Navigation – Plan du site

Question d’image

Albertina Carri
Traduction de Laurence Mullaly et Michèle Soriano
p. 30-41
Cet article est une traduction de :
Cuestión de imagen

Résumés

À la télévision, les images transmises imposent un modèle ségrégationniste : toutes celles et tous ceux qui n’y sont pas conformes ou ne peuvent pas l’être sont renvoyé-e-s dans l’abject ou l’invisible, ce qui fait du cinéma le territoire de résistance à cette image imposée à des fins de domination politique.

Haut de page

Notes de la rédaction

Ce texte est la retranscription d’une conférence donnée par Albertina Carri le vendredi 30 mars 2012, en salle du Sénéchal dans le cadre du Colloque international “De cierta manera”, Identités plurielles et normes de genre dans les cinémas latino-américains, organisé à Toulouse, les 28, 29 et 30 mars 2012 par l’Institut de Recherche Intersite Études Culturelles (IRIEC) de l’Université Toulouse II-Le Mirail, en collaboration avec AMERIBER de l’Université Bordeaux III et l’ARCALT.
Ce colloque coïncidait avec les 24es Rencontres Cinémas d’Amérique latine de Toulouse (23 mars-1er avril 2012), qui consacraient une partie de leur programmation à une Rencontre avec Albertina Carri, laquelle était également membre du jury Coup de Cœur, prix le plus important des Rencontres.

Texte intégral

Albertina Carri, Toulouse, mars 2012

Albertina Carri, Toulouse, mars 2012

1Je voudrais commencer cette conférence en expliquant que tout ceci est une erreur. Leonardo Favio (un cinéaste que j’admire pour de nombreuses raisons et que je déteste pour d’autres) dit qu’il fait du cinéma afin que l’on ne remarque pas ses fautes d’orthographe ; moi, je pourrais dire que je fais du cinéma pour ne pas avoir à parler, et cependant me voici, devant vous, sur le point de me mordre la langue. Je suis sûre que dans mes films vous trouverez plus de questions, plus de défis et plus de voies que dans ces paroles écrites pendant quelques nuits de chaleur, alors que mon fils dort et ma femme couvre le déroulement d’un procès consacré à la traite des femmes dans une ville encore plus chaude que celle où nous vivons.

2Mais je suis là, bien décidée à vous ennuyer avec mes réflexions libres, destructurées, et surtout inexactes, sur la société visuelle, les discours hégémoniques et la matrice politique que constitue l’image.

3La deuxième observation que je veux faire est que je commencerai cette conférence en parlant de la télévision (bien qu’il s’agisse d’un colloque sur le cinéma). Je procède à cet étrange déplacement parce que, dans mon pays, certains changements culturels très profonds sont en cours et qu’ils exigent inévitablement une réflexion. Mais aussi, et avant tout, parce que je considère que ce que nous appelons l’audiovisuel a des frontières de plus en plus fragiles et que la télévision est devenue une machine à produire du sens, autant sur la question du genre que pour les récits qui structurent notre façon de nous penser en tant que société. Je m’inspire principalement de la télévision argentine, car c’est celle que je connais le mieux, mais malheureusement dans la description que je ferai de ma TV vous découvrirez sans doute d’autres télévisions, sous d’autres latitudes. Vos TV.

Société visuelle. Sous l’hégémonie de

  • 1 El Tesoro de la Juventud, tome X, 1937. Le mot concha, qui veut dire coque ou coquille, signifie en (...)

Quelques insectes bénéfiques pour l’homme
Parmi les petits êtres les plus curieux par leurs particularités, nous devons mentionner la luciole, en général appelée dans certains pays ver luisant, et qui, en réalité, est un insecte coléoptère du genre des scarabées, qui nous rend grand service en pénétrant dans les coquilles des escargots et en les dévorant.
[…] La quantité de lumière qu’émettent ces petits animaux est très grande, si l’on tient compte de leurs dimensions.1
Extrait d’une encyclopédie pour la jeunesse de 1937

