Navigation – Plan du site
Diversité sexuelle

Marialy Rivas pionnière du cinéma gay au Chili

Entretien de María José Bello
María José Bello et Marialy Rivas
Traduction de Emmanuelle Hamon
p. 99-101
Cet article est une traduction de :
Marialy Rivas pionera del cine de temáticas homosexuales en Chile

Résumés

La réalisatrice Marialy Rivas – précurseur du cinéma abordant le thème de l’homosexualité au Chili – commente son premier long-métrage ; elle parle de ses projets de fiction en cours et elle évoque la situation du cinéma gay dans le Chili actuel en comparaison avec celle des années 90. Cet entretien explore ses motivations personnelles, les contenus abordés dans ses œuvres et ses choix stylistiques.

Haut de page

Texte intégral

1À 19 ans, alors qu’elle n’était qu’en seconde année d’études, Marialy Rivas réalisa le court-métrage documentaire Desde siempre (Depuis toujours, 1996) qui abordait, à travers différents témoignages, l’homosexualité au Chili au milieu des années quatre-vingt- dix. Rappelons que ce n’est qu’en 1998 que fut abrogé l’article 365 du code pénal chilien qui punissait d’une peine de prison l’acte de sodomie. À une époque où la réalité gay était méconnue et censurée par une grande partie de la société, le court-métrage fut comme une bouffée d’air qui eut un écho plus important que prévu. Ce qui n’était au départ qu’un petit projet d’école fut montré dans de nombreux festivals du pays. Il gagna le prix du Festival de court-métrage de Santiago, fut commenté dans la presse nationale et remarqué par les Cahiers du Cinéma.

2Cette œuvre se distingue par sa qualité artistique, par la sensibilité et la profondeur dans le traitement du sujet. L’histoire du documentaire fut écrite à partir d’entretiens que Rivas réalisa préalablement avec les personnages, qui lors du tournage rejouèrent des situations, avec l’émotion que leur inspiraient des textes tirés de leurs propres témoignages. Le style apparut très novateur parce qu’il n’utilisait pas la dynamique classique de l’interview et qu’il cherchait à faire disparaître les frontières entre la fiction et la réalité. Après le succès de cette première expérience en tant que réalisatrice et une fois l’école terminée, Rivas poursuivit des études de spécialisation à New York grâce à une bourse ; mais elle s’éloigna un temps du cinéma pour se consacrer à la publicité pour des maisons de production chiliennes et espagnoles. Depuis quelques années, elle prépare son retour au septième art avec trois projets : Blokes, Joven y Alocada (Jeune et Folle) et Todas íbamos a ser reinas (Nous allions toutes être reines). On y retrouve l’érotisme et l’identité sexuelle comme thèmes principaux. Le court-métrage Blokes et le long-métrage Joven y Alocada ont été financés par le Fondo de Fomento Audiovisual (Fonds de soutien audiovisuel).

Blokes (Chili, 2010) de Marialy Rivas

Blokes (Chili, 2010) de Marialy Rivas

Pourquoi avez-vous choisi d’être cinéaste à une époque où il n’y avait pratiquement aucune femme qui faisait du cinéma au Chili ?

Lorsque je suis entrée à l’École du cinéma du Chili, c’était la première année que s’ouvrait ce cursus. Ce n’était pas comme maintenant où c’est très à la mode d’étudier le cinéma et beaucoup de gens le font. Pour moi cela a été une vocation. Le fait de ne pas avoir eu le droit de regarder la télévision chez moi m’a peut-être influencée ; j’allais trois fois par semaine au cinéma. Je ne l’ai pas choisi, c’était un appel. À sept ans, je savais déjà que je serais cinéaste.

Votre premier projet est Desde siempre. Comment vous est venue l’idée de ce documentaire ?

C’était un dimanche dans la nuit ; le mardi suivant, il fallait présenter les projets du second semestre. J’étais alors perturbée par ma propre sexualité et j’ai rêvé l’histoire du court-métrage. En me réveillant le lundi matin, j’ai vu défiler – comme dans une boule de cristal – le film en entier. J’ai passé la journée à l’écrire. Cela a été plus une surprise qu’une décision rationnelle de monter un projet.

Les personnages sont très intéressants : comment avez-vous fait le casting ?

Cela a été complètement fou ; j’étais si jeune que tout m’était égal, je demandais donc à n’importe qui s’il voulait bien participer. Comme c’était un travail d’école personne n’a pensé qu’il serait diffusé largement, les gens ont donc accepté facilement d’apparaître et de témoigner. Il y avait des copains de copains, le transformiste je l’ai connu dans une discothèque, c’est ainsi que je contactais les gens et que je choisissais les personnages.

