Navigation – Plan du site
Chili : mémoire et politique

Documentaires sur la mémoire chilienne approches d’un point de vue intime

María José Bello
Traduction de Ana Saint-Dizier
p. 80-83
Cet article est une traduction de :
Documentales sobre la memoria chilena aproximaciones desde lo íntimo

Résumé

Une nouvelle génération de cinéastes chiliens s’attaque à la dicta-ture d’un point de vue autobiographique.

Haut de page

Texte intégral

Antonia Rossi réalisatrice de El eco de las canciones (2010)

Antonia Rossi réalisatrice de El eco de las canciones (2010)

1Depuis le coup d’État de 1973, le cinéma a eu au Chili un rôle fondamental de mémoire historique qui a permis de compenser le silence des massmedia, à travers des circuits plutôt alternatifs. Les grands récits fondateurs qui racontaient la “grande histoire” nationale récente, comme la trilogie documentaire La Bataille du Chili (1975, 1976, 1979) de Patricio Guzmán ou la fiction Il pleut sur Santiago (1975) de Helvio Soto, ont progressivement cédé le pas à une perspective cinématographique plus subjective. Trente-six ans après le renversement d’Allende, les documentaires Mi vida con Carlos (2009) de Germán Berger, El edificio de los chilenos (2010) de Macarena Aguiló et El eco de las canciones (2010) de Antonia Rossi abordent la dictature d’un point de vue intime. Le récit autobiographique des enfants d’une génération tronquée fait son chemin à travers les souvenirs et la poésie pour redonner son actualité à un thème que le discours dominant a tendance à reléguer aux oubliettes.

2Le cinéma des années 1970 est un cinéma de geste, épique, qui raconte un projet idéologique violemment avorté par l’intervention militaire, les morts et l’exil. Beaucoup de cinéastes de cette époque ont été des victimes directes du régime et ils se sont consacrés à créer un cinéma qui raconte leur expérience depuis les pays où ils ont dû se réfugier. Leurs films sont le résultat d’une situation post-traumatique, avec un contenu politique fort ; des films éloquents, explicatifs, qui parlent de l’effervescence sociale qui régnait avant le coup d’État et des conséquences immédiates de celui-ci.

Germán Berger pendant le tournage de Mi vida con Carlos (2009)

Germán Berger pendant le tournage de Mi vida con Carlos (2009)

3Au contraire, ces trois documentaires contemporains parlent de l’histoire du Chili à partir de l’expé-rience personnelle des nouveaux réalisateurs qui ont aujourd’hui entre 30 et 40 ans. Les cinéastes sont des enfants de militants de gauche, militance qui a marqué le sort de leurs familles, soit par la mort d’un ou de plusieurs de leurs membres soit par la dispersion subie à cause de l’exil et du déracinement. Ces trois films ne se centrent pas sur l’étape du coup d’État. Tout en abordant les questions politiques, les réalisateurs partent d’une position subjective pour rendre compte de la façon dont le devenir historique du Chili a marqué la construction de leur identité. La narration se fait à la première personne et abonde dans les sentiments et les anecdotes individuelles. Les documents d’archives comme les vidéos familiales en super-8, 16 mm et en numérique, les photographies, les dessins d’enfants et les lettres sont une composante essentielle de ces récits.

  • 1 Nom donné à un escadron de l’Armée chilienne qui sévit dans l’ensemble du pays en octobre 1973 et q (...)

