Navigation – Plan du site
Économie du cinéma

Anatomie d’un système de soutien au cinéma proimages Colombie

Questions à Claudia Triana
Eva Morsch Kihn
Traduction de Magali Kabous
p. 100-105
Cet article est une traduction de :
Anatomía de un sistema de apoyo al cine ProimÁgenes Colombia

Résumé

Claudia Triana retrace la mise en place, grâce à la Loi sur le Cinéma de 1997, du solide réseau institutionnel de soutien au cinéma colombien qui a permis à la Colombie de se hisser au 4e rang des producteurs de cinéma en Amérique latine. Au sein de celui-ci, Proimages Colombie mène un projet de promotion du cinéma national qui englobe chaque étape de la chaîne cinématographique.

Haut de page

Texte intégral

Comment est né il y a 13 ans et comment s’est développé... ce cercle vertueux ?

La citation de Becquer disant “Peut-être n’y a-t-il pas de poètes, mais il y aura toujours de la poésie” s’impose vraiment ici. Je dis cela parce que le cinéma colombien a existé avant ce processus dont tu parles, et que des politiques et des actions ont été mises en place pour promouvoir le développement de la cinématographie. En 1942, au moment où le cinéma mexicain se développait en Amérique et dans le monde en général et était un exemple à suivre, le Président Alfonso López a même appuyé une législation dans laquelle était évoquée la nécessité pour l’État et le Gouvernement de mettre en œuvre tout ce qui était en leur pouvoir pour promouvoir la cinématographie colombienne. Malgré tout, en matière de lois, de recours, de décisions, de déclarations, de propositions et du point de vue de la politique publique, il y a eu plus d’effets rhétoriques que de développement harmonieux. Durant les années 1980 et jusqu’en 1992, existait la “Compagnie de Promotion Cinématographique” (Focine), celle-ci a même créé un impôt sur les billets pour financer un cinéma national, dans lequel sont apparues des productions intéressantes tant en nombre qu’en termes de qualité. C’est à ce moment-là que sont sortis des films comme La estrategia del caracol, Cóndores no entierran todos los días, Rodrigo D no Futuro, ou La gente de la Universal, véritables grands succès de notre cinéma.

Contracorriente (2010) de Javier Fuentes-León

Contracorriente (2010) de Javier Fuentes-León

Focine a été supprimée pour diverses raisons, de telle manière qu’entre 1993 et 1997 il n’y a pas eu de politique publique de promotion du cinéma.

À partir de 1997, avec la promulgation de la Loi Générale de la Culture, la création de la Direction Cinématographique du ministère de la Culture et le développement du projet cinématographique qu’a incarné et incarne le Fonds Mixte de Promotion Cinématographique “Proimages Colombie”, nous commençons à entrevoir la nécessité de générer un fort développement académique, social, culturel, et bien sûr industriel autour de la cinématographie.

Un projet de longue haleine capable d’appréhender les articulations sociales, économiques et productives d’un secteur aussi complexe. Un projet qui engloberait la pratique cinématographique nationale à chaque étape comme un instrument œuvrant pour la paix, la cohabitation, l’intégration internationale et le développement social, sans perdre de vue le fait que tout cela doive être atteint dans le contexte complexe qui caractérise notre pays.

1. Avant 1997

Peux-tu retracer l’histoire des institutions et des organisations consacrées au cinéma en Colombie ?

Il n’y a pas eu, jusqu’à la création de Focine, d’institution qui se soit fixée comme priorité de faire du cinéma colombien. L’angle d’attaque de Focine a été précisément de faire un cinéma national, de lui apporter un appui économique, mais là non plus il n’y a pas eu de perspective globale qui comprenne que dans ce secteur il n’est pas suffisant de “faire” alors même qu’il n’y a pas de circuit de distribution, pas de circuit d’exploitation ou de moyens de communiquer avec le public, pas de base de formation de créateurs et de techniciens, alors que l’on ne développe pas l’offre de services technologiques, et que l’infrastructure ne progresse pas quantitativement et qualitativement si l’un des maillons de la chaîne faillit ou n’a pas le poids relatif d’aide nécessaire.

Il est donc intéressant de constater que, depuis les années 1940, alors que l’on parlait déjà de la promotion et du développement du cinéma, on a attribué cette fonction avant tout au secteur de la communication. On voyait cela plus comme un service que comme un champ de développement éducatif, social et culturel.

