Navigation – Plan du site
Indépendances

Révolutions sur tous les écrans

Julián David Correa R.
Traduction de Aurélie Werwilhen
p. 53-57
Cet article est une traduction de :
Revoluciones en todos los formatos

Résumés

En passant d’un écran à un autre, ce texte retrace un parcours chronologique des images de l’Indépendance colombienne, dans le cinéma et la télévision de Colombie.

Haut de page

Texte intégral

1Le thème des luttes indépendantistes du XIXe siècle, qui possède tous les éléments d’un grand film, a été très peu présent à l’affiche du cinéma colombien, et ce, probablement à cause du coût élevé que suppose la production d’œuvres à la fois de guerre et d’époque. Néanmoins, aussi bien le grand écran que la télévision nationale se sont lancés dans des superproductions audiovisuelles qui reflètent une partie de l’histoire que les enfants apprennent à l’école. Ils l’ont fait sous des formes variées qui ont affermi le talent des créateurs colombiens.

Révolutions sur grand écran

2L’histoire du cinéma colombien atteste que l’un des premiers objectifs des producteurs fut de donner à leurs compatriotes l’image d’un pays dont ils pouvaient être fiers. Ce dessein, lié à la nécessité de construire de grandes entreprises cinématographiques et d’obtenir l’appui du public, les a conduit à explorer les grandes œuvres de la littérature nationale, à passer en revue les différents succès de l’industrie et de la musique nationale et, dans une moindre mesure, l’histoire nationale. Le premier film connu pour avoir abordé le thème des luttes indépendantistes est Antonia Santos (Miguel Joseph y Mayol et Gabriel Martínez, 1944), également connu sous le titre de Horizontes de gloria. Son thème est surprenant: au lieu d’évoquer les hommes célèbres de l’histoire américaine, il raconte la vie d’une femme qui a été capturée et fusillée par les Espagnols lors de la Reconquête. Le film retrace les dernières années de l’héroïne du Santander, María Antonia Santos Plata, qui, depuis sa propriété proche de Socorro, et avec plusieurs membres de sa famille, a dirigé la guérilla de Coromoro. L’histoire que narre le film est intense, aussi bien dans la vie politique que dans la vie amoureuse de sa protagoniste. Le film se termine avec la scène de l’exécution de la criolla sur la place principale de son village. De cette bande cinématographique, il reste à peine 45 secondes dans les archives de la Fondation Patrimoine filmique colombien.

3Seize ans plus tard, en 1960, sort sur le grand écran Antioquia, crisol de la libertad (Alejandro Kerk, 1960), véritable apologie de la campagne de libération et de la participation d’Antioquia et de ses habitants à celle-ci. À cette période, qui coïncide avec la fermeture de plusieurs maisons de production, les luttes d’Indépendance disparaissent du grand écran. D’autres formes de révolution commenceront à être dépeintes dans les années 60. Mécontentements, violence politique, révolutions culturelles et sociales seront portés à l’écran grâce au travail de documentaristes tels que Marta Rodríguez et Jorge Silva, pour ne donner qu’un exemple de la riche production qui commença à cette époque-là.

Grands conflits sur petits écrans

4Dans les années 80, c’est la télévision qui récupère le concept de superproduction et d’épopée audio-visuelle que les spectateurs colombiens recherchaient. Elle s’attaque alors à des productions qui surpassaient toutes les œuvres cinématographiques réalisées jusqu’alors dans le pays. Dans une première phase, le défi des entreprises et des réalisateurs de télévision a été de réussir à élaborer des productions complexes, qui impliquaient de grands investissements pour la direction artistique, la figuration, les extérieurs et les séquences de bataille. Parallèlement à cette tendance, une des priorités des historiens, scénaristes et réalisateurs a été de mettre en scène des personnages proches des spectateurs, en utilisant des noms que tous connaissent depuis l’école. Dans une seconde phase, tout en conservant la qualité de production, l’accent a été mis sur la complexité des personnages et leurs conflits. Ils l’ont fait de manière si marquée qu’ils purent alors se passer des grandes figures historiques pour explorer les personnages quotidiens de la société coloniale.