4Mi vida con Carlos (2009) est un voyage pour retrouver un père absent. Le réalisateur, Germán Berger, part à la recherche de Carlos Berger, assassiné en 1973 par la Caravane de la Mort1. Le cinéaste présente son projet de film comme un moyen de reconstruire la vie de son père et sa propre histoire. Tandis que défilent des images du désert dans lequel les restes de Carlos ont supposément été jetés, puis des images au ralenti d’un jeune qui court vers la mer, la voix off du réalisateur présente le documentaire : “La première fois que je t’ai vu, c’était sur cette image en super 8. Je n’ai jamais vu ton corps en mouvement, ou plutôt je ne m’en souviens pas. Je ne peux pas me souvenir de toi car personne ne m’a jamais parlé de toi. J’avais un an quand ils t’ont tué et tu en avais trente. Quand j’ai eu trente ans , je me suis rendu compte à quel point tu étais jeune, de tout ce qu’il te manquait à vivre. J’ai voulu savoir qui tu étais.” Le documentaire est chargé d’une forte implication personnelle du cinéaste ; ses sentiments et ses réflexions deviennent l’âme d’un récit émotionnel. On le voit à plusieurs reprises à l’écran, comme si sa présence corporelle fusionnée aux quelques photos de son père et d’autres membres de la famille parvenait à reconstruire, en partie, l’histoire et la relation qu’on leur a volées. La mise en image du témoignage est un combat contre l’oubli et contre la mort. À la fin de l’histoire, le réalisateur dit que, à partir de maintenant, il peut vivre “sa vie avec Carlos”.

Mi vida con Carlos (2009) de Germán Berger

Mi vida con Carlos (2009) de Germán Berger

Mi vida con Carlos (2009) de Germán Berger

Mi vida con Carlos (2009) de Germán Berger
  • 2 Interview de Macarena Aguiló réalisée par Antonella Estevez sur www.cinechile.cl le 26 juillet 2010

5Le documentaire de Macarena Aguilar, El edificio de los chilenos (2010), traite d’un thème très peu connu dans l’histoire du Chili. Les militants du MIR (Mouvement de gauche révolutionnaire) qui se sont exilés en Europe en 1973 ont été invités à rentrer au pays à la fin des années 1970 pour participer à la résistance contre Pinochet. Dans ce contexte naît un projet pour mettre à l’abri les enfants des révolutionnaires dans une maison communautaire. Soixante enfants – et parmi eux la réalisatrice du documentaire – ont ainsi vécu ensemble en Belgique puis à Cuba, sous la coupe d’un groupe de militants du MIR en charge de leur éducation et qu’ils appelaient leurs “parents sociaux”. Ce projet visait principalement à permettre le retour des femmes du parti qui voulaient se joindre à la lutte au Chili. “Je suis partie de l’idée que je voulais raconter l’histoire du Proyecto Hogares [littéralement, le Projet Maisons] parce que, depuis que j’avais commencé mes études, je savais que c’était la seule histoire que je voulais transmettre, mais quand j’ai commencé je n’étais pas sûre de devoir raconter cette histoire à la première personne ou d’en être le fil directeur. Cela s’est précisé en développant le projet et aussi à cause du regard externe ; cela me renvoyait au fait que ce projet de film n’était possible que si j’assumais que ce que je racontais était mon histoire”2, explique la réali-satrice dans une interview. Dans le documentaire, elle est le fil narrateur d’une histoire qui a marqué son enfance et son passage à l’âge adulte, elle inclut également le témoignage de membres de sa famille qui étaient au Chili et la voix de ceux qui étaient les enfants et les adultes de ce projet novateur et révolutionnaire qui a périclité en parallèle à l’échec du projet politique du MIR dans les années 1980.

La Batalla de Chile (1975, 1976, 1979) de Patricio Guzmán

La Batalla de Chile (1975, 1976, 1979) de Patricio Guzmán

La Batalla de Chile (1975, 1976, 1979) de Patricio Guzmán

La Batalla de Chile (1975, 1976, 1979) de Patricio Guzmán

La Batalla de Chile (1975, 1976, 1979) de Patricio Guzmán

La Batalla de Chile (1975, 1976, 1979) de Patricio Guzmán

6Antonia Rossi explore dans son film El eco de las canciones (2010) le monde de l’exil, l’appartenance et le retour, dans une perspective onirique, poétique et fragmentaire. Son travail contient une expérimentation intéressante qui joue avec le montage et les différentes textures de l’image. La réalisatrice naît à Rome en 1978 et rentre au Chili dix ans plus tard avec sa famille. Dans le film, elle reprend des éléments de son histoire et les mélange avec les récits d’autres membres de sa génération qui ont connu l’exil. À partir des différents témoignages, elle crée un personnage, Ana, qui est la narratrice à la première personne du documentaire. Elle parvient à construire une histoire sur la mémoire qui n’est pas linéaire, mais est construite de bouts de rêves, d’images et de réflexions.