Assez naturellement, à l’époque qui a précédé la Loi du Cinéma et cette nouvelle conception, on a fait des films et, même, c’est à l’époque de Focine qu’ont été tourné le plus grand nombre de films de toute l’histoire de notre production. Les schémas de production, les modèles de participation publique, les efforts personnels des producteurs sur le plan économique, étaient différents ; la vision du développement de ce secteur était centrée sur la production, l’État lui-même participait en tant que coproducteur et finalement même comme unique producteur, avec toutes les complications que cela implique.

Del amor y otros demonios (2010) Hilda Hidalgo

Del amor y otros demonios (2010) Hilda Hidalgo

2. Genèse et naissance en 1997

Quelles furent les conditions politiques, économiques, culturelles et sociales qui en convergeant ont rendu possible la naissance de ces organisations ? Pourquoi deux entités différentes ?

À partir de 1997 avec la loi 397, Loi Générale de Culture, et ensuite, avec la promulgation de la loi 814 de 2003, la Loi du Cinéma, nous pourrions dire que l’institution publique-privée de soutien à la cinématographie nationale dans le pays a été consolidée, étant entendu qu’il ne s’agit pas seulement ou uniquement d’aider à la production du cinéma national, mais bien tout au long de la chaîne de la cinématographie : la formation, la création, la réalisation, la production, les services techniques, artistiques et créatifs, l’écriture de scénarios, les services de promotion (publicitaires et autres), la distribution, la communication publique (télévision, Internet, home cinéma, salles de cinéma quel que soit leur format), la coproduction internationale, l’investissement national et étranger dans le cinéma national, la formation du public, les idées pour faciliter l’accès du public au cinéma national et étranger, entre autres composantes, actions, services, produits qui entrent dans cette catégorie.

Ces institutions s’appuient sur des instruments concrets d’ordre économique.

Ainsi, si l’on voulait expliquer le fonctionnement des uns et des autres, on dirait ceci :

Il existe un Conseil National des Arts et de la Cinématographie (CNACC), composé de représentants du ministère de la Culture, du Gouvernement, des distributeurs, des salles, des producteurs, des réalisateurs et d’un représentant des entités territoriales du pays.

Cet organe revêt un caractère consultatif et a vocation de conseil en termes de politiques publiques en matière d’aide générale de la cinématographie. C’est une espèce de corps collégial central qui propose des politiques à grande échelle pour le cinéma. Mais il a aussi une fonction essentielle qui consiste à diriger et à décider où vont tous les budgets du Fonds pour le Développement Cinématographique (FDG), un fonds économique de financement dont je parlerai par la suite.

Ensuite, en tant qu’entité publique chargée de la définition des plans, des programmes et des projets dans le domaine public, nous trouvons la Direction de la Cinématographie du ministère de la Culture. C’est là que se concentrent les fonctions de promotion, d’aide (économique également), de surveillance et de contrôle des services cinématographiques. Elle a également un rôle de régulateur.

El vuelco del cangrejo / La Barra (2010) de Óscar Ruíz Navia

El vuelco del cangrejo / La Barra (2010) de Óscar Ruíz Navia

Le ministère de la Culture, par le biais de la Direction de la Cinématographie, a en plus une fonction centrale créée par la Loi du Cinéma et qui consiste à filtrer, évaluer et assurer le suivi et la certification des projets cinématographiques nationaux qui choisiraient de recourir à l’utilisation de fonds privés avec un droit à l’encouragement fiscal créé dans cette même loi (déduction de 125 % sur les investissements)

Enfin, en tant qu’organe public-privé de promotion, nous avons Proimages en Colombie. C’est une entité formée de l’association de diverses entités publiques et privées, liées non seulement aux sphères du cinéma lui-même, mais également à la formation académique, à l’enseignement supérieur, à la science et à la technologie, aux communications et aux technologies de l’information, entre autres.

Proimages a été pensée en 1998 et continue d’être aujourd’hui comme un lieu de dialogue pour tous ces secteurs, qui, avec une vision privée (et non d’État) promeuvent des projets, des programmes, des activités dans chacune des étapes de la chaîne de la cinématographie. De plus, Proimages administre le FDC, instrument central de financement créé par la Loi du Cinéma, et dont les buts, comme je l’ai dit précédemment, sont définis et décidés par le CNACC.

