Navigation – Plan du site
Diversité sexuelle

XXY, bien plus que deux sexes

Patricia Carbonari
Traduction de Michelle Ortuno
p. 93-95
Cet article est une traduction de :
XXY, algo más que dos sexos

Résumés

Inés Efrón incarne Alex, une adolescente hermaphrodite à qui la société demande de choisir un sexe. Pour sa part, elle retourne les questions et, usant de son libre arbitre, donne libre cours à la nature sans que la question ne soit réglée par un quelconque bistouri. C’est dans ces eaux que navigue XXY, et la réalisatrice, Lucía Puenzo, refuse la facilité à l’heure de traiter ce sujet plongeant dans les profondeurs de ce drame qui malmène un concept fondamental : la nature sexuelle homme-femme.

Haut de page

Texte intégral

Álvaro (Martín Piroyansky) et Alex (Inés Efrón), protagonistes de XXY.

Álvaro (Martín Piroyansky) et Alex (Inés Efrón), protagonistes de XXY.

1Le grand maître iranien Abbas Kiarostami affirme que le mieux qui puisse nous arriver lorsqu’on va voir un film c’est de commencer à le repenser dès notre sortie de la salle. Et c’est ce qui arrive avec XXY, un film qui pense l’identité, l’hypocrisie et l’environnement social de ceux qui naissent “différents”. Le but clairement défini de ce premier film de l’Argentine Lucía Puenzo est celui de réussir à faire réfléchir le spectateur. Cette caractéristique brechtienne, axe central du film, semble tout à fait convenir pour ouvrir le débat sur l’hermaphrodisme et l’orientation sexuelle.

2“Je suis les deux à la fois”, dit l’héroïne Alex (Inés Efrón) à Álvaro, dont elle tombera amoureuse. “Mais c’est impossible” répond Álvaro, et Alex de lui renvoyer la question : “C’est toi qui va me dire ce qui est possible et ce qui ne l’est pas ?”. Inquiet, peu convaincu, Álvaro interroge encore : “Mais tu préfères les hommes ou les femmes ?”, “Je n’en sais rien” conclut Alex. Et c’est à ce moment-là que les questions passent du côté du spectateur, là que commence sa réflexion : pourquoi doit-on choisir de façon aussi précise et catégorique entre être un homme et être une femme ? Pourquoi la société trouve inadmissible que l’on puisse vivre avec les deux sexes ? Lucía Puenzo sait clairement nous faire pénétrer dans une histoire dont la mer sera le témoin tout en portant la tension de ses personnages.

3Une personne court dans une forêt dense, la caméra vibre au rythme de sa fatigue et soudain, gros plan sur le visage d’Alex, qui fume une cigarette. Son d’ambiance. C’est la première scène du film. Piriápolis, Uruguay, plages désertes, cabanon face à la mer. Jusque-là, personne ne sait qu’Alex est en train de régler le problème de sa sexualité, dilemme que la plupart des mortels n’ont pas vécu et dont ils ne peuvent rendre compte. Comme pour entrer dans le vif du sujet, le premier mot du film est “femelle” prononcé par Kraken, le père d’Alex (interprété par Ricardo Darín, acteur au jeu très varié) un biologiste spécialisé dans les espèces marines qui assiste à une naissance. Pendant ce temps, sa femme lui annonce l’arrivée d’un bateau de Buenos Aires, et qu’un couple d’amis avec leur fils adolescent Álvaro (Martín Piroyanski), viennent chez eux passer quelques jours. Ramiro, le père d’Álvaro (Germán Palacios) est un prestigieux chirurgien qu’intéresse l’hermaphrodisme d’Alex, qui se trouve à ce moment de l’histoire au centre de ces “points de vue autorisés” qui considèrent qu’elle doit rentrer dans la norme, c’est-à-dire qu’on doit lui extraire un des deux sexes qu’elle possède. L’histoire d’amour entre les deux adolescents naîtra par la suite et deviendra essentielle dans la trame de l’histoire. Mais quelque chose n’arrive pas à se résoudre et l’atmosphère devient trouble.

4Ce film emprunte un chemin si l’on veut ambigu et dangereux et qui s’ouvre sur une question : la liberté de choix versus la “normalisation”. Cette ambiguïté sexuelle peu commune est généralement rapidement “corrigée”. “La normalisation rassure davantage les parents et la société que les personnes que l’on opère”, déclare Lucía Puenzo, dont nous transcrivons ici l’entretien.