Annonce de la sortie du film Antonia Santos (Miguel Joseph y Mayol et Gabriel Martínez, 1944).

Annonce de la sortie du film Antonia Santos (Miguel Joseph y Mayol et Gabriel Martínez, 1944).

Archives de la Fondation Patrimoine filmique colombien.

5De nombreux producteurs, techniciens et historiens s’illustrent durant cette période, mais deux noms sont essentiels: celui du scénariste, metteur en scène au cinéma, au théâtre et à la télévision Jorge Alí Triana, et celui de l’historien et dramaturge Carlos José Reyes. Comme le dit Ximena Ospina dans le livre sur les 50 ans de la télévision en Colombie: “Entre 1981 et 1987, le programmateur Promec a entrepris un projet ambitieux: recréer à travers des mini-séries, sur des scénarios de Carlos José Reyes joués par les acteurs les plus célèbres, les épisodes les plus importants de l’histoire colombienne. Cela a ainsi donné lieu à des productions telles que Bolívar, el hombre de las dificultades, dont le rôle principal est joué par Pedro Montoya. Ce film est devenu l’une des réalisations les plus remarquables de la décennie et a obtenu le prix Esmeralda dans les catégories meilleur scénario et meilleur acteur. Parmi ces histoires, on trouve celles de Panama et de sa séparation avec la Colombie, celle de Policarpa Salavarrieta, celles de Mosquera et Obando, la révolution comunera [soulèvement populaire vers 1780. NDT], Córdoba et Alfonso López Pumarejo et bien d’autres. La Constitución de 86 est la dernière série à avoir été diffusée. C’est une production spectaculaire qui a été filmée dans des villes comme Cartagena, Cali, Villa de Leyva, Bogota et Barichara et qui a exigé de grands efforts techniques et de réalisation.” 

6Aussi bien Carlos José Reyes que Jorge Alí Triana avaient alors une grande expérience du théâtre. Triana avait été dramaturge et metteur en scène, et Reyes, dramaturge. C’est Carlos José Reyes qui s’est chargé de la recherche historique et des scénarios d’une douzaine de séries de Revivamos nuestra historia. Jorge Alí Triana a réalisé presque toutes ces productions. Plusieurs de ces feuilletons ont été axés sur l’indépendance de la Colombie: José María Córdova (21 chapitres), Los conspiradores (6 chapitres), Batalla de Boyacá et Nariño, el Precursor (24 chapitres), parmi tant d’autres. De toutes ces séries, la plus célèbre était Bolívar, el hombre de las dificultades, qui a été diffusée entre 1980 et 1981. Cette série de 40 épisodes d’une heure a été retransmise en Colombie, au Venezuela, en Équateur, au Pérou, en Bolivie, au Panama, au Costa Rica, à Cuba et à la télévision hispanique des États-Unis. Ce travail a obtenu plusieurs reconnaissances dont le prix Simón Bolívar pour la meilleure recherche historique sur le Libérateur et le prix Esmeralda pour le meilleur scénariste de l’année. Revivamos nuestra historia évoquait des thèmes associés à l’Indépendance nationale, mais aussi à l’histoire du pays. À une époque où ne sortaient que deux longs-métrages colombiens par an, c’est la télévision qui a permis aux artistes et aux techniciens de continuer à exercer leur métier et aux spectateurs colombiens de s’approprier un imaginaire audiovisuel de la nation.

7Toujours dans les années 80 et au début des années 90, FOCINE, l’entreprise d’État pour la promotion du cinéma, s’est lancée dans plusieurs productions qui évoquaient les luttes indépendantistes. Les plus intéressantes ont été, indéniablement, Ana Lenoit (Maria Emma Mejía, 1984, 21 minutes) et Canto a la victoria (Magdalena de Massonnat, 1987, 24 minutes). Ces deux films ont fait partie des moyens-métrages de FOCINE. Dans la première histoire, quatre acteurs descendent le fleuve Magdalena avec l’intention de repérer les lieux où sera représentée une pièce de théâtre. Sous ce prétexte, le film raconte une triste histoire d’amour: celle de Bolívar et d’Ana Lenoit, une adolescente française qui vivait à Tenerife, un village au bord du Magdalena. Leur brève rencontre et l’amour d’Ana pour Bolívar condamneront la jeune fille à l’attendre toute sa vie. Dans le court-métrage, les histoires et les temps se mélangent. Expérimental lui aussi, mais en termes techniques, le film Canto a la victoria présente Bolívar et les images des luttes pour l’Indépendance en combinant animation et interprétations.