Ainsi, du point de vue de l’élaboration de politiques et de l’exécution de plans, programmes et projets, il s’agit d’un schéma institutionnel intégré, dans lequel on a cherché à obtenir un équilibre des expressions et des concertations entre organes publics et privés, une représentativité large des secteurs cinématographiques et une articulation d’activités publiques par exemple avec des fonctions qui concernent le champ de la régulation, jouissant de la mise en œuvre de ressources avec la mobilité et l’efficacité d’un secteur privé. En un mot, une institution harmonieuse qui comprend que l’État a des compétences, des facultés et des obligations en ce qui concerne la culture mais qu’il n’est pas le faiseur de la culture ni un organe habilité à dire quels sont les projets culturels que souhaite une nation ou une collectivité et qui stimule l’association public privé.

On trouve par ailleurs de nombreux instruments qui concernent la régulation et les politiques publiques, mais dans le champ économique, ils se résument aux organismes suivants :

Le FDC, un fonds-compte alimenté par des apports fixes et en pourcentage venant des distributeurs et exploitants de cinéma étrangers pour des salles de cinéma dans le pays, et avec des apports venant des producteurs de longs-métrages nationaux (productions et coproductions) qui sont montrés dans les salles de cinéma. Ce fonds a été conçu comme un fonds parafiscal, ce n’est pas un impôt sur le nombre d’entrées et cela est novateur.

  • 1 Environ 19 millions de dollars.

Il a recueilli de cette manière entre 2004 – date à laquelle il a commencé à fonctionner après sa création pour la Loi du Cinéma en 2003 – et 2010, un peu plus de 37 360 millions de pesos1 destinés dans leur totalité et rigoureusement au CNACC à travers des systèmes d’appels d’offres et de concours ouverts à divers processus de formation, réalisation, écriture, production, post-production, promotion, participation internationale du cinéma colombien.

Et le second instrument économique principal consiste en un cadeau fiscal fait à l’investissement privé. Cela veut dire que c’est un instrument qui, à chaque dollar qu’un investisseur (que ce soit un particulier ou une entreprise qui déclare ses revenus en Colombie) place dans un long-métrage ou un court-métrage national, il peut déduire dans sa déclaration de revenus 125 % de la valeur investie, c’est-à-dire que pour chaque dollar qu’il va placer dans un film national, il ne paiera pas d’impôt sur 25 centimes de dollar. Sinon, il devrait payer un impôt à hauteur de 33 % de son revenu. Cela signifie que l’État donne à l’investisseur ou lui garantit un bénéfice d’une valeur de 41,25 % de l’impôt qu’il devrait payer.

Pequeñas voces (2010) de Eduardo Carrillo

Pequeñas voces (2010) de Eduardo Carrillo

Cela a été très attractif pour le secteur privé. Bien sûr, un système aussi bon pourrait devenir pervers pour le système d’impôt, c’est pour cela qu’il s’agit d’un modèle qui, bien que libre, c’est-à-dire qu’il obéit aux décisions des accords producteur-investisseur, n’en est pas moins pleinement régulé, contrôlé et supervisé par le ministère de la Culture – Direction de la Cinématographie avec l’appui du système fiduciaire national et par la Direction des Impôts et des Douanes nationales (DIAN).

Depuis que ce modèle a été créé, la quasi totalité des 68 longs-métrages réalisés et montrés dans le pays depuis 2004, ce qui, il faut le dire, équivaut à environ le quart de tous les films produits durant les 88 ans de cinéma colombien précédant la Loi du cinéma, depuis le premier film Le Drame du 15 octobre en 1915, presque tous, je répète, ont pu compter sur les appuis du FDC et les investissements du secteur privé leur offrant le droit aux réductions d’impôts.

Mais au-delà de cette institution et de ces instruments économiques principaux, il y a d’autres faits majeurs qui ont rendu tout cela possible :

Il existe des régulations des appuis et des facilitations en matière de douane et des droits et en matière d’investissement étrangers ; il existe des aménagements fiscaux pour la création de salles dans le pays (les exploitants qui réinvestissent leurs bénéfices sont exonérés de 50 % d’impôts sur le réinvestissement) ce qui a entraîné le quasi doublement de l’infrastructure d’exploitation tout en maintenant un prix accessible (3,8 $ US). Les producteurs qui réinvestissent les bénéfices et les distributeurs qui utilisent une partie de leurs bénéfices pour aider la distribution du cinéma national peuvent aussi bénéficier de ce cadeau fiscal.