C’est un documentaire, mais vous y avez introduit des éléments de fiction…

Oui, c’est un docu-fiction. J’ai interviewé ces personnes pendant des heures, puis j’ai fait un livre. Dans ce recueil d’entretiens, j’ai conservé ce qui m’intéressait le plus chez chacun d’entre eux. Ensuite j’ai écrit des textes d’une minute, tirés de leur récit, en faisant ressortir la facette la plus intéressante selon moi de chaque personnage. Pendant le tournage, je leur donnais le texte et je les faisais jouer une scène de fiction, c’est-à-dire re-jouer leur propre témoignage. Il s’agit donc d’une histoire vécue fictionnalisée.

Comment la presse a-t-elle réagi face à un film gay ?

C’était la première fois que l’on réalisait un tel film, il a causé un grand trouble. Mais il a reçu un grand soutien de la part de la presse, ce dont je suis reconnaissante car, si aujourd’hui le cinéma chilien se porte bien, c’était très peu courant de faire du cinéma en 1996. Desde siempre a été commenté dans les journaux, il a été cité dans Cinemanía en Espagne, dans les Cahiers du Cinéma, il a été diffusé à la télévision sur Cine Vídeo, sur MTV...

Quels effets a eu cette médiatisation sur les personnes qui ont participé au projet ?

Il a fallu batailler, parce que l’on est passé d’un travail d’école à un documentaire diffusé un peu partout. À l’époque, on ne pouvait pas afficher son homosexualité. Certains des personnages du film m’ont appelée en pleurant parce qu’on montrait le film. C’était compliqué car je ne leur avais fait signer aucun contrat, j’ai donc fini par ne montrer à la télévision que les parties de ceux qui m’en avaient donné l’autorisation. C’est pourquoi je n’ai pas cherché à diffuser le court-métrage dans d’autres festivals.

Desde siempre (1996)

Desde siempre (1996)

Pensez-vous que la société chi-lienne d’aujourd’hui est plus ouverte aux questions de sexe, d’érotisme et d’homosexualité qu’elle ne l’était dans les années 90 ?

Bien entendu, il y a eu une libération. Lorsque j’ai fait Desde siempre, beaucoup de mes amis d’aujourd’hui avaient environ 13 ans. Ils racontent que le film était alors comme une icône qu’on dupliquait sur VHS car il montrait – mon Dieu ! – des homosexuels, ce qu’ils voyaient pour la première fois de leur vie, alors que dans les salles, les spectateurs lançaient des choses à l’écran ou sortaient des séances indignés par tant de dégénérescence. Dans les années 90, on ne parlait pas des gays, il n’y avait pas de lieux gay friendly, ni de gays dans les programmes télévisés, ni dans les campagnes politiques, nulle part. Les gays n’existaient pas, tout simplement, ils vivaient dans leur ghetto gay avec d’autres gays. Des ghettos où il était impossible d’aller sans être introduit par un autre gay. Le sujet est encore sensible aujourd’hui et les gens souffrent et se cachent. Et même si les adolescents ont moins peur aujourd’hui de faire des expériences et dire qui ils sont, le Chili continue à être un pays profondément homophobe.

Quel rôle a tenu la jeunesse dans la revendication des droits sexuels ?

La libération adolescente, j’imagine qu’elle est liée à plusieurs facteurs; je pourrais hasarder les choses les plus claires et évidentes. Vingt ans de démocratie ont permis la diversité et les gens ont moins peur d’être différents, ce qui donne inévitablement une société plus tolérante. Internet et le bouleversement qu’il engendre rendent accessibles à tous, films, livres, vidéos de différentes cultures où cette question a déjà été surmontée ou tout du moins est plus avancée. Un enfant ou un adolescent homosexuel peut bien entendu retrouver ses propres angoisses et doutes et trouver des solutions possibles en un seul clic. L’apparition des homosexuels également dans les séries, qui sont au Chili génératrices de culture, de culture de pacotille, mais de culture quand même. Cela a commencé avec le gay de la série Machos, écrite évidemment par deux scénaristes homosexuels.

Joven y Alocada (2010)

Joven y Alocada (2010)

Venons-en à vos projets actuels. De quoi traite le court- métrage Blokes ?

