Navigation – Plan du site
Économie du cinéma

Réseau de microcinéma - Pérou

Groupe Chaski
Stefan Kaspar
Traduction de Ana Saint-Dizier
p. 143-145
Cet article est une traduction de :
Red de microcines - Perú

Résumé

Le groupe Chaski tire parti des nouvelles technologies numériques pour créer un modèle d’organisation culturelle qui permet de développer le cinéma et l’audiovisuel dans une perspective communautaire. Le projet microcinéma compte au Pérou 32 groupes répartis dans 8 régions du pays qui gèrent des points d’exhibition et travaillent à partir de ce concept. Dans cet article, Stefan Kaspar, directeur du Groupe Chaski, explique le projet et le fonctionnement du réseau de microcinémas.

Haut de page

Texte intégral

1Le groupe Chaski met à profit les nouvelles technologies numériques pour créer un service audiovisuel qui met en relation le potentiel du cinéma et de l’audiovisuel avec des activités de communication, de culture et de développement. Ce service fonctionne actuellement à travers un réseau de microcinémas qui atteint déjà 32 quartiers et communautés dans huit régions du Pérou. Les premiers microcinémas ont été mis en place en Bolivie et des efforts pour étendre le réseau à l’Équateur et à la Colombie sont en cours.

2Notre projet part de l’analyse suivante : l’industrie du cinéma et de la télévision, sous sa forme de divertissement à but lucratif, n’a pas réussi à développer une interaction ou un lien social d’importance pour participer des dynamiques sociales et culturelles du pays, elle reste donc très limitée par rapport au potentiel que représente l’audiovisuel, en particulier dans une société où il reste d’énormes progrès à faire dans ce domaine. En réponse, nous avons décidé de combiner les medias classiques (cinéma, audiovisuel) avec les nouvelles technologies de l’information et de la communication (TIC) pour créer un nouveau service qui permette de connecter un public jusqu’à présent exclu et marginalisé au développement du cinéma et de l’audiovisuel et de leur faire bénéficier du potentiel de transformation sociale de ces médias.

Le concept de microcinéma

3Un microcinéma est un lieu de rencontre et de communication dans un quartier ou une communauté, géré par un groupe de huit à dix personnes. Chaque structure reçoit une programmation mensuelle composée de quatre longs-métrages et quatre courts-métrages en format numérique. Chaque programme a une thématique. Les groupes de gestion reçoivent les films deux mois à l’avance accompagnés de fiches techniques et artistiques, pédagogiques et méthodologiques, et d’un dossier sur le thème à traiter. Cela permet aux groupes de préparer le travail, de montrer les films aux agents “relais”, de mobiliser des médias et des collaborateurs et de se rapprocher des publics ciblés selon chaque thématique et chaque film.

4Les projections ont une fréquence d’une à trois séances par semaine dans un espace cédé par une mairie, une organisation paroissiale, une institution civile ou professionnelle ou une entreprise. Les microcinémas reçoivent également des demandes de projections dans des lieux autres que leur “salle” habituelle. L’“espace” d’un microcinéma représente donc son lieu fixe plus son “champ d’action”. Les groupes développent une nouvelle forme d’art de l’exhibition numérique qui combine les avantages du cinéma fixe avec ceux du cinéma itinérant.

Le réseau des microcinémas

5La conception et le développement du projet ont débuté en 2002 et 2003. Des amis nous ont dit : “Ce que vous proposez est une application des TIC à la culture et au développement, un domaine en pleine expansion.” Cinéastes de formation classique et avec une expérience conventionnelle, nous ne connaissions pas grand-chose de l’émergence des TIC, mais en décembre 2003, avec l’aide de consultants et de spécialistes, nous avons présenté le projet des microcinémas (avec 80 autres projets d’organisations de la société civile) lors du 1er Sommet de la nouvelle société de l’information (Organisation des Nations Unies, Genève, Suisse). Cette participation nous a ouvert les yeux sur le potentiel de la proposition. D’autre part, des partenaires et collaborateurs se sont proposés pour nous accompagner dans la phase pilote initiale de l’entreprise.

