Navegación – Mapa del sitio

La renaissance du cinéma centraméricain

María Lourdes Cortés
p. 62-64
Este artículo es una traducción de:
El renacer del cine centroamericano

Resúmenes

El cine centroamericano, tras años de casi desaparición, vuelve con energías renovadas y recibe premios internacionales. En cada país, se da el mismo fenómeno. Aún falta reconocimiento interno, pero está empezando a considerarse una actividad de interés a nivel oficial, lo cual propiciará una evolución positiva. El público acude a las proyecciones con entusiasmo.

Inicio de página

Notas de la redacción

Traduit par l’IUP de Traduction Interprétation de l’Université de Toulouse-Le Mirail, groupe L3 : J. Arredondo Pérez, G. Blanc, C. Bouteloup, M. Coustau, J. Couturier, B. Delabie, M. Dercq, C. Doret, A. Doronzo, L. Dubas-Moorhouse, C. Le Vacon, A. Martinez, A. Portillo Bautista, J. Rasa, Á. Sánchez Domínguez, V. Reix et T. Sérignat

Texto completo

1“À me retrouver dans cette édition face à des réalisateurs qui ont toute mon admiration, j’ai l’impression d’être le petit de la classe”, a expliqué, avec la timidité qui est la sienne, le Guatémaltèque Julio Hernández Cordón, en recevant le prix du meilleur film latino-américain lors de la cinquante-sixième édition du Festival international du cinéma de Saint-Sébastien, en Espagne, considéré comme l’un des cinq plus importants au monde.

Del amor y otros demonios (Costa Rica, 2009), de Hilda Hidalgo, adaptation du roman homonyme de Gabriel García Márquez

Del amor y otros demonios (Costa Rica, 2009), de Hilda Hidalgo, adaptation du roman homonyme de Gabriel García Márquez

2Gasolina (2008), le premier film de Hernández, avait déjà reçu trois prix d’aide à la postproduction l’an passé, mais jamais il n’aurait pensé décrocher la plus grande récompense, une fois le film achevé.

3Il y a tout juste quatre ans, quand nous sommes allés présenter le fonds Cinergia à Saint-Sébastien, j’ai demandé directement aux producteurs, aux exploitants et aux distributeurs de citer ne serait-ce qu’un titre de film centraméricain : silence absolu. Aujourd’hui, quatre ans plus tard, le film guatémaltèque l’emporte sur quatorze autres venus d’Uruguay, d’Argentine, du Mexique, du Brésil, de Colombie, d’Espagne, ainsi que des coproductions avec la France, l’Allemagne et même la Corée du Sud.

4Gasolina est un road movie sans destination : trois adolescents passent leur temps à voler de l’essence pour vadrouiller en voiture la nuit. Une succession d’accrochages entre eux met à l’épreuve leur amitié, tout en les confrontant à la réalité. Le film dresse le portrait d’une partie de la jeunesse actuelle en manque de repères en nous entraînant dans un trip onirique où seul compte le mouvement, alimenté par l’essence, et non la destination.

5Mais Hernández n’est pas la seule bonne surprise de cette année sur la scène internationale. Le chemin (2008), d’Ishtar Yasín, sur les migrations entre Nicaragua et Costa Rica, a déjà été primé six fois et a été présenté dans les festivals les plus prestigieux du monde, comme Cannes et Berlin.

La Yuma (Nicaragua, 2009) de Florence Jaugey. Premier long-métrage réalisé à Nicaragua en 20 ans

La Yuma (Nicaragua, 2009) de Florence Jaugey. Premier long-métrage réalisé à Nicaragua en 20 ans

6Il est évident que l’audiovisuel centraméricain connaît un essor sans précédent. Les longs-métrages de fiction, en particulier, commencent à récolter des reconnaissances internationales importantes, ce qui prouve bien que notre cinématographie ne manque pas de talent. Ce dont nous avons besoin, c’est que les investisseurs, les politiques et le public prennent conscience de son importance et de son potentiel en tant qu’industrie.