Mais voilà le point le plus important : tout ce groupe de réalisateurs et de producteurs expérimentés ou plus jeunes, qui avaient beaucoup de choses à raconter et à faire dans un pays où naissent à chaque seconde des histoires abyssales et paradoxales. Un pays champion du monde de la production de réalisme magique, qui avait engrangé de grandes compétences en matière de travail audiovisuel pour la télévision et qui avait seulement besoin de graines pour que commence à germer la production de cinéma.

Bien sûr, il serait illusoire de dire que tout est positif. De nouveaux débats naissent à chaque nouveau film. Certains préféreraient que le cinéma national ne parle pas autant de violence, et d’autres considèrent que c’est une étape inévitable compte tenu de la réalité qui est la nôtre.

Étant donné que nous vivons dans un pays qui a connu tant d’années de conflit et d’indéniable violence, nous avons peu à peu appris qu’au moins dans le domaine du cinéma, nous pouvions débattre et confronter nos idées. Chaque réunion du CNACC pour mettre au point des stratégies et des appels d’offres constitue un merveilleux terrain de débat.

Nous sommes aujourd’hui reconnus comme le quatrième plus grand pays producteur de cinéma en Amérique latine. Mais également comme un petit producteur, débutant, qui a tout à faire et beaucoup à apprendre. Quotidiennement, nous étudions l’expérience des voisins latino-américains, des producteurs historiques que sont l’Argentine et le Mexique, des novateurs comme le Brésil, les références que sont la France et l’Espagne, nous apprenons, nous tentons de nous corriger. Nous nous nourrissons en permanence des expériences et des connaissances des jurys internationaux que nous invitons chez nous pour évaluer nos projets.

Nous comprenons que malgré notre croissance, nous ne puissions pas nous cataloguer comme une grande industrie. Le Gouvernement, prenant en compte cette réalité, a élaboré deux documents CONPES, qui sont les documents de politique économique et sociale où sont développées des stratégies pour quelques secteurs spécifiques dans lesquels ils entrevoient un potentiel à exploiter. Il s’agit d’un CONPES spécifique pour le cinéma en 2007 et d’un pour les industries culturelles en 2010, où le cas du cinéma est pris comme un référent important.

Karen llora en un bus (2010) de Gabriel Rojas Vera

Karen llora en un bus (2010) de Gabriel Rojas Vera

Comment définirais-tu Proimages ?

Comme une grande table de concertation public-privé qui tend vers le développement intégral du travail cinématographique.

Comment définirais-tu la Direction de la Cinématographie ?

Une dépendance publique dotée d’une vision contemporaine hautement engagée dans les actions passées et dans celles à venir pour le développement intégral de la cinématographie dans notre pays.

3. Structure, fonctionnement de Proimages Colombie

Comment a été créé Proimages : le projet, sa structure légale, sa philosophie, son fonctionnement, ses missions ?

Proimages Colombie est une entité à caractère privé et à but non lucratif qui promeut des projets culturels, en particulier des projets associés à la cinématographie colombienne.

D’un point de vue organisationnel et légal, c’est une entité régie par le système d’administration et d’embauche du Droit Privé ou du secteur privé, bien que nous soyions composés de 6 entités publiques et de 4 organisations privées.

En effet, les ministères de l’Éducation et des Technologies de l’Information, celui de la Culture ; la Direction des Impôts et des Douanes Nationales (DIDN) qui est l’entité qui collecte et contrôle les impôts et les douanes dans le pays ; COLCIENCIAS, l’entité promotrice de projets de science et technologie et de développements innovants dans ce domaine, ainsi que l’Université Nationale, la plus grande entité d’enseignement supérieur, dotée d’une couverture nationale et d’une longue tradition académique, intellectuelle et de formation professionnelle, font partie de cette entité et de ses organes directeurs.

Chance (2010) de Abner Benaim

Chance (2010) de Abner Benaim

Du côté du privé, les associés et dirigeants sont les suivants : Ciné Colombie SA, l’entreprise d’exploitation détenant le plus grand nombre de salles de cinéma du pays et également l’un des distributeurs nationaux les plus représentatifs ; Kodak Amériques Colombie ; l’Association colombienne de Distributeurs de Films qui regroupe les studios d’Hollywood dans notre pays et enfin la Fondation Patrimoine Filmique Colombien, une autre entité mixte à but non lucratif qui se charge depuis 25 ans avec succès des projets de la conservation du Patrimoine Colombien d’Images en Mouvement.