6Le travail en réseau nous a permis de conjuguer les avantages d’une centrale qui résout des problématiques communes avec la dynamique propre que chaque microcinéma a développé sur son secteur d’intervention. Chaque microcinéma participe au réseau tout en ayant une initiative audiovisuelle propre, autonome et durable. Le projet du réseau des microcinémas est géré par 11 personnes au bureau central de Chaski. Les différents domaines d’action sont : administration et coordination, distribution numérique, technique, recherche et systématisation, réseau national de microcinémas et direction. À cette structure s’ajoutent huit coordinateurs régionaux qui supervisent les quatre microcinémas de leur région et 300 membres regroupés en 32 groupes de gestion de microcinémas dans huit régions différentes.

7En ce qui concerne l’exhibition, nous avons signé des contrats et des accords avec les producteurs, les réalisateurs et les titulaires des droits des films. Ces contrats définissent et fixent le pourcentage des revenus générés qui reviennent au microcinema (exploitant), au distributeur numérique Chaski (distributeur) et aux producteurs et réalisateurs (fournisseurs).

8Le concept de réseau de microcinéma diffère de la notion de ciné-clubs. Le ciné-club programme du cinéma d’art et d’essai pour des cinéphiles. Dans les zones où travaillent les microcinémas, les ciné-clubs sont quasiment inexistants. Nous avons besoin d’attirer et de former un nouveau public avec de nouveaux arguments. Il s’agit d’un public nouveau de gens qui vivent dans des quartiers et des communautés qui ont perdu l’accès à l’exhibition cinématographique – ou qui n’y ont jamais eu accès. Ce public vit dans des zones qui ont d’énormes besoin en matière de développement et qui disposent de peu de ressources économiques. Pour faciliter l’accès aux microcinémas, nous avons fixé un prix d’entrée bas allant d’un à trois soles (l’équivalent de moins d’un dollar) en fonction de la situation du microcinéma.

9La valeur ajoutée que nous utilisons pour attirer les nouveaux utilisateurs du microcinéma est un concept que nous appelons “cinéma et vie”. Nous travaillons sur la proximité des films que nous sélectionnons, traitant de sujets que les pectateurs jugent importants dans leur vie. Parfois, eux-mêmes proposent des thèmes : “Vous pourriez passer des films sur la relation mères-enfants par exemple, c’est un sujet qui nous intéresse.” Quelques-uns des thèmes à traiter en 2011 : Tous les sangs, par le centenaire de la naissance de José María Arguedas ; une section sur la maison de production-distribution Women Make Movies incluant des films réalisés par des femmes et consacrés aux femmes (la directrice de WMM viendra avec deux réalisatrices et une journaliste) ; Cinéma andin, en collaboration avec le Secrétariat de la Communauté andine ; IIe Muestra de cinéma et écologie sociale ; Un regard sur le Pérou, avec des films qui parlent de la côte, des montagnes et de la forêt ; Un regard vers d’autres mondes et d’autres cultures, avec des films coréens cette année ; IIIe Muestra cinéma solidaire enfants du monde ; Cinéma et spiritualité, et Tous les droits pour tous. Chaque axe thématique permet de déterminer les publics ciblés et de mobiliser des alliés sur le plan local, régional, national et international.

10Nous avons donc vu que les programmes et les thématiques ont un grand potentiel de développement vers des événements audiovisuels avec une dynamique, une personnalité et une équipe propre.

Puno, Pérou. Une projection numérique est légère, mobile. On peut réaliser des projections dans différents lieux et en plein air.

Puno, Pérou. Une projection numérique est légère, mobile. On peut réaliser des projections dans différents lieux et en plein air.

Le programme de formation et l’élaboration des contenus audiovisuels

11Nous avons également développé un programme de formation pour la gestion des microcinémas avec un niveau de base, un niveau intermédiaire et un niveau avancé. Il s’agit d’un programme de formation qui allie la théorie à la pratique et l’utilisation de méthodologies participatives. Les participants, tous membres des groupes de gestion des microcinémas, apprennent à enseigner pour reproduire plus tard l’entreprise audiovisuelle avec de nouveaux groupes. Une partie de ce programme de formation dans la ligne des médias audiovisuels au service du développement a été introduite dans différentes universités qui ont une Faculté de Communication au Pérou et à l’étranger. On note un intérêt croissant pour l’utilisation du potentiel audiovisuel pour la communication, la culture et le développement.

