Navigation – Plan du site
Économie du cinéma

Cinéma colombien y a-t-il de quoi pavoiser ?

Le bilan en 2010
Julián David Correa R.
Traduction de Alessandra Doronzo
p. 113-119
Cet article est une traduction de :
¿Se puede celebrar el cine colombiano?

Résumé

Julián David Correa R. présente un bilan du cinéma colombien, en passant en revue les lois et le réseau d’institutions colombiennes au service du cinéma, les ressources financières mises à la disposition de celui-ci, ainsi que la participation des films colombiens aux festivals cinématographiques internationaux. Le bilan s’avère mitigé : malgré de nombreux succès, beaucoup reste encore à faire.

Haut de page

Texte intégral

Los colores de la montaña (2010) de Carlos César Arbeláez

Los colores de la montaña (2010) de Carlos César Arbeláez

1En Colombie, 2010 a été une année de célébrations et de bilans. La raison la plus évidente est qu’elle marque le bicentenaire de la fondation du pays et de son triomphe sur l’Espagne dans les luttes pour l’indépendance. 2010 marque également la fin des huit années du gouvernement d’Alvaro Uribe et, en ce qui concerne la cinématographie nationale, la septième année depuis la promulgation de la Loi sur le cinéma et la treizième depuis la création du ministère de la Culture et de la Direction de la Cinématographie grâce à la Loi générale sur la culture. Les fêtes et le changement de gouvernement ont donné lieu à de nombreux communiqués de presse, rapports et entretiens qui parlaient d’un cinéma national couronné de succès et “plus mûr”. Cependant, parallèlement à ces rapports officiels et déclarations enjouées, diverses voix exprimaient leur inquiétude face à une cinématographie sans ligne directrice claire et comportant certaines incongruités entre ressources et efforts mis en œuvre d’une part et résultats, tant esthétiques que mercantiles, d’autre part. Y a-t-il de vraies raisons de pavoiser, ou y en a-t-il plutôt de changer l’orientation du cinéma colombien ?

Les lois et les institutions

2Pendant les treize années écoulées depuis la Loi sur la culture, le soutien au cinéma national a été remis à l’ordre du jour du gouvernement. Une petite mais complexe constellation d’offices publics, privés ou mixtes, ayant pour but d’aider l’industrie audiovisuelle du pays, a ainsi vu le jour. Elle est constituée de la Direction de la Cinématographie, de Proimágenes Colombia, du Fonds pour le Développement Cinématographique (FDC) administré par le Conseil National pour les Arts et la Culture Cinématogra-phiques (CNACC), de la Commission filmique ainsi que de l’ACACC.

3En octobre 2010 s’est tenue la Semaine du Cinéma Colombien, événement organisé tous les deux ans par le ministère de la Culture. Cette année, une nouvelle institution, créée à l’initiative du Ministère, a participé à son organisation : l’Académie Colombienne des Arts et Sciences Cinématographiques (ACACC). Lors de la remise des prix récompensant les films colombiens, les cinéphiles ont pu voir, pour la première fois, des cinéastes intégrés à l’ACAAC décerner les Macondos.

  • 1 1. La vendedora de rosas, de Víctor Gaviria.
  • 2 FOCINE : Fonds pour le développement cinématographique de Colombie (1978-1993).

4La Semaine du Cinéma Colombien, événement auquel personne n’avait pensé lors de la création de la Direction de la Cinématographie, a déjà eu lieu plusieurs fois. En décembre 1997, un artiste est arrivé à ce qui s’appelle aujourd’hui la Maison du Cinéma avec une petite sculpture couleur or : “Voici le Mohan d’or” a-t-il déclaré, brandissant un petit personnage barbu qui fumait un gros cigare (cigare ?). “Le Mohan d’or devrait être notre Oscar, notre prix pour le cinéma national”. Ce sculpteur proposait un prix pour une cinématographie qui, en 1997, avait à peine sorti un long-métrage de fiction en salle1. Fin 1997, la bonne nouvelle n’était pas qu’il y avait de l’argent à gaspiller en statuettes et tapis rouges, mais que l’État recommençait à soutenir le cinéma de façon claire et totale : c’est cette même année qu’a vu le jour le ministère de la Culture de Colombie et la Direction de la Cinémato-graphie, fonctionnelle en 1998 et comportant divers groupes dédiés à la formation, la production, la mise en circulation et la conservation. En février 1998, la Direction de la Cinématographie a émis les premiers appels à candidature d’aide à la production audiovisuelle depuis ceux de FOCINE2. Entre la disparition de FOCINE et la naissance du Ministère, des concours, financés par des institutions publiques et parfois orientés vers la production audiovisuelle, ont continué à avoir lieu dans les plus grandes villes colombiennes ; néanmoins, avant février 1998, aucun concours aussi bien financé et aussi varié quant aux types d’œuvres pouvant aspirer à une aide financière, n’avait existé.