Parmi les organes directeurs de l’entité, un représentant des réalisateurs et un autre des producteurs de cinéma ont voix au chapitre, à travers le vote et la représentation.

Ils sont associés et assurent la direction de ce projet institutionnel en gardant à l’esprit que faire du cinéma ce n’est pas seulement faire des films, mais créer des conditions qui permettent de faire le lien entre la création, la réalisation et la production, la diffusion, l’intervention des distributeurs et les possibilités d’accès d’un public dont on garantit les libertés et les droits.

En ce qui concerne le budget, d’où vient l’argent et comment est-il réparti entre les différentes parties (fonctionnement et missions) ? Les apports des entités qui en sont membres sont la source des moyens financiers de Proimages. D’autres ressources utilisées par Proimages sont celles qui viennent du FDC Cinématographique, les entrées comme les rendements. À ce sujet, Proimages exerce seulement des tâches d’administration au sein du FDC et il reçoit pour cela une commission ou des honoraires.

Retratos en un mar de mentiras (2010) de Carlos Gaviria

Retratos en un mar de mentiras (2010) de Carlos Gaviria

Il perçoit aussi de l’argent qui provient de la vente de biens et services. Proimages est propriétaire d’un catalogue de productions audiovisuelles héritées de Focine, et appuie des projets de distribution de cinéma national, publie et développe de manière générale des services et produit des biens relatifs au secteur qui rapportent une certaine somme.

  • 2 Le Contrôleur Général des impôts de la République, la Comptabilité Générale de la nation, le Procur (...)

Étant donné que le FDC fonctionne sur des fonds publics, cette entité est donc soumise au contrôle et à l’examen de ces ressources effectués par les organismes2 de contrôle et de surveillance de l’État.

Il est également soumis au contrôle et au suivi du ministère de la Culture, de la Direction des Impôts et des Douanes nationales pour tous les maniements fiscaux, au suivi du CNACC en ce qui concerne l’administration du FDC qui comprend un organe de contrôle spécial et exclusivement dédié à ce thème. Et bien entendu, le contrôle le plus important : celui des citoyens et de la collectivité et celui des confréries du cinéma, lesquels peuvent demander des comptes, des rapports, des informations, exception faite naturellement des informations placées sous réserve légale ou qui engagent des tiers.

El Páramo (2010) de Jaime Osorio Márquez

El Páramo (2010) de Jaime Osorio Márquez

4. Missions, objectifs et résultats de l’organisation

Quels sont les types de missions et comment sont-ils mises en œuvre ?

Nous avons distribué à partir de Proimages Colombie notre catalogue de films dans divers pays de la région, nous avons appuyé les différents processus et nous disposons d’une programmation d’activités annuelle et continue. Nous mettons constamment à jour l’information sur le cinéma colombien sur nos sites www.proimagenescolombia et www.locationcolombia. Tous deux disposent respectivement de journaux virtuels. Nous participons activement avec le ministère de la Culture à l’organisation des rencontres entre producteurs et aux ateliers du Festival International de Cinéma de Carthagène. Au sein du programme Commission Filmique Colombienne, nous œuvrons pour réunir les conditions propices à la promotion de l’exportation des services audiovisuels et des divers lieux de tournage du pays. Nous organisons un événement annuel (Bogotá Audiovisual Market, BAM) pour donner une visibilité à l’offre scénaristique, aux projets en développement, aux services et aux films terminés ; cette stratégie est complétée par la participation à plus de 20 festivals et marchés internationaux pour promouvoir cette offre. Nous accompagnons le déroulement des projets qui reçoivent des aides du FDC par des ateliers et des tutorats dont la coordination est organisée par Proimages et par le programme de bourses pour des masters à l’étranger comme ceux que nous avons inaugurés en 2011 avec Colfuturo.

Saluda al diablo de mi parte (2011) de Juan Felipe Orozco.

Saluda al diablo de mi parte (2011) de Juan Felipe Orozco.

L’administration et la gestion du FDC impliquent que nous avons réservé, recueilli, manipulé, fait fructifier et destiné des fonds pour toutes les étapes de l’activité cinématographique à hauteur de 37 360 millions de pesos (environ 19 millions de dollars) entre 2004 et 2010. Ne serait-ce qu’en 2010, nous avons destiné à ces entreprises d’encouragement plus de 8 947 millions de pesos pour la production uniquement (près de 4,5 millions de dollars), sans que cela ait coûté un seul centime supplémentaire au spectateur, sans que les spectateurs aient eu à assumer cette charge. Au contraire, en 2010, chiffre sans précédent dans la nouvelle étape que vit notre cinéma, 33,6 millions de personnes ont acheté une entrée de cinéma.

