Skip to navigation – Site map
Mexique : jeune cinéma

Le cinéma mexicain par ses écoles

Le Centre Universitaire d’Études Cinématographiques et le Centre de Formation Cinématographique
Cédric Lépine
p. 46-49
Translation(s):
El cine mexicano a través de sus escuelas

Abstracts

Depuis le début des années 2000, le cinéma mexicain a fait preuve d’une formidable renaissance. Parmi les initiateurs de ce mouvement, on trouve à Mexico deux écoles de cinéma réputées dans toute l’Amérique latine : le CCC et le CUEC. En effet, des cinéastes qui ont marqué la récente actualité du septième art comme Francisco Vargas, Rodrigo Plá, Elisa Miller, Alfonso Cuarón, Fernando Eimbcke… en sont d’anciens élèves. Apparues dans les années 1960 et 1970 pour sortir le cinéma mexicain d’un classicisme exsangue, les nouveaux objectifs du CCC et du CUEC dépassent à présent les seules responsabilités de formation : pour confirmer le talent et le savoir-faire de leurs élèves, elles ont choisi de s’intéresser à la promotion internationale à travers la participation à des festivals.

Top of page

Editor's notes

Entretien réalisé avec Adriana Castillo, directrice adjointe chargée de la Recherche et de la Diffusion au CCC et Jessy Vega, responsable de la Coordination des Festivals et de la Promotion au CCC.

Full text

1Dans le numéro 5 de la revue, en 1997, les écoles de cinéma mexicaines faisaient déjà l’objet d’un article très documenté. À cette époque, la situation du cinéma mexicain était au plus bas, avec une production nationale de quelques films par an. Dix ans plus tard, le cinéma mexicain a été reconnu sur la scène internationale et des grands noms ont retenu les esprits. En période de crise ou non, les écoles ont poursuivi sans relâche leur objectif de former les nouvelles générations. Comme il ne suffit pas d’être un cinéaste talentueux pour mener sa carrière, la question de la diffusion des premières œuvres est devenue incontournable pour les écoles. Les représentants du CUEC et du CCC témoignent.

El ojo en la nuca (2001), de Rodrigo Plá

El ojo en la nuca (2001), de Rodrigo Plá
  • 1 Ainsi, Daniel Hendler et Gael Garcia Bernal jouent dans El ojo en la nuca de Rodrigo Plá.

2Le CCC (Centre de formation Cinématographique) a été fondé en 1975 par Carlos Velo. Luis Buñuel fut son président honoraire. L’école est devenue une plate-forme pour former des professionnels dans la mise en scène, la réalisation, le montage, le son et le scénario. Notre formule académique a permis de former des cinéastes tels Francisco Vargas (Le Violon), Elisa Miller (Ver llover, Palme d’Or 2007 du court- métrage), Ignacio Ortiz (Mezcal), Rodrigo Plá (La zona), Carlos Carrera, Rodrigo Prieto… Plusieurs acteurs ont fait leurs premières armes dans des travaux d’école d’étudiants du CCC avant que leur carrière prenne leur envol1.

3Les succès du CCC sont dus à la combinaison d’étudiants talentueux associés à des professeurs émérites et d’une flexibilité pour accueillir les nouveaux projets des élèves.

4Nous nous efforçons de conserver la structure académique de l’école où l’enseignement des bases formelles du langage cinématographique passe par la vision des films. L’étudiant doit aussi avoir une grande sensibilité à l’égard de ce qui l’entoure. Si de nouvelles esthétiques et de nouveaux thèmes de réflexion apparaissent, ils sont les bienvenus.

5Certains professeurs ont leurs propres influences. Ainsi, l’arrivée au CCC de Janusz Polom, photographe et ancien professeur de l’école de Lodz (Pologne), apporta à une génération d’étudiants un regard particulier. On en retrouve l’écho à travers le travail de Francisco Vargas et Martín Boege, son directeur de la photo sur Le violon. L’école accueille des personnes aux idées novatrices. Ainsi, en juin 2008, le CCC a organisé les premières Rencontres Inter-nationales des Écoles de Cinéma réunissant six écoles étrangères venues de Chine (Beijing Film Academy), Danemark (The National Film School of Denmark), Israël (Sam Spiegel Film and Television School), Pologne (The National Polish Film, television and Theatre), Australie (Victorian College of the Arts) et France (la Fémis).

6Chaque année, sur 15 étudiants inscrits, deux peuvent être étrangers et suivront les cours généraux.

Affiche de commémoration des 45 ans du CUEC

Affiche de commémoration des 45 ans du CUEC

7Actuellement, nous nous consacrons à la partie technologique, offrant aux élèves l’accès à la postproduction. Nous montons aussi un laboratoire de développement des films, qui n’existe pas encore au Mexique, pour préparer les monteurs (système Avid / ProTools).

8Le CCC se distingue par son soutien aux premiers films : un étudiant diplômé présente un projet de long-métrage et si celui-ci est sélectionné, l’école se charge de financer tout le film (la production, le tournage et la postproduction). Et conjointement avec l’IMCINE, la distribution s’effectue ensuite en salles.

