propres projets.

Una semana solos (2008), de Celina Murga

Una semana solos (2008), de Celina Murga

2L’apparition de nouveaux noms de femmes est un phénomène qui devient notoire dans les différents domaines du cinéma, avec un grand nombre de réalisatrices, mais aussi de directrices de la photo excellentes et reconnues, de cadreuses, de chef décoratrices, d’ingénieures du son, de productrices, de créatrices de costumes et d’assistantes de réalisation.

3Une femme issue du milieu de la réalisation et de la production comme Liliana Mazure est maintenant la nouvelle présidente de l’Institut National de Cinéma et des Arts Audiovisuels (Incaa), de la principale institution de développement et de gestion du cinéma. Martin Scorcese a choisi comme protégée artistique l’Argentine Celina Murga (réalisatrice de Una semana solos), il l’a invitée sur le tournage à New York de son film Shutter Island. Deux Argentines ont fait partie cette année des jurys de Cannes et de San Sebastián : Lucrecia Martel, réalisatrice de La Femme sans tête, et Martina Guzmán, qui est la productrice et l’actrice principale de Leonera de Pablo Trapero, un film choisi pour représenter l’Argentine lors des prochains Oscars. Productrice générale de la dernière édition du Festival de Cinéma Indépendant de Buenos Aires (Bafici), Rosa Martínez Rivero s’est entourée de programmatrices comme Violeta Bava et Eloísa Solas.

Vicky Galardi à Toulouse (2008)

Vicky Galardi à Toulouse (2008)

© laura morsch

4Ces nombreuses avancées font partie de l’évolution positive du rôle de la femme dans la société argentine depuis quelque temps, où elle a commencé à occuper une place et des fonctions qui – malgré le fait qu’elles lui appartenaient de droit – lui étaient interdites jusqu’à présent à cause d’une certaine discrimination et de la permanence de préjugés.

5Bien que le travail de María Luisa Bemberg (Camila), Lila Stantic (La ciénaga), et Aida Bortnik (La historia oficial) prouve que les femmes pouvaient être réalisatrices, productrices et scénaristes, pendant longtemps elles ont eu de réelles difficultés à l’heure d’emprunter des voies autres que celles de la direction artistique, du maquillage et des costumes, que l’on considérait comme des domaines mineurs et donc exclusivement féminins.

6Mais depuis plusieurs années déjà, les femmes sont majoritaires sur les tournages. Certaines s’occupent encore des costumes, du maquillage et assument la direction artistique, mais elles sont de plus en plus nombreuses à produire, écrire, déplacer des projecteurs et des trépieds, à concevoir et créer la lumière d’une scène, à être derrière la caméra, capter le son, monter les films ou même à interpréter et en même temps réaliser leurs propres films.

La cámara oscura (2007), de María Victoria Menis

La cámara oscura (2007), de María Victoria Menis

7“La réalisation a toujours été la place la moins accessible pour les femmes, parce que historiquement on a toujours considéré que c’était un rôle qui revenait aux hommes. Précisément parce que c’est le lieu du pouvoir, où l’on décide de ce que l’on raconte, comment on le fait et quel point de vue on adopte”, dit l’actrice Marta Bianchi, une des fondatrices de l’association Femmes et Cinéma, qui depuis 1988 a encouragé la participation féminine dans tous les champs du cinéma.

8Les femmes ont ouvert leur propre voie grâce à la force de leur talent, leur détermination et leur persévérance. Elles ont transgressé des règles et se sont démarquées des canons devenus obsolètes. Mais de façon consciente ou non, leurs avancées ont accompagné le changement profond de mentalité que le Nouveau Cinéma Argentin a provoqué depuis le milieu des années 1990. Ainsi, et grâce à la multiplication des écoles de cinéma et à la démocratisation que la vidéo a supposé à travers le monde, elles ont aussi fait partie d’un mouvement qui a dépassé certaines façons de produire, et qui a fait reculer des préjugés sur les formes artistiques, la mise en scène et la direction d’acteurs.

9“Il était temps que davantage de femmes fassent du cinéma et je m’étonne que ça ne soit pas arrivé plus tôt, que l’on n’ait pas pu voir davantage de productions de réalisatrices”, dit Mercedes García Guevara, réalisatrice de Río escondido et de Tango, un giro extraño. “C’est vrai que maintenant il y a davantage de réalisatrices, mais il y a aussi davantage de femmes assumant d’autres rôles, comme ceux de cadreuses et de directrices de la photographie”, a affirmé pour sa part Albertina Carri, réalisatrice de Los rubios et de La rabia, et qui a d’abord été assistante opératrice et cadreuse avant de devenir réalisatrice.