Les processus ont débuté et abouti avec succès. L’ administration a été transparente, aucune indélicatesse ou légèreté n’a été signalée. Bien sûr que les divergences d’opinion ne manquent pas : certains considèrent qu’il faut appuyer un certain type de films, d’autres plutôt un autre type de films ; certains considèrent que les jurys devraient être exclusivement nationaux et d’autres exclusivement étrangers. Au fil du temps, nous avons essayé, dans Proimages, au ministère de la Culture ou au CNACC, de concilier ces diverses opinions, d’ écouter et de réorienter à temps les plans d’action.

Enfin, la promotion du territoire colombien comme lieu de tournage de films, tâche qui n’était en rien facile dans le contexte de conflit armé ou de crises économiques qu’a connu le pays, se concrétise peu à peu. Nous avons renforcé des systèmes d’assurance pour filmer en Colombie ; le pays dispose d’une offre de services techniques et artistiques hautement qualifiés et reconnus au niveau latino-américain et international en général.

Nous avons intégré au projet de commission filmique des industries culturelles appartenant à des pôles d’excellence dans des villes comme Medellín, Cali et Bogotá.

Nous sommes en train de promouvoir une nouvelle législation novatrice quant aux aides au tournage et à l’industrie audiovisuelle nationale et étrangère dans le pays.

García (2010) de José Luís Rugeles

García (2010) de José Luís Rugeles

Nous avons travaillé pendant 13 ans à ce rêve qui se concrétise aujourd’hui par des résultats tangibles et nous poursuivons notre travail. Nous pensons que le fait que la Colombie soit considérée aujourd’hui comme le quatrième plus gros producteur de cinéma en Amérique latine, non seulement en fonction du nombre de longs-métrages nationaux qui sortent chaque année, mais également grâce aux résultats de la chaîne du cinéma qui va de la réalisation à la consommation ou à l’accès du public, en passant par les étapes de distribution, communication, exploitation et toutes les autres qui composent ladite chaîne, est le résultat de ce succès.

Nous avons toujours été portés par la conviction d’appuyer la transformation du pays à travers les réalisations audiovisuelles. Je crois que chaque nouveau réalisateur, chaque nouvelle production, chaque nouvelle présence de notre expression cinématographique dans le monde, nous a peu à peu menés au succès. Chaque réussite est simplement le point de départ de nouveaux projets. Voilà pourquoi nous continuons.

Quels sont les résultats concrets observés ?

  • 3 Près de vingt millions de dollars.

Durant cette période, depuis la publication de la Loi du Cinéma essentiellement, la Colombie s’est imposée comme une industrie en devenir, non seulement grâce aux quelques 70 longs-métrages qui sont sortis depuis lors, mais aussi comme un champ qui attire les investissements étrangers, les apports du secteur privé3 qui crée des emplois et un important niveau de transactions à caractère industriel : chaque film national permet de créer environ 100 emplois ou postes de travail artistique, d’auteur et technique.

Le nombre de salles de cinéma a pratiquement doublé entre 1997 et 2010. Les chiffres des entrées de l’année dernière ont été les meilleurs de la décennie. L’an passé, l’affluence des spectateurs a plus que doublé par rapport à 2005, ce qui augmente d’autant le budget dont dispose le FDC pour financer le cinéma colombien.

Dans la période de quelques années qui s’est écoulée depuis la Loi du Cinéma, de nombreux films colombiens ont été classés dans le TOP TEN des films qui ont enregistré le plus grand nombre d’entrées. Le public a clairement opté pour l’expression identitaire. En 2005, le film qui a enregistré le plus d’entrées (Rosario Tijeras), était colombien. En 2006, seul L’Âge de glace 2 a dépassé le film colombien Soñar no cuesta nada et les films colombiens ont rallié près de 14 % du public national.