Antioquia, crisol de libertad (1960) de Alejandro Kerk

Antioquia, crisol de libertad (1960) de Alejandro Kerk

8À la même époque, au moins deux documentaires vidéo en relation avec ce thème ont été produits. La ruta de Bolívar, perfil de un continente (Francisco Norden, 1992) retrace la route du Libérateur Bolívar en présentant les villages et les villes qu’il a traversés, les faits historiques concernés, mais aussi les pays bolivariens [libérés par Bolívar: Venezuela, Colombie, Équateur, Pérou. NDT]. Le second documentaire, Cartagena, la heroica de Indias (Pablo Mora Calderón, 1993), bien qu’il soit centré sur l’histoire de Cartagena depuis sa fondation en 1523, évoque de manière inévitable le sujet. En effet, Cartagena est l’une des villes à avoir joué un rôle important, et ce, de manière très courageuse, dans les luttes pour l’Indépendance.

9À cette même période, Gutiérrez et Aguilera ont publié un travail de recherche sur le documentaire colombien qui couvre la période allant de 1990 à 2000 et inclut 175 films vidéo. 12% de ces travaux ont pour thème l’histoire de la Colombie, mais aucun n’a de rapport avec l’Indépendance. Selon cette enquête, l’histoire portée à l’écran est liée aux conflits sociaux du XXe siècle: l’assassinat de Gaitán, la violence des années 50 et l’extermination de l’Union patriotique, entre autres.

Écrans de toutes tailles, unissez-vous !

10Dans une période où le peu de cinéma existant cohabite avec une télévision de plus en plus puissante et capable d’attirer des talents du cinéma et du théâtre, la série De amores y delitos, trois films réalisés pour la télévision, mérite un chapitre à part. Le projet était fondé sur une idée originale de Gabriel García Márquez. Pour l’élaboration de ces films, un groupe d’historiens a récupéré des archives judiciaires du XVIIIe siècle dans lesquelles il était possible de voir les causes du mécontentement des criollos et des métis, ainsi que la vie intime de personnes ordinaires qui ont joué un rôle important dans les transformations du continent.

11Une combinaison de facteurs a donné naissance à cette trilogie, qui à l’origine comptait sept films. D’une part, Gabriel García Márquez vient d’achever son roman Le Général dans son labyrinthe, qui raconte le dernier voyage de Bolívar sur le fleuve Magdalena, où il continue à s’intéresser à l’exploration des personnes derrière les personnages de l’histoire. En outre, un groupe important d’historiens colombiens est préoccupé par la faible diffusion de leurs travaux de recherches, qui restent pour la plupart inconnus de la majorité des Colombiens.

12C’est dans ce contexte qu’en 1991 la maison de production d’État, Audiovisuales, engage Gabriel García Márquez pour diriger l’élaboration de scénarios, qui seront rédigés dans leur version finale par Stella Malagón. Le projet évoque les années comprises entre 1781 et 1816 et présente la vie d’une génération de jeunes criollos, avec à leur tête Antonio Nariño. Les histoires mettent en relation six récits dans une série qui s’appellera Crónica de una generación trágica (1993). Ce projet porta à l’écran les petites histoires de personnages tels que Torres, Caldas ou Nariño au milieu des grands faits historiques qui ont bâti l’indépendance de la région. La série est divisée en six chroniques: Los comuneros (1781), Los derechos del hombre (1794), Los conspiradores (1797-1810), El florero de Llorente (1810), La patria boba (1810-1813) et La pacificación (1813-1816). Toute la série est dirigée par Jorge Alí Triana et possède un haut niveau de qualité de production: plus de 4 000 figurants, 72 des acteurs les plus reconnus du cinéma et de la télévision colombienne, une fidélité historique présente à toutes les étapes de la production et de la direction artistique.