Je travaillais pour une maison de production qui s’appelait Cinecien, celle-ci voulait faire un film à partir de trois histoires. L’une d’entre elles était le récit Blokes de l’écrivain Pedro Lemebel. Bien que ce long-métrage n’ait jamais été réalisé, je suis restée hantée par l’histoire, celle d’un enfant qui, en pleine dictature, tombe amoureux d’un adolescent, un voisin. Il se prend de passion pour lui et il va tenter de le garder à tout prix, avec des conséquences désastreuses pour le plus âgé des deux. C’est une très jolie histoire, car elle montre comment “la grande histoire” (la dictature) transforme la “petite histoire” (l’éveil à la sexualité) en quelque chose de terrible. J’ai dû poursuivre Lemebel pendant de nombreuses années pour pouvoir obtenir les droits d’adaptation.

Le style de ce court-métrage ressemble à Desde siempre ?

Non, c’est très clairement une fiction. Quant à l’esthétique, l’utilisation des objectifs anamorphiques a été déterminante, ceux qu’utilise Pablo Larraín dans son film Postmortem. Ils ont un effet wide, plus large qu’un objectif normal, et ils ont défini l’esthétique du film. Je voulais travailler sur une histoire qui traite de la sensualité en utilisant le ralenti afin de révéler les mondes intérieurs des personnages, mais le format étant si particulier, c’est finalement la technique qui a généré un style. C’était très curieux car les objectifs n’ont pas permis que la sexualité soit abordée de façon plus explicite. Il y a par exemple une scène où le garçon se masturbe dans la salle de bains, mais la pièce était si petite que l’on ne voyait que le haut du corps du personnage. Non pas parce que je voulais être moins explicite, mais parce que c’était l’ouverture la plus grande que je pouvais avoir. J’avais imaginé la scène plus crue et un peu plus violente, mais elle a été adoucie par les objectifs et la taille des pièces.

Vous êtes en train de préparer votre premier long-métrage ? De quoi traite ce projet ?

  • 1 Prix de l’agence nationale du développement économique du Chili chargée d’impulser les innovations (...)

Todas íbamos a ser reinas devait être mon premier film. J’ai gagné Corfo 1 et un prix du meilleur scénario, mais comme je ne travaillais pas encore avec la maison de production Fábula, j’étais seule et je portais le projet à bouts de bras. C’étaient trois histoires qui se déroulaient à des époques différentes, un défi trop complexe pour un premier film. Quand je suis entrée à Fábula, nous l’avons présenté au Fondo de Fomento Audiovisual (Fonds de soutien audiovisuel) et il est arrivé en finale avec Postmortem de Pablo Larraín. Le jury voulait récompenser les deux, mais selon le règlement une maison de production ne pouvait pas gagner un financement pour plus d’un projet, et finalement c’est Pablo qui a gagné. Malgré tout, je crois que cela a été une chance car cela faisait longtemps que je suivais le blog d’une fille bisexuelle de famille évangélique, et que je voulais faire un film sur elle. C’est ainsi qu’est né Joven y Alocada. Nous avons écrit le scénario en trois semaines pour le présenter au Fonds de soutien et, cette année (2009), nous avons gagné.

Et que s’est-il passé avec Todas íbamos a ser reinas ?

  • 2 Lors du Plébiscite de 1988, la société chilienne a dû choisir entre le maintien de la dictature d’A (...)

Actuellement, nous la proposons comme série télévisée en douze épisodes. Ce sont trois histoires de femmes. La première se passe le 11 septembre 1973, la seconde le jour du Plébiscite (1988)2, et la troisième le jour de l’élection de la présidente Michelle Bachelet (2006). Elles sont toutes tirées d’histoires vécues. La première parle de María Paz Santibáñez, une pianiste qui est devenue paraplégique après avoir été blessée par balle pendant la dictature. De nombreuses années après, elle a pu recouvrer ses facultés et reprendre sa profession. La suivante parle de deux femmes chiliennes qui ont été les premières à se marier sur le territoire américain. Lorsqu’elles étaient jeunes, elles étaient amoureuses mais leurs parents les avaient séparées. L’une s’est mariée, l’autre est partie au Canada. De nombreuses années plus tard, celle qui vivait en Amérique du Nord a appris que l’autre avait divorcé, elle est alors venue la chercher au Chili. Quand la loi autorisant le mariage homosexuel est passée au Canada, elles ont été les premières à se marier. La troisième histoire est celle d’une fille dont la jeune sœur lui demande de l’aider à avorter le jour où Michelle Bachelet est élue présidente. Finalement, c’est bien que ce soit une série télévisée et non pas un long-métrage, car ce sont trois histoires denses et dramatiques qui requièrent un développement de plus de 30 minutes chacune.