4Je ne peux pas vivre en tournant le dos à la nature. Bien que le récit de la façon dont la luciole (sous son manteau de beauté et de bonté) vide l’escargot de son contenu et le détruit, rendant ainsi un grand service à l’humanité, ne m’amuse guère, je sais que je fais partie d’une chaîne semblable de vie, mort et résurrection culturelle. Même si la bataille pour la performance de l’image semble se dérouler suivant des modalités moins sanglantes que celles qu’utilise le règne animal, cette petite description de la façon dont opère la luciole, et la célébration de son acte fatal au nom des bénéfices d’une majorité dont la valeur, de toute évidence, est supérieure à celle des insectes, est assez semblable à la manière de communiquer choisie aujourd’hui par la télévision argentine – une télévision qui fut régie, jusqu’à ces derniers temps, par une loi préparée et instituée par la dictature la plus sanglante que notre pays ait pu vivre.

5Je ne soutiens aucun type de censure, bien que, lorsque je m’installe devant la TV, le mot “interdire” jaillisse de mes lèvres beaucoup trop souvent, au goût de ma conscience libertaire. Ceci étant dit, je commence par la négation.

6Je ne veux pas vivre dans un pays où les gens recouvrent et cachent leur corps.

7Bien que je trouve répugnant le fait que les corps que montre la TV reproduisent toujours les mêmes modèles : des femmes siliconées, à demi nues et disponibles (dans les émissions de divertissement), des femmes vêtues en maîtresses de maison (dans les publicités). Des hommes blancs qui portent une chemise sans cravate ou une cravate avec des jeans (dans tous les cas). Il est injuste de réduire l’apparition des femmes à la TV à l’image de femmes siliconées et maîtresses de maison ; il est certain que le panorama est un peu plus diversifié si nous pensons aux femmes indépendantes qui interviennent dans les débats et qui sont toujours hétérosexuelles, ou aux femmes trans qui apparaissent dans les faits divers et dans les comptes rendus scandalisés consacrés à la prostitution. Il y a aussi une autre variété d’hommes, outre le présentateur blanc et le protagoniste de 90% des publicités, le blanc jeune et entrepreneur, prêt à changer son avenir (lisez dans “avenir” l’automobile, la maison, l’organisation d’une fête pleine de filles). Nous avons aussi les gays aux cheveux teints, toujours destinés aux potins et à la danse, et le chœur de messieurs négligés qui accompagnent en général le présentateur principal en assumant la parole incorrecte que le protagoniste ne peut pas, ne doit pas laisser passer par sa bouche, il dispose de ses “subalternes” pour cela, et il les encourage avec son grand sourire (et avec son équipe d’avocats, je suppose). Et les moches dont la laideur n’a pas d’importance car les thèmes qu’ils abordent, eux, en ont.

Albertina Carri, pendant la conférence du 30 mars 2012, salle du Sénéchal à Toulouse, colloque international “De cierta manera”, Identités plurielles et normes de genre dans les cinémas latino-américains.

Albertina Carri, pendant la conférence du 30 mars 2012, salle du Sénéchal à Toulouse, colloque international “De cierta manera”, Identités plurielles et normes de genre dans les cinémas latino-américains.

8Qu’est-ce qui est le plus discriminant pour mon genre ? Le mécanisme de la publicité ou celui des émissions de TV dirigées par de grands jeunes hommes en chemise décontractée et pantalon un peu ajusté ?

  • 2 “Jument” (NDT).

9Sans doute ces deux stratégies s’alimentent-elles réciproquement, toutes deux sont fonctionnelles à la domestication des femmes et à l’idée insistante qu’une femme doit laver la vaisselle ou doit être une “yegua”2pour amuser le genre masculin, et certainement elle est une “yegua” si elle s’avère capable d’affronter le genre masculin et de lui disputer le pouvoir. (Yegua : mot très utilisé par la foule qui est descendue dans la rue taper sur des casseroles en 2008 pour insulter la présidente Cristina Fernández de Kirchner et défendre les caudillos de la bourgeoisie agricole, un mot que les vedettes utilisent dans les émissions de potins pour s’insulter à l’envi.)

10Dans la nouvelle loi sur les médias, qui est sur le point d’être mise en application dans notre pays, il y a un article spécifique qui condamne ces pratiques. Ainsi, cet article n’est pas seulement le bienvenu, il est également nécessaire, comme l’eau, la santé, l’éducation et le travail, dans une société qui se considère comme évoluée.

