Skip to navigation – Site map

Les nouveaux auteurs du cinéma chilien

María José Bello
Translated by Julie Amiot
p. 8-11
This article is a translation of:
Nuevos autores para el cine chileno

Abstracts

Cineastas y productores del cine chileno analizan el auge de la actividad cinematográfica en el país así como los desafíos futuros de la industria.

Top of page

Editor's notes

Traduit de l’espagnol (Chili) par Julie Amiot

Full text

1Depuis la fin des années 1990, la production cinématographique a connu une croissance soutenue au Chili. En 2008, le record des sorties de films nationaux a été battu : 24 films chiliens ont été diffusés dans les cinémas du pays, un chiffre très significatif si l’on considère que la moyenne se situait autour de dix films par an au cours des années antérieures. Différents facteurs ont contribué à cet important essor de la production, notamment une politique officielle de soutien du cinéma à travers des allocations de fonds par concours et une loi audiovisuelle promulguée en 2004, la professionnalisation de l’activité liée à l’apparition de nouvelles écoles de cinéma, et une diminution des coûts de production grâce à la technologie numérique.

2Un autre facteur non négligeable est la stabilité politique. Suite à la disparition de presque toute la création cinématographique pendant la dictature (1973-1989), il a fallu repartir de zéro dans la reconstruction du cinéma national à partir du début des années 1990 ; ainsi, aujourd’hui, après presque 20 ans de démocratie, on commence à récolter les fruits du processus de transformation sociale et politique qu’a connu le Chili. Il convient d’ajouter à tout cela un effort soutenu du secteur audiovisuel et du gouvernement pour jeter les bases d’une industrie cinématographique.

  • 1 Entre janvier et octobre 2008, sur l’ensemble des films sortis au Chili, 84 % étaient nord-américai (...)

3Mais il faut souligner que cette industrie en est encore à ses balbutiements. L’explosion de la production est un bon signe, mais il reste beaucoup à faire en ce qui concerne les politiques de distribution et de diffusion. On fait des films, mais ils sont peu vus, ce qui s’explique entre autres par la taille du marché chilien qui ne compte que 262 salles pour l’ensemble du territoire, à l’affiche desquelles on observe le plus souvent une domination écrasante des films nord-américains1.

4Parmi les 24 films chiliens sortis en 2008, on trouve des films aux styles très divers. Cette variété a enrichi le panorama cinématographique en offrant un espace de diffusion sur les écrans aussi bien à des films affichant une nette vocation commerciale qu’à des productions mettant en œuvre un regard plus personnel, celui que l’on nomme traditionnellement le cinéma d’auteur.

5L’apparition et la consolidation de ces nouveaux auteurs ces dernières années sont l’une des principales réussites du cinéma chilien. Il s’agit de cinéastes jeunes, qui ont été capables de mener à bien des projets fondés sur un point de vue très personnel, grâce auquel leurs films ont obtenu une reconnaissance nationale et internationale significative. Les plus remarquables sont : Matías Bize (Sábado, En la cama, Lo bueno de llorar), Alicia Scherson (Play, Turistas), Sebastián Lelio (La sagrada familia), José Luis Torres Leiva (El cielo, la tierra y la lluvia), Pablo Larraín (Fuga, Tony Manero) et Cristián Jiménez (Ilusiones ópticas), entre autres.

6Quelques-uns des réalisateurs les plus importants de cette génération et les producteurs qui ont travaillé avec eux analysent le panorama qu’offre le cinéma national.

Pablo et Juan de Dios Larraín

  • 2 Fábula a également produit le film La vida me mata (2007), une comédie sombre du cinéaste débutant (...)