7Les références à la réalité politique à travers les archives de la radio, la télévision et les vidéos familiales ponctuent comme des marques temporelles de la marche de l’histoire : le coup d’État, l’attentat contre Pinochet, le retour des exilés, les manifestations, le référendum. Les frontières entre fiction et documentaire sont ambiguës. Rêves, événements, souvenirs, nouvelles, dessins animés et personnages réels se mêlent pour rendre compte d’un sentiment ambivalent de déracinement et d’appartenance à deux patries : l’Italie et le Chili. Le film représente ce qu’ont vécu des milliers de jeunes Chiliens qui sont arrivés dans un pays qui était celui de leurs parents mais qui, pour eux, était plus proche de la fiction que de la réalité. “On nous a demandé si nous voulions connaître le Chili. Julia était là-bas avec les oncles et les grands-parents. Juana ne voulait pas partir. Elle avait peur que, comme elle était née ici, on ne la laisse pas rentrer. Tant d’années avaient passé que, lorsque nous sommes arrivées, ils sont restés là à la regarder, sans rien dire.” raconte la narratrice dans l’un des passages du film.

8Les espaces physiques de ces trois films sont des lieux intimes. Contrairement au cinéma des années 1970 qui privilégiait les espaces publics, les manifestations, les assemblées populaires, nous pénétrons ici dans la sphère privée. Nous voyons les maisons des protagonistes, nous parcourons leurs espaces, nous marchons avec eux à travers la ville à la recherche d’un souvenir ou d’une conversation en attente. En plus d’être un instrument de mémoire, le cinéma devient un processus de connaissance de soi, de réflexion et de reconstruction identitaire.

Macarena Aguiló, réalisatrice de El edificio de los chilenos (2010)

Macarena Aguiló, réalisatrice de El edificio de los chilenos (2010)

9Nous trouvons des prémisses directes ou indirectes de ces trois documentaires dans la production cinématographique de la dernière décennie. L’enfance et la dictature sont les thèmes centraux de Machuca (2004), film de fiction du réalisateur chilien Andrés Wood qui parle de la dernière année du gouvernement de Salvador Allende et du coup d’État du point de vue de deux enfants. Le réalisateur construit le scénario en partant d’une expérience autobiographique de son enfance. Dans le domaine du documentaire, La ciudad de los fotógrafos (2006) de Sebastián Moreno et Reinalda del Carmen, mi mamá y yo (2006) de Lorena Giachino, explorent également le thème de la dictature à partir du vécu familial des cinéastes. La ciudad de los fotógrafos traite de la photographie indépendante de dénonciation de l’époque en prenant comme point de départ les photos du père du réalisateur, et Reinalda del Carmen, mi mamá y yo est une enquête sur la disparition d’une militante enceinte, amie de la mère de la réalisatrice. Nous trouvons une référence plus directe qui corres-pond au ton du récit intime et identitaire dans El telón de azúcar (2006) de Camila Guzmán, fille du réalisateur Patricio Guzmán.

10L’histoire est axée sur l’enfance de la réalisatrice pendant l’exil de sa famille à Cuba. Les références au Chili et à la dictature de Pinochet sont rares, mais le point de vue est intimement personnel, et l’importance que la réalisatrice donne à sa propre enfance pour cons-truire le récit rapproche ce film des documentaires de Berger, Aguiló et Rossi. Elle aussi est la fille d’un “révolutionnaire” et le devenir de sa famille est le résultat de ce statut particulier. Le récit intime, les photos du passé, les dessins d’enfant et quelques images de La Bataille du Chili sont les témoins d’une époque idéaliste qui s’achève en une franche décadence dans son pays d’origine, mais aussi à Cuba.