7S’il est vrai que nous avons eu dans les années 1970 et 1980 une production intense honorée de prix importants, c’était dû en grande partie, sans sous-estimer la qualité de certaines œuvres, au contexte historique d’alors. Lutte pour le canal de Panamá, triomphe de la révolution sandiniste, guerres civiles au Salvador et au Guatemala. La terre entière avait les yeux rivés sur l’isthme, notre région intéressait les journalistes, et l’aide cinématographique étrangère affluait. La paix revenue, l’aide s’est tarie, et chaque cinéaste s’est retrouvé livré à lui-même. Oscar Castillo, qui a hypothéqué sa maison pour pouvoir réaliser Eulalia (1987), en est un exemple parlant. Le plus inouï est qu’un seul long-métrage de fiction a été produit dans les années 1990, Le silence de Neto (1994) de Luis Argueta.

8Cependant, entre 2001 et 2008, 25 longs-métrages ont été réalisés dans la région : 17 sont déjà sortis en salles, et 18 en sont au stade de la postproduction.

Gasolina (Guatemala , 2008), de Julio Hernández. Prix Horizontes Latinos, Festival International de San Sebastián.

Gasolina (Guatemala , 2008), de Julio Hernández. Prix Horizontes Latinos, Festival International de San Sebastián.

9Le Nicaragua, par exemple, ne s’est pas vu reflété sur grand écran depuis vingt ans, et La Yuma, de Florence Jaugey, en est au premier montage. Le film met en scène une jeune fille qui trouve dans la boxe une issue à sa marginalité. Dans son quartier pauvre, les bandes se disputent le contrôle de la rue. Chez elle, le manque d’affection est la règle du jeu. Le ring, l’énergie et l’agilité des pieds et des mains sont ses rêves et sa seule option. Voilà que réapparaissent l’abandon, la violence et l’exclusion, mais la force et la lutte de Yuma éclairent le film d’une lueur d’espoir.

10Il en va de même pour le Panamá, qui n’a réalisé aucun long-métrage depuis quarante ans, et attend la sortie prochaine de Chance, d’Abner Benain, une comédie macabre tropicale, qui raconte l’histoire de deux bonnes qui s’emparent de la maison de leurs patrons. Bien que cette histoire ait vraiment eu lieu au Brésil, le cinéaste a voulu la teinter d’un ton cocasse caribéen.

11Le Salvador non plus n’a pas produit de long-métrage de fiction depuis les années 1970. Cette année, un film a surpris le public : Sobreviviendo Guazapa, de Roberto Dávila. Il a fait salle pleine, et le lendemain de sa première il est devenu un objet piraté vendu un dollar. Il est sorti dans onze cinémas et il a rapporté 37 000 dollars le premier week-end devançant ainsi les films hollywoodiens du moment. Il raconte l’histoire d’un guérillero et d’un soldat dont les chemins se croisent lorsqu’ils rencontrent une fillette qui s’est perdue en fuyant les combats sur la colline de Guazapa. Bien que le contexte soit la période du conflit de 1980 à 1992, le message du film n’est pas politique mais plutôt centré sur le thème de la guerre fratricide. Néanmoins, la majorité des critiques et du public ont dénoncé un “contexte erroné”, une idéologie de droite et une interprétation tendancieuse de l’histoire, à la hollywoodienne.

El camino (Costa Rica, 2008), de Ishtar Yasín

El camino (Costa Rica, 2008), de Ishtar Yasín

12Le film Las Cruces, poblado próximo (2005), du Guatémaltèque Rafael Rosal, a abordé également le thème de la guerre civile, dont le décor est ici la forêt vierge. Un commando, dirigé par un certain Camilo, composé de six hommes et une femme, décide de protéger le village de Las Cruces, le prochain à être rasé par l’armée. Les indigènes ne savent pas s’ils doivent s’en remettre à ce groupe de jeunes ou fuir. Le groupe lui-même connaît de profondes divergences d’opinion et le scénario pose finalement la question du sens de la guerre pour les différentes parties en conflit.

13En comptant ce dernier, le Guatemala a réalisé six longs-métrages dans cette période. Deux adaptations littéraires : Un rêve en forêt (2003), de Rodrigo Rey Rosa, et Donde acaban los caminos (2003), de Carlos García Agraz, sur le roman de Mario Monteforte Toledo ; un an avant, Luis Argueta avait réalisé Collect Call (2002), parodie des difficultés de la production audiovisuelle en Amérique centrale ainsi que du rêve américain.

14Également au Guatemala, Elías Jiménez avait filmé un diptyque : La casa de enfrente, sur la corruption politique, la prostitution et le problème des gangs dits maras, et VIP, la otra casa sur un fonctionnaire de renom qui est jeté en prison. Les deux films ont reçu un accueil extraordinaire de la part du public.