7Ces deux frères ont créé ensemble la maison de production audiovisuelle Fábula, grâce à laquelle ils ont réalisé Fuga en 2006 et Tony Manero en 20082. Les deux films ont été réalisés par Pablo et produits par Juan de Dios. Tony Manero a été très bien accueilli dans des festivals de divers pays, et a obtenu le prix du meilleur film à Turin en 2008. Le film raconte l’histoire d’un psychopathe d’âge mûr qui, pendant la dictature militaire, se prend d’une passion obsessionnelle pour le protagoniste de La fièvre du samedi soir ; une métaphore du désir de fuir la réalité, de la folie et de la décadence : de toute une période sombre de notre histoire.

Quel bilan fais-tu de l’année 2008 en ce qui concerne ta carrière ?

Pablo J’ai passé une super bonne année et c’est aussi une période faste pour le cinéma chilien et le cinéma latino-américain en général.

Que penses-tu de la façon dont Tony Manero a été reçu dans les festivals internationaux ?

Juan Ç’a été une énorme surprise, et il faut dire que nous n’avions jamais imaginé que le film allait avoir autant d’écho dans le circuit international. Nous sommes allés dans des festivals dont le prestige est immense : Cannes, New York, Turin, Londres, La Havane, et nous allons aussi nous rendre au Bafici.

Pablo Larraín

Pablo Larraín

Comment est venue l’histoire de ce film ?

Pablo C’est une interprétation que nous avons faite avec un groupe d’artistes à partir d’une série de faits de l’histoire récente du Chili.

Comment expliques-tu le bon accueil qui est actuellement réservé aux films chiliens à l’étranger ?

Pablo En règle générale ce sont des films très honnêtes qui ont pour seule ambition de mettre en place un imaginaire propre, et je crois que cela se ressent. Ce sont des histoires racontées avec une très grande sincérité, avec une grande force, avec une texture particulière, et tout cela est très sain. On est en train de créer une identité cinématographique à partir de notre appréhension de la réalité. Et il existe une grande diversité. Parmi les 24 sorties de films chiliens pour cette année, on trouve des films très différents entre eux, des films de zombies, de science-fiction, etc.

Peut-on parler de points communs thématiques ou stylistiques entre les différents metteurs en scène ?

Juan Je crois que ce sont des styles très personnels, mais il se trouve que les films qui ont été bien reçus dans le circuit international, comme ceux de Torres Leiva, Huacho d’Alejandro Fernández et jusqu’à Tony Manero, partagent le même regard, et ont une façon de faire du cinéma qui possède la même particularité : le désir de représenter une certaine image de l’Amérique latine et du Chili qui est très riche, et c’est ce qui leur a ouvert beaucoup de portes à l’étranger.

Quel rôle ont joué les producteurs dans tout ce processus d’essor du cinéma chilien ?

Juan On assiste à une professionnalisation de l’activité cinématographique qui est due en partie aux producteurs. C’est le cas de Bruno Bettati, de ce qu’a fait Úrsula Budnik, de ce qu’est en train de faire Adrián Solar, et aussi de mon propre travail. Cela consiste à créer des réseaux, à faire en sorte que les films puissent accéder au circuit international, ou à prendre conscience du fait qu’il faut s’attaquer au problème de la distribution avant même que le film ne sorte au Chili. Le producteur a pris en charge des tâches qui auparavant étaient assumées par le réalisateur. Avant, le réalisateur faisait tout : il écrivait le scénario, il mettait en scène, il produisait, il montait le film. Je crois que l’on est parvenu à une plus grande efficacité, à un travail plus spécialisé. Il y a plus de cerveaux qui réfléchissent en même temps à des choses très distinctes, ce qui permet que l’on se spécialise davantage dans une activité précise, et on parvient à faire plus de choses en moins de temps.

Juan de Dios Larraín, producteur de Tony Manero

Juan de Dios Larraín, producteur de Tony Manero

Alicia Scherson et Macarena López

8En 2005, Macarena López a produit Play, la première œuvre d’Alicia Scherson. Aujourd’hui, elles sont associées au sein de La Ventura, une maison de production qui a pris en charge la réalisation de Turistas (2009), le deuxième film de la réalisatrice. La Ventura soutient le cinéma d’autres jeunes réalisatrices chiliennes et s’occupera également de la production du prochain projet du cinéaste José Luis Torres Leiva.