11Le voyage et l’errance sont au cœur de la vie des réalisateurs et sont, par conséquent, un élément commun de ces trois documentaires. Depuis tout petit, Germán Berger est passé d’un pays à l’autre avec sa mère en quête d’asile politique. Pour faire le film, il prend l’avion de Barcelone, où il vit, vers le Chili et le Canada à la recherche de témoignages et des indices du passé. Macarena Aguiló a vécu en France, en Belgique, à Cuba et en Uruguay avant de retourner au Chili à l’âge de 19 ans. Antonia Rossi fait allusion dans son film à de nombreux voyages entre Santiago, Rome et Berlin. “Des voyageurs sans terre ni maison habitent nos esprits”, dit la narratrice de El eco de las canciones. L’utilisation répétée d’images animées des Voyages de Gulliver dans ce film est la métaphore d’une sensation d’être perpétuellement en transit. Dans les trois films les images de moyens de transport sont très présentes ; le voyage intercontinental est généralement représenté par un hublot d’avion, nous voyons aussi plusieurs voyages en bateau, en train et en voiture. Les films sont en eux-mêmes un voyage entre le présent et le passé ; de la maturité et la stabilité de l’âge adulte à l’insécurité, les angoisses et les craintes d’une enfance qu’ils n’ont pas eu le droit de vivre pleinement, une enfance assaillie par les événements politiques d’un pays dispersé et fragmenté.

Proyecto Hogares, Belgique

Proyecto Hogares, Belgique
Haut de page

Notes

1 Nom donné à un escadron de l’Armée chilienne qui sévit dans l’ensemble du pays en octobre 1973 et qui assassina plus de 120 opposants à la dictature militaire.

2 Interview de Macarena Aguiló réalisée par Antonella Estevez sur www.cinechile.cl le 26 juillet 2010.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Antonia Rossi réalisatrice de El eco de las canciones (2010)
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1074/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Germán Berger pendant le tournage de Mi vida con Carlos (2009)
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1074/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 700k
Titre Mi vida con Carlos (2009) de Germán Berger
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1074/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Mi vida con Carlos (2009) de Germán Berger
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1074/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre La Batalla de Chile (1975, 1976, 1979) de Patricio Guzmán
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1074/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Titre La Batalla de Chile (1975, 1976, 1979) de Patricio Guzmán
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1074/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Titre La Batalla de Chile (1975, 1976, 1979) de Patricio Guzmán
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1074/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Titre Macarena Aguiló, réalisatrice de El edificio de los chilenos (2010)
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1074/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 868k
Titre Proyecto Hogares, Belgique
URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/1074/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 439k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

María José Bello, « Documentaires sur la mémoire chilienne approches d’un point de vue intime », Cinémas d’Amérique latine, 19 | 2011, 80-83.

Référence électronique

María José Bello, « Documentaires sur la mémoire chilienne approches d’un point de vue intime », Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 19 | 2011, mis en ligne le 01 décembre 2011, consulté le 26 avril 2017. URL : http://cinelatino.revues.org/1074 ; DOI : 10.4000/cinelatino.1074

Haut de page

Auteur

María José Bello

Maria Jose Bello est journaliste diplômée de l’Université Catholique du Chili. En 2007, elle suit un master d‘esthétique audiovisuelle à l’ESAV (École supérieure d’audiovisuel de Toulouse). Son mémoire porte sur les travaux de Patricio Guzmán. Elle est actuellement en doctorat d’Arts visuels et éducation à l’Université de Barcelone. Créatrice du site de critique de cinéma Blog du cinéma latino-américain, elle est programmatrice de courts-métrages du festival Cinespaña de Toulouse et membre du comité de sélection de documentaires Rencontres des Cinémas d’Amérique Latine de Toulouse.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org