Álvaro (Martín Piroyansky) y Alex (Inés Efrón), protagonistas de XXY.

Álvaro (Martín Piroyansky) et Alex (Inés Efrón), protagonistes de XXY.

Álvaro (Martín Piroyansky) et Alex (Inés Efrón), protagonistes de XXY.

Álvaro (Martín Piroyansky) et Alex (Inés Efrón), protagonistes de XXY.

Álvaro (Martín Piroyansky) et Alex (Inés Efrón), protagonistes de XXY.

D’après toi Lucía, pourquoi est-il si difficile d’accepter le libre choix de l’identité sexuelle ?

Parce que le monde a toujours été divisé en termes binaires, il y a des hommes et des femmes, et toute personne qui prétend occuper un espace identitaire entre les deux devra lutter pour cela. Le monde tend à mettre des étiquettes et à classer ; de toute évidence, mettre la réalité dans des cases, c’est rassurant. Au contraire, ceux qui arrivent à s’extraire de la norme et qui résistent à l’idée de s’y retrouver, deviennent des individus que la société considère comme des perturbateurs. Qui sont-ils ? Que sont-ils ?
De nombreux amis intersexués m’ont raconté leurs luttes pour mener la vie qu’ils désirent mener ; il faut gagner du terrain jusque dans les espaces les plus inattendus, comme par exemple une inscription dans une université. Ce qui m’a surprise dans ce combat, c’est leur volonté de ne pas choisir entre être un homme et être une femme. Ils défendent l’idée qu’ils sont venus au monde avec un corps où s’inscrit une autre identité sexuelle et pour eux c’est dur de lutter contre la conception que nous avons tous que seuls existent dans le monde des hommes et des femmes.

Un harcèlement qui provient autant d’un corps médical que d’une société qui ne se remettent pas en question. Ce cadre, cette partie d’un tout, est une zone d’ombre qui, soit dit en passant, est très bien rendue par la photographie de Natasha Braier. Mais cependant tu as fait en sorte que le personnage d’Alex ne soit pas “normalisé”, bien que tu l’aies confronté à une autre limite : jusqu’où peut-on choisir, et si on choisit qu’est-ce qu’on fait dans cette société ? Je voudrais que tu me parles de l’évolution du travail avec l’actrice Inés Efrón pour que son personnage avance sur une ligne aussi fragile.

Inés m’a accompagnée durant plusieurs mois lors de mes rencontres avec des généticiens, des endocrinologues, elle a lu des livres, des entretiens de médecins, elle a vu des documentaires comme Octopusalarm, elle a dessiné pendant des mois le journal imaginaire d’Alex, elle a vécu sur les lieux du tournage deux mois avant son début pendant que nous préparions le film… Tout ceci lui a permis de s’imprégner de son personnage en amont. Puis nous avons répété pendant des mois d’abord à Buenos Aires et ensuite pendant quelques semaines à Piriápolis. Les répétitions avec Inés et Martín, qui interprète Álvaro, c’est ce qui m’a pris le plus de temps. Par chance ils étaient amis et se faisaient confiance. Au début du tournage, nous savions tous les trois parfaitement qui était chaque personnage, comment il se déplaçait, comment il parlait. Le scénario s’est construit au fil de nos discussions.

Álvaro (Martín Piroyansky) et Alex (Inés Efrón), protagonistes de XXY.

Álvaro (Martín Piroyansky) et Alex (Inés Efrón), protagonistes de XXY.

Le point de départ d’un film, le désir du réalisateur est fondamental. Qu’est-ce qui a eu le plus de poids au moment de filmer XXY ? Quel a été le véritable point de départ, la première ébauche de scénario ?