El vuelco del cangrejo (2010) de Óscar Ruíz Navia

El vuelco del cangrejo (2010) de Óscar Ruíz Navia

El vuelco del cangrejo (2010) de Óscar Ruíz Navia

El vuelco del cangrejo (2010) de Óscar Ruíz Navia
  • 3 Pendant dix ans, on a dit, avec une malveillance certaine, que le soutien que l’État colombien appo (...)

5En 1998, est obtenue la création de Proimágenes en Movimiento (Proimages en Mouvement, aujourd’hui Proimágenes Colombia), géré par le Ministère. Cette institution avait été pensée, dès la conception de la Loi sur la culture, comme pendant privé d’une direction qui, du fait de son caractère public, aurait forcément été lente et complexe à mobiliser. Le travail coordonné de la Direction de la Cinématographie et de Proimágenes a non seulement stimulé la formation, la création, la circulation, la conservation et les festivals, mais il a aussi permis de continuer le travail sur la réglementation et sur l’ensemble des institutions capables de mener à bien le développement d’une industrie audiovisuelle nationale stable. En 2003, ces développements ont donné naissance à la Loi sur le cinéma, un ensemble de normes qui avaient, pour la plupart, fait partie du projet de la Loi sur la culture, mais qui avaient été supprimées lors des tables rondes et des débats au Congrès. Sur la base de ce projet de 1997, et suite à de nouvelles négociations, la Loi sur le cinéma a créé : le Fonds pour le Développement Cinématographique (FDC), un fonds parafiscal qui, dans ses premières estimations aspirait à générer 9 milliards de pesos (environ 3 millions d’euros), et un conseil de représentants du secteur chargés d’administrer ces ressources (le CNACC). Le passage d’un petit bureau du ministère de la Culture, géré par un seul fonctionnaire et avec un budget minime3, à cet ensemble de normes, institutions et ressources pour le soutien au cinéma est une immense réussite des cinéastes, gestionnaires culturels et hauts fonctionnaires colombiens.

6Deux autres organisations de soutien au cinéma colombien entraient dans ce projet : la Commission filmique et l’Académie Colombienne des Arts et Sciences Cinématographiques (ACACC). La Commission filmique a été créée comme bureau de Proimágenes ayant pour mission de faciliter la réalisation de productions internationales en Colombie. En 2010 est annoncée la formation de l’ACACC, à laquelle, dès le départ, se sont affiliés 250 cinéastes. L’ACACC est une entité privée, sans but lucratif, indépendante, démocratique et autonome, composée de professionnels des différents métiers du cinéma. Lisandro Duque, son premier président, en a défini les objectifs : “L’ACACC a trois objectifs principaux : représenter, en tant que corporation, les professionnels des différentes disciplines cinématographiques ; positionner le cinéma colombien au niveau national et international ; et servir d’organe de recherche pour proposer des études, des politiques, des programmes et, en général, toute idée visant à renforcer le dynamisme artistique, technologique et industriel du secteur cinématographique colombien”.

7La création de lois et d’institutions, ainsi que le travail coordonné entre la Direction de la Cinématographie et diverses organisations publiques et privées, a constitué la plus belle réussite de ces années. La création de Proimágenes a impliqué celle de son comité directeur, dont font partie, entre autres, des institutions privées telles que le plus grand exploitant de cinéma (Cine Colombia) et Kodak Américas, deux ministères, la Direction des douanes et des impôts nationaux et l’Université nationale. Cette union d’intérêts divers pour le développement d’une industrie cinématographique s’est renforcée avec la création du FDC et du CNACC, qui comporte des exploitants, des distributeurs et des créateurs de tout le pays. Bien qu’ils puissent avoir des contradicteurs, les résultats obtenus par la Direction de la Cinématographie, Proimágenes, le FDC et le CNACC ont été évidents et nombreux tout au long de ces dix dernières années. Les buts de la Commission filmique sont ambitieux et la nécessité de son existence est indubitable, bien que ses résultats, de même que ceux de l’ACACC, soient encore en suspens.