12La démocratisation et la décentralisation de l’audiovisuel prend aussi en compte l’accès à la production de contenus audiovisuels propres. Pour cela, Chaski a mis en place une section de cinéma participatif. Dans cette section, nous réalisons des ateliers de microcinéma pour enseigner à faire des films avec une méthodologie participative. Le fait que la technologie du cinéma soit chère et sophistiquée est un obstacle pour un développement d’une culture audiovisuelle et d’autres expressions culturelles à partir de la communauté. Nous utilisons les nouvelles technologies pour initier ce processus logique et naturel.

Pérou. Affiche utilisée dans les microcinés ruraux.

Pérou. Affiche utilisée dans les microcinés ruraux.

Systématisation et reproduction

13La demande de ce nouveau service audiovisuel est élevée. Nous avons sélectionné 32 lieux dans huit régions du pays pour mettre en œuvre les premiers microcinémas. Comme ces microcinémas sont des laboratoires pour tirer des leçons des succès et des erreurs, et continuer d’améliorer le modèle, nous avons choisi des endroits qui correspondent à des situations diversifiées : on trouve des microcinémas dans des quartiers urbains marginalisés, d’autres dans de petites villes de province, dans les zones mi urbaines mi rurales, et dans des communautés rurales.

14Dans ces différents lieux, nous apprenons à optimiser les résultats, à adapter la programmation aux besoins et à la demande des différents publics locaux ciblés, à faire du doublage en quechua pour les microcinémas qui touchent des communautés qui parlent cette langue, nous apprenons à développer des stratégies de campagne régionales et locales, à mobiliser des ressources matérielles et non matérielles à partir du bureau central et à partir des succursales régionales.

15Les 32 premiers microcinémas sont en place dans les régions suivantes : Puno, Cusco, Ayacucho, Apurimac, Lima Sud, Lima Nord, La Libertad et Piura. En avance sur la phase de reproduction du modèle, des microcinémas sont déjà apparus en Bolivie (El Alto à La Paz, Cochabamba et Santa Cruz) et en Équateur (à Quito et dans la région amazonienne). D’autre part, des mesures ont été entreprises pour étendre le réseau des microcinémas à la Colombie.

16Dans la ligne du plan élaboré en collaboration avec Ashoka et McKinsey & Co., nous approchons de l’étape de systématisation de ce que nous avons appris dans nos “laboratoires3, qui sont les 32 premiers microcinémas implantés dans des réalités et des contextes divers. Pour passer à cette étape, nous envisageaons de faire des publications traduites en plusieurs langues et une version en ligne de notre programme de formation en gestion de microcinémas. Notre idée est que le modèle des nouveaux services audiovisuels développé à travers les réseaux de microcinémas connectés à des serveurs et à des plate-formes de distribution numériques puisse être copié, adapté et reproduit facilement par les individus et les organisations intéressés à travers le monde.

17Ensuite, le succès a aussi à voir avec les nombreux partenariats mis en place au cours du projet à l’intérieur et à l‘extérieur du pays. L’impact potentiel du réseau de microcinéma lui a permis d’attirer des partenaires institutionaux (municipalités, gouvernements régionaux et des ministères nationaux), issus du monde de l’entreprise, de la société civile et de la coopération internationale (Suisse, Espagne, Allemagne, Liechtenstein, Hollande, États-Unis, Singapour, etc.).

Microciné “Eskapate” dans la prison pour femmes Santa Monica de Chorrillos, Lima, Pérou.

Microciné “Eskapate” dans la prison pour femmes Santa Monica de Chorrillos, Lima, Pérou.

