Navegación – Mapa del sitio

Les Dieux de tôle

Juan Antin
Traducción de Odile Bouchet
p. 73-80
Este artículo es una traducción de:
Los dioses de lata

Resúmenes

Primera animación sobre la conquista de América vista desde la perspectiva indígena, hecha para divertir e instruir, esta película busca una estética en dos partes distintas para figurar el choque entre los pueblos. La animación sigue un estilo original con dos aspectos bien diferentes. La fotografía se hará desde varias cámaras. El trabajo de investigación ha sido serio y largo, y hasta las materias primas utilizadas proceden de ella, a fin de lograr la calidad buscada para figurar el contraste cultural de aquel momento de la historia de América.

Inicio de página

Notas de la redacción

Traduit de l’espagnol (Argentine) par Odile Bouchet

Texto completo

1Les Dieux de tôle est le premier film d’animation qui aborde les évènements de la conquête de l’Amérique perçue d’un point de vue latino-américain. C’est une comédie animée qui dresse un portrait de l’Amérique précolombienne : sa “découverte”, sa conquête et sa colonisation, mais à travers un regard oublié par l’Histoire, celui des indigènes.

2J’imagine souvent l’absurde rencontre entre ces deux civilisations anciennes : les malentendus et les situations. Penser à l’image qu’ont dû donner aux indigènes ces hommes européens étranges, débarquant de leurs vaisseaux comme des dieux, quand ils n’apportaient en réalité que la preuve de leur humanité la plus sauvage.

3Je considère le cinéma d’animation comme le véhicule idéal pour transmettre des idées à des enfants et des jeunes, et ce film animé constitue un document amusant pour leur faire connaître notre véritable histoire; il est tout aussi divertissant pour les adultes, grâce à l’humour acide de sa lecture politique, parce que cette histoire est le contraire de ce qu’on nous a enseigné à l’école quand nous étions enfants.

Direction artistique

4La direction artistique et l’animation du film reposent sur une conception visuelle et technique inédite. Les personnages et leurs contextes respectifs sont construits à partir de l’esthétique selon laquelle ils se représentaient eux-mêmes. Ce qui fait dans le film confluer deux esthétiques et deux techniques différentes.

5L’image des peuples originaires est fondée sur une représentation très synthétique, souvent poussée jusqu’à l’abstraction. Cette façon de représenter est reflétée autant par le travail des formes que dans les textures et l’usage de la couleur. Les personnages sont modelés en argile, afin de faire ressortir la texture naturelle caractéristique de la terre ; les techniques employées sont les outils propres aux cultures représentées. Les vêtements sont faits de fibres textiles qui reproduisent à l’échelle les techniques des tisserands. Quant à la couleur, la palette utilisée reflète la forte vibration visuelle qui est présente dans le Nord-Ouest argentin, en Bolivie et au Pérou, comme résultat des géographies contrastées, des minéraux du sol et, surtout, de la puissante lumière solaire qui rehausse les couleurs.

6Dans le cas de l’Europe et des conquérants, l’image est fondée sur l’esthétique de la Renaissance, laquelle a été inculquée en Amérique à partir de l’arrivée des conquérants, éliminant les productions locales considérées comme primitives. Le travail saturé de textures est un moyen de représenter l’opulence des objets matériels, qui s’est développée grâce aux richesses acquises à travers l’essor du commerce issu de l’exploitation des nouvelles colonies.

7Pour le dessin des personnages et des fonds, la technique utilisée pour l’art européen est fondée sur le découpage et le collage, avec des combinaisons diverses de textures de type photographique. On crée ainsi un genre d’animation à plat, aux mouvements basés sur la ligne droite, qui représentent la rigidité idéologique qui accompagnait les conquérants dans leur avancée sur d’autres cultures.

8C’est ainsi que le concept artistique développé pour ce film n’est pas qu’une illustration des faits historiques racontés : il évoque le contraste culturel de deux représentations du monde et les transformations engendrées à partir du contact violent entre elles.

Animation

9La technique d’animation utilisée est la stop motion, ou animation image par image. Le but est de créer un style d’animation particulier, sans obédience à aucune école connue et qui évite les clichés des dessins animés ; un style souple et élégant, davantage fondé sur le mouvement réel que sur le style animé conventionnel. Pour l’animation, il est aussi nécessaire de créer deux mondes complètement différents pour les Américains et les Européens. Les personnages américains, qui sont tridimensionnels, sont animés de mouvements de type organique. Les personnages européens sont animés à partir de découpages bidimensionnels, avec mouvements acérés, des déplacements, des rotations et des changements d’échelle, tous réalisés dans le plan.

Photographie

10Tout le film est composé numériquement et la capture image par image sera réalisée avec des appareils photo reflex numériques de 4k, avec des lentilles 35 mm, depuis plusieurs points de vue simultanés et à partir de plusieurs appareils avec des valeurs d’angles et de cadrage différentes, ce qui permet plus de choix de coupes au moment du montage. Les caméras sont contrôlées par ordinateur pour pouvoir produire des mouvements précis, image par image, programmés à l’avance. Malgré l’usage du numérique, l’effet recherché est un rendu final clairement artisanal.