Perro come perro (2010) de Carlos Moreno

Perro come perro (2010) de Carlos Moreno

Les ressources et la participation internationale

  • 4 Document 3659 du Conseil national de politique économique et sociale de Colombie (Conpes) : Polític (...)

8L’évidence de la réussite est encore montrée par le fait que le cinéma colombien a de nombreuses ressources, de différentes provenances : “Les prélèvements parafiscaux destinés au cinéma ont représenté 36 milliards de pesos entre 2004 et 2010. De même, l’incitation à l’investissement privé dans les films nationaux a rapporté 48 milliards de pesos en provenance du secteur privé hors industrie cinématographique. Ces ressources ont encouragé la production d’environ 60 longs-métrages entre 2004 et 2009, et permis la rémunération de scénarios, musiques, acteurs, créatifs, photographes, techniciens, post-productions, promotions, etc. La Colombie est aujourd’hui le quatrième plus grand producteur de cinéma en Amérique latine.”4

9Ces chiffres provenant du document CONPES (Conseil national de politique économique et sociale) n’incluent pas les investissements faits directement grâce aux ressources du ministère de la Culture de Colombie, pierre angulaire du processus dans son ensemble. Selon ce document, de 2004 à 2010, 56 % des investissements dans le cinéma national provenait du secteur privé hors industrie cinématographique. Cette proportion aurait pu, néanmoins, être plus importante : des cinéastes tels que Felipe Aljure et Clara María Ochoa se sont opposés à ce qu’ils considèrent comme une excessive paperasserie du ministère de la Culture pour l’attribution des certificats de nationalité aux films ; ils ont signalé que la limite imposée aux financements privés devrait être supprimée, puisqu’il y a des investisseurs prêts à investir davantage, et que la mission du Ministère devrait être la production d’un cinéma national, avant la défense des investisseurs ou le contrôle du recouvrement des impôts dans le pays.

  • 5 Julio LUZARDO, 201O : Desastroso año para el cine colombiano : www.enrodaje.net/4desastroso_2010.ht

10La plupart de ces ressources ont été employées dans la production cinématographique mais d’autres opérations ont aussi été financées tout au long de la chaîne : formation, écriture de scénarios, développement de projets, promotion, participation à des festivals, lutte contre la piraterie, conservation, etc. Concernant l’assignation des ressources du FDC et du ministère de la Culture, le débat majeur porte sur le type de films à soutenir et sur l’orientation du cinéma national : “En l’absence des données de fin d’année (2010) nécessaires à une évaluation totale adéquate, il convient de noter que le premier semestre a été l’un des pires du cinéma colombien depuis longtemps. Cela montre que la Loi sur le cinéma n’a aidé que peu, voire pas du tout, puisque sa principale fonction s’est limitée à distribuer de l’argent à toutes les demandes de soutien venues alimenter son portfolio de récompenses déjà bien fourni, comme s’il s’était agi de suivre au pied de la lettre la célèbre phrase de Jean-Luc Godard : “On ne fait pas du cinéma pour gagner de
l’argent, mais pour le dépenser.” Cela semble, à la longue, être l’unique fonction de la Loi sur le cinéma. Cette triste réalité – distribution d’argent à droite à gauche, sans aucun sens de la continuité ou de l’industrie, sans aucune analyse poussée des effets causés – ne laisse pas seulement une longue chaîne de producteurs ruinés, mais des rêves brisés et l’amère saveur d’une industrie sans cap et sans pilote”.5

11En termes absolus, exception faite de la part du cinéma colombien dans la fréquentation des salles de cinéma, les chiffres associés aux ressources, sorties en salle et nombre de copies montrent une augmentation constante. Pendant la Semaine du cinéma colombien ont été présentées les réussites du cinéma national, parmi lesquelles la participation à des festivals internationaux :

“La croissance de notre cinématographie et les prémices de sa consolidation en tant qu’industrie sont mis en évidence par la présence de nos films dans les plus réputés des événements cinématographiques internationaux. Grâce à la politique d’internationalisation, la Colombie commence à figurer sur la carte du cinéma international, avec 57 œuvres, entre longs-métrages, courts-métrages et documentaires, ayant reçu récompenses et reconnaissance dans plus de 40 festivals du monde entier.”

