Navigation – Plan du site
Mexique : jeune cinéma

Le renouveau artistique du cinéma mexicain

Carlos Bonfil
Traduction de Odile Bouchet
p. 40-45
Cet article est une traduction de :
La renovación artística del cine mexicano

Résumés

Ces temps-ci, le cinéma mexicain voit augmenter sa production de films d’année en année. Pourtant les jeunes cinéastes affrontent de grandes difficultés pour distribuer leurs œuvres. Les mesures fiscales favorisant l’investissement dans des productions nouvelles, pas plus que la visibilité acquise par bien des cinéastes dans les festivals, n’ont pu y remédier. Tant qu’aucun cadre légal ne protègera les créations filmiques de la concurrence écrasante des super-productions étasuniennes qui inondent le marché, le travail des cinéastes ne pourra que vivoter. Ne pouvant voir leurs films à l’affiche assez longtemps pour espérer s’y retrouver financièrement, les créateurs sont contraints de recourir à des formules éculées de divertissement ou à des narrations convenues. S’ils se risquent au contraire à diversifier leurs stratégies de financement et de distribution, à travers des co-productions, en recourant au format numérique, bien meilleur marché, et à des réseaux innovants de distribution, ils obtiennent des résultats qui, en plus d’être originaux, sont bien plus gratifiants. C’est le cas d’une poignée de jeunes cinéastes qui tournent le dos au cinéma commercial et acceptent le défi actuel de la résistance culturelle dans le cinéma qu’ils produisent.

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduit de l’espagnol (Mexique) par Odile Bouchet

Texte intégral

1Pendant les cinq dernières années l’évolution du cinéma mexicain a été remarquable. Il est sorti, grâce à des propositions de qualité, de la période de stagnation où il semblait s’enfoncer en 2002, où sa production n’a été que de 14 films. La moyenne actuelle est déjà de 70 réalisations. Les sujets et les ressources stylistiques se sont diversifiés, et prennent des distances avec les trames anciennes, solennelles et conventionnelles. Beaucoup des longs- métrages les mieux accueillis par la critique au Mexique et dans les festivals internationaux ont été produits dans des conditions très difficiles, parfois à travers des coopératives, grâce au format numérique bon marché, avec des acteurs non professionnels, et sans beaucoup d’espoir de compensation économique. Les meilleurs films au Mexique partagent la même expérience : ils subissent une distribution déficiente, et quand enfin ils parviennent à l’affiche, ils n’y restent qu’une semaine ou deux, à des horaires peu avantageux, dans des endroits enclavés, ou bien dans des circuits d’art et d’essai à l’intention d’un public réduit. Le paradoxe se reproduit sans cesse : le meilleur cinéma mexicain survit pour quelques rares spectateurs, presque sans publicité, vaincu d’avance par la concurrence écrasante des productions nord-américaines qui occupent plus de 90 % des écrans du pays.

2Le paradoxe est encore plus grand lorsque dans des publications nationales et étrangères, on pointe l’idée d’un renouveau artistique du cinéma mexicain actuel, qui est moins attribué à ce qui est produit à l’intérieur du pays qu’au succès de films étrangers réalisés par des cinéastes mexicains. Les réalisateurs Alfonso Cuarón (Children of men), Alejandro González Iñárritu (Babel), et surtout Guillermo del Toro (El laberinto del fauno) ont eu un juste succès grâce à des films qu’il est difficile de considérer comme des productions mexicaines même si le film de Del Toro est une co-production avec l’Espagne. Leur thématique a peu à voir avec les préoccupations de la majorité des cinéastes qui vivent au Mexique, et leur attribuer d’entrée la nationalité mexicaine est aussi absurde que de considérer comme espagnols Los olvidados ou Le charme discret de la bourgeoisie de Luis Buñuel, du seul fait de la nationalité du cinéaste. Ces réalisateurs eux-mêmes ont commenté avec ironie cette équivoque en se décrivant comme des “journaliers de luxe”, c’est-à-dire des immigrants arrivés à Hollywood pour travailler dans de meilleures conditions que dans leur pays d’origine, et ils ont plus d’une fois manifesté ouvertement leur solidarité avec leurs collègues qui, au Mexique, manquent d’aides suffisantes pour pouvoir filmer. Le succès de ces cinéastes emblématiques n’a fait que mettre en évidence le manque d’opportunités des jeunes cinéastes, frais émoulus des écoles de cinéma, pour réaliser leur premier film, et le fait que s’ils parviennent à s’en sortir la première fois, le deuxième long-métrage est encore plus difficile à réaliser. Le succès d’une poignée de cinéastes, de caméramans et d’acteurs mexicains à Hollywood a eu des répercussions en termes de prix dans les festivals internationaux, en particulier des Oscars dans plusieurs catégories. Tout ceci a fortement contribué à alimenter l’idée très généralisée que le cinéma mexicain, sans avoir d’industrie bien consolidée, vit aujourd’hui un second âge d’or.