Peut-on parler d’une nouvelle génération de cinéastes chiliens ?

Alicia C’est un sujet polémique. En 2005, lorsque des films comme Play, La Sagrada familia ou En la cama sont sortis, on a commencé à parler de la “nouvelle génération”, du “nouveau cinéma chilien”, mais cette expression désigne en fait une autre génération, celles des années 1960 ; je crois que nous avons une certaine unité pour ce qui est de notre âge, mais en revanche nous n’en avons pas sur le plan stylistique, pas plus que nous ne sommes associés par un manifeste, parce que l’époque n’est pas aux manifestes. Mais il y a tout de même quelque chose de nouveau depuis les années 2000, où a surgi un nouvel enthousiasme, en même temps de nouvelles écoles de cinéma et que la technologie numérique. Je crois qu’il existe certaines choses en commun dans ce groupe de personnes, comme la recherche de nouveaux circuits de distribution, ou la volonté de faire des films plus personnels. Faire du cinéma dans les années 1980 ou 1990 était quelque chose de très solitaire. Il y avait très peu de metteurs en scène, et ils ne se rencontraient que très occasionnellement. Aujourd’hui, nous sommes plus nombreux, nous nous soutenons davantage les uns les autres, nous nous connaissons, et tout cela permet d’arriver à un peu de masse critique.

Alicia Scherson et Macarena López à Santiago de Chili, novembre 2008

Alicia Scherson et Macarena López à Santiago de Chili, novembre 2008

Macarena Si tu fais allusion à une génération au sens d’un mouvement, je pense qu’elle n’existe pas. Il manque vraiment une élaboration théorique autour de toutes les œuvres produites actuellement. Mais je ne pense même pas que cela soit nécessaire, tout simplement parce que leur existence – au-delà du problème d’une éventuelle convergence thématique – est déjà en soi suffisamment significative. Il y a une différence par rapport aux années précédentes au cours desquelles très peu de films sortaient, et où l’on savait que l’on allait systématiquement trouver un film de Littin, puis l’année suivante un de Justiniano, et ensuite un de Caiozzi. L’arrivée de toute une génération de nouveaux cinéastes me semble enrichir énormément le panorama, elle est intéressante en tant que telle.

Mais ils ont bien en commun les moyens de production, les formes de financement, etc.

Alicia Oui, nous nous trouvons dans les mêmes circuits de distribution, avec les mêmes fonds. Le système de production derrière tous ces films est très similaire, même si on ne peut évidemment pas généraliser. Il y a des metteurs en scène qui évoluent dans des circuits plus commerciaux, mais il existe aussi un groupe qui travaille par exemple avec le festival de Toulouse, celui de Rotterdam, ou des fonds publics. Ce sont les cinéastes qui réalisent un cinéma personnel, avec de petits budgets, et qui ont entre 25 et 40 ans.

Comment caractériser ton expérience de cinéaste femme dans un milieu essentiellement masculin ?

Alicia Ça n’est pas si difficile, parce que je crois qu’il n’existe pas de mauvaises volontés a priori. Cela pose des questions de fond. Par exemple, la réaction des gens face à l’image d’une femme créatrice. Surtout lorsque la créatrice en question assume un rôle de coordination d’équipe, comme c’est le cas au cinéma, contrairement à ce qui peut se passer pour une créatrice solitaire comme une peintre par exemple.
Au cinéma, il ne faut pas seulement créer, mais aussi diriger un groupe. En général, je n’ai pas à me plaindre, mais il faut reconnaître qu’il y a très peu de réalisatrices.

Quel est le moment le plus difficile dans la production d’un film ?