Retratos de un mar de mentiras (2009) de Carlos Gaviria

Retratos de un mar de mentiras (2009) de Carlos Gaviria

Retratos de un mar de mentiras (2009) de Carlos Gaviria

Retratos de un mar de mentiras (2009) de Carlos Gaviria
  • 6 Communiqué de presse du ministère de la Culture de Colombie, octobre 2010.

12Au Festival de Cannes, les longs-métrages suivants ont été programmés dans la section Tous les cinémas du monde : PVC-1 de Spiros Stathoulopoulos, L’Ombre de Bogotá (La sombra del caminante) de Ciro Guerra, Al final del espectro de Juan F. Orozco, Soñar no cuesta nada (Rêver ne coûte rien) de Rodrigo Triana, Bluff de Felipe Martínez, et Los viajes del viento (Les Voyages du vent) de Ciro Guerra dans la sélection Un certain regard en 2009. Au Festival de Saint-Sébastien (Espagne) ont été présentés les films colombiens suivants : Satanás d’Andy Baiz (Sélection officielle-Horizons, 2007) ; Los viajes del viento de Ciro Guerra (Sélection officielle-Horizons, 2009) ; Contracorriente de Javier Fuentes (Sélection officielle-Horizons, 2009) ; et Les Couleurs de la montagne (Los colores de la montaña) de Carlos César Arbeláez (Prix Kutxa-Nouveaux réalisateurs, 2010). Quant au long-métrage La sangre y la lluvia (Blood and Rain) de Jorge Navas, il a été sélectionné dans la section Journée des auteurs du Festival de Venise, en 2009. Au Festival de Berlin de 2010, le film La Barra (El vuelco del cangrejo), d’Óscar Ruíz Navia a reçu une mention spéciale des critiques et des experts. Au Festival de Sundance de 2008, Perro come perro, de Carlos Moreno, faisait partie de la sélection officielle et Contracorriente, de Javier Fuentes, a reçu le prix du public en 2010. Le long-métrage Retratos en un mar de mentiras, de Carlos Gaviria, a reçu le prix du meilleur film au Festival international de cinéma de Guadalajara en 2010. Des hommages au cinéma colombien ont également été réalisés sur d’autres scènes internationales, comme le Festival la Mar de Músicas de Carthagène (Espagne), le Festival international de cinéma de Guadalajara (Mexique), le Sunny Side of the Doc (France), le Festival de cinéma latino-américain de Vancouver (Canada) et le Festival latino-américain de vidéo de Rosario (Argentine), entre autres.”6

13Bien que la liste de festivals puisse sembler impressionnante, il ne faut pas oublier que la participation à ces événements n’est pas seulement due aux efforts institutionnels, mais aussi aux talents personnels révélés grâce aux progrès technologiques, à la démocratisation de l’information et aux meilleures opportunités de formation offertes aujourd’hui aux cinéphiles colombiens.

14Parmi ceux qui critiquent les louanges et les chiffres avancés par le Ministère et Proimágenes, Pedro Adrián Zuluaga (ex-éditeur de la revue Kinetoscopio) est le plus virulent : “Le deuxième chiffre renvoie à une autre information manipulée : “57 œuvres ont reçu 106 prix dans 40 festivals”. Je demande aux autorités cinématographiques colombiennes si elles mettent tous les festivals sur un pied d’égalité. Je ne pense pas, puisque ceux-ci ont un classement interne qui les hiérarchise selon une logique reconnue au niveau international. La pénible réalité cachée derrière ce chiffre est que, depuis 1998 avec La vendedora de rosas (La Vendeuse de roses), aucun film colombien n’a été choisi dans la Sélection officielle en compétition pour la Palme d’Or du Festival de Cannes, le plus important du monde, et que la présence de films nationaux dans les festivals de classe A – c’est-à-dire ceux à la sélection la plus exigeante, parmi lesquels Berlin ou Saint-Sébastien – est plutôt sporadique, bien que certainement méritoire. Inutile de parler de notre présence illusoire dans le palmarès de ces événements. Pas de quoi pavoiser de ce point de vue non plus. Le cinéma colombien est essentiellement invisible en dehors des écrans nationaux – voire même sur ceux-ci – et la vague mauvaise image du pays qui survit à l’extérieur du pays est plus due aux narco-FARC, aux narco-paramilitaires et aux gouvernements peu délicats qui ont provoqué notre hécatombe sociale.”7