Francisco Vargas, réalisateur de El violín (2005)

Francisco Vargas, réalisateur de El violín (2005)

3La réalité est bien différente et dans la presse locale abondent les déclarations de jeunes cinéastes signalant continuellement les mêmes obstacles à franchir : manque de visibilité de leurs productions, distribution déficiente qui s’intéresse bien peu à la promotion du cinéma mexicain (mais favorise le cinéma nord-américan, à la rentabilité garantie), quotas de projection complètement injustes qui ne laissent aux productions locales qu’un temps à l’écran insuffisant, cadre légal impropre à la stimulation du développement d’une industrie cinématographique forte, manque de volonté politique du gouvernement pour aider cette industrie, et non-engagement des compagnies de télévision pour co-produire du cinéma. Il faut ajouter à ceci le refus officiel de renégocier le Traité de libre commerce (TLCAN/ALENA) qui, dès le début, a inclus la culture, donc le cinéma, dans le lot de marchandises d’échange libres de droits de douane et de contraintes, situation bien différente de celle du Canada, qui a exclu la culture de ces négociations.

4L’effet de ce traité a été un désastre pour le cinéma mexicain, car il inhibe dans une large mesure toute tentative d’imposer aux super-productions étasuniennes les régulations pertinentes pour limiter leur présence massive dans notre pays, au détriment des productions locales. Récemment, une politique d’aide fiscale a été mise en place : l’article 226 de l’impôt sur le revenu, qui permet aux investisseurs de déduire de leurs déclarations une contribution à des productions filmiques. Au départ, certains chefs d’entreprises étaient réticents, d’autres ont accordé des aides sous conditions (les films devaient avoir des thématiques conventionnelles, sans sexe ni violence, et autres incorrections assez floues), mais malgré tout, cela a donné lieu à des aides pour un nombre considérable de films sans trop de restrictions. Le problème est que cette aide est à peine suffisante si elle ne va pas de pair avec une législation plus large et cohérente en faveur du cinéma mexicain. Aujourd’hui, de plus, sur fond de crise financière mondiale, l’investissement dans le cinéma n’apparaît guère comme une affaire bien rentable pour les chefs d’entreprise.

Drama/Mex (2006), de Gerardo Naranjo

Drama/Mex (2006), de Gerardo Naranjo

Fernando Eimbcke, réalisateur de Lake Tahoe (2008)

Fernando Eimbcke, réalisateur de Lake Tahoe (2008)