11Maintenant le défi à relever est : comment faire pour ne pas devenir une société que la nudité effraie – c’est déjà le cas, il est vrai, car sans cela nous ne nous préoccuperions pas autant de régime et de soins esthétiques. Je dirais même que la peur est le moindre mal au moment de nous retrouver à découvert, le plus compliqué est de considérer quels sont les corps qui ont le droit d’être nus et quels sont ceux qui ne l’ont pas. Il semblerait que nous adhérions tous et toutes à la nudité en tant que privilège de quelques-uns (quelques-unes en général), et que tous les autres nous devions rester toujours couverts, cachant notre imperfection sous un certain type de vêtements, ceux-ci nous étant recommandés également par les médias. Le privilège des corps qui peuvent se montrer nus n’importe où suppose en outre une appropriation du plaisir. Les autres, nous sommes comme des statues invitées à ces bacchanales, et comme nous ne sommes pas de pierre, bien que ce rôle nous ait été assigné, nous sommes condamnés à l’insatisfaction.

12La forme correcte de poser le problème serait peut-être : comment faire pour libérer nos corps des préjugés qui nous viennent de ce miroir déformant de la télévision, du graphisme et de l’invasion d’images à laquelle nous sommes exposé-e-s quotidiennement ?

13Pour rebrousser le chemin déjà parcouru, je propose donc que les amendes infligées aux programmes qui ont fait de la discrimination une esthétique ne soient pas payables en monnaie. Pour chaque année où ils nous ont obligés à nous contempler dans le miroir de femmes en string gonflées de silicone jusqu’à exploser, et d’hommes aux dents tordues et ventripotents mais gagnants, car ils matent les seins des filles qui les entourent grâce à l’habileté de leur chef (celui qui a la chemise sans cravate), il faudrait que le chef présente une émission en cache-sexe, et qu’il introduise dans son programme la beauté de corps divers, mais pas seulement pour les exhiber, plutôt pour que le regard naturalise ces corps en les incorporant en tant que porteurs d’autres savoirs, compétents pour d’autres types de tâches. Ainsi nous pourrions voir une fille mutilée présenter les informations ; un homme en fauteuil roulant annoncer la météo ; des peaux sombres et des ventres mous dans les débats ; des yeux bridés qui regardent la caméra et pas seulement au cours d’un reportage sur la mafia chinoise ; des corps intersexe qui présentent des émissions – qui ne seraient consacrées ni à la sexualité ni à l’intersexualité – ; des seins flasques qui feraient ce que leurs propriétaires voudraient qu’ils fassent, des femmes aux chairs débordantes qui composeraient le chœur. Et à ce chœur de messieurs négligés, habitués des blagues salaces et faciles, infliger également une exhibition en cache-sexe alors que toutes les filles du chœur seraient élégamment vêtues, des femmes âgées, au cou ridé, des hommes poilus, chauves, des femmes masculines et des hommes féminins, tous et toutes à demi nus, ne couvrant que quelques parties de leur corps, et également, bien entendu, les filles siliconées, car nous n’allons pas les discriminer. Nous leur demanderions seulement qu’elles mettent quelque chose sur leurs parties intimes, de temps en temps, afin de démontrer que leur charme peut résister au costume.

14Ceci serait-il “laid” ? Qui décide de ce qui est “laid” ? Ce qui est laid c’est de voir toutes ces femmes condamnées pour l’éternité aux traitements esthétiques. Il est laid d’écouter mes voisins dire que le chef du gouvernement est un bel homme, c’est cela qui est vraiment laid : que la construction de “ce qui est joli” soit un homme blanc, expert, vain et sans aucun discours, à la diction impossible et dont l’indifférence vis-à-vis de l’autre devrait nous effrayer. Mais non, ceci, celui-ci, est joli, et quelqu’un comme le président de la Bolivie, à la peau sombre et aux traits amérindiens, dont le sens de l’humain est profond et dont la rhétorique est impeccable, serait laid, une aberration dans le miroir.