Afiche Bolívar soy yo (Jorge Alí Triana, 2002).

Afiche Bolívar soy yo (Jorge Alí Triana, 2002).

Archives de la Fondation Patrimoine filmique colombien.

Simón Bolívar, gravure de W. Hall.

Simón Bolívar, gravure de W. Hall.

13De la rencontre de Gabo avec l’histoire et les historiens colombiens (parmi lesquels se trouvaient Margarita Garrido et María Teresa Calderón) est également née une série d’ateliers d’écriture autour de l’histoire de la Colombie, ainsi qu’une seconde production audiovisuelle qui voulait corriger certaines faiblesses de Crónica de una generación trágica. Cette production fut De amores y delitos, une série de trois merveilleux films pour la télévision. La trilogie est composée de: Bituima 1780 (1995), El alma del maíz (1995) et Amores ilícitos (1995).

14Bituima 1780, dirigé par Luis Alberto Restrepo (également réalisateur des longs-métrages La primera noche, 2002, et La pasión de Gabriel, 2009) et avec un scénario de Juana Uribe, présente les excès de la famille Millán, des caciques du XVIIIe qui s’approprient toutes les formes de pouvoir dans une localité au cours de trois générations. Le second volet de la trilogie, El alma del maíz, réalisé par Patricia Restrepo, d’après un script de l’acteur et scénariste Humberto Dorado, est une histoire dont les rôles principaux sont tenus par des femmes. Pour les concepteurs de ce projet, il était important d’explorer les réalités des femmes pendant l’époque coloniale et ils choisirent à cet effet l’histoire d’une révolte qu’elles ont menée, celle des chicherías de Guateque, à Boyacá. Ces débits de boissons, traditionnellement tenus par des femmes, sont à l’origine d’une révolte populaire quand un groupe de criollos menace de les anéantir en montant une distillerie. Le troisième et dernier volet de la trilogie, Amores ilícitos, écrit et réalisé par Heriberto Fiorillo, originaire de Barranquilla, raconte l’histoire d’un amour impossible à Santa Fe de Antioquia en 1784. Les protagonistes de l’histoire sont l’esclave noire Felipa et le criollo Alejandro, rejeton d’une famille puissante. Les lois de l’époque interdisent la “dégradation” du sang par le biais du métissage, et la famille d’Alejandro essaie de mettre un terme à l’idylle en assassinant la jeune fille et mariant le fils avec une femme de sa classe. Les films de la série De amores y delitos sont trois merveilleux exemples du cinéma national et ont eu des récompenses telles que le prix Simón Bolívar, dans les catégories direction artistique, direction de la photographie, costumes, maquillage et meilleur acteur, pour Humberto Dorado. Bituima 1780 a reçu le prix Midia d’Espagne en tant que meilleur long-métrage pour la télévision.

Une forme finale : la caricature des héros

15À la fin des années 90, avec la création de la Direction de la cinématographie du Ministère de la Culture et la création du Fonds mixte de promotion cinématographique, l’étape la plus productive de l’histoire du cinéma national commence. Dans cette étape du cinéma colombien, les conflits sociaux restent les protagonistes les plus fréquents à l’écran. Dans deux cas seulement le thème est en relation avec les guerres d’Indépendances et Bolívar est à chaque fois le personnage principal: Bolívar soy yo (Jorge Alí Triana, 2002) et Bolívar, el héroe (Guillermo Rincón, 2003).

16Bolívar soy yo est une désacralisation carnavalesque du personnage de Bolívar. C’est l’histoire de Santiago Miranda, un acteur de télévision qui représente Bolívar depuis plusieurs années. Lors du tournage d’un épisode de la série, l’acteur devient fou et refuse d’incarner un Bolívar vaincu. La folie de Miranda et le soutien populaire conduisent l’acteur à chercher l’aboutissement du rêve de Bolívar dans la Colombie de la fin du XXe siècle, au beau milieu d’actrices, de guérilleros et de journalistes. Ce film, écrit par son réalisateur, Jorge Alí Triana, est basé sur sa longue expérience dans la production de la série Bolívar, el hombre de las dificultades. Il a obtenu l’Ombú d’Or et l’Ombú d’Argent au festival de Mar del Plata, en Argentine, le prix du public à Toulouse en 2002 et le prix du public à Lima en 2002.