La sociedad del semáforo (201à) de Rubén Mendoza

La sociedad del semáforo (201à) de Rubén Mendoza

L’an passé, cette tendance s’est amenuisée et la moyenne des spectateurs ayant vu les 10 longs-métrages sortis dans l’année a été de 105 000 spectateurs par film, chiffre qui peut être expliqué de plusieurs manières. Par exemple par l’impact de la nouveauté écrasante de la projection en 3D, également, pourquoi pas, du fait que le public est de plus en plus exigeant quant au contenu et à ses attentes sur le cinéma national et, sans doute, en vertu du fait que l’augmentation quantitative de la production nationale n’a pas forcément pour corollaire immédiat l’augmentation proportionnelle du public.

Durant cette période, nous avons vu comment les investisseurs privés sont intervenus avec enthousiasme dans le financement du cinéma colombien. Ce dernier les intéresse, ainsi que les perspectives économiques qu’il propose et qui, utilisées stratégiquement au niveau des aménagements fiscaux, peuvent être intéressantes.

Los colores de la montaña (2010) de Carlos César Arbeláez.

Los colores de la montaña (2010) de Carlos César Arbeláez.

La majeure partie des participations couronnées de succès lors de grands événements cinématographiques tels Berlin, Cannes, Saint-Sébastien ou Venise, mais également lors d’autres festivals dont le but est d’offrir des vitrines au cinéma latino-américain comme Saint-Sébastien, Toulouse ou Huelva, sont enregistrées par des films colombiens qui sont des premiers ou des seconds films de jeunes réalisateurs. Beaucoup de nouveaux noms sont associés aux 68 films colombiens sortis depuis la promulgation de la Loi du Cinéma, en moins de 8 ans d’existence du système. Une actrice colombienne – fait sans précédent – a été nommée pour l’Oscar de l’Académie (Carolina Sandino pour María pleine de grâce).

Avant que ne s’impose le système envisagé par la Loi du Cinéma, les pays latino-américains ou européens envisageaient difficilement de coproduire avec notre pays. La tendance s’est inversée de façon exponentielle et nous pouvons maintenant compter grandement sur l’apport étranger économique, artistique et technique dans les coproductions avec la Colombie (7 films sur les 10 sortis en 2010).

L’activité cinématographique, vue comme un processus, montre que l’on ne peut fractionner aucune politique publique destinée à la promouvoir : la seule chose qui fait sens c’est d’investir dans la formation créative et technique si des espaces pour la réalisation audiovisuelle sont créés.

In fraganti (2009) de Dago García.

In fraganti (2009) de Dago García.

5. Futur, perspectives

Peux-tu nous donner les orientations qui seront développées à l’avenir ?

Indubitablement, les quelques 400 millions d’hispanophones de la région représentent un intéressant marché potentiel pour le cinéma de la région. Paradoxalement cela n’est pas si évident, et l’un des plus importants défis, pas seulement pour la Colombie, c’est de faire circuler notre cinéma et le cinéma latino-américain. C’est une préoccupation qui a donné lieu à de nombreux débats au sein du programme Ibermédia et qui commence maintenant lentement à porter ses fruits par le biais de programmes concrets avec DOC TV et maintenant à travers l’achat des droits de films de fiction pour la Télévision régionale. Cela est et restera un défi majeur. Proimages apparaît comme un adjuvant et un moyen de promotion, plus que comme un distributeur puissant avec toutes les complications que cela implique.

Crois-tu que Proimages puisse évoluer vers un rôle de soutien aux professionnels du cinéma et à leurs paris artistiques (coproduction, sorties de films d’art venant d’autres parties du monde…) au-delà de la production nationale ?

Rabia (2010) de Sebastián Cordero.

Rabia (2010) de Sebastián Cordero.

Les coproductions colombiennes reçoivent déjà l’appui du système et de la loi colombiens. Ils ont accès à toutes les aides du FDC et aux aménagements fiscaux. Proimages concrètement, ne peut pas participer comme producteur ou coproducteur de films et son domaine de compétences c’est le cinéma national. À court terme, comme je l’ai déjà dit, il n’a pas pour projet de se transformer en distributeur. Bien sûr Proimages continuera de participer aux mécanismes de promotion à l’initiative des créateurs et des entrepreneurs ou des entités culturelles qui chercheront à améliorer les conditions pour que les films internationaux qui en valent la peine puissent entrer dans l’imaginaire des Colombiens.

Comment réagissent les entreprises privées face au fait que de nombreux films relèvent du “cinéma d’auteur” ?