15Et oui, les habitants de nos communautés originaires, les travesties, les personnes en situation de handicap, les personnes qui sont dans la rue, les pédés, les lesbiennes, les pauvres, sont des aberrations dans une société qui se construit comme une imitation, une copie, un reflet de cette réalité biaisée – et discriminatoire – que les médias reproduisent pour garantir la continuité de certaines hiérarchies (comme celle qu’exhibe le présentateur blanc, expert et hétérosexuel).

16L’intégrité de nos enfants est affectée par chacune de ces disparitions – avec toute la charge symbolique que ce mot implique dans l’histoire de mon pays – que cette réalité appelée télévision opère.

Albertina Carri, Toulouse, mars 2012

Albertina Carri, Toulouse, mars 2012

17Teresa de Lauretis, dans son livre Alice doesn’t (Alice doesn’t: Feminism, Semiotics, Cinema, Indiana University Press, 1984), dit que le plus important dans le cinéma n’est pas ce que l’on donne à voir, mais les positions visuelles et de spectateurs qui sont produites. Ce concept, appliqué à la télévision d’aujourd’hui, nous donne comme résultat des spectateurs soumis à des positions visuelles discriminatoires sous de nombreux aspects. D’un côté nous avons les chevaliers de la sécurité qui crimina-lisent les personnes qui viennent des pays voisins ou qui vivent dans des quartiers démunis. Chaque fois que des terres sont occupées ou qu’il y a un vol, ces messieurs se référent aux citoyens qui habitent notre territoire en utilisant un mot qui en général désigne leur appartenance territoriale ou nationale – comme “Boliviens” ou “habitants des quartiers” –, mais en le chargeant d’une signification monstrueuse, dangereuse, en les rejetant par conséquent. Par ailleurs, nous avons les présentateurs déjà cités qui incarnent le rôle de “monsieur tout-le-monde” – comme si ce monsieur tout-le-monde n’était pas une construction qui s’impose à nous – et son désir le plus commun : des femmes réservées pour le mariage et la maternité, des femmes pulpeuses pour s’amuser. Et ces dernières engendrent des positions pour le moins étranges au moment où elles appuient leurs seins sur le visage de ces “sympathiques” présentateurs qui en outre sont leurs chefs. N’importe laquelle de ces scènes génère en nous, spectateurs, téléspectateurs dans ce cas-là, au minimum, quelques contradictions. En tant que femme, ces pages ne me suffiraient pas pour décrire ce que je ressens en voyant que dans l’une des émissions les plus suivies en Argentine la publicité de certains produits se place sur les (c’est-à-dire au-dessus des) seins d’une fille, et le présentateur lit la publicité sur ce support. Cependant aucun autre média ne se fait l’écho de ce scandale alors qu’on les voit scandalisés dès qu’une fille montre juste un petit peu plus que ce qui est montré depuis des années.

18Immergés dans l’insatisfaction du plaisir, la consommation devient notre destin de téléspectateurs. Nous sommes des consommateurs de yaourts qui chassent la mauvaise humeur, de téléphones qui ne prennent des photos que si les gens sourient, en passant par des voitures qui rendent puissants, des serviettes hygiéniques qui sentent le désinfectant et suppriment notre odeur naturelle, des shampoings qui non seulement stoppent la chute des cheveux ou protègent la couleur mais nous transforment carrément en quelqu’un d’autre. Chaque produit a une recette magique pour nous tirer de l’insatisfaction permanente dans laquelle nous plongent les programmes télévisés financés par ces mêmes produits qui nous sauveront de nous-mêmes.

19Il y a en ce moment la publicité d’un fournisseur d’accès à Internet qui circule à la télévision et qui raconte l’histoire d’un père en train de prendre des photos de sa fille qui vient de naître, la photo de son premier bain, de son premier petit pot, de ses premiers pas… et se termine sur ces mots : “J’ai tellement hâte de pouvoir partager tout ça avec toi !” La construction de ce récit oblitère complètement le présent qui se transforme en archives pour le futur. Le père n’est pas en train de partager le moment présent avec sa fille, il le partagera quand celle-ci sera en mesure d’accéder et de comprendre ces archives composées de photos de famille. Non seulement il n’y a pas de présent, mais il n’y a pas non plus de “réalité” sans ces archives. C’est sur cet oxymore que se développe notre société actuelle.