5Cependant le cinéma produit au Mexique offre une variété de thèmes et de propositions artistiques de plus en plus grande. Il explore le documentaire et la fiction de façon bien plus imaginative qu’il y a quinze ou vingt ans, et ce, malgré l’insuffisance des moyens matériels et la précarité de la distribution des produits. Un exemple remarquable en est Le violon, premier long-métrage de Francisco Vargas, qui malgré ses prix à l’étranger et sa grande reconnaissance critique, a dû attendre de longs mois avant d’intéresser un distributeur national. L’une des raisons en était le thème politique dont on craignait qu’il n’incommode les autorités. Pour la première fois un film mexicain montrait ouvertement l’image de la répression par le pouvoir militaire, précisément au moment où le gouvernement avait recours à l’armée pour lutter contre le trafic de drogue. Le violon raconte l’histoire d’un vieil homme, don Plutarco, violoniste ambulant pris entre le front militaire et la guérilla. Le vieillard va de village en village en compagnie de son fils et de son petit-fils dans les montagnes tropicales en jouant de son instrument. Quand les forces armées envahissent son village à la recherche de guérilleros et soumettent les habitants dans une violence inouïe, don Plutarco charme le chef des opérations par sa musique, au point que, peu à peu, s’établit entre eux une étrange relation de complicité et de méfiance. Le récit illustre en définitive la domestication temporaire du pouvoir autoritaire au moyen de l’art musical. Cette parabole est située au Mexique évidemment, mais à une époque indéterminée. On y parle d’une guerre sale, celle du gouvernement contre la dissidence armée. Il est pourtant difficile de ne pas la situer dans les années 1970, où se sont produits dans le pays des faits d’une grande violence qui ont abouti aux assassinats de deux guérilleros célèbres, Genaro Vázquez et Lucio Cabañas, ainsi qu’à un nombre indéterminé de disparus dont le sort est resté mystérieux. Cependant le réalisateur du film préfère ne pas donner d’indice de temps, ce qui suggère que la violence en zone rurale est toujours d’actualité, tout comme les violations systématiques des droits des paysans. C’est pourquoi ce film d’une grande qualité, susceptible d’un grand succès public, est longtemps resté exclu des réseaux commerciaux. Il n’était pas censuré, mais on ne faisait rien pour faciliter sa distribution. Il souffrait, en définitive, d’une censure commerciale due à son contenu plus qu’à d’éventuelles déficiences formelles. La stratégie développée par le cinéaste pour promouvoir son film est intéressante. Une maison de distribution indépendante y a prêté attention au moment où une revue politique de gauche (Proceso) acceptait de financer partiellement sa sortie commerciale. En parallèle, diverses projections ont eu lieu à plusieurs endroits du pays, devant un public indigène et dans des conditions peu favorables. Les gens parlaient du film, on commentait son succès à l’étranger, ce qui créait un climat de curiosité. La dernière stratégie de promotion a été de tendre des banderoles non autorisées, annonçant le film dans des lieux clés de la ville de Mexico, avec l’idée que même si on devait les ôter quelques heures plus tard, des milliers d’automobilistes et de piétons seraient au courant. En fin de compte, le jour de la première, le film a eu un accueil remarquable.

Párpados azules (2007), de Esrnesto Contreras

Párpados azules (2007), de Esrnesto Contreras

6Un journaliste a demandé à Francisco Vargas ce qu’il avait voulu faire en réalisant Le violon. Il a répondu : “J’ai voulu montrer un échantillon du cinéma qu’on devrait faire plus souvent au Mexique. Un cinéma à très petit budget, à thématique nouvelle et attrayante pour les spectateurs. Je suis conscient du fait que pour faire plus de films mexicains, il faut que ceux qui sortent aient du succès. Mais vouloir faire des produits commerciaux ne veut pas dire qu’ils soient vides de contenu ou qu’ils manquent de proposition d’auteur. Sauf quelques exceptions très respectables, il semble que le cinéma mexicain se soit limité à deux ou trois thématiques avec quelques variantes, alors que sur un écran on peut raconter, dans des genres très différents, des centaines d’histoires politiques et sociales de notre réalité. La majorité des cinéastes mexicains aspirent à faire des films en accord avec les schémas de production d’Hollywood, mais comme on n’a ici ni les ressources techniques ni les budgets qu’il y a là-bas, ils finissent par faire des copies bon marché de ce modèle de production. Par chance, il y a de moins en moins de films qui suivent le modèle de Hollywood, et ils s’aventurent à chercher des alternatives.”

7Parmi les films qui ont parié sur une expression filmique différente, en rupture avec les moules traditionnels du cinéma mexicain, figurent les deux longs-
métrages de Fernando Eimbcke (Temporada de patos et Lake Tahoe), au langage minimaliste et aux influences déclarées de cinéastes aussi dissemblables que Jim Jarmusch et Yasujiro Ozu, mais aussi les trois films de Carlos Reygadas (Japón, Bataille dans le ciel et Lumière silencieuse), qui ont reçu divers prix internationaux, et qui montrent eux aussi la marque de cinéastes européens, de Robert Bresson à Carl Dreyer. L’époque du nationalisme culturel à outrance, où les films mexicains louvoyaient entre naturalisme et cinéma de genre, figés dans la critique sociale, proclamant le besoin absolu de refléter la réalité nationale, semble aujourd’hui dépassée. Les jeunes artistes défendent bien sûr la spécificité culturelle de leurs œuvres et leur appartenance à un milieu culturel mexicain, mais le plus important n’est plus la transmission de messages qui poussent au nationalisme, mais l’affirmation du caractère éminemment artistique, pluriel et cosmopolite de leurs productions. Il n’est donc pas très étonnant de voir que ces œuvres sont plus reconnues à l’étranger que dans leur propre pays d’origine.

