Navegación – Mapa del sitio
Mexique : jeune cinéma

Cinq ans de cinéma contemporain

Festival International de Cinéma Contemporain de Mexico
Maximiliano Cruz
Traducción de Pascaline Rosnet
p. 56-58
Este artículo es una traducción de:
Cinco años de cine contemporáneo

Resúmenes

Festival de cine independiente fundado en el año 2004, en cinco años el FICCO se posicionó como uno de los eventos masivos que dieron línea al movimiento cultural de la Ciudad de México. Con una programación de 250 largometrajes internacionales, eventos académicos, conciertos, exposiciones y fiestas, el FICCO complementó su propuesta de exhibición incentivando proyectos editoriales, educativos y sociales. El FICCO propició encuentros entre jóvenes realizadores mexicanos y productores extranjeros, en su mayoría europeos, enfocados en la industria del cine independiente internacional. Estos encuentros dieron frutos traducidos en buenas películas que aún hoy hacen presencia en importantes foros internacionales.

Inicio de página

Notas de la redacción

Traduit de l’espagnol (Mexique) par Pascaline Rosnet

Texto completo

1En cinq ans d’existence, le Festival International de Cinéma Contemporain de Mexico s’est fait une place dans le circuit international des festivals. Il s’est imposé dans l’inconscient collectif des Mexicains comme l’une des manifestations ayant ouvert la voie au mouvement culturel de Mexico. Les débuts du FICCO remontent au deuxième semestre de l’année 2003, lorsque Paula Astorga, la principale instigatrice et responsable du projet, a fait appel au groupe de passionnés que nous formions et qui regroupait réalisateurs, scénaristes, producteurs, éditeurs, administrateurs et simples cinéphiles. Nous avons alors défini le concept et le chemin critique du FICCO, en tenant compte de la place que nous occuperions désormais en tant que festival de cinéma indépendant.

Parque vía (2008), de Enrique Rivero

Parque vía (2008), de Enrique Rivero

2Le Mexique constitue depuis de nombreuses années un marché fructueux pour les grands studios. À chaque saison, les circuits d’exploitation inondent de productions hollywoodiennes les quelque 4 000 salles qui s’éparpillent sur le territoire de la République. Les recettes aux guichets ont beau se chiffrer en millions de dollars, elles ne bénéficient pas pour autant à l’industrie du cinéma national. Il n’est d’ailleurs pas anodin qu’il faille encore, face à divers assauts, lutter pour faire appliquer l’outil juridique (l’Article 226) qui permet aux producteurs mexicains d’obtenir des fonds privés exempts d’impôts pour réaliser leurs films.

3Le FICCO a donc vu le jour en février 2004. À cette époque, trois grandes figures émer- geaient du panorama cinématographique national, tout en se démarquant des productions locales. Alejandro González Iñárritu sortait son second film 21 Grammes, pendant que Guillermo del Toro et Alfonso Cuarón terminaient respectivement Hellboy et Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban. Sortirent également des films qui se distinguèrent de la moyenne nationale, par leur esthétique et leur thématique, comme Digna hasta el último aliento de Felipe Cazals, Mil nubes de paz… de Julián Hernández et Gabriel Orozco de Juan Carlos Martín. L’année 2004 fut aussi l’année de films à succès comme Un día sin Mexicanos (Un jour sans Mexicains) de Sergio Arau, Matando cabos d’Alejandro Lozano, l’audacieux Zapata d’Alfonso Arau, et d’une poignée d’autres productions, la plupart sans grand intérêt artistique. De l’ensemble de la production nationale des années 2003 et 2004, seuls trois films allaient rompre radicalement avec l’inertie ambiante, ouvrant ainsi la voie à de nombreux jeunes cinéastes qui présageraient, dans les années suivantes, l’exubérance actuelle du cinéma indépendant mexicain. Il s’agissait des films Japón de Carlos Reygadas, Tropique du Cancer d’Eugenio Polgovsky et Temporada de patos (traduit Mexican Kids) de Fernando Eimbcke. Au-delà des forces et des faiblesses de chacun, et du style propre à chaque réalisateur, ces films présentent des caractéristiques communes fondamentales : tous les trois abordent l’activité cinématographique à travers un regard d’auteur, tous les trois sont des premiers films qui proposent des modèles d’autoproduction, tous les trois revendiquent le langage cinématographique comme moyen et comme fin et parviennent, schématiquement, à s’alimenter de l’idée de faire de l’art pour l’art, de l’idée du cinéma pour le cinéma.