20Cette télévision de masse ou culture de l’excès de “visibilité” nous conduit à penser au paradoxe sur lequel repose l’idée même du pouvoir de l’image. Selon l’étymologie grecque, “image” signifie : imiter, représenter, et en latin copier, reproduire, feindre, prendre comme modèle, apparence, reflet, similitude. De même que Dieu a créé le monde à son image et l’Église a consolidé son pouvoir (et son autorité patriarcale) à travers l’image, la télévision n’est pas le reflet de ce que nous sommes comme société, comme ne cessent de le répéter les médias, mais elle nous crée comme société à son image et à sa ressemblance. La “copie” dont parlait Platon est actuellement une “chose” en soi, avec toute la complexité que cela implique. Son pouvoir ne repose pas sur la capacité de représentation mais sur la capacité de création de nouveaux mondes, de nouveaux modèles de représentation. L’image n’est plus l’illustration d’une situation mais une situation en soi et nous, nous sommes le reflet de ce récit.

21Dans cette réalité qui se vend en prétendant être capable de percer le fond de nos âmes, nous sommes comme des spectateurs fétichistes sans fétiche ou comme des voyeurs aux yeux bandés. Derrida réclamait “le droit de regard”, que les moyens de communication nous montrent ce qui est censuré, barré, écarté, condamné au silence, coupé. La prétention de “tout montrer” est non seulement mensongère mais extrêmement discriminatoire envers celles et ceux qui ne figurent pas dans ce catalogue d’archétypes que l’agora médiatique impose comme “tout”. À l’intérieur de ce tout c’est une grande partie de la société qui est invisibilisée et cette occultation est une des nombreuses formes de discrimination. La télévision a une autre façon aimable de discriminer qui consiste à utiliser les termes “inclusion, tolérance, acceptation, cohabitation”.

22Je voudrais faire ici une digression : je suis femme, latino-américaine, orpheline, mère lesbienne et fille de disparus – entre autres choses – et toutes ces identités m’appartiennent. Je suis toutes ces choses et chacune d’entre elles, toutes ces identités vulnérables qui m’ont affirmée en tant que personne et m’ont construite en tant que citoyenne, m’ont donné une place (vulnérable) dans la réalité, reflet de la télévision. Et c’est dans cette réalité que ces identités deviennent vulnérables parce que pour parler d’elles, quand on ne les mentionne pas de façon méprisante, on évoque la cohabitation, on les mentionne en précisant qu’elles sont incluses et acceptées, comme s’il était évident que l’on pouvait s’en passer ou tout simplement ne pas accepter ces identités.

  • 3 Je reprends le concept que la philosophe espagnole Beatriz Preciado réélabore dans son livre Manife (...)

23“La publicité construit une vision du monde à la fois démentielle et irrésistible”, affirme Bill Nichols dans son livre Representing reality (Representing Reality: Issues and Concepts in Documentary, Indiana University Press, Bloomington, 1991). J’ajouterai que la télévision en général ne construit pas une vision du monde, c’est le monde désormais qui est une vision démentielle face à l’idée de forme sans contenu qu’ont imposée les mass media, et cette démence est d’autant plus irrésistible que c’est dans les “conduites dérangées” que se trouve la raison. C’est pourquoi je crois, je suis persuadée, que le cinéma est là pour résister à cette vision démente du monde. Le cinéma et ses multiples formes de représentation seront finalement la clé de la désintoxication, ils seront et ils sont un instrument qui oppose la notion de pratique de l’image à celle de pratique du sens. Faire du cinéma c’est donc adopter un comportement dérangé qui nous rapproche de ce qui nous différencie des autres espèces qui habitent la Terre : l’intelligence, la capacité de nous penser et de nous réélaborer comme des corps parlants3, comme des citoyens visibles.

Le corps comme texte. L’ordre normatif du sujet

  • 4 On retrouve le jeu de mots concha, coquillage-sexe de la femme, et le verbe feminar est une forgeri (...)