Familia Tortuga (2006), de Rubén Imaz Castro

Familia Tortuga (2006), de Rubén Imaz Castro

Batalla en el cielo (2005), de Carlos Reygadas

Batalla en el cielo (2005), de Carlos Reygadas

8Familia tortuga, premier long-métrage d’un jeune réalisateur, Rubén Imaz, est un exemple éloquent de cette situation. Sorti il y a deux ans lors d’un festival local, il a parcouru des compétitions internationales où il a récolté plusieurs prix, et ce n’est qu’après d’énormes efforts qu’il a pu être projeté au Mexique, dans une poignée de salles, avec peu de publicité, passant presque inaperçu durant deux petites semaines de projection. Ce film est la radiographie minutieuse et sensible d’une famille déstructurée, ainsi que la chronique d’une perte affective (la mort de la mère de famille) qui plonge les quatre personnages centraux dans un état de désolation permanente. De façon intelligente, le cinéaste montre comment se tissent peu à peu de nouveaux liens affectifs entre les êtres qui semblaient un temps se rejeter mutuellement. Devant la caméra ils révèlent leurs peurs et leurs désirs avec une grande économie de dialogues et de longs plans séquences. C’est un art narratif original qui combine l’humour et l’observation psychologique, s’arrêtant sur la figure de l’oncle Manuel, un vieil homme qui se réfugie dans un comportement infantile pour tenter d’éviter le naufrage moral. Le film déconcerte beaucoup de spectateurs par sa durée et sa lenteur narrative, mais finit par séduire par le ton en apparence détaché sur lequel il dissèque la vie familiale de la classe moyenne, thème qui avait été abordé avec perspicacité en 1989 par le réalisateur chevronné Jaime Humberto Hermosillo dans Intimidades en un cuarto de baño. Familia tortuga était la thèse de fin d’études de Rubén Imaz (27 ans) au Centro de Capacitación Cinema-tográfica de Mexico. Tout le film a été tourné chez ses grands-parents, en numérique, puis gonflé en 35 mm.

Digna hasta el último aliento (2004), de Felipe Cazals

Digna hasta el último aliento (2004), de Felipe Cazals

El violín (2005), de Francisco Vargas

El violín (2005), de Francisco Vargas

9Un autre cinéaste talentueux, Gerardo Naranjo, a réalisé aux États-Unis en 2004 son premier long-métrage Malachance, jamais distribué au Mexique. Formé à l’Université Ibéro-américaine, au Centro Universitario de Estudios Cinematográficos (CUEC), et à l’American Film Institute, le réalisateur parvient à financer son film suivant Drama/Mex, sans aide gouvernementale, grâce à l’aide d’amis, dons de négatifs, tirages, caméras et prêt de matériel. Un film artisanal qui tranche sur les schémas de productions traditionnels et venait d’une idée toute simple : recréer l’atmosphère d’un port mexicain, Acapulco, où s’entrecroisaient trois vies de jeunes. Il s’agissait de mettre en regard l’expérience de jeunes très actifs et curieux avec celle d’un bureaucrate cinquantenaire qui, pour des raisons peu claires (malversation de fonds, déprime, sensation d’échec affectif ou professionnel), avait décidé de se supprimer. Le résultat est un portrait original de la jeunesse mexicaine de classe moyenne, donnant l’image de personnages qui communiquent de préférence à travers le sexe et un langage violent, mais aussi celle d’une jeune fille éveillée et malicieuse qui par un jeu de séduction élaboré tente de dissuader l’homme mûr de ses intentions suicidaires.