9L’essor des films issus du CCC s’appuie sur un travail promotionnel. Nous avons terminé l’année 2007 avec une participation dans plus de 125 festivals internationaux d’où sont issus 34 prix. Auparavant, seuls les travaux de fin d’études bénéficiaient de cette promotion. Maintenant que les étudiants ont la possibilité d’inscrire eux-mêmes leur film, l’école a décidé de promouvoir tous types de travaux d’école.

10Pour la première fois en 2008, le CCC était présent au festival de Clermont-Ferrand, dont le marché international de courts-métrages est très important. Notre but était de vendre avec professionnalisme courts-métrages et documentaires.

11Le monde du cinéma est aussi celui de la distribution. Bien que l’école conserve son aspect académique d’enseignement, son principal objectif, elle ne s’oppose pas à la diffusion des courts métrages. La rencontre d’un film avec un public reste l’objectif final des cinéastes, dans un festival de cinéma ou distribué dans le reste du monde.

12Il existe un véritable intérêt commercial de la part des quelques distributeurs mexicains. Lorsque le film réussit une carrière à l’étranger, comme ce fut le cas pour Le violon, il trouve immédiatement des distributeurs au Mexique.

13Jusqu’à présent seuls 60 % des films qui sortent de l’école sont projetés en salles. Le reste tarde à être diffusé ou ne se vend pas. Mais cela dépend aussi du sujet abordé. Par exemple, Familia Tortuga a attiré un public qui n’est pas la majorité de la population mexicaine, à la différence de KM 31 qui a fait énormément d’entrées. Le public mexicain prend peu à peu l’habitude de voir des films mexicains. Je pense que depuis 2000 ce public a augmenté de manière exponentielle. Auparavant, l’habitude était davantage d’aller voir les films hollywoodiens. Aujourd’hui nous bénéficions d’une confiance épatante. Ainsi, les distributeurs et vendeurs à l’international commencent à investir davantage dans le cinéma mexicain parce qu’ils se rendent compte qu’il existe un public.

Ver llover (2006), de Elisa Miller

Ver llover (2006), de Elisa Miller
  • 2 Universidad Nacional Autónoma de México.

14Le CUEC (Centre Universitaire d’Études Cinématographiques), fondé en 1963 par Manuel González Casanova au sein de la UNAM2, est l’école de cinéma la plus ancienne d’Amérique latine. En 1960, le même homme avait permis la création de la cinémathèque universitaire, premier pas effectif vers la transmission d’une connaissance du cinéma. À cette époque, le milieu du cinéma mexicain restait inaccessible à la nouvelle génération à cause des syndicats qui en gardaient l’accès. Le cinéma était condamné au classicisme. Les professionnels du cinéma apprenaient par la pratique et ne voyaient pas l’intérêt de l’étudier dans une école.

15Pour les intellectuels et les cinéphiles influencés par la Nouvelle Vague française il était nécessaire de parler de la pratique du cinéma.

16Au tout début, les cours consistaient en discussions informelles entre étudiants et professeurs du CUEC (intellectuels mexicains dont les plus connus étaient José Revueltas, Carlos Monsiváis, Emilio García Riera, Gabriel García Márquez). Le statut académique est arrivé ensuite.

17L’objectif du CUEC est de former non seulement des réalisateurs, mais aussi des techniciens spécialisés dans le son, la photographie, le montage, la production… Cette formation passe par le meilleur de l’esprit universitaire alliant recherche esthétique, pluralité des idées et expérimentation. Les cours se répartissent autour de deux axes fondamentaux : la fiction et le documentaire. L’étudiant est formé à la réalisation, la scénographie, la production, la photographie, la direction artistique, la direction d’acteurs, le montage, ainsi qu’au langage cinématographique et à l’histoire du cinéma mexicain. Un programme de premier film permet chaque année à un étudiant de réaliser un long-métrage financé par l’université et l’IMCINE.

18L’école est publique et non gouvernementale, ce qui lui donne une grande liberté d’expression pour témoigner de la société. El grito, le documentaire le plus emblématique de l’année 1968 au Mexique, a été filmé sur le vif par les élèves de l’école et monté sous la direction de Leobardo López Aretche. Ce documentaire reste l’un des plus beaux témoignages de l’engagement du CUEC d’alors.

19Le CUEC et le CCC ont longtemps été les deux seules écoles mexicaines de cinéma. Les deux écoles sont finalement très proches et collaborent régulièrement. Toutes les autres écoles de cinéma mexicaines sont privées, à l’exception de celle qui fait partie de l’université de Guadalajara et qui est assez similaire au CUEC, si l’on considère les thèmes des cours.

20L’entrée dans une école de cinéma à Mexico permet l’accès effectif à l’industrie cinématographique. Très sélectif, le CUEC n’accepte par an, sur 500 personnes passant l’examen d’entrée, que 15 élèves. Les étudiants diplômés trouvent facilement un emploi.