Ascèse forestière :
L’eau n’est qu’échappatoire ou flux pour la jointure entre le tronc et les branchages, subtilité fluviale, le glissement du canoë à travers le jeu des branches, servant de coque à l’étui sifflant, des étincelles de lie-de-vin naissaient de la rencontre amoureuse du coude de la pirogue avec le nœud de l’arbre efféminé, penchant pour ganter ou féminiser ses rets, de l’autre côté du ruisseau, enveloppé, végétaux qui entraient dans l’eau, un devenir aqueux du bois, naviguent dans la forêt.4
Néstor Perlongher
Aguas Aéreas, Editorial Sudamericana, 1991

24Vous allez me dire qu’il existe un cinéma commercial ou industriel, un cinéma qui se complaît avec ses propres moyens à imposer une pensée hégémonique et hétérosexiste. Le mélodrame serait le paradigme de cette rhétorique. Toutefois, ce qui est véritablement cinématographique présente toujours des failles, travaille toujours sur un état de la diégèse, à la différence de la télévision qui fonde tout son discours sur une fausse mimesis. C’est pour cela que nous considérons simplement que cette technologie que l’on appelle cinéma industriel est en réalité un engrenage de plus dans le système des mass media. Une fois dit cela, je propose que nous éradiquions de nos langues les catégories de cinéma d’auteur, cinéma de masse, cinéma industriel, cinéma commercial, cinéma indépendant, cinéma d’art, cinéma de divertissement et que nous appelions simplement cinéma tous ces films capables de transcender l’illusion du mouvement à l’écran en interpellant les spectateurs sur leur réalité, en proposant de nouvelles réalités, en s’opposant aux pouvoirs qui oppriment. Nous appellerons tout le reste propagande.

25J’ai commencé à faire du cinéma très jeune. Le premier jour de tournage de mon premier film, un figurant s’approcha avec un dossier plein de photos et me demanda : “Tu sais qui c’est le réalisateur ?” Lorsque je voyageai pour mon premier festival avec ce même premier film, une programmatrice d’un autre festival qui parlait avec un de mes compatriotes ne cessait de sous-entendre que j’étais la femme de ce réalisateur. Au bout d’un moment, le compatriote finit par lui indiquer que nous n’étions pas ensemble et que j’étais là pour présenter mon propre film. La programmatrice commença alors à parler de mon court-métrage, sans même m’avoir consultée sur le film que je venais présenter au festival. Quand mon film est sorti sur les écrans en Argentine, on m’a accusée de froideur. J’ai lu des commentaires sur mon film du type : “le cinéma doit émouvoir” ou “un film trop froid”. Personne n’a osé me dire que ce film, réalisé en noir et blanc, avec une caméra fixe et à peine quelques dialogues, n’était pas digne d’une femme de 25 ans, pourtant c’était un accord tacite. Je doute fort qu’on reproche à un homme son manque d’émotion ou son excès de froideur. D’ailleurs le film ne manquait pas d’émotion, simplement il renvoyait à des états d’âme plus obscurs, rendus silencieux par des expériences si douloureuses, de celles que l’on doit maintenir à distance pour pouvoir les raconter.

26Les films qui suivirent cette première expérience sont certainement ceux qui m’ont conduite ici : ils ont gagné des prix, ils sont sortis sur les écrans de plusieurs parties du monde, ils ont reçu de nombreux éloges, ils ont été accueillis dans les grands festivals internationaux et ont suscité des articles dans plusieurs langues. Pourtant, à chaque fois que je lis les critiques rédigées par des critiques de cinéma masculins sur mes films, je repense à ces premiers jugements (sur la froideur et le manque d’émotion) et c’est comme un coup de fouet du dompteur qui veut dominer ses bêtes. Je perçois dans ces mots de la désillusion, le goût amer que leur laisse le fait de ne pas pouvoir me cataloguer dans cette chose si mal répertoriée et qu’on appelle “cinéma de femmes”, tout simplement parce que les stratégies discursives les dépitent. Ou parce que, en tant que femme, je suis toujours à l’épreuve et qu’en tant que femme, je n’atteins jamais l’objectif.

27Plusieurs scènes de mes films sont inspirées du cinéma pornographique et des films policiers noirs, deux genres dominés par l’imaginaire masculin. Mais je suis parvenue à n’admettre et à ne reconnaître aucune autorité aux genres, qu’il s’agisse de genre cinématographique ou de sexe. Ce sont des mécanismes qu’il est nécessaire d’identifier pour les démonter et les assembler à nouveau dans un ordre différent ou sans aucun ordre, comme le fait mon fils lorsqu’il joue avec son casse-tête.