15Le Honduras a produit trois films en 2003 : Almas de la medianoche, de Juan Carlos Fanconi, film d’horreur créole qui mélange légendes autochtones et zombies ; Anita, la chasseuse d’insectes, de Hispano Durón, une satire des aspirations de la classe moyenne ; Les terres de l’ogre (No hay tierra sin dueño), œuvre posthume du cinéaste Sami Kafati, dont la réalisation s’est étalée sur 17 ans. Ce dernier film a été projeté aux festivals de Cannes et de Tribeca.

El rey del cha cha cha (Costa Rica, 2009), de Isabel Martínez et Vicente Ferraz. L’acteur mexicain Damián Alcázar

El rey del cha cha cha (Costa Rica, 2009), de Isabel Martínez et Vicente Ferraz. L’acteur mexicain Damián Alcázar

16Le Costa Rica a été le pays le plus productif, avec treize films tournés entre 2001 et 2008 : cela va de la “farce” de Miguel Gómez, El cielo rojo, à tout petit budget, jusqu’à Del amor y otros demonios, de Hilda Hidalgo, adaptation du roman de García Márquez, en coproduction avec la Colombie. Oscar Castillo, Andrés Heidenreich, Maureen Jiménez, Mauricio Mendiola, Esteban Ramírez, Ishtar Yasín, Miguel Gómez, Isabel Martínez, César Caro, Francisco González et Hernán Jiménez ont chacun tourné un film national.

17Le public veut voir ses propres histoires sur grand écran, et la production audiovisuelle dans la région n’est pas près de s’arrêter. Grâce à des budgets plus souples, au développement du secteur et au soutien croissant des États, nous verrons bientôt beaucoup d’autres films centraméricains.

No hay tierra sin dueño (Honduras, 2003), œuvre posthume du cinéaste Sami Kafati

No hay tierra sin dueño (Honduras, 2003), œuvre posthume du cinéaste Sami Kafati
Inicio de página

Índice de ilustraciones

Título Del amor y otros demonios (Costa Rica, 2009), de Hilda Hidalgo, adaptation du roman homonyme de Gabriel García Márquez
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1595/img-1.png
Ficheros image/png, 472k
Título La Yuma (Nicaragua, 2009) de Florence Jaugey. Premier long-métrage réalisé à Nicaragua en 20 ans
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1595/img-2.png
Ficheros image/png, 372k
Título Gasolina (Guatemala , 2008), de Julio Hernández. Prix Horizontes Latinos, Festival International de San Sebastián.
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1595/img-3.png
Ficheros image/png, 584k
Título El camino (Costa Rica, 2008), de Ishtar Yasín
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1595/img-4.png
Ficheros image/png, 518k
Título El rey del cha cha cha (Costa Rica, 2009), de Isabel Martínez et Vicente Ferraz. L’acteur mexicain Damián Alcázar
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1595/img-5.png
Ficheros image/png, 479k
Título No hay tierra sin dueño (Honduras, 2003), œuvre posthume du cinéaste Sami Kafati
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1595/img-6.png
Ficheros image/png, 468k
Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia en papel

María Lourdes Cortés, « La renaissance du cinéma centraméricain », Cinémas d’Amérique latine, 17 | 2009, 62-64.

Referencia electrónica

María Lourdes Cortés, « La renaissance du cinéma centraméricain », Cinémas d’Amérique latine [En línea], 17 | 2009, Publicado el 06 noviembre 2015, consultado el 26 abril 2017. URL : http://cinelatino.revues.org/1595 ; DOI : 10.4000/cinelatino.1595

Inicio de página

Autor

María Lourdes Cortés

Historienne du cinéma centraméricain, professeur à l’Université du Costa Rica, chercheur à la Fondation du Nouveau Cinéma Latino-américain, et directrice de CINERGIA, fonds de promotion de l’audiovisuel d’Amérique Centrale et des Caraïbes. Elle coordonne la région d’Amérique Centrale et des Caraïbes pour la Télévision d’Amérique Latine (TAL), au Brésil. Elle a dirigé la première école de Cinéma et de la Télévision fondée au Costa Rica (Université Veritas), et le Centre Costaricien de Production Cinématographique. Elle a remporté des prix pour ses essais et a été décorée Chevalier de l’Ordre du Mérite (2005) en France.

Inicio de página

Derechos de autor

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Inicio de página
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org