10Même s’il n’existe pas de statistiques officielles régulières sur ce sujet, des études ont démontré que l’année 2005, par exemple, a battu le record historique du nombre de films réalisés par des femmes en Argentine. Des quelques 64 films en sortie nationale cette année-là, 13 ont été réalisés – et plusieurs d’entre eux également écrits – par des femmes.

11Une année qui a fait date mais qui marque aussi la confirmation d’une tendance croissante de l’évolution du rôle de plus en plus prépondérant de la femme dans le cinéma argentin. Surtout si on compare l’année 2005 avec ce qui se passait dans les années 1990, lorsque le nombre de films réalisés par des femmes représentait à peine 8 % des sorties, ou même à certaines périodes où il n’y en avait aucun. Si nous remontons le temps, on constate que dans les années 1980, le chiffre atteignait à peine les 4 %, tandis que dans les années 1970, il ne représentait même pas 1 % de la production nationale.

Ana Poliak à Toulouse (2001). 13e Rencontres Cinémas d’Amérique Latine

Ana Poliak à Toulouse (2001). 13e Rencontres Cinémas d’Amérique Latine

© J.-P. POLO

Un peu d’histoire

12Mais au-delà des chiffres et des statistiques, force est de constater la présence féminine dès les débuts du cinéma argentin. Même à l’époque du cinéma muet, des pionnières comme María V. De Celestini (Mi derecho, 1917) et Emilia Saleny (La niña del bosque, 1918) ont fait leurs premiers pas dans un domaine artistique nouveau, qui a fini par devenir majoritairement masculin.

Mariana Arruti à Toulouse (2008). 20e Rencontres Cinémas d’Amérique Latine

Mariana Arruti à Toulouse (2008). 20e Rencontres Cinémas d’Amérique Latine

© laura morsch

13Au début, les femmes se sont tenues à distance de la réalisation et ont commencé par occuper d’autres postes. Peut-être à cause des préjugés de l’époque, ou bien simplement du fait que le cinéma était un art nouveau que peu de personnes, entre autres les femmes, considéraient comme un choix professionnel ou artistique possible.

14Quoi qu’il en soit, durant une longue période les femmes n’ont pas participé directement ni même tenu un rôle important dans le cinéma argentin. Entre les années 1930 et 1950 on ne trouve pratiquement pas de réalisatrices, et aucune femme n’a occupé de poste technique autour de la production, de la caméra ou la photographie. Pendant cette période, les femmes ont travaillé de façon plus ou moins systématique dans la conception et la réalisation des costumes et des décors, des tâches qui étaient encore considérées comme mineures sur un tournage.

Hermanas (2005), de Julia Solomonoff

Hermanas (2005), de Julia Solomonoff

15Il y eut cependant des exceptions comme Lina C. de Machinandiarena, productrice du film Los isleros (1950) ; Nené Cascalleres, auteure de l’adaptation de son prope feuilleton radiodiffusé, Fuego sagrado (1950) ; Olga Casares Pearson, scénariste de Surcos de mar (1955) et de Continente blanco (1956) ; et María Teresa León, responsable de l’adaptation pour le cinéma des films La dama duende (1945), Los ojos más lindos (1943) et El gran amor de Bécquer (1946).

16Dans le domaine de la réalisation se sont distinguées Alicia Míguez Saavedra, assistante de réalisation sur Turbión (1938) et El honorable inquilino (1951), et Vlasta Lah, dont le travail en tant qu’assistante de réalisation commença dans les années 1940, continua dans les années 1950, et qui débuta en tant que scénariste et réalisatrice dans les années 1960 avec Las furias et deux ans plus tard Las modelos.

17Au début des années 1970 deux réalisatrices se distinguent : María Herminia Avellaneda avec Juguemos en el mundo (1971), et Eva Landeck avec deux films, Gente de Buenos Aires (1974) et Este loco amor (1979).