Macarena Au moment de la distribution et de la diffusion, on rencontre un problème lié à l’augmentation de la production nationale : alors que le nombre de gens qui vont au cinéma stagne, le nombre de films qui sortent a énormément augmenté. En conséquence, le public doit se répartir entre des sorties plus nombreuses, et chaque film a moins de spectateurs.

Tu veux dire que les films chiliens se font concurrence pour être à l’affiche ?

Macarena On ne manque pas encore d’espace sur les écrans : si tu veux que ton film soit diffusé au moins une semaine il va l’être, ce qui n’est pas le cas en Argentine où on te le refuse carrément… Je crois que nous en prenons le chemin, mais on n’en est pas encore là.

José Luis Torres Leiva, Cristián Jiménez et Bruno Bettati

9José Luis Torres Leiva (El cielo, la tierra y la lluvia, 2008) et Cristián Jiménez (Ilusiones ópticas, 2009) ont réalisé leur premier long-métrage de fiction avec Bruno Bettati à la production. Sa maison de production, Jirafa, qui se trouve dans la ville de Valdivia, à plus de 800 kilomètres de Santiago, a contribué à développer un pôle audiovisuel au sud du Chili et à décentraliser l’activité cinématographique.

Quel genre d’histoires aimes-tu raconter ?

José Luis J’aime pouvoir raconter de petites histoires, des choses presque anecdotiques, des histoires que beaucoup d’autres gens n’auraient sans doute pas envie de raconter. J’aime aussi pouvoir me concentrer sur d’autres aspects, comme le son, l’atmosphère, l’esthétique. C’est tout cela pris dans son ensemble qui fait une histoire selon moi.

Cristián Au collège, j’écrivais déjà des contes, et je crois que dans ces premiers récits, il y avait déjà un trip à la fois drôle et mélancolique. Pendant quelque temps, j’ai été obsédé par la volonté de faire des histoires abstraites, avec le minimum de référentialité. Comme si les contes pouvaient être la traduction de quelque chose qui aurait été écrit ailleurs, n’importe où, et sans que l’époque soit très claire.

José Luis Torres Leiva

José Luis Torres Leiva

Pourquoi avez-vous choisi de travailler avec Jirafa pour vos projets ?

José Luis Parce que je projetais de filmer au sud du Chili – mes parents sont de là-bas – mais je ne connaissais pas du tout la région. Quand j’ai contacté Bruno, j’avais déjà une première version du scénario, qui a par la suite beaucoup changé lorsque je suis allé parcourir les lieux où nous allions filmer. Je crois que Jirafa a réussi à mettre en place une structure de production qui n’a pas besoin d’être reliée à Santiago pour mener à bien ses projets, non seulement sur le plan technique, mais aussi sur le plan humain, et c’est une très grande réussite pour une structure qui reste en marge de la capitale. C’est ce qui lui a permis de donner le jour à des projets plus personnels et peut-être aussi plus audacieux.

Cristián Comme je suis de Valdivia et que j’ai envie d’y faire mes films, l’association avec Jirafa est pour ainsi dire naturelle. Je crois que ce qui a permis à cette maison de production de se détacher du lot, c’est la façon dont elle conçoit son travail, c’est-à-dire à la fois son intérêt pour le cinéma que l’on pourrait appeler indépendant (à défaut de trouver un terme plus approprié) et un professionnalisme très rigoureux dans sa façon de gérer les projets : elle agit avec souplesse à un niveau régional, national et international, ce qui est très important pour mes projets, et je ne sais pas si beaucoup de producteurs ont cette capacité.

À quel moment commencez-vous à travailler avec les metteurs en scène ?