Recherche

11Parvenir à la présentation correcte, plausible et vraisemblable d’un point de vue indigène, a impliqué une profonde recherche historique, sociologique et anthropologique qui a duré plusieurs années. Ce travail de terrain sera la matière première anthropologique et archéologique pour le développement du film. Nous avons voyagé dans le Sud de l’Amérique, afin de rencontrer plusieurs communautés indigènes et de partager leur vie, en travaillant avec ces gens pour donner un témoignage fidèle de leur vécu, de leur culture et de leurs racines. Dans ces communautés, l’équipe artistique a fait son apprentissage des techniques de poterie et de moulage; nous avons participé à des fêtes et des cérémonies de culte religieux, nous avons consulté des spécialistes en cultures précolombiennes, des archéologues et des historiens, nous avons visité des musées, des lieux historiques et archéologiques, nous avons analysé des documents et collections privées. De ce travail de terrain, nous avons tiré non seulement le scénario, mais aussi le traitement particulier de l’animation et les matériaux spécifiques rapportés des régions d’origine, tels que l’argile rouge du Nord-Ouest argentin utilisée pour modeler les personnages indigènes.

Acte1, Séquence 6, page 59

Acte1, Séquence 6, page 59

11b Walunama marche / vers la marmite / (La caméra la suit) Tepul se met debout / pour la suivre
12 PA Walunama cuisine / Walunama entre et sert le repas dans une assiette de terre cuite / puis la tend à Tepul (2)
13 PA Torche / La main de Walunama / allume la torche au feu
14 PG Ayllu de nuit, fête / L’ayllu de nuit /Au fond la fête continue (sons et musique) /Walunama et Tepul marchent sur la route /Le curaca (chef) et le chaman (prêtre) sont assis au centre

Acte 1, Séquence 6, page 63

Acte 1, Séquence 6, page 63

21 Travelling + zoom OUT / Int. Escalier de la grotte. Tepul descend en regardant les peintures, la lumière de la torche le précède / (travelling : la caméra décrit un pano. et finit sur Tepul. Tepul regarde ébahi et tourne la tête)
22 Pano. / Int. grotte. Momies assises (caméra fait un pano. et enchaîne avec virage sur la tête de Tepul, 2’) Walunama allume le feu
23 PE Tepul, entrée de la grotte / La lumière du feu s’allume et illumine / Le visage de Tepul et les momies restent dans l’ombre / Tepul finit de tourner la tête vers le centre

Inicio de página

Índice de ilustraciones

Título Acte1, Séquence 6, page 59
Leyenda 11b Walunama marche / vers la marmite / (La caméra la suit) Tepul se met debout / pour la suivre12 PA Walunama cuisine / Walunama entre et sert le repas dans une assiette de terre cuite / puis la tend à Tepul (2)13 PA Torche / La main de Walunama / allume la torche au feu14 PG Ayllu de nuit, fête / L’ayllu de nuit /Au fond la fête continue (sons et musique) /Walunama et Tepul marchent sur la route /Le curaca (chef) et le chaman (prêtre) sont assis au centre
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1613/img-1.png
Ficheros image/png, 510k
Título Acte 1, Séquence 6, page 63
Leyenda 21 Travelling + zoom OUT / Int. Escalier de la grotte. Tepul descend en regardant les peintures, la lumière de la torche le précède / (travelling : la caméra décrit un pano. et finit sur Tepul. Tepul regarde ébahi et tourne la tête)22 Pano. / Int. grotte. Momies assises (caméra fait un pano. et enchaîne avec virage sur la tête de Tepul, 2’) Walunama allume le feu23 PE Tepul, entrée de la grotte / La lumière du feu s’allume et illumine / Le visage de Tepul et les momies restent dans l’ombre / Tepul finit de tourner la tête vers le centre
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1613/img-2.png
Ficheros image/png, 561k
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1613/img-3.png
Ficheros image/png, 294k
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1613/img-4.png
Ficheros image/png, 603k
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1613/img-5.png
Ficheros image/png, 291k
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1613/img-6.png
Ficheros image/png, 989k
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1613/img-7.png
Ficheros image/png, 772k
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1613/img-8.png
Ficheros image/png, 374k
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1613/img-9.png
Ficheros image/png, 299k
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1613/img-10.png
Ficheros image/png, 640k
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1613/img-11.png
Ficheros image/png, 850k
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1613/img-12.png
Ficheros image/png, 841k
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1613/img-13.png
Ficheros image/png, 702k
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1613/img-14.png
Ficheros image/png, 925k
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1613/img-15.png
Ficheros image/png, 371k
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1613/img-16.png
Ficheros image/png, 400k
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1613/img-17.png
Ficheros image/png, 2,5M
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1613/img-18.png
Ficheros image/png, 304k
Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia en papel

Juan Antin, « Les Dieux de tôle », Cinémas d’Amérique latine, 17 | 2009, 73-80.

Referencia electrónica

Juan Antin, « Les Dieux de tôle », Cinémas d’Amérique latine [En línea], 17 | 2009, Publicado el 06 noviembre 2015, consultado el 24 abril 2017. URL : http://cinelatino.revues.org/1613 ; DOI : 10.4000/cinelatino.1613

Inicio de página

Autor

Juan Antin

Juan Antin (Buenos Aires, 1969) a étudié la physique et l’informatique à l’Université de Buenos Aires, puis le cinéma d’animation à l’Institut des Arts Cinématographiques d’Avellaneda (Argentine) et l’animation en 3D à Montréal au Canada. Il a été jury et exposant dans divers festivals, a travaillé toutes sortes de techniques d’animation, et a créé un personnage, Mercano, dont la série a été primée et montrée par les télévisions de toute l’Amérique Latine. Son premier long-métrage, Mercano el Marciano, a reçu bien des prix et a été montré dans de nombreux festivals, dont celui de Toulouse. Il est enseignant en animation à l’Université du Cinéma, où il fait aussi de la recherche. Il travaille à présent à son second long-métrage, Les dieux de tôle.

Inicio de página

Derechos de autor

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Inicio de página
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org