18Il faut attendre les années 1980 pour que deux faits marquants viennent alimenter la prépondérance du rôle des femmes dans le développement du cinéma argentin actuel : d’une part le talent de María Luisa Bemberg, réalisatrice d’œuvres comme Camila et Yo, la peor de todas, et d’autre part la naissance de Femmes et Cinéma, une association de réalisatrices, scénaristes et actrices qui se sont décidées à chercher – de façon organisée et systématique – une participation plus ample dans l’espace artistique qui était le leur, et qu’auparavant elles n’avaient pu ou n’avaient pas voulu assumer.

19Bien avant la reconnaissance nationale et internationale de Lucrecia Martel, Albertina Carri, Lucía Puenzo, Sandra Gugliotta, Julia Solomonoff, Lucía Cedrón ou Celina Murga, Bemberg est devenue le symbole d’une époque avec des films comme Señora de nadie (1982), Camila (1984), Miss Mary (1986), Yo, la peor de todas (1990) et De eso no se habla (1994).

20Sa carrière a débuté très tard. Elle avait écrit des scénarios et réalisé des courts-métrages, mais ce n’est qu’à 60 ans qu’elle a commencé à réaliser des longs- métrages. Le plus important, Camila, raconte l’histoire d’un amour interdit, traqué et finalement condamné entre une jeune femme et un prêtre catholique. Un des films, parmi ceux réalisés par des femmes, qui a connu le plus grand succès auprès du public ainsi qu’en salles, avec plus de deux millions de spectateurs.

Femmes d’aujourd’hui

El niño pez (2009), de Lucía Puenzo

El niño pez (2009), de Lucía Puenzo

21Mais le véritable héritage de Bemberg a consisté à démontrer que n’importe quelle femme dotée de force et de talent, passionnée ou tout simplement suffisamment déterminée, pouvait prendre la place qu’elle désirait occuper au sein du cinéma argentin, jusqu’à celle de réalisatrice. Ou également celle de productrice exécutive, comme Lita Stantic, l’une de ses plus proches collaboratrices, qui a assuré la production de pas moins de cinq de ses films.

22Internationalement reconnue en tant que productrice, productrice exécutive, directrice de production et réalisatrice, Stantic a fait le lien entre deux époques et deux styles de cinéastes. La première époque – du milieu des années 1980 au début des années 1990 – marque la prise de conscience et l’idée précise d’un changement possible. La seconde, au cœur des années 1990, marque le passage à l’action et à la concrétisation des projets.

Celina Murga à Toulouse (2007). 19e Rencontres de Cinémas d’Amérique Latine

Celina Murga à Toulouse (2007). 19e Rencontres de Cinémas d’Amérique Latine

© laura morsch

23Partie prenante dans cette dernière étape, on la retrouve en tant que réalisatrice de Un muro de silencio (1992), productrice exécutive de films comme Sol de otoño (1996) de Eduardo Mignogna et Dársena Sur (1997) de Pablo Reyero, et en tant que productrice associée de Mundo grúa (1999) de Pablo Trapero.

24Stantic a développé et à la fois transmis aux nouvelles générations de femmes cinéastes l’héritage de Bemberg ; de plus, elle a découvert Lucrecia Martel, l’une des cinéastes les plus novatrices d’Argentine et donné leur chance à un grand nombre d’hommes et de femmes de talent. La productrice exécutive de La ciénaga et de La niña santa a également donné de l’élan au Nouveau Cinéma Argentin en collaborant sur des films tels que Bolivia et Un oso rojo de Adrián Caetano, Tan de repente de Diego Lerman, Hamaca paraguaya de Paz Encina, et Cordero de Dios de Lucía Cedrón.

25En même temps, et même bien avant, des réalisatrices traçaient leur propre voie : Ana Poliak avec son documentaire ¡Que vivan los crotos! (1990), Gabriela David avec son court-métrage Tren gaucho (1989), la réalisatrice de cinéma expérimental Narcisa Hirsch et la documentariste et productrice Carmen Guarini avec La noche eterna (1991).

26L’actrice et productrice Teresa Constantini a réalisé son premier long-métrage en 1999, Acrobacias del corazón ; après avoir réalisé deux autres films, elle prépare actuellement le tournage de Felicitas, un film historique situé dans le Buenos Aires de 1862.