Depuis le Pérou

18Lors de manifestations internationales, se pose la question de savoir pourquoi ce projet est apparu au Pérou et non dans des pays où le monde du cinéma est plus développé et qui ont un meilleur accès aux nouvelles technologies. Deux aspects principaux ont contribué à cet état de fait. Avec ses 25 années d’expérience, le Groupe Chaski a développé ses activités dans tous les domaines de la chaîne de production classique du cinéma et de l’audiovisuel, au Pérou et à l’étranger, et toujours depuis la position difficile et limitée du cinéma péruvien qui n’a jamais percé dans le marché. Cette participation longue et complète nous a permis d’acquérir une connaissance de tous les domaines nécessaires à l’innovation, au changement et à la construction de solutions alternatives. À cela s’ajoute un autre aspect en relation avec les conditions du marché. En ce qui concerne l’exploitation au Pérou, la fermeture des salles de cinéma dans les petites villes, villages et quartiers a généré un vide. Le panorama de l’exploitation cinématographique au Pérou est passé d’environ 380 salles (traditionnelles, grandes, mais en mauvais état) à 39 complexes multicinémas modernes et intégrés dans les supermarchés de la capitale (32 sur 39 ont été construits à Lima). Ce marché réduit et centraliste a favorisé l’augmentation de la domination des produits américains, ce qui se reflète dans le pourcentage de billets vendus en 2003, lorsque le projet a commencé, de la manière suivante : 95 % des films étaient américains, 3 % péruviens, 1 % latinoaméricains et 1 % européens et du reste du monde. Dans cette nouvelle façon de gérer l’industrie du cinéma avec une logique de franchise commerciale, il ne reste qu’un espace mineur pour la diversité de l’offre et pour les produits différents du modèle américain.

19La combinaison de ces deux aspects – une connaissance complète de toutes les parties de la chaîne de production et le fait d’avoir été marginalisé du réseau de production commercial –, ajoutés à l’émergence de nouvelles technologies, ont favorisé la prise de décisions dans la voie de l’innovation et du changement. Sans hésitation ni perte de temps, nous avons commencé à imaginer et à mettre en place une chaîne de production pour un cinéma “différent”, pour la diversité du cinéma péruvien, latino-américain, indépendent, pour un cinéma qui alimente des identités et génère une conscience critique, pour faire le cinéma qui n’a jamais pu être diffusé et atteindre ses publics cibles, avec une attention toute particulière à ceux qui sont en grande nécessité.

Villa María del Triunfo à Lima, Pérou. Des jeunes du microciné Luciérnaga, membres du programme ”Cinéma participatif”.

Villa María del Triunfo à Lima, Pérou. Des jeunes du microciné Luciérnaga, membres du programme ”Cinéma participatif”.

Villa María del Triunfo à Lima, Pérou. Des jeunes du microciné Luciérnaga, membres du programme ”Cinéma participatif”.

Villa María del Triunfo à Lima, Pérou. Des jeunes du microciné Luciérnaga, membres du programme ”Cinéma participatif”.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Puno, Pérou. Une projection numérique est légère, mobile. On peut réaliser des projections dans différents lieux et en plein air.
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1178/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Pérou. Affiche utilisée dans les microcinés ruraux.
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1178/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Microciné “Eskapate” dans la prison pour femmes Santa Monica de Chorrillos, Lima, Pérou.
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1178/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Villa María del Triunfo à Lima, Pérou. Des jeunes du microciné Luciérnaga, membres du programme ”Cinéma participatif”.
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1178/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Titre Villa María del Triunfo à Lima, Pérou. Des jeunes du microciné Luciérnaga, membres du programme ”Cinéma participatif”.
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1178/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 5,0k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stefan Kaspar, « Réseau de microcinéma - Pérou  », Cinémas d’Amérique latine, 19 | 2011, 143-145.

Référence électronique

Stefan Kaspar, « Réseau de microcinéma - Pérou  », Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 19 | 2011, mis en ligne le 01 décembre 2011, consulté le 30 mars 2017. URL : http://cinelatino.revues.org/1178 ; DOI : 10.4000/cinelatino.1178

Haut de page

Auteur

Stefan Kaspar

Stefan Kaspar est né à Biel en Suisse. Il est journaliste et cinéaste indépendant. À 30 ans, il part au Pérou pour faire une recherche sur l’exode rural, écrire un scénario et réaliser un film tiré du conte “El Pequeño de junto al Cielo” de Enrique Congrains. Il décide alors de s’installer au Pérou et crée un collectif de cinéastes autour du projet qu’il mène. Le Groupe Chaski voit le jour en 1982 et réalise un travail qui inclut de nombreuses activités liées au cinéma, de la production à la distribution et diffusion de films à l’intérieur du pays et à l’étranger. Au cours de sa longue expérience péruvienne et latino-américaine, Kaspar a travaillé comme producteur, distributeur, exploitant, leader et promoteur du secteur audiovisuel.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org