4C’est dans ce contexte que s’est déroulée la première édition du FICCO, répondant ainsi à l’inertie générée par un vide indéniable au niveau de l’offre cinématographique. En 2004, le cinéma indépendant ou d’auteur commençait à peine à être diffusé au Mexique. Les jeunes cinéastes puisaient leurs influences et références cinématographiques dans des films qu’ils pouvaient voir à la Muestra Internacional de la Cineteca Nacional (dont la programmation n’était pas aussi riche qu’à l’heure actuelle), dans les écoles de cinéma (pour ceux qui y avaient accès), ou dans de rares salles alternatives et des ciné-clubs pour les simples amateurs de cinéma. Le public en général, n’ayant pas de réel accès aux formes d’expressions contemporaines, en était réduit à une programmation commerciale d’une qualité abjecte.

5Au niveau des festivals, les Rencontres de Cinéma Mexicain et Latino-américain de Guadalajara (désormais Festival International de Cinéma de Guadalajara), qui existaient déjà depuis 20 ans, continuent de toute évidence à stimuler l’industrie du cinéma mexicain et latino-américain. Depuis 1998, le court-métrage national et international disposait d’un tremplin avec le festival Expresión en Corto, qui se déroule dans les villes de Guanajuato et San Miguel de Allende et qui a joué un rôle prépondérant dans le processus de reconnaissance du court-métrage comme genre à part entière. Les Jornadas de Cortometraje Mexicano, impulsées par Enrique Ortiga et constituant une autre vitrine fondamentale, ont également fait office d’“école” dans la mesure où elles ont fait germer les idées et les outils de gestation du FICCO, ainsi que du Festival International de Cinéma de Morelia. Ce dernier, consacré presque exclusivement au court-métrage et au documentaire national, et doté de nombreuses ressources, a rapidement été reconnu comme susceptible de contribuer significativement à l’essor de la scène mexicaine.

XV en Zaachila (2003), de Rigoberto Pérezcano

XV en Zaachila (2003), de Rigoberto Pérezcano

6Il convient de souligner que le FICCO dépend de Cinemex, de même que le Festival de Morelia dépend de Cinépolis, première société d’exploitation du pays et principal concurrent de Cinemex. Les deux festivals ont vu le jour à quelques mois d’écart et, bien que leur apparition semble avoir répondu aux mêmes nécessités corporatives de leurs dirigeants, il s’avère que, jusqu’à leur cinquième édition respective, ils ont été diamétralement opposés d’un point de vue idéologique, conceptuel et opérationnel. Ce qui explique peut-être la fin radicale du FICCO en tant que projet social, après cinq ans d’ascension fulgurante, et la pérennité de Morelia, assise sur des choix artistiques sans grande prétention. À ces festivals, viendrait s’ajouter l’incontournable et engagé Contra el silencio todas las voces et, à plus grande échelle, le festival Ambulant, tour de documentaires (Ambulante, gira de documentales), une proposition itinérante, novatrice et percutante, présentée par la maison de production Canana Cine et bénéficiant du soutien de Cinépolis.