10Gerardo Naranjo a aujourd’hui l’oreille juste et le regard attentif pour capter non seulement le langage juvénile qui ignore les barrières sociales, soumis qu’il est aux diktats médiatiques, mais aussi la défaite patente du conservatisme moral dans les affaires charnelles. Dans Drama/Mex, toute pénurie existentielle se résout avec bonheur dans la sérénité contemplative de la jouissance de soi et des autres. Naranjo propose de façon convaincante une modernisation du langage filmique mexicain. Sa contribution peut sembler aussi inégale et nerveuse que le comportement de ses personnages, mais elle n’en est pas moins une promesse appréciable de rénovation créatrice.

11Le jeune cinéaste Ernesto Contreras est un cas différent. Pour son premier long métrage, Paupières bleues, il choisit un argument en apparence bien conventionnel qui renvoie au cinéma de genre urbain très populaire des années 1970. Une jeune fille solitaire gagne un voyage pour deux personnes vers une plage paradisiaque, mais découvre vite qu’elle n’a personne pour venir avec elle. Elle rencontre par hasard un employé solitaire et taciturne qui dit l’avoir connue à l’adolescence. Ils font tous deux semblant de croire à cette histoire, mais la veille du voyage qu’ils doivent faire ensemble, ils se rendent compte de l’inutilité de leurs efforts, puisqu’ils ne parviennent pas à transformer leurs deux solitudes en accord amoureux convaincant. Cette histoire a été sélectionnée au festival de Cannes parmi 800 autres propositions narratives, pour participer à la Semaine Internationale de la Critique. Elle y a été bien reçue, ce qui l’a aidée à être distribuée au Mexique et à participer à un grand nombre de compétitions mondiales. Son originalité consiste à pouvoir transmettre, avec grande sobriété narrative, la sensation de vide complet qui s’empare des personnages face à une fiction sentimentale qui en fin de compte les dépasse. “Mon intention”, dit le réalisateur, “était de représenter le désenchantement généralisé que traversent nos sociétés en Amérique latine, en Europe, aux États-Unis, partout. Et cette angoisse est en rapport avec la désillusion, le désespoir et la vie monotone.” Ernesto Contreras est diplômé du Centre Universitaire d’Études Cinématographiques, et, à 38 ans, il appartient à une génération qui choisit de subvertir, avec simplicité et un humour raffiné, les chroniques conventionnelles de la vie familiale mexicaine. Comme dans Familia tortuga, les personnages sont tout à fait dépourvus de glamour, ils vivent des expériences somme toute banales, mais à partir de cette apparente médiocrité morale, ils s’efforcent de retrouver les accents de la sincérité affective, tournant le dos à la génération qui les précède et qui, souvent, les méprise ou les ignore. Ces subtiles variations de registre du quotidien, des conflits intérieurs et du pouls de la vie urbaine sont ce qui a fait que la fiction, point faible du cinéma mexicain il y a quelques années, soit devenue aujourd’hui sa proposition la plus novatrice.

Familia tortuga (2006), de Rubén Imaz Castro

Familia tortuga (2006), de Rubén Imaz Castro

12Ce qui ne veut pas dire que le documentaire ait perdu de son importance. Au contraire, les documentaristes font montre d’un esprit critique et d’une vitalité surprenants. Ils abordent des thèmes d’actualité politique tels que la violence domestique, l’inégalité des sexes, la diversité sexuelle ou la récupération des traditions populaires en voie de disparition. Le jeune réalisateur Everardo González fait par exemple une évocation originale dans La canción del pulque de “la liberté sans morale que donne l’alcool”, des personnages pittoresques qui fréquentent les bars où l’on vend l’enivrant nectar appelé pulque, et qui disparaissent à la vitesse de la consommation urbaine de ce produit, laissant derrière eux un souvenir de partage insouciant et canaille. Le réalisateur les capte avec une excellente écoute du parler populaire. Son second long-métrage, Los ladrones viejos, fait la chronique des vies de gens qui ont été pendant des années voleurs à la tire et monte-en-l’air dans les villas des puissants, dont deux présidents du pays. Le cinéaste les filme déjà vieux, dans les prisons où ils purgent des peines de 20 à 30 ans. Ils relatent avec humour anecdotes et hauts faits, détaillant également les codes d’honneur du bon voleur, toujours plus chevaleresque et attirant que le délinquant politique qui abuse du pouvoir pour s’enrichir impunément. Le film récupère, pour recréer l’ambiance, des images d’archives des années 1950. L’œuvre est remarquable.