27“À partir de la fin des années 1990, le nombre de femmes réalisatrices a fortement augmenté et aussi dans d’autres fonctions derrière la caméra. Je pense que ce phénomène est dû aux nombreuses écoles de cinéma dans notre pays, qui forment des hommes et des femmes en grand nombre” affirme Marta Bianchi, qui encourage les talents des réalisatrices, des scénaristes et des actrices au sein de Femme et Cinéma.

28Qu’elles soient diplômées de l’Université du Cinéma (FUC) ou de l’École Nationale d’Expé-rimentation et de Réalisation Cinématographique (Enerc), ou bien qu’elles se soient formées sur les plateaux de tournages, de nombreuses femmes se sont distinguées depuis le milieu des années 1990 : Julia Solomonoff, réalisatrice de plusieurs courts métrages et du long métrage Hermanas, Albertina Carri, réalisatrice de No quiero volver a casa et de La rabia, Ana Katz (El juego de la silla et Una novia errante), Paula Hernández (Herencia et Lluvia), Lucía Puenzo (XXY), Verónica Chen (Vagón fumador et Agua), l’actrice et réalisatrice Vera Fogwill (Las mantenidas sin sueño), Anahí Berneri (Un año sin amor et Encarnación), Inés de Oliveira Cézar (Extraña), Celina Murga (Ana y los otros) et Sandra Gugliotta (Las vidas posibles).

Lucía Cedrón à Toulouse (2008). 20e Rencontres Cinémas d’Amérique Latine

Lucía Cedrón à Toulouse (2008). 20e Rencontres Cinémas d’Amérique Latine

© laura morsch

29Dresser la liste des réalisatrices argentines serait un travail sans fin, mais on peut mettre en avant les noms de Daniela Goggi (Vísperas), María Meira (Retiro), Lorena Muñoz (Los Próximos pasados), Mausi Martínez (Nunca estuviste tan adorable), Liliana Paolinelli (Por sus propios ojos), Lilian Morello (Once), Leonora Kievsky (Lejanía), Vivian Imar (Legado), Sabrina Farji (Cuando ella saltó), Tatiana Mereñuk (Yo soy sola), Silvana Jarmoluk (Pescadores), Virna Molina (Raymundo), Mariana Arruti (Trelew), Inés Braun (La ronda), Saula Benavente (El cajón), Paula De Luque (El vestido), Mercedes Farriols (Olga Victoria Olga), les actrices Camila Tocker et Tamae Garategui (Upa! una película argentina) et la spécialiste du cinéma d’horreur Paula Pollachi (Baño de sangre).

30“Il s’agit d’un mouvement en progression qui permet aux femmes d’accéder à des métiers qui étaient auparavant exclusivement réservés aux hommes, du travail dans les laboratoires jusqu’aux postes techniques tels que la direction de la photographie, le son, le montage, le scénario, les effets spéciaux. Les femmes se rencontrent, trouvent et provoquent les chances de s’insérer dans un milieu très complexe”, affirme María Victoria Menis, dont le quatrième long-métrage, La cámara oscura, est sorti cette année.

31Et elle a raison : la présence et l’influence des femmes a progressé très vite dans des espaces de pouvoir dans tous les domaines du cinéma ; depuis la conception de l’histoire et la pré-production d’un film, sa réalisation, son montage et sa postproduction, jusqu’à l’obtention d’une copie pour sa projection en salle.

32Ainsi se distinguent des directrices de la photographie comme Paola Rizzi (Sábado), Paula Grandío (La León) et Sol Lopatín (No mires para abajo), des productrices exécutives telles que Nathalie Cabirón (Los suicidas), Verónica Cura (La mujer sin cabeza), Carolina Konstantinovsky (Rancho aparte) et Laura Citarella (Historias extraordinarias), des assistantes réalisateur comme Natalia Hernández (Incómodos), des ingénieures du son comme Jésica Suárez (Encarnación), des chefs décoratrices telles que Mercedes Alfonsín (Monobloc), Ailí Chen (El otro) et María Eugenia Sueiro (Derecho de familia), et des monteuses comme Ana Poliak (Extranjera), Mariana Lifschitz (Celo) et Alejandra Almirón (Los próximos pasados).