Los colores de la montaña (2010) de Carlos César Arbeláez

Los colores de la montaña (2010) de Carlos César Arbeláez

15On ne peut disconvenir, ni des chiffres du Ministère, ni des objections de Zuluaga, mais, dans cet enchevêtrement de titres et d’événements, il convient de souligner les prix décernés en 2010 à La Barra, Retratos en un mar de mentiras et Les Coulers de la montaigne. Il s’agit, d’une part, de trois festivals de classe A (Berlin, Guadalajara et Saint-Sébastien) décernant trois prix importants et, d’autre part, de trois films qui auront marqué l’histoire du cinéma national. Dans ce fatras où s’entremêlent comptes, noms et questionnements, il ne faut pas oublier que la faculté d’un film réussissant, seul, à représenter avec humanité et transcendance un personnage ou une société, est plus mémorable que les recettes des entrées. La réalisation d’un tel film est, en fin de comptes, la fonction d’un ministère attaché à la défense du patrimoine culturel d’un pays. C’est dans ce sens que ces trois films, avec leur parcours national et international, constituent une donnée fondamentale, malgré la faible recette qu’ils ont faite en Colombie.

Les spectateurs de films colombien de 1996 à 2010

année

total des

spectateurs

nouveaux films colombiens

nombre de spectateurs de films colombiens

nombre de spectateurs par film colombien

part des spectateurs de films colombiens sur l’ensemble des spectateurs

1996

18.050.000

3

987.000

329.000

5,47 %

19971

17.850.000

1

100.000

100.000

0,56 %

19982

18.350.000

4

1.422.000

355.500

7,75 %

1999

15.990.000

3

112.000

37.333

0,70 %

2000

17.200.000

4

618.000

154.500

3,59 %

2001

17.780.000

7

84.000

12.000

0,47 %

2002

18.400.000

4

854.541

213.635

4,64 %

20033

17.086.000

5

577.304

115.461

3,38 %

2004

17.122.000

8

944.700

118.088

5,52 %

2005

15.940.000

8

1.979.106

247.388

12,42 %

2006

20.219.614

8

2.806.892

350.862

13,88 %

2007

22.773.852

10

2.373.658

237.366

10,42 %

2008

21.561.926

13

2.217.753

170.596

10,29 %

2009

27.067.506

12

1.208.215

109.837

4,46 %

2010

(a noviembre)

29.509.702

9

1.206.342

134.038

4,09 %

1. Loi générale sur la culture : création du ministère de la Culture avec sa Direction de la cinématographie.
2. Premiers appels du ministère de la Culture à stimuler la production audiovisuelle. Création de Proimágenes par le ministère de la Culture.
3. Loi sur le cinéma : création du Fonds pour le développement cinématographique (FDC) et du Conseil national pour les arts et la culture cinématographique (CNACC).

Le box-office national

  • 8 Source : www.mincultura.gov.co. Les donnés sur les lois et sur la création des institutions sont de (...)

16La plus grande inquiétude des gestionnaires publics et privés du cinéma colombien concerne la diminution progressive des entrées pour les films colombiens en Colombie8 :

17Face aux chiffres sur la fréquentation des salles, des réalisateurs tels que Julio Luzardo et Víctor Gaviria s’inquiètent. Dans le catalogue du dernier Festival de cinéma colombien (Medellín, 2010) V. Gaviria note : “D’une moyenne de 200 000 spectateurs en 2005, nous sommes passés à moins de 40 000 en 2009 ; d’environ 14 % du public total de spectateurs dans tous les cinémas du pays, nous sommes passés à 4 %”.

Les chiffres du cinéma de 2010 en détail :

Box-office 2010 du cinéma colombien

titre

spectateurs

nombre de copies

spectateurs par copie

In fraganti (estrenada 25 diciembre 2009)