Mil nubes de paz (2004), de Julián Hernández

Mil nubes de paz (2004), de Julián Hernández

7En cinq ans d’existence, le FICCO a accueilli toutes sortes d’auteurs, de tendances et d’expressions radicales gravitant autour du cinéma et renvoyant par conséquent à des aspects essentiels de l’existence. Le FICCO a ouvert des brèches qui ont permis à de nombreux jeunes réalisateurs mexicains et étrangers refusant de réaliser des films commerciaux pour répondre à des préoccupations financières, de présenter leurs travaux à divers publics de Mexico et, ce qui fut décisif dans le cas des réalisateurs locaux, à des personnalités et institutions étrangères qui ont trouvé dans le festival un vivier de cet autre cinéma mexicain ; un raccourci vers les expressions les plus novatrices et prometteuses de l’industrie indépendante mexicaine.

8XV en Zaachila de Rigoberto Pérezcano, Toro Negro de Pedro González Rubio et Carlos Armella, Sangre de Amat Escalante, 1973 de Antonino Isordia, La palomilla salvaje de Gustavo Gamou, De nadie de Tin Dirdamal, Familia Tortuga de Rubén Imaz, La sangre iluminada de Iván Ávila Dueñas, Nacido sin de Eva Norvind, La frontera infinita de Juan Manuel Sepúlveda, Mi vida dentro de Lucía Gajá, Ser isla de Eun-Hee Ihm, ¿Dónde están sus historias? de Nicolás Pereda, et plus récemment Wadley de Matías Meyer, Parque vía de Enrique Rivero et Intimidades de Shakespeare y Victor Hugo de Yulene Olaizola, sont quelques-uns des films mexicains les plus remarqués dans la programmation du FICCO durant ses cinq premières années.

Dónde están sus historias (2007), de Nicolas Pereda

Dónde están sus historias (2007), de Nicolas Pereda

Temporada de patos (2006), de Fernando Eimbcke

Temporada de patos (2006), de Fernando Eimbcke

9D’année en année, le FICCO a permis aux spectateurs de Mexico d’apprécier un grand nombre de films contemporains remarquables, réalisés par de jeunes cinéastes étrangers ou des maîtres tels que Artour Aristakisian, Apitchapong Weerasethakul, Jia Zhang Ke, Lukas Moodysson, Hou Hsiao-Hsien, Park Chan-wook, Philippe Garrel, Wang Bing, Masahiro Kobayashi, Alain Berliner. Hong Sang-soo, Bruce LaBruce, Romuald Karmakar, Tsai Ming-liang, Nuri Bilge Ceylan, Shinji Aoyama, Pere Portabella, Nicolas Klotz et Jacques Nolot, pour n’en citer que quelques-uns. Le FICCO a fait découvrir au public divers réalisateurs, invités à venir présenter leurs œuvres, parmi lesquels on peut citer : Emir Kusturica, Todd Solondz, Hubert Sauper, Geraldine Chaplin, James Benning, Lav Diaz, Lech Kowalski, Claire Denis, Christoffer Boe, Lisandro Alonso, Jean-Claude Carrière, Martín Rejtman, Albert Serra, José Luis Torres Leiva, John Gianvito, Guy Maddin, Harmony Korine et Carlos Reygadas.

10Pour compléter cet aperçu du cinéma contemporain, le FICCO a organisé des séries de rétrospectives intégrales dédiées à des auteurs tels que Emile de Antonio, John Cassavetes, Pier Paolo Pasolini, Glauber Rocha, Matthew Barney, Peter Watkins, Peter Whitehead, Robert Bresson, Pedro Costa, Carl T. Dreyer, Aki Kaurismäki, Maurice Pialat, Frederick Wiseman et Yervant Gianikian & Angela Ricci Lucchi. Des rétrospectives ont également été consacrées aux cinématographies du Brésil, d’Inde, d’Argentine, du Danemark, d’Iran, de Corée du Sud, d’Algérie et des Philippines.