Lake Tahoe (2008), de Fernando Eimbcke

Lake Tahoe (2008), de Fernando Eimbcke

13Une nouvelle génération de cinéastes choisit de travailler au Mexique et de faire du cinéma en essayant des formes novatrices de production et de distribution alternatives. Elle a recours aux festivals internationaux pour gagner la visibilité qui lui est refusée localement, et quand un réalisateur acquiert une réputation à l’étranger, il attire l’attention des institutions officielles, telles que l’Institut Mexicain de Cinématographie, qui l’aident à produire le film suivant. C’est ce qui est arrivé pour le premier long-métrage de Julián Hernández Mil nubes de paz cercan el cielo, amor jamás dejarás de ser amor, d’abord ignoré, puis aidé du fait d’une récompense au festival international de cinéma de Berlin. Par chance il y a des signes favorables d’une plus grande sensibilité pour aider des films en marge des circuits commerciaux par le thème ou le style. Les festivals locaux priment les films à proposition originale, depuis des documentaires tels que Bajo Juárez, ou Mi vida dentro, jusqu’à des fictions comme Lumière silencieuse ou Los bastardos. Il faut y ajouter que l’on réclame, de façon généralisée, une législation qui aide effectivement les jeunes cinéastes et qui garantisse la distribution de leurs films dans un marché à concurrence inégalitaire et arbitraire. Une fois établi le cadre légal favorable au cinéma mexicain, il ne faudra pas attendre longtemps pour voir naître une nouvelle industrie. Les cinéastes sont déjà là, et beaucoup d’entre eux ont un talent indiscutable.

Batalla en el cielo (2005), de Carlos Reygadas

Batalla en el cielo (2005), de Carlos Reygadas
Haut de page

Table des illustrations

Titre Francisco Vargas, réalisateur de El violín (2005)
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1562/img-1.png
Fichier image/png, 133k
Titre Drama/Mex (2006), de Gerardo Naranjo
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1562/img-2.png
Fichier image/png, 163k
Titre Fernando Eimbcke, réalisateur de Lake Tahoe (2008)
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1562/img-3.png
Fichier image/png, 218k
Titre Párpados azules (2007), de Esrnesto Contreras
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1562/img-4.png
Fichier image/png, 353k
Titre Familia Tortuga (2006), de Rubén Imaz Castro
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1562/img-5.png
Fichier image/png, 493k
Titre Batalla en el cielo (2005), de Carlos Reygadas
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1562/img-6.png
Fichier image/png, 497k
Titre Digna hasta el último aliento (2004), de Felipe Cazals
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1562/img-7.png
Fichier image/png, 463k
Titre El violín (2005), de Francisco Vargas
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1562/img-8.png
Fichier image/png, 286k
Titre Familia tortuga (2006), de Rubén Imaz Castro
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1562/img-9.png
Fichier image/png, 180k
Titre Lake Tahoe (2008), de Fernando Eimbcke
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1562/img-10.png
Fichier image/png, 539k
Titre Batalla en el cielo (2005), de Carlos Reygadas
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1562/img-11.png
Fichier image/png, 429k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Carlos Bonfil, « Le renouveau artistique du cinéma mexicain », Cinémas d’Amérique latine, 17 | 2009, 40-45.

Référence électronique

Carlos Bonfil, « Le renouveau artistique du cinéma mexicain », Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 17 | 2009, mis en ligne le 06 novembre 2015, consulté le 27 juin 2017. URL : http://cinelatino.revues.org/1562 ; DOI : 10.4000/cinelatino.1562

Haut de page

Auteur

Carlos Bonfil

Critique de cinéma qui a fait des études de littérature française à l’Université de Paris IV et de traduction à Paris X Dauphine. Il a été professeur de lettres françaises à l’UNAM, puis est passé au journalisme culturel. Depuis 18 ans, il est critique de cinéma pour le quotidien La Jornada, et pour plusieurs revues spécialisées et générales, ainsi que pour des catalogues d’expositions, au Mexique et à l’étranger. Traducteur et interprète, il a traduit des pièces de théâtre et des essais. Il a été jury de festivals de cinéma au Mexique.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org