Bruno Nous aimons bien commencer quand le projet en est encore au stade du scénario, mais seulement s’il a déjà atteint un certain degré d’achèvement. On ne cherche pas des gens qui viennent juste d’avoir une idée la semaine dernière, mais plutôt des gens qui travaillent à l’écriture depuis un an par exemple. Ça veut dire que le metteur en scène y réfléchit depuis pas mal de temps, qu’il a quelque chose de concret à mettre en marche sur le plan industriel. Nous produisons des thrillers aussi bien que des films art et essai. Nous nous sommes efforcés de soutenir des initiatives très différentes, mais en essayant toujours de faire en sorte que ces projets parviennent à être filmés en 35 mm, ou qu’ils aient au moins une forme de distribution massive.

Bruno Bettati, fondateur de Jirafa Producciones

Bruno Bettati, fondateur de Jirafa Producciones

Quels sont les facteurs qui ont favorisé l’essor du cinéma au Chili ?

  • 3 Fonds National pour le Développement de la Culture et des Arts.

Bruno Je crois qu’il y a plusieurs choses. D’abord, il y a des auteurs, des créateurs, qui ont surgi grâce au Fondart3 mis en place il y a quelques années. Au départ, ce fonds a été inventé pour garantir qu’il y ait des créateurs, parce que sans eux, il n’y a rien. Je pense que c’est un bon point de départ. Ensuite, le soutien de l’État est important. Pas seulement sur le plan économique, avec la loi et le fonds propres à l’activité cinématographique, mais aussi parce que plusieurs services coopèrent et qu’il y a une plus grande coordination entre eux : avant, cela n’existait pas au Chili.

Comment envisages-tu l’avenir du cinéma chilien ?

Cristián J’espère et je crois que nos meilleurs films sont encore à venir. S’il est vrai qu’il existe des obstacles sur le plan de la diffusion et que les producteurs connaissent des difficultés, je pense que sur le plan créatif nous vivons un grand moment. Une masse critique est en train de se former, il y a de plus en plus de gens qui réfléchissent et qui écrivent sur le cinéma, et le simple fait que l’on produise autant de choses me semble très stimulant pour tout le monde.

Cristián Jiménez

Cristián Jiménez
Top of page

Notes

1 Entre janvier et octobre 2008, sur l’ensemble des films sortis au Chili, 84 % étaient nord-américains, 10% chiliens, et seulement 6% provenaient du reste du monde.

2 Fábula a également produit le film La vida me mata (2007), une comédie sombre du cinéaste débutant Sebastián Silva.

3 Fonds National pour le Développement de la Culture et des Arts.

Top of page

List of illustrations

Title Pablo Larraín
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1499/img-1.png
File image/png, 164k
Title Juan de Dios Larraín, producteur de Tony Manero
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1499/img-2.png
File image/png, 155k
Title Alicia Scherson et Macarena López à Santiago de Chili, novembre 2008
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1499/img-3.png
File image/png, 558k
Title José Luis Torres Leiva
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1499/img-4.png
File image/png, 180k
Title Bruno Bettati, fondateur de Jirafa Producciones
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1499/img-5.png
File image/png, 224k
Title Cristián Jiménez
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1499/img-6.png
File image/png, 102k
Top of page

References

Bibliographical reference

María José Bello, « Les nouveaux auteurs du cinéma chilien », Cinémas d’Amérique latine, 17 | 2009, 8-11.

Electronic reference

María José Bello, « Les nouveaux auteurs du cinéma chilien », Cinémas d’Amérique latine [Online], 17 | 2009, Online since 06 November 2015, connection on 30 March 2017. URL : http://cinelatino.revues.org/1499 ; DOI : 10.4000/cinelatino.1499

Top of page

About the author

María José Bello

Journaliste formée à l’Université Catholique du Chili, elle a réalisé des documentaires, rédigé des critiques de cinéma, et couvert divers festivals. En 2007, elle est arrivée à Toulouse où elle s’est inscrite en deuxième année de Master recherche à l’ESAV (École supérieure d’études audiovisuelles). Elle a consacré son mémoire à l’œuvre de Patricio Guzmán. Actuellement, elle travaille avec le Festival de Cinéma de Toulouse et le Festival de Cinéma d’Ovalle au Chili.

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org