Navigation – Plan du site
Économie du cinéma

Réseau de microcinéma - Bolivie

Vers la construction d’une industrie audiovisuelle propre
Marcelo Cordero
Traduction de Ana Saint-Dizier
p. 137-138
Cet article est une traduction de :
Red de microcines - Bolivia

Résumé

Le Centre Culturel Yaneramai développe depuis 2009 le Réseau de Microcinéma Bolivie dans la perspective de restituer l’accès au cinéma à des populations qui n’y ont pas accès dans un but de développement. Le projet consiste en un réseau de salles alternatives qui fonctionnent sur le principe de l’auto-gestion et de la participation et où les choix de programmation se portent sur des films proches de la réalité du public. Il comprend également un volet de formation de base en audiovisuel et en gestion pour les membres actifs et prétend, au delà de l’exhibition, jouer un rôle pour soutenir la production locale hors des circuits audiovisuels habituels.

Haut de page

Texte intégral

1Le Réseau de microcinéma Bolivie est une initiative du Centre Culturel Yaneramai (entreprise culturelle bolivienne qui se consacre à la gestion de l’audiovisuel dans les domaines de la distribution, de l’exploitation, de la production et de la recherche), en partenariat avec le groupe Chaski, institution civile fondatrice du concept de microcinéma qui développe le même projet sur le territoire péruvien sous le nom de Réseau national de microcinémas Chaski, avec qui nous partageons et échangeons connaissances et expériences pour construire un marché de l’audiovisuel propre qui réponde aux réalités culturelles, sociales et économiques des pays dits en développement avec pour point de départ la Bolivie, le Pérou et l’Équateur.

2La notion de microcinéma part de la prémisse que le marché de l’audiovisuel qui existe dans nos pays n’a jamais fonctionné, ne fonctionne pas, et ne fonctionnera jamais pour le cinéma produit en dehors d’Hollywood, parce que le modèle de marché qui régit le monde entier a été conçu et structuré en fonction de réalités sociales, culturelles et économiques concrètes, très différentes de celles de pays comme la Bolivie ou l’Argentine, par exemple. C’est un modèle conçu pour la société américaine ou européenne et adapté à un système de production, de distribution et d’exploitation efficace seulement dans ce contexte précis.

3Le modèle de marché de l’audiovisuel traditionnel ne prend pas en compte le cinéma comme un outil de développement culturel et social et, pour cette raison, ne contribue absolument pas à l’amélioration de la qualité de vie des populations. Il n’est pas anodin que dans la plupart des cas, les chaînes de grands complexes multicinémas ne fonctionnent que dans certaines villes et dans les zones qui ont un pouvoir d’achat élevé, marginalisant la population qui ne répond pas à leurs intérêts économiques. Pour cette raison, un pourcentage élevé de franges de la société n’a jamais ou très rarement eu une expérience cinématographique dans une salle de cinéma. Ce qui ne veut pas dire que ces secteurs ne consomment pas de cinéma et en particulier du cinéma hollywoodien, mais c’est un autre sujet.

4Depuis que le cinéma est arrivé en Bolivie, en 1897, seulement 8 à 10 % des Boliviens sont entrés dans une salle de cinéma, autrement dit entre 90 et 92 % de la population bolivienne n’a jamais vu un film sur grand écran. Si nous faisons une analyse comparative du marché dans les pays limitrophes de la Bolivie, nous constatons que cette réalité se répète dans tous les cas avec, bien sûr, des caractéristiques spécifiques propres à chaque lieu, comme l’économie et la densité de population, mais globalement le panorama est le même : un désastre audiovisuel.

5Le projet Réseau de microcinémas Bolivie est une méthode de travail qui permet que le cinéma arrive aux gens d’une façon adaptée et que le public puisse l’utiliser comme outil pour humaniser la croissance, sans laisser de côté le divertissement. Ainsi, l’audiovisuel dynamise un marché générateur de ressources dont tirent des bénéfices les producteurs, les distributeurs, les exploitants et, surtout, les communautés où se mettent en place les microcinémas. Ce qui équilibre les potentiels culturels, éducatifs et sociaux avec l’aspect économique, une logique dans laquelle le circuit traditionnel ne peut, ni ne veut, abonder.

6Le Réseau de microcinémas Bolivie fonctionne sur la base du concept de micro-entreprise, qui peut être communautaire ou privée, et fonctionne de manière décentralisée à travers les leaders locaux et les institutions représentant les zones concernées.

Spectateurs faisant la queue pour voir un film du programme de microcinéma à Villa El Salvador, un des plus grands quartiers périphériques de Lima.

Spectateurs faisant la queue pour voir un film du programme de microcinéma à Villa El Salvador, un des plus grands quartiers périphériques de Lima.

7Un point microcinéma se met en place dans des espaces existants rénovés et aménagés comme espaces de projection. Dans le même temps, nous identifions les personnes qui veulent prendre en charge la gestion du lieu (programmation, promotion, communication, projection, critique cinemato-graphique, organisation de forums et entretien). Ces personnes se forment comme gérants audiovisuels grâce à des modules de formation où ils apprennent les principes de base de l’histoire du cinéma, du langage audiovisuel, de la production vidéo, de la gestion culturelle et de la comptabilité, entre autres. Elles acquièrent ainsi une formation complète qui leur permet de protéger l’entreprise contre toute éventualité et qui leur donne les moyens de la gérer de façon durable sur le long terme. Cet espace de projection est en relation avec les besoins et les réalités quotidiennes de la population tels que la santé, l’éducation, la culture. Les films ne sont pas un simple passe-temps, mais des outils de réflexion, de remise en question et d’action pour améliorer leurs conditions de vie. Notre idée est que le cinéma fasse partie de la vie quotidienne, afin de garantir la création d’une industrie et sa viabilité, et qu’elle aille dans le sens d’un bénéfice pour la communauté. Il est important de comprendre que le concept de microcinéma n’est pas dirigé exclusivement aux secteurs pauvres mais à l’ensemble de la société car il va au-delà des aspects économiques.