Visibles (programme TV)

Visibles (programme TV)

28Même s’il y a un auteur derrière chacun de mes films, aucun ne se ressemble et ils n’ont en commun que ma signature. Moi-même je ne ressemble plus à celle que j’étais quand je tournais Géminis ou quand je tournais La rabia. La marginalité a au moins une vertu – étant entendu qu’être ici avec vous n’a rien de marginal, mais faire du cinéma dans les pays du Sud avec des budgets inconfessables c’est tourner des films depuis la marge –, c’est que la première chose que l’on apprend c’est à résister. Et la résistance produit ses propres outils : faire de la télévision comme si c’était du cinéma, faire du cinéma en ne filmant que les titres, faire du cinéma par pure pulsion de résistance.

29Faire c’est le verbe, l’infinitif de la résistance, faire sans métaphore, avec et depuis le corps, avec la sueur qui salit le matériel, et l’action comme unique cohérence fidèle à la pulsion qui la suscite. Et que l’action produise son propre sens ou qu’elle produise une erreur, comme celle dont je suis la protagoniste aujourd’hui, moi qui parle de ce dont je ne sais pas parler, devant vous.

30Après avoir dit ces quelques mots, je vais projeter certains de mes derniers travaux : Visibles (émission TV sur la diversité sexuelle, quelques passages), Pets (court-métrage réalisé en found footage) et La bella tarea (série documentaire sur l’accouchement).

Albertina Carri, à Toulouse le 30 mars 2012, salle du Sénéchal.

Albertina Carri, à Toulouse le 30 mars 2012, salle du Sénéchal.
Haut de page

Notes

1 El Tesoro de la Juventud, tome X, 1937. Le mot concha, qui veut dire coque ou coquille, signifie en lunfardo, l’argot de Buenos Aires, le sexe de la femme (NDT).

2 “Jument” (NDT).

3 Je reprends le concept que la philosophe espagnole Beatriz Preciado réélabore dans son livre Manifeste contra-sexuel, à partir des “corps parlants” de Lacan.

4 On retrouve le jeu de mots concha, coquillage-sexe de la femme, et le verbe feminar est une forgerie du poète (NDT).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Albertina Carri, Toulouse, mars 2012
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/146/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Albertina Carri, pendant la conférence du 30 mars 2012, salle du Sénéchal à Toulouse, colloque international “De cierta manera”, Identités plurielles et normes de genre dans les cinémas latino-américains.
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/146/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Albertina Carri, Toulouse, mars 2012
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/146/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre La Rabia, 2008
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/146/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Visibles, 2012
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/146/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre La Rabia, 2008
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/146/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Visibles (programme TV)
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/146/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Albertina Carri, à Toulouse le 30 mars 2012, salle du Sénéchal.
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/146/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Albertina Carri, « Question d’image », Cinémas d’Amérique latine, 21 | 2013, 30-41.

Référence électronique

Albertina Carri, « Question d’image », Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 21 | 2013, mis en ligne le 10 avril 2014, consulté le 23 juin 2017. URL : http://cinelatino.revues.org/146 ; DOI : 10.4000/cinelatino.146

Haut de page

Auteur

Albertina Carri

Fille du sociologue Roberto Carri et d’Ana María Caruso, licenciée en lettres classiques, à 4 ans elle se retrouve orpheline, ses parents faisant partie des disparus de la dictature militaire – elle deviendra célèbre à partir de la reconstruction cinématographique de la mémoire de cette période dans son film Los Rubios (2003). Elle passe son enfance avec ses grands-parents et ses deux sœurs. Après avoir étudié le scénario à la Fundación Universidad del Cine à Buenos Aires, en 1998 elle commence à travailler à sa première œuvre intitulée No quiero volver a casa, sortie en 2000. Sa filmographie est longue et variée. Elle a occupé plusieurs postes dans son activité de cinéaste, comme réalisatrice, chef opératrice, monteuse et productrice de certains de ses films.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org