596.731

60

9.946

Chance

118.336

60

1.972

El vuelco del cangrejo/La Barra

24.332

10

2.433

Del amor y otros demonios

76.521

15

5.101

Contracorriente

37.972

40

949

Retratos en un mar de mentiras

45.291

25

1.812

García

53.804

35

1.537

Sin tetas no hay paraíso

326.247

70

4.661

La sociedad del semáforo

42.220

18

2.346

Rabia

17.665

21

841

El paseo (estrenada 25 diciembre 2010, sus datos pasan al 2011)

total des spectateurs

20.219.614

8

2.806.892

total des nouveaux films en 2010

22.773.852

10

2.373.658

moyenne de spectateurs par nouveau film

21.561.926

13

2.217.753

18Pedro Zuluaga écrit, à propos des chiffres de 2010 : “Le fait de comparer le nombre des spectateurs avec celui des copies permet de relativiser le succès ou l’échec de certains films. Dago García, roi indiscuté du box-office, est celui qui s’en sort le mieux : son film In fraganti (sorti en 2009) a totalisé 9 946 spectateurs par copie, bien plus que le deuxième de la liste, Del amor y otros demonios (De l’amour et autres démons) qui en a eu 5 101. Ce dernier semblait un véritable échec avec à peine 76 521 spectateurs, il a cependant su tirer profit d’une sortie en salle modeste et bien calculée (avec 15 copies seulement), en accord avec ses possibilités commerciales. De ce point de vue, les échecs les plus cuisants ont été subis par deux films produits par Dynamo : Contra-corriente, diffusé sur 40 copies, pour une moyenne infime de 949 spectateurs par copie et Rabia, avec 21 copies pour une moyenne de 841 spectateurs par copie”.9

19Les chiffres du cinéma, dans la comparaison proposée par J. Luzardo et analysée et par P. Zuluaga, font apparaître une incohérence qui n’est pas liée aux politiques gouvernementales, mais à la négociation des producteurs avec les distributeurs et exploitants : l’évaluation du nombre idéal de copies pour le lancement des films colombiens.

20Les données des deux tableaux ci-dessus montrent une baisse de la fréquentation de leur cinéma par les Colombiens ; cependant, d’autres données révèlent une diminution relative bien plus importante que celle absolue montrée dans ces tableaux : entre 2007 et 2010, le nombre de salles colombiennes contribuant au FCD est passé de 228 à 593, ce qui pourrait signifier que le nombre d’écrans en Colombie a doublé alors que la part de films nationaux a diminué. Indépendamment de la variable “nombre de salles”, les chiffres du cinéma montrent que la part du cinéma colombien sur le total des entrées est progressivement passée de 13,88 % en sa meilleure année (2006) jusqu’à atteindre, en 2010, environ 4,1 %, chiffre inférieur à celui de 1996 (5,47 %), alors qu’aucun dispositif de soutien n’avait encore été créé. De ce point de vue, pas de quoi pavoiser non plus.

Los viajes del viento (2009) de Ciro Guerra

Los viajes del viento (2009) de Ciro Guerra

21Face à cet écart entre, d’une part, le nombre de salles et la fréquentation des cinémas et, d’autre part, le pourcentage des entrées des films colombiens, Proimágenes, par le biais de Pantalla Colombia, a déclaré : “Bien que l’année (2010) se termine avec El paseo, un film record, elle n’a pas été faste, en termes de succès commerciaux pour le cinéma colombien, auxquels nous nous étions accoutumés.” À cela, on peut opposer de nombreux diagnostics et explications, parmi lesquelles la sortie de 19 films en 3D, une nouveauté qui a accaparé l’intérêt des spectateurs, avec 6 de ces films (environ 35,6 % du total des spectateurs) classés au palmarès des 10 meilleures entrées, alors que le film indépendant étranger le plus visionné (Océans) a atteint à peine 127 000 spectateurs”.