8Le microcinéma n’entre pas en concurrence avec le marché traditionnel du film car il n’a pas les mêmes objectifs. Les autres canaux audiovisuels comme la télévision, la vidéo, Internet ou encore la piraterie, ne sont pas non plus une menace puisque le microcinéma est bien plus qu’une simple exhibition de produits audiovisuels. Les méthodes d’acquisition des titres du catalogue microcinéma ne sont pas basés sur le système traditionnel d’achat et de vente, car il n’existe pas de marché qui corresponde aux besoins du projet. Pour le moment, et jusqu’à la consolidation d’une véritable industrie, nous travaillons selon un système
d’acquisition alternatif dit de “risques partagés”, qui implique les producteurs, la centrale de distribution et les points de projection que sont les microcinémas. Les producteurs qui accompagnent le Réseau de microcinémas Bolivie savent que, dans cette première phase, ne sont pas en jeu de grosses sommes d’argent mais le fait que leurs films contribuent à la création et à la consolidation d’un nouveau paysage audiovisuel qui aura des résultats positifs sur le moyen terme.

9Le coût des entrées est fonction de la réalité économique de l’endroit où est implanté le microcinéma, ce qui signifie que le billet peut coûter 0,30 cents de dollar dans une zone et 1,30 dollars ailleurs. L’estimation des revenus annuels de 50 microcinémas (qui représentent un total de 1 000 places) avec 10 séances par mois minimum et 120 séances par an en moyenne dans chaque salle, avec un coût moyen de 0,84 dollar par billet, représente un total de 1 019 830 dollars americanos. Précisons ici que nous prenons en compte le potentiel minimal de ce que le Réseau peut atteindre dans un seul pays,mais nous pouvons avancer avec une certaine assurance que ce montant pourrait être mille fois supérieur en fonction de la quantité de séances, du coût des entrées et du nombre de spectateurs.

10Le microcinéma utilise une technologie de projection numérique. Comme il s’agit de micro-entreprises, les caractéristiques des appareils de projection dépendent des possibilités d’investissement de chaque groupe de personnes qui désirent implanter un microcinéma. Il peut s’agir d’un simple lecteur de DVD, d’un projecteur multimédia avec son propre son, voir d’un lecteur Blu-Ray ou d’un disque dur HD avec un projecteur HD et un dispositif de son plus complexe.

Apurimac, Pérou. Le cinéma et son rôle de “miroir reflet de la réalité” génère réflexion, dialogue, conscience critique et identité.

Apurimac, Pérou. Le cinéma et son rôle de “miroir reflet de la réalité” génère réflexion, dialogue, conscience critique et identité.

11Le coût d’équipement d’un microcinéma oscille entre 2 000 et 5 000 dollars au maximum, selon les pays. La technologie numérique permet de réduire considérablement les coûts de fonctionnement et d’investissement par rapport au celluloïde et à certains types de technologie numérique.

12En Bolivie, après huit ans de travail et depuis le lancement du projet du Réseau de microcinémas Bolivie en novembre 2009, on compte quatre points microcinéma d’exhibition, tous construits grâce à des investissements privés et sans soutien extérieur de la coopération internationale ou de l’État : le microcinéma Chaski qui fait partie du Centre culturel Yaneramai, le microcinéma Muro Tambo dans la ville d’Oruro (administré par le Centre culturel Séptimo Ojo), la Cineteca Trono à El Alto soutenue et gérée par la Fondation Compa, et le microcinéma Jorge Ruiz, géré par les étudiants de cinéma de l’École municipale d’arts de El Alto.

L’idée est d’atteindre le chiffre de 20 microcinémas d’ici novembre 2011 et 100 d’ici 2015, répartis sur l’ensemble du territoire bolivien.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Spectateurs faisant la queue pour voir un film du programme de microcinéma à Villa El Salvador, un des plus grands quartiers périphériques de Lima.
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1160/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre Apurimac, Pérou. Le cinéma et son rôle de “miroir reflet de la réalité” génère réflexion, dialogue, conscience critique et identité.
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1160/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marcelo Cordero, « Réseau de microcinéma - Bolivie », Cinémas d’Amérique latine, 19 | 2011, 137-138.

Référence électronique

Marcelo Cordero, « Réseau de microcinéma - Bolivie », Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 19 | 2011, mis en ligne le 21 mai 2015, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://cinelatino.revues.org/1160 ; DOI : 10.4000/cinelatino.1160

Haut de page

Auteur

Marcelo Cordero

Marcelo Cordero Quiroga est né à La Paz en Bolivie. Après des études de philosophie, de mise en scène et de critique cinématographiques, il est l’actuel directeur du Centre Culturel Yaneramai, entité culturelle privée de gestion audiovisuelle intervenant dans les domaines de la distribution, l’exploitation, la production et la recherche. Il a dirigé la revue Fotogenia en 2006 et en 2007. Il enseigne l’histoire du cinéma en Bolivie au sein du cursus de communication de la Universidad Privada Franz Tamayo (2006) et à la Universidad Mayor de San Andrés. Il réalise le programme hebdomadaire de critique cinématographique « El Placer de la Mirada » sur les ondes de Radio Deseo.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org