Navigation – Plan du site

Éditorial

Francis Saint-Dizier
p. 3
Traduction(s) :
Editorial

Texte intégral

1Entre 1808 et 1826, après trois siècles de domination, le continent américain, métissé par le sang et la culture, s’est émancipé des puissances coloniales du vieux continent, l’Espagne et le Portugal. De la Californie au cap Horn, naissent des États indépendants qui configurent l’actuelle mosaïque d’Amérique latine. La création cinématographique s’est peu inspirée de ces gestes historiques et a parfois été marquée par des intentions didactiques, la glorification des héros et un patriotisme élémentaire. La fiction a cependant apporté des films aujourd’hui considérés comme des classiques du cinéma, mais ce sont surtout les documentaristes qui ont assumé le devoir de mémoire historique avec un regard plus lucide et critique. Cinq articles abordent ces thèmes à travers les grandes figures historiques des “Libertadores”.

21810, 1910, 2010 : l’occasion de l’anniversaire de la Révolution mexicaine était trop belle pour ne pas s’en saisir et explorer le rôle de l’iconographie dans la construction de la légende, qui, mêlée aux faits réels, construira l’histoire mexicaine du XXe siècle.

3Le cinéma, balbutiant, a fixé sur le Celluloïd des images qui furent d’abord montrées au public des combattants. Ainsi fut construite l’épopée de Pancho Villa et Emiliano Zapata. La conscience politique mexicaine des années vingt a été forgée par ces grands mythes qui rendent quasiment réels les grands sentiments révolutionnaires : la nation, la justice, le courage, l’honneur, l’avenir. Et ces images, au-delà du Mexique, sont devenues universelles.

4Depuis le début du XXIe siècle, le cinéma indépendant mexicain s’affirme comme un mouvement qui révèle chaque année de jeunes cinéastes au talent prometteur et nous réserve de bonnes surprises. Carlos Reygadas, bien qu’il s’en défende, est le chef de file de ce jeune courant dont l’univers est souvent centré sur la réalité sociale mexicaine, noire et sans perspectives. Les choix esthétiques et artistiques sont innovants : le naturalisme, les acteurs non professionnels, la structure narrative, le drame humain dans ses manifestations les plus quotidiennes, la charge poétique de l’image.

5Un dossier Lesbien, Gay, Bisexuel, Transsexuel (LGBT) fait le point sur l’apparition non masquée depuis une dizaine d’années, dans les films latino-américains, de ces diverses sexualités.

6Bien sûr, à regarder de près les films du demi-siècle passé, nous trouverions dans quelques grands classiques des figures clandestines de l’homosexuel masculin ou du désir lesbien d’héroïnes androgynes. Comme partout dans le monde, les œuvres latino-américaines ont montré, bien avant le XXIe siècle, cette réalité humaine dont parle le généticien Axel Kahn : “Dans le monde animal, désir, sexualité, plaisir et reproduction forment un tout qui obéit à une seule et même logique. Il n’en est pas de même chez les hommes et les femmes, qui ont su autonomiser le plaisir sexuel de sa finalité reproductive, et parfois même de la détermination du sexe ainsi qu’en témoignent les phénomènes d’homosexualité. La dissociation consciente entre un genre psychique et un corps de sexe déterminé aboutit même aux phénomènes de transsexualisme.” Et le cinéma, comme tous les arts, s’est depuis longtemps emparé de la découverte freudienne sur la bisexualité psychique du masculin et du féminin.

7Malgré (ou à cause ?) des réalités idéologiques où le poids des morales religieuses, du machisme ordinaire et du racisme colonial persistant est puissant, les films actuels sur ces sujets sont directs, brutaux, parfois provocateurs. L’émergence des œuvres sur la diversité sexuelle, où la thématique LGBT est revendiquée, rend compte des profondes et rapides mutations culturelles et familiales sous la pression des jeunes générations et de la mondialisation des mœurs. Politique et/ou esthétique, le regard affranchi des auteurs nous donne à voir la joie, le désir, le désarroi, la douleur, la solitude des personnages qui ne suivent pas la “norme” hétérosexuelle. L’œuvre du cinéaste mexicain Julián Hernández, l’un des artistes les plus reconnus sur ces sujets, est mise en valeur dans ce dossier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francis Saint-Dizier, « Éditorial », Cinémas d’Amérique latine, 18 | 2010, 3.

Référence électronique

Francis Saint-Dizier, « Éditorial », Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 18 | 2010, mis en ligne le 25 septembre 2015, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://cinelatino.revues.org/1185

Haut de page

Auteur

Francis Saint-Dizier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org