17Le dernier film de ce voyage chronologique dans les images en mouvement représentant les luttes indépendantistes en Colombie est Bolívar, el héroe. Il s’agit d’un film d’animation biographique de Bolívar, réalisé en imitant le style le plus typique de l’animation japonaise, avec un doublage de qualité et un résultat qui retient davantage l’attention comme curiosité qu’en tant que film qui vaille la peine d’être retenu.

18C’est sur une caricature que termine cette présentation d’un audiovisuel colombien qui, quand il s’est penché sur l’histoire de la fin de l’époque coloniale, est parvenu à réunir un large public. Toutes ces histoires, bien que plus souvent destinées à la télévision qu’au grand écran, ont été très importantes pour les Colombiens, aussi importantes que la télévision, qui est aujourd’hui l’industrie audiovisuelle la plus puissante du pays.

Haut de page

Bibliographie

FOCINE, Memoria Visual, ed. Focine, Bogotá, 1990, 200 p.

Patrimonio Fílmico Colombiano, Largometrajes colombianos en cine y video, 1915-2004, ed. Fundación Patrimonio Fílmico Colombiano, Bogotá, 2004, 350 p.

Interview sur El alma del maíz et la série Crónicas de una generación trágica: http://www.youtube.com/watch?v=-muDFWwu6JQ. http://www.youtube.com/watch?v=hQFFoOyZHI8

Interviews sur Bituima: http://www.youtube.com/watch?v=zv6OEMxl3RM. http://www.patrimoniofilmico.org.co

Ximena Ospina et Diana Herrera, La televisión en Colombia, 50 años. Una historia para el futuro, ed. Caracol Televisión, Bogotá, 2005.

Andrés Gutiérrez et Camilo Aguilera, Documental colombiano, ed. Universidad del Valle, Cali, 2002, 226 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Annonce de la sortie du film Antonia Santos (Miguel Joseph y Mayol et Gabriel Martínez, 1944).
Crédits Archives de la Fondation Patrimoine filmique colombien.
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1290/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1290/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Antioquia, crisol de libertad (1960) de Alejandro Kerk
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1290/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Titre Afiche Bolívar soy yo (Jorge Alí Triana, 2002).
Crédits Archives de la Fondation Patrimoine filmique colombien.
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1290/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Titre Simón Bolívar, gravure de W. Hall.
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1290/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julián David Correa R., « Révolutions sur tous les écrans », Cinémas d’Amérique latine, 18 | 2010, 53-57.

Référence électronique

Julián David Correa R., « Révolutions sur tous les écrans », Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 18 | 2010, mis en ligne le 25 septembre 2015, consulté le 24 juin 2017. URL : http://cinelatino.revues.org/1290 ; DOI : 10.4000/cinelatino.1290

Haut de page

Auteur

Julián David Correa R.

Écrivain, critique de cinéma et gestionnaire culturel diplômé en psychologie. Il a été membre de l’équipe qui a élaboré les programmes de la Direction du cinéma du ministère de la Culture de Colombie et a été coordonnateur du Groupe de formation de ce service d’État jusqu’en 2001. Il a dirigé la Cinémathèque de Bogotá, et a été directeur adjoint de Livre et Développement du Centre régional pour la promotion du livre en Amérique latine, aux Caraïbes, en Espagne et au Portugal. Pendant trois années, il a été assistant de sélection du Festival de courts-métrages d’Oberhausen (Allemagne). Élu pour représenter les réalisateurs au sein du Conseil national pour la culture et les arts cinématographiques, il a aussi représenté le cinéma devant le Conseil national de la culture (2005-2007). Il a dirigé et présenté le programme de télévision En cine nos vemos de la chaîne de télévision culturelle Señal Colombia, programme qui a été diffusé quotidiennement pendant deux ans. Il écrit pour différentes publications de Colombie et d’autres pays. Actuellement, il est gestionnaire de littérature de la municipalité de Bogotá.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org