El vuelco del cngrejo (2010) de Óscar Ruiz Navía

El vuelco del cngrejo (2010) de Óscar Ruiz Navía

Conclusions et questions

22Après treize années de travail, les raisons de pavoiser sont nombreuses, mais il y a aussi de quoi s’inquiéter. Les données expliquant le faible nombre d’entrées du cinéma colombien en 2010 sont utiles, mais elles ne sont pas suffisantes. Le complexe réseau d’institutions et l’abondance des efforts et des ressources destinés au soutien du cinéma national exigent des résultats. Quels sont les indicateurs appropriés pour mesurer ces résultats ? Outre le nombre de films sortis en salle et le nombre de spectateurs, il faut des indicateurs montrant la valeur patrimoniale et l’importance historique et esthétique du cinéma national, et non seulement sa capacité à développer la consommation de biens culturels. Il existe de merveilleux documentaires et de grands courts-métrages qui n’atteignent pas la plupart des spectateurs et, à ce problème jamais résolu, vient s’ajouter le fait que le public national ne réponde plus à ses propres longs-métrages de fiction. Face à cela, diverses questions surgissent, la première étant : le cinéma qui se fait en Colombie représente-t-il les Colombiens ? Le box-office semble montrer que non. La consolation serait que la qualité du cinéma colombien lui permette de traverser le temps et les frontières. Cependant, les faits ne semblent pas montrer que tel est le cas, en excluant les quelques films principaux dont il a été question ici. Ce que ce bilan prouve est que, s’il existe une infrastructure institutionnelle et des ressources qui ont provoqué la renaissance du cinéma en Colombie, le modèle adopté touche à sa fin. Il faut recommencer à travailler avec les scénaristes et réalisateurs et non seulement avec les producteurs et exploitants. Il faut explorer de nouveaux marchés internes et externes par des stratégies allant au-delà des communiqués de presse, des pavillons dans les festivals internationaux et de l’investissement dans les relations publiques par le biais de fêtes et de célébrations. Les institutions sont là et elles ont fait preuve de leur efficacité ; néanmoins, un renouvellement s’avère nécessaire.

Haut de page

Notes

1 1. La vendedora de rosas, de Víctor Gaviria.

2 FOCINE : Fonds pour le développement cinématographique de Colombie (1978-1993).

3 Pendant dix ans, on a dit, avec une malveillance certaine, que le soutien que l’État colombien apportait à son cinéma se limitait à “deux bureaux et un Navarro”. Alberto Navarro était l’un de ces fonctionnaires culturels solitaires, qui avait été chercheur et critique de cinéma dans sa jeunesse, et qui est mort en 2010.

4 Document 3659 du Conseil national de politique économique et sociale de Colombie (Conpes) : Política Nacional para la promoción de las industrias culturales en Colombia, avril 2010.

5 Julio LUZARDO, 201O : Desastroso año para el cine colombiano : www.enrodaje.net/4desastroso_2010.htm

6 Communiqué de presse du ministère de la Culture de Colombie, octobre 2010.

7 Pedro Adrián ZULUAGA, Los autoengaños de la Semana del Cine Colombiano : http://pajareradelmedio.blogspot.com

8 Source : www.mincultura.gov.co. Les donnés sur les lois et sur la création des institutions sont de l’auteur.

9 Pedro Adrián ZULUAGA, Una respuesta a Julio Luzardo:
http://pajareradelmedio.blogspot.com

Haut de page

Table des illustrations

Titre Los colores de la montaña (2010) de Carlos César Arbeláez
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1132/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 4,8M
Titre El vuelco del cangrejo (2010) de Óscar Ruíz Navia
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1132/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre El vuelco del cangrejo (2010) de Óscar Ruíz Navia
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1132/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Perro come perro (2010) de Carlos Moreno
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1132/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Retratos de un mar de mentiras (2009) de Carlos Gaviria
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1132/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Retratos de un mar de mentiras (2009) de Carlos Gaviria
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1132/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Los colores de la montaña (2010) de Carlos César Arbeláez
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1132/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 712k
Titre Los viajes del viento (2009) de Ciro Guerra
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1132/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 932k
Titre El vuelco del cngrejo (2010) de Óscar Ruiz Navía
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1132/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julián David Correa R., « Cinéma colombien y a-t-il de quoi pavoiser ? », Cinémas d’Amérique latine, 19 | 2011, 113-119.

Référence électronique

Julián David Correa R., « Cinéma colombien y a-t-il de quoi pavoiser ? », Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 19 | 2011, mis en ligne le 01 décembre 2011, consulté le 29 juin 2017. URL : http://cinelatino.revues.org/1132 ; DOI : 10.4000/cinelatino.1132

Haut de page

Auteur

Julián David Correa R.

Julián David Correa R. est écrivain, critique de cinéma et gestionnaire culturel. Il a été membre de l’équipe qui a élaboré les programmes de la Direction de la Cinématographie du ministère de la Culture et coordinateur du Groupe de formation de cette institution. Il a été directeur de la Cinémathèque de Bogotá, sous-directeur du Centre régional pour la promotion du livre en Amérique latine, en Espagne et au Portugal (CERLALC–UNESCO) et représentant au sein du Conseil National pour les Arts et la Culture Cinématographiques (CNACC) et du Conseil National de la Culture de Colombie. Il a présenté le programme télévisé “En cine nos vemos”. Il dirige aujourd’hui l’Office du livre, de la lecture et de la littérature de la municipalité de Bogotá, parmi d’autres activités.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org