11Les événements récents au sein du FICCO préfigurent la fin, semble-t-il, du FICCO en tant qu’initiative idéologique et projet social. Cinemex a favorisé l’existence d’un festival dont les ambitions n’ont jamais été comprises par ses dirigeants, ou que ces derniers n’ont pas voulu partager. C’est peut-être pour cela qu’ils ont préféré suivre un chemin différent de celui que nous envisagions, en tant qu’équipe, pour l’avenir du FICCO. Dans une volonté corporative déconcertante, visant à délimiter chaque champ d’action du festival, Cinemex a conduit l’équipe fondatrice du FICCO à se démarquer définitivement du nouveau projet intitulé FICCO-Cinemex. Cependant, l’esprit du FICCO s’est enraciné en chacun de ses organisateurs, chez les cinéphiles de Mexico et chez toute personne ayant été liée d’une façon ou d’une autre au festival, ce qui me conduit à affirmer avec conviction que le FICCO n’est pas près de disparaître.

Logo du Festival Internacional de Cine Contemporáneo de la Ciudad de México

Logo du Festival Internacional de Cine Contemporáneo de la Ciudad de México

Sangre (2005), de Amat Escalante

Sangre (2005), de Amat Escalante
Inicio de página

Índice de ilustraciones

Título Parque vía (2008), de Enrique Rivero
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1580/img-1.png
Ficheros image/png, 410k
Título XV en Zaachila (2003), de Rigoberto Pérezcano
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1580/img-2.png
Ficheros image/png, 170k
Título Mil nubes de paz (2004), de Julián Hernández
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1580/img-3.png
Ficheros image/png, 447k
Título Dónde están sus historias (2007), de Nicolas Pereda
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1580/img-4.png
Ficheros image/png, 335k
Título Temporada de patos (2006), de Fernando Eimbcke
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1580/img-5.png
Ficheros image/png, 172k
Título Logo du Festival Internacional de Cine Contemporáneo de la Ciudad de México
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1580/img-6.png
Ficheros image/png, 61k
Título Sangre (2005), de Amat Escalante
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1580/img-7.png
Ficheros image/png, 101k
Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia en papel

Maximiliano Cruz, « Cinq ans de cinéma contemporain », Cinémas d’Amérique latine, 17 | 2009, 56-58.

Referencia electrónica

Maximiliano Cruz, « Cinq ans de cinéma contemporain », Cinémas d’Amérique latine [En línea], 17 | 2009, Publicado el 06 noviembre 2015, consultado el 25 junio 2017. URL : http://cinelatino.revues.org/1580 ; DOI : 10.4000/cinelatino.1580

Inicio de página

Autor

Maximiliano Cruz

Membre fondateur et ancien co-directeur de la programmation du Festival International de Cinéma Contemporain de Mexico (FICCO). Il a travaillé durant 5 ans à la promotion du cinéma d’auteur à Mexico ainsi que de films mexicains contemporains à l’étranger. En 2008, il fonde “Interior13Cine”, sa nouvelle société de production et de distribution, en association avec l’ancien membre du FICCO Sandra Gómez. Son catalogue, ciblé sur le cinéma d’auteur et le documentaire mexicains et latino-américains s’ouvrira avec Copacabana de Martín Rejtman (Rotterdam 2007, prix FIPRESCI (Fédération internationale de la presse cinématographique.) au FICCO), diffusé en avant-première à la Cinémathèque du Mexique en décembre 2008. Wadley, de Matías Meyer, sera le second film diffusé. En tant que jeune scénariste, il a écrit divers courts-métrages, dont El pasajero, primé internationalement, et Verde, du réalisateur mexicain Matias Meyer, ainsi que quelques longs-métrages, dont le lauréat du Hubert Bals Fund (Le Fonds Hubert Bals a été créé en 1988, en hommage à l’instigateur du Festival de Rotterdam. Il offre un soutien financier au scénario et/ou à la postproduction à de jeunes cinéastes indépendant.), Stepping on my blood. Il écrit actuellement le long-métrage Juvenal, soutenu par le Fonds Colombien pour le développement Cinématographique.

Inicio de página

Derechos de autor

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Inicio de página
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org