Racontez-nous où en est le projet de Joven y Alocada et quelles ont été vos motivations.

  • 3 Peirano a été coscénariste dans La Nana de Sebastián Silva (Chili, 2009).

C’est la dualité du personnage qui m’intéresse. Elle ne dit pas qu’elle est gay mais bisexuelle. Elle n’est pas évangélique, mais elle a grandi dans cette culture, elle a peur de l’enfer. D’un côté elle écrit un blog très sexuel, et d’un autre côté ses parents ne la laissent pas sortir le soir. Ce conflit constant, cette dualité qu’elle a dans toutes les sphères de sa vie m’intéressent bien plus que la problématique d’être gay ou ne pas être gay. Le sujet de la sensualité m’intéresse, mais dans une perspective du sexe envisagé dans sa globalité. Je veux que ce scénario se rapproche du style de docu-fiction de Desde siempre. J’ai pensé un temps que la fille du blog pourrait jouer dans le film, mais je me suis rendue compte que ce ne serait pas bien pour elle pour des raisons familiales. Pour écrire le scénario, j’ai beaucoup interviewé cette fille. Et bien qu’il y ait des éléments de fiction, ce sont pour une grande partie des expériences réelles. Nous avons travaillé l’histoire avec la romancière María José Viera-Gallo et maintenant Pedro Peirano3 va être associé comme coscénariste. Je voudrais commencer le tournage en juillet (2010) et l’actrice sera finalement Alicia Rodríguez qui joue dans Navidad (Sebastián Lelio, Chili, 2009). J’ai aimé la force et le magnétisme qu’elle a à l’écran. En plus, son âge correspond à celui du personnage, et je crois que c’est quelque chose d’important.

Que pensez-vous des festivals thématiques gays qui sont en plein essor actuellement ?

Ce n’est pas bon d’axer un festival sur ce seul thème, cela ne concerne qu’un petit cercle. Les gens qui ont besoin de voir du cinéma gay sont ceux qui ne le sont pas et dans ces festivals, le public est essentiellement homosexuel. C’est comme se regarder le nombril. On doit être capable de créer des films transversaux, qui génèrent un intérêt pour beaucoup d’autres raisons. Ce que je souhaite susciter chez le public, avec mon cinéma, c’est la passion et une réflexion sur soi et son entourage. Au Chili, sortent actuellement des films merveilleux qui touchent toutes sortes de sujets et j’espère pouvoir apporter quelque chose dans cette période heureuse que nous vivons, grâce aux différents auteurs qui sont apparus. C’est inédit.

Haut de page

Notes

1 Prix de l’agence nationale du développement économique du Chili chargée d’impulser les innovations dans différents secteurs de production.

2 Lors du Plébiscite de 1988, la société chilienne a dû choisir entre le maintien de la dictature d’Augusto Pinochet et l’ouverture vers un système démocratique.

3 Peirano a été coscénariste dans La Nana de Sebastián Silva (Chili, 2009).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Blokes (Chili, 2010) de Marialy Rivas
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1378/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1012k
Titre Desde siempre (1996)
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1378/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Joven y Alocada (2010)
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1378/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

María José Bello et Marialy Rivas, « Marialy Rivas pionnière du cinéma gay au Chili  », Cinémas d’Amérique latine, 18 | 2010, 99-101.

Référence électronique

María José Bello et Marialy Rivas, « Marialy Rivas pionnière du cinéma gay au Chili  », Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 18 | 2010, mis en ligne le 25 septembre 2015, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://cinelatino.revues.org/1378 ; DOI : 10.4000/cinelatino.1378

Haut de page

Auteurs

María José Bello

Journaliste de l’université catholique du Chili. Elle a réalisé des documentaires et a couvert différents festivals en tant que critique de cinéma. Elle vit à Toulouse depuis 2007 où elle a suivi le master II de recherche à l’ESAV (École supérieure d’études audiovisuelles). Son mémoire portait sur l’œuvre de Patricio Guzmán. Elle participe actuellement à l’organisation des Rencontres des cinémas d’Amérique latine de Toulouse ; elle est programmatrice de courts-métrages du Festival Cinespaña de Toulouse, et collabore au Festival de cinéma d’Ovalle, au Chili.

Articles du même auteur

Marialy Rivas

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org