Le modèle imaginé pour rallier l’entreprise privée à travers des investissements qui donnent droit aux avantages fiscaux dont j’ai parlé précédemment, se caractérise ainsi : lorsqu’il est utilisé de manière stratégique à travers des plans d’action créatifs, il n’implique pas pour celui qui investit la charge des risques liés aux revenus du film. L’avantage fiscal lui garantit en soi l’élimination d’un pourcentage de risque.

Naturellement, les investisseurs préfèrent les films commerciaux qui, grâce à des promesses de revenus plus importants (notamment en termes de nombre d’entrées), peuvent générer pour eux un point d’équilibre rapide, mais en réalité, je crois que le fait de concentrer leurs apports vers le cinéma d’auteur – qui a été évidemment le genre décisif pour la croissance de la production nationale – n’a pas influencé négativement leurs projets d’investissement.

D’après toi, quelles sont les raisons objectives qui peuvent expliquer cette éclosion de réalisateurs talentueux ?

Je crois surtout qu’on disposait d’une sorte de boîte à trésors fermée hermétiquement. Lorsque la porte a été ouverte par le biais de ce modèle d’encouragement, de multiples talents sont sortis, dotés de multiples projets qui étaient jusqu’alors “réprimés” d’une certaine manière.

Par ailleurs, je crois qu’un pays aussi pétri de paradoxes, de conflits, de richesse culturelle, comportant de si grandes failles, a beaucoup à raconter, à narrer, à décrire ; nombreux sont les sujets sur lesquels opérer une catharsis, et le champ audiovisuel offre le terrain fertile pour le faire.

Je pense également qu’il existait une trajectoire de travail à la télévision à travers laquelle ont pu mûrir les éléments plus spécifiquement adaptées à cette nouvelle production cinématographique.

Los viajes del viento (2011) de Ciro Guerra

Los viajes del viento (2011) de Ciro Guerra
Haut de page

Notes

1 Environ 19 millions de dollars.

2 Le Contrôleur Général des impôts de la République, la Comptabilité Générale de la nation, le Procureur Général de la République, entre autres.

3 Près de vingt millions de dollars.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Contracorriente (2010) de Javier Fuentes-León
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1114/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Claudia Triana
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1114/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Del amor y otros demonios (2010) Hilda Hidalgo
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1114/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Titre El vuelco del cangrejo / La Barra (2010) de Óscar Ruíz Navia
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1114/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Pequeñas voces (2010) de Eduardo Carrillo
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1114/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Karen llora en un bus (2010) de Gabriel Rojas Vera
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1114/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Chance (2010) de Abner Benaim
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1114/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Retratos en un mar de mentiras (2010) de Carlos Gaviria
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1114/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre El Páramo (2010) de Jaime Osorio Márquez
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1114/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Titre Saluda al diablo de mi parte (2011) de Juan Felipe Orozco.
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1114/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 4,0k
Titre García (2010) de José Luís Rugeles
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1114/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Titre La sociedad del semáforo (201à) de Rubén Mendoza
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1114/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Titre Los colores de la montaña (2010) de Carlos César Arbeláez.
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1114/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre In fraganti (2009) de Dago García.
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1114/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Rabia (2010) de Sebastián Cordero.
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1114/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Los viajes del viento (2011) de Ciro Guerra
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1114/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eva Morsch Kihn, « Anatomie d’un système de soutien au cinéma proimages Colombie », Cinémas d’Amérique latine, 19 | 2011, 100-105.

Référence électronique

Eva Morsch Kihn, « Anatomie d’un système de soutien au cinéma proimages Colombie », Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 19 | 2011, mis en ligne le 01 décembre 2011, consulté le 25 juin 2017. URL : http://cinelatino.revues.org/1114 ; DOI : 10.4000/cinelatino.1114

Haut de page

Auteur

Eva Morsch Kihn

Claudia Triana a fait des études d’art en Espagne. Elle est entrée très jeune dans le milieu cinématographique en tant que directrice de la Cinémathèque de Bogotá en 1980, puis elle a été à la tête de la Fondation du Patrimoine Filmique Colombien (qui fait aujourd’hui partie de Proimages Colombie) depuis sa création en 1986. En 1998, elle a été invitée à diriger Proimages Colombie et elle est, depuis lors, convaincue que le cinéma colombien, au-delà des discussions entre cinéastes, État et entrepreneurs, doit donner des films. Avec une équipe brillante et grâce à l’amitié de grandes personnalités du cinéma, elle a décidé de travailler tout le temps nécessaire à ce que cela devienne réalité.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org