Navigation – Plan du site

Petite chronique d’une interview impossible

Amanda Rueda
Traduction de Ana Saint-Dizier
p. 22-24
Cet article est une traduction de :
Patricio Guzmán: pequeña crónica de una entrevista imposible

Texte intégral

1Après plusieurs rendez-vous ratés pour des raisons banales de l’existence, nous nous retrouvons finalement avec Patricio Guzmán sur Skype un mardi gelé, un mois de janvier pluvieux. Le Free skype recorder, qui devait enregistrer automatiquement notre conversation, n’a pas fonctionné. La technique nous a joué un mauvais tour et je me retrouve là, essayant de me rappeler en détail les paroles d’un cinéaste chilien qui, depuis 30 ans, pense le cinéma, en particulier le documentaire, et son pays d’une façon quasi indissociable.

2Convaincue de l’impossibilité de rendre compte de façon juste de la pensée de ce cinéaste chilien, ces lignes prétendent seulement servir d’introduction à l’article “Le Chili était une fête. Notes du journal de tournage de El primer año”, que Patricio nous autorise à publier dans ce numéro de Cinémas d’Amérique latine.

3Au-delà de toutes les anecdotes qui peuvent surgir lorsqu’on ouvre les portes du passé, il existe une capacité de la réflexion et de la pensée à tisser et créer des liens, à fabriquer une mémoire vivante, celle qui continue à générer et à confirmer des convictions mais aussi des nostalgies d’un passé à la fois historique et personnel.

4De tous les fragments possibles de ce passé, il subsiste peut-être une conviction inébranlable : l’Unité Populaire constitue pour Patricio Guzmán le seul et grand moment d’euphorie partagée, où les étudiants, les ouvriers, les jeunes, les militants, les intellectuels et les gens du peuple s’unissent pour construire un pays nouveau. El primer año (La première année, 1973) et un peu plus tard La batalla de Chile (La Bataille du Chili, 1974-1979), naissent de ce moment unique où on pouvait regarder et penser le pays à la fois en gros plan et en plan général. C’est en ce sens que La batalla est une expérience cinématographique qui trouve ses filiations dans La hora de los hornos (L’Heure des brasiers, 1968) de Fernando Solanas et Octavio Getino, et Le fond de l’air est rouge de Chris Marker réalisé en 1977. L’Histoire d’un pays écrit jour après jour sur les 43 000 pieds de pellicule (environ 18 heures) que Chris Marker avait généreusement envoyés de France, et dont il fallait prendre soin en décidant minutieusement quelle situation, quel événement, quel personnage filmer. La méthode : filmer de l’intérieur, utiliser les techniques du cinéma direct pour ensuite, dans la salle de montage, créer une forme cinématographique qui mette en ordre l’“explosion” qui caractérisait ce moment politique.

5“Filmer avec le cœur et avec la tête”, sera le projet de Patricio Guzmán dès le premier instant. “Sans émotion il n’y a pas de film”, confesse-t-il.

6Vient ensuite cette mémoire qui s’obstine à observer, penser et analyser cette période de l’histoire du Chili au cours de laquelle le projet de l’Unité Populaire est massacré. Viennent ensuite l’exil, la censure, le changement de perspective. L’exil exacerbe la mémoire, semble dire Guzmán. Du cinéma direct de La batalla de Chile, aux mélanges et impuretés des techniques documentaires de Chile, la memoria obstinada (Chili, la mémoire obstinée, 1997), Le Cas Pinochet (El caso Pinochet, 1999-2000) et Salvador Allende (2004). Du “je” à la troisième personne – cet œil qui regarde et assume son regard sans pour autant s’affirmer directement et publiquement –, à la première personne de Nostalgie de la lumière (Nostalgia de la luz, 2010).

7La vue d’ensemble d’un pays cesse d’être cinématographiquement possible. La seule fois qu’a existé au Chili une expérience panoramique, qui englobait tout le monde, le seul moment où on a pu représenter le pays en tant qu’unité, c’est durant l’Unité Populaire, répète Guzmán. La nostalgie émerge et décide de s’installer, faisant émerger le “je” à la première personne, un “je” qui se revendique comme une posture politique et esthétique à la fois.

8Au fond, cette nouvelle perspective est le résultat d’une expérience marquée par la distance (Patricio Guzmán vit entre Paris et Madrid depuis son exil). De cette expérience nous restent deux certitudes, l’une existentielle et l’autre cinématographique : le présent, au moment où on l’énonce devient un élément du passé, comme dit l’astrologue dans Nostalgie de la lumière, et le passé est un temps toujours vivant dans les territoires et les personnages de ses films.

9Mais l’œuvre cinématographique de Guzmán évoque une autre certitude : filmer au Chili continuera d’être son projet. Et cela pour une question de langage. Comme l’affirme Étienne, un des personnages de Julio Cortázar dans Rayuela (Marelle), “Langage signifie résidence dans une réalité, expérience d’une réalité.” Malgré la distance, malgré le temps, sa réalité cinématographique a été et continuera d’être le Chili et l’Amérique latine.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://cinelatino.revues.org/docannexe/image/107/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Amanda Rueda, « Petite chronique d’une interview impossible », Cinémas d’Amérique latine, 21 | 2013, 22-24.

Référence électronique

Amanda Rueda, « Petite chronique d’une interview impossible », Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 21 | 2013, mis en ligne le 10 avril 2014, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://cinelatino.revues.org/107 ; DOI : 10.4000/cinelatino.107

Haut de page

Auteur

Amanda Rueda

Membre du comité de rédaction de la revue Cinémas d’Amérique latine

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org