Cordero de Dios (2008), de Lucía Cedrón

Cordero de Dios (2008), de Lucía Cedrón

Lucrecia Martel à Toulouse (2001). 13e Rencontres Cinémas d’Amérique Latine

Lucrecia Martel à Toulouse (2001). 13e Rencontres Cinémas d’Amérique Latine

© J.-P. POLO

La mujer sin cabeza (2008), de Lucrecia Martel

La mujer sin cabeza (2008), de Lucrecia Martel

Femmes de demain

33Aujourd’hui, la place des femmes dans le cinéma argentin se présente sous d’heureux auspices et tout semble indiquer que le futur sera des plus prometteurs. Cet espoir est le fait du grand nombre d’artistes qui envisagent de mener à bien de nouveaux projets de courts et de longs-métrages. Des femmes provenant de différents horizons, essentiellement du cinéma et de l’interprétation mais aussi des arts plastiques et de la musique.

Liliana Paolinelli à Toulouse (2007). 19e Rencontres Cinémas d’Amérique Latine

Liliana Paolinelli à Toulouse (2007). 19e Rencontres Cinémas d’Amérique Latine

© laura morsch

34Milagros Mumenthaler est l’une d’elles et son projet s’appelle Ausencias, un premier long-métrage après une série de courts qui ont remporté des prix dans le monde entier (Patio et Amancay). Mumenthaler a bénéficié de la résidence de la Cinéfondation du Festival de Cannes, a reçu le soutien de la Hubert Bals Fund des Pays-Bas, et elle a été sélectionnée par Stephen Frears pour le “Programme Rolex de mentorat artistique”.

35Grâce à son projet Natural, une histoire autobiographique qui s’inscrit dans ses souvenirs et son vécu, Natural Arpajou est la première lauréate du Concours du Premier Film de Femme organisé par l’Institut National de Cinéma et d’Arts Audiovisuels (Incaa). Elle affirme : “Beaucoup de femmes font du cinéma, mais je ne crois pas que ce soit plus difficile ou plus facile. Je pense qu’il y a une sensibilité différente, la femme étant un peu plus sensible si l’on veut. Mais ce n’est pas plus difficile en tant que femme, c’est simplement un exercice difficile en soi”.

36Ça n’a pas dû être facile non plus pour tant d’autres réalisatrices comme Victoria Galardi (Amorosa soledad, prix du jeune public au dernier festival de San Sebastián), Laura Citarella (Canción para Ana), Lía Dansker (Retratos de Antonio Gil), Carola Gliskberg (Luego), Adriana Yurcovich (Un vaso de soda), Débora Giammarini (Días blancos), Silvana Lopa (Pic-Nic), Patricia Vignolo (Pioneras), Verónica Gentili (Ecstasy), Magalí Zadoff (Hoy), Clara Picasso (Antes, durante, después), Ana Gershenson (Caballos en la ciudad) et Lara Arellano (Resonancia). Et cependant, elles occupent bien leur place malgré les obstacles et les difficultés, dans une volonté de projeter vers le futur la présence des femmes dans le cinéma argentin.

37Des actrices telles que Belén Blanco (en compétition avec le film Nadie au Festival de Berlin, et qui vient de tourner un nouveau court-métrage : Complementario, Jazmín Stuart, María Alche (¿Quién se metió con Mayra?), Celeste Cid (Limbo), Leonor Benedetto (El buen destino), Lucrecia Blanco (Televidente), Gladys Lizarazu (Erzebet) y Mónica Lairana (qui prépare le court-métrage Rosa, son début en tant que réalisatrice) font aussi partie du groupe de plus en plus grand de femmes qui ont réalisé et qui réaliseront de nouveaux films dans un futur proche. On peut dire que le cinéma argentin est plus vivant qu’il ne l’a jamais été, et que les femmes y tiennent le premier rôle.

Sandra Gugliotta à Toulouse (2002)

Sandra Gugliotta à Toulouse (2002)

© J.-P. POLO

Ana Katz à Toulouse (2001)

Ana Katz à Toulouse (2001)

© J.-P. POLO

De eso no se habla (1993), de María Luisa Bemberg

De eso no se habla (1993), de María Luisa Bemberg

Las mantenidas sin sueños (2005), de Vera Fogwill

Las mantenidas sin sueños (2005), de Vera Fogwill
Haut de page

Bibliographie

“Un tajo en la historia, artículo de Laura Rosso, suplemento Página 12.

Entrevistas e informes de Paulo Pécora para la Agencia de Noticias Télam, Buenos Aires, Argentina, 1995-2008.

“El año de las directoras, artículo de Daniela Vilaboa y Santiago García.