Une nouvelle du recueil Chicos de Sergio Bizzio. La nouvelle s’appelle Cinismo et raconte l’éveil sexuel d’une adolescente intersexuée. Dans la nouvelle aucun des parents n’est médecin, et le corps de l’héroïne qui s’appelle Rocío, est un corps de fiction, poétique, parce qu’il s’agit du corps d’une hermaphrodite pure, comme dans les anciens mythes grecs, avec toute la puissance des deux sexes. On trouve également dans la nouvelle la relation avec un adolescent virginal qui arrive chez elle. J’ai tout de suite aimé ces deux personnages, et comme j’ai la chance de vivre avec la personne qui a écrit l’histoire il y a longtemps, nous avons travaillé dans la confiance pour réécrire ensemble et pour adapter nos projets, c’est ce que j’ai fait avec sa nouvelle. Une adaptation très libre puisque la réalité, des mois de recherches et de rencontres avec des médecins et des personnes qui posent des diagnostics différents, ont fini par transformer entièrement l’histoire.

Qu’as-tu absolument voulu garder de la nouvelle de Sergio Bizzio en adaptant cette œuvre littéraire au cinéma ?

Le noyau de l’histoire se trouve déjà dans la nouvelle ; la question la plus intéressante que pose cette histoire est celle que de nombreux hermaphrodites se posent : pourquoi tout le monde attend de moi que je m’adapte à cette société ? Mais… Quand la société s’adaptera-t-elle à ce que je suis ?

En effet, dans une des scènes Alex demande à son père combien de temps encore il compte la protéger. Et le père répond : “Jusqu’à ce que tu puisses choisir”. “Et s’il n’y a pas à faire un choix ?” dit-elle, démantelant ainsi tout l’édifice socio-culturel soigneusement élaboré tout au long de ces années. Le secret d’Alex refait surface à la puberté. Mais le trouble de cette jeune fille a commencé bien avant ; dans la nouvelle, sa mère aurait voulu avoir quatre enfants mais la “différence” d’Alex a réclamé toute son attention.

De toutes façons il y a un contrepoint, la position du père, peut-être parce qu’il est biologiste ; c’est un homme qui lutte pour que la nature suive son propre chemin, et il assume ainsi un autre type de responsabilité face à sa fille.

Le spectateur se voit dans l’obligation de réfléchir à ces questions, d’assumer plusieurs points de vue. Il n’est cependant pas pris en otage. Crois-tu que c’est la raison pour laquelle le film a eu un tel effet à Cannes et sur d’autres publics heureux de voir que d’autres portes s’ouvrent dans le cinéma ?

Je ne sais pas, je ne sais pas si le film a eu le même impact sur tout le monde… Je sais que certains se sentent proches des deux adolescents, d’autres seulement d’Alex ou d’Álvaro, d’autres des parents… L’identification de chaque spectateur demeure un mystère et je préfère qu’il en soit ainsi, qu’il y ait du mystère…

Haut de page

Table des illustrations

Titre Álvaro (Martín Piroyansky) et Alex (Inés Efrón), protagonistes de XXY.
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1362/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Álvaro (Martín Piroyansky) et Alex (Inés Efrón), protagonistes de XXY.
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1362/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Titre Álvaro (Martín Piroyansky) et Alex (Inés Efrón), protagonistes de XXY.
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1362/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Álvaro (Martín Piroyansky) et Alex (Inés Efrón), protagonistes de XXY.
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1362/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Lucía Puenzo
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1362/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patricia Carbonari, « XXY, bien plus que deux sexes », Cinémas d’Amérique latine, 18 | 2010, 93-95.

Référence électronique

Patricia Carbonari, « XXY, bien plus que deux sexes », Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 18 | 2010, mis en ligne le 25 septembre 2015, consulté le 26 avril 2017. URL : http://cinelatino.revues.org/1362 ; DOI : 10.4000/cinelatino.1362

Haut de page

Auteur

Patricia Carbonari

Patricia Carbonari est actrice. Elle a participé aux spectacles suivants : Bal-Trap de Xavier Durringer ; Coppola-Coppelius : Un juguete dramático, une incursion scénique en fragments narratifs sur des textes de ETA, Hoffman, Sigmund Freud et Walter Benjamin ; In memoriam: viejas estampas de teatro político europeo sur des textes de Bertold Brecht, Peter Weiss et Heiner Müller ; Acaso crezca desde el suelo, pasión de Rosa Luxembourg, de Ana Rodriguez et Sergio Sabater. Passionée de cinéma, elle écrit dans diverses publications telles que Kinetoscopio, sur le web : www.extrabismos.com (Colombie), pour Môrada Internacional (Danemark), Página 12, Buenos Aires Herald et Sin cortes (Argentine).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org