21Le CUEC participe à la diffusion des films des étudiants. Nous les inscrivons dans les festivals internationaux les plus importants. En 2008, nous avons été invités à la FIPA de Biarritz pour présenter une rétrospective de nos travaux d’école ainsi qu’au festival de San Sebastián. Les chaînes culturelles de la télévision mexicaine, regardées par les personnes qui s’intéressent au cinéma, diffusent aussi nos films. Dernièrement, nous avons mis en vente sur DVD une sélection de courts du CUEC dans les grands centres de distributions du pays. Nous organisons également des projections dans les lieux publics et centres culturels mexicains. Tous les moyens de diffusion sont exploités.

El violín (2005), de Francisco Vargas

El violín (2005), de Francisco Vargas
  • 3 3. Chef opérateur de No Country for Old Men de Joel & Ethan Coen, Sleepy Hollow de Tim Burton, etc.

22L’actuel cinéma mexicain n’aurait pas pu se développer sans le CUEC. Nos anciens étudiants ont contribué à la reconnaisance du cinéma mexicain dans les festivals internationaux. Parmi ceux-ci, on trouve par exemple Alexis Zabe, chef opérateur de Lumière silencieuse, de Carlos Reygadas. Du côté du cinéma documentaire, Mi vida dentro, de Lucía Gajá, est une belle réussite. L’équipe de Temporada de patos, de Fernando Eimbcke, est issue du CUEC. Notons encore Jorge Fons (El callejón de los milagros), Ernesto Contreras (Párpados azules), Emmanuel Lubezki, le chef opérateur mexicain le plus connu à Hollywood3, sans oublier Alfonso Cuarón. C’est la manifestation d’un cinéma intelligent qui, en s’intéressant aussi au cinéma commercial, ne se limite pas au cinéma d’auteur.

23Malgré toutes ces reconnaissances, nous ne disposons pas des meilleures conditions pour faire du cinéma. Le cinéma n’est pas le produit de la volonté personnelle du cinéaste, qui doit, pour vivre de son art, résister et se diversifier en faisant de la télévision, de la publicité, des films commerciaux… Loin de l’exception culturelle, le cinéma mexicain est considéré comme une marchandise de plus pour le gouvernement mexicain. Pour créer un fonds de soutien au profit du cinéma national, il n’existe pas de taxes sur les films étrangers. La télévision ne soutient pas non plus le cinéma. En outre, les recettes du billet sont très mal réparties : 60 % des recettes vont à l’exploitant et 15 % au producteur initial. Les fonds de l’État consacrés au cinéma sont hélas loin d’être suffisants. La loi fiscale permettant à ceux qui investissent dans le cinéma de ne pas payer l’impôt sur la fortune a permis, ces deux dernières années, de faire plus de films, même s’ils ne sont pas tous bons.

24Au final, les deux grandes écoles de cinéma du Mexique ont donné des cinéastes de haute qualité : c’est là assurément le bon côté.

Intimidades de Shakespeare y Victor Hugo (2008), de Yulene Olaizola

Intimidades de Shakespeare y Victor Hugo (2008), de Yulene Olaizola
Top of page

Notes

1 Ainsi, Daniel Hendler et Gael Garcia Bernal jouent dans El ojo en la nuca de Rodrigo Plá.

2 Universidad Nacional Autónoma de México.

3 3. Chef opérateur de No Country for Old Men de Joel & Ethan Coen, Sleepy Hollow de Tim Burton, etc.

Top of page

List of illustrations

Title El ojo en la nuca (2001), de Rodrigo Plá
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1563/img-1.png
File image/png, 1.2M
Title Affiche de commémoration des 45 ans du CUEC
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1563/img-2.png
File image/png, 85k
Title Ver llover (2006), de Elisa Miller
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1563/img-3.png
File image/png, 460k
Title El violín (2005), de Francisco Vargas
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1563/img-4.png
File image/png, 535k
Title Intimidades de Shakespeare y Victor Hugo (2008), de Yulene Olaizola
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1563/img-5.png
File image/png, 343k
Top of page

References

Bibliographical reference

Cédric Lépine, « Le cinéma mexicain par ses écoles », Cinémas d’Amérique latine, 17 | 2009, 46-49.

Electronic reference

Cédric Lépine, « Le cinéma mexicain par ses écoles », Cinémas d’Amérique latine [Online], 17 | 2009, Online since 06 November 2015, connection on 23 September 2017. URL : http://cinelatino.revues.org/1563 ; DOI : 10.4000/cinelatino.1563

Top of page

About the author

Cédric Lépine

Depuis 2005, il professionnalise sa cinéphilie en tant que rédacteur pour la revue Les Fiches du Cinéma, coréalisateur de l’Annuel du Cinéma et coordinateur des chroniques DVD sur Internet. Il collabore également à la Médiathèque des Trois Mondes, maison d’édition spécialisée dans la promotion des cinématographies d’Amérique latine, d’Afrique et d’Asie.

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org