“Cine argentino y género femenino. Un asunto que no es de polleras”, artículo de María Inés Conde.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Una semana solos (2008), de Celina Murga
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1637/img-1.png
Fichier image/png, 535k
Titre Vicky Galardi à Toulouse (2008)
Crédits © laura morsch
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1637/img-2.png
Fichier image/png, 220k
Titre La cámara oscura (2007), de María Victoria Menis
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1637/img-3.png
Fichier image/png, 441k
Titre Ana Poliak à Toulouse (2001). 13e Rencontres Cinémas d’Amérique Latine
Crédits © J.-P. POLO
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1637/img-4.png
Fichier image/png, 209k
Titre Mariana Arruti à Toulouse (2008). 20e Rencontres Cinémas d’Amérique Latine
Crédits © laura morsch
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1637/img-5.png
Fichier image/png, 200k
Titre Hermanas (2005), de Julia Solomonoff
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1637/img-6.png
Fichier image/png, 255k
Titre El niño pez (2009), de Lucía Puenzo
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1637/img-7.png
Fichier image/png, 537k
Titre Celina Murga à Toulouse (2007). 19e Rencontres de Cinémas d’Amérique Latine
Crédits © laura morsch
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1637/img-8.png
Fichier image/png, 105k
Titre Lucía Puenzo
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1637/img-9.png
Fichier image/png, 117k
Titre Lucía Cedrón à Toulouse (2008). 20e Rencontres Cinémas d’Amérique Latine
Crédits © laura morsch
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1637/img-10.png
Fichier image/png, 202k
Titre Cordero de Dios (2008), de Lucía Cedrón
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1637/img-11.png
Fichier image/png, 243k
Titre Lucrecia Martel à Toulouse (2001). 13e Rencontres Cinémas d’Amérique Latine
Crédits © J.-P. POLO
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1637/img-12.png
Fichier image/png, 374k
Titre La mujer sin cabeza (2008), de Lucrecia Martel
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1637/img-13.png
Fichier image/png, 322k
Titre Liliana Paolinelli à Toulouse (2007). 19e Rencontres Cinémas d’Amérique Latine
Crédits © laura morsch
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1637/img-14.png
Fichier image/png, 140k
Titre Sandra Gugliotta à Toulouse (2002)
Crédits © J.-P. POLO
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1637/img-15.png
Fichier image/png, 123k
Titre Ana Katz à Toulouse (2001)
Crédits © J.-P. POLO
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1637/img-16.png
Fichier image/png, 177k
Titre De eso no se habla (1993), de María Luisa Bemberg
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1637/img-17.png
Fichier image/png, 181k
Titre Las mantenidas sin sueños (2005), de Vera Fogwill
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1637/img-18.png
Fichier image/png, 430k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paulo Pécora, « Une affaire de femmes. Le rôle prépondérant des femmes dans le cinéma argentin », Cinémas d’Amérique latine, 17 | 2009, 87-92.

Référence électronique

Paulo Pécora, « Une affaire de femmes. Le rôle prépondérant des femmes dans le cinéma argentin », Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 17 | 2009, mis en ligne le 06 novembre 2015, consulté le 23 mars 2017. URL : http://cinelatino.revues.org/1637 ; DOI : 10.4000/cinelatino.1637

Haut de page

Auteur

Paulo Pécora

Né en Argentine en 1970. Licence de journalisme à l’Université de El Salvador, spécialité réalisation à l’Université du Cinéma de Buenos Aires. Journaliste et critique de cinéma, il écrit pour l’agence de presse Telam et fait partie de la Fédération Internationale de la Presse Cinématographique (Fipresci). Une vingtaine de courts- métrages à son actif en tant que scénariste, réalisateur et producteur parmi lesquels Una forma estúpida de decir adiós, Oscuro, Siemprenunca et 8cho, projetés lors de rétrospectives à Toulouse, Paris, Montevideo et Buenos Aires. Il a reçu le soutien de la Fondation Typa, de Talent Campus et de Produire au Sud. En 2007, il a reçu le prix Signis du meilleur court-métrage latino-américain à San Sebastián. El sueño del perro, son premier long-métrage fut projeté en avant-première lors du Bafici en 2008 et a été dans la compétion officielle à San Pablo, Locarno, Leeds et Triestre où il a reçu le